Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Journée de l'Animal

Publié le par Ricard Bruno

En ville à Nogent sur Marne

7e Edition - Esplanade de l'Hôtel de Ville
La Ville de Nogent organise la 7ème édition de la Journée de l'animal dans la ville consacrée aux animaux de compagnie. Seront rassemblées sur l'esplanade de l'Hôtel de Ville des associations de protection animale (SPA, Fondation Brigitte Bardot), des conseillers en éducation canine, vétérinaires. La société Promenons Nous dans les bois, qui organise des promenades pour les chiens en l’absence de leurs propriétaires et le SIAF, service d'incinération, seront également présents ainsi que l’école de Paris des chiens guide d’aveugle.

Animations et jeux
Toutou’s cool donnera des conseils en matière d’éducation canine adaptés à chaque âge et à chaque comportement et elle présentera son parcours d’éducation du parfait petit chiot.
L'association Vert de Ville spécialisée dans l’apprentissage ludique à l’éco-citoyenneté proposera des animations sur le thème de l’animal en ville et des contes pour enfants.
Le Cercle hippique du Bois de Vincennes organisera des ballades à poneys pour les enfants.

Animaux à adopter
La SPA et l'association Free, structure d’accueil pour les nouveaux animaux de compagnie (furets, rats, lapins, cochons d’Inde, hamsters...), présenteront des animaux à adopter.

Boîte à idées
En nouveauté cette année, une boîte à idées sera mise à la disposition du public pour recueillir les idées de chacun sur le thème "l’animal dans la ville". Les trois meilleures idées sélectionnées par un jury seront mises ultérieurement à l’honneur. Les participants devront déposer un papier dans l’urne avec leur idée et leurs coordonnées (nom, adresse, téléphone).

Source : http://www.fra.webcity.fr/agenda_paris/journee-de-l-animal_229777/Profil-Eve

Partager cet article

Repost 0

Discographie complète de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Dans l’ombre de l’épopée du septième art

 

Si l'épopée cinématographique de Brigitte Bardot est célèbre, sa carrière de chanteuse est beaucoup moins connue. Elle débute en février 1962 avec le super 45 tours "Sidonie", extrait du film Vie Privée où elle chante ce poème de Charles Cros sur une musique de Jean-Max Rivière et Yanis Spanos en s'accompagnant à la guitare, instrument qu'elle a déjà utilisé en 1958 dans La femme et le pantin. "Sidonie" est sa première véritable chanson enregistrée sur disque, bien qu'une version ait déjà été éditée au printemps 1961 sur disque souple dans le magazine Sonorama. Dès ce morceau, B.B. impose sa façon si caractéristique de chanter. Les trois autres thèmes de ce premier EP publié par Barclay sont des instrumentaux. Ce premier pas discographique a été précédé le 1er janvier 1962 par le show TV de François Chatel « Bonne Année Brigitte » où elle interprète quatre titres. Le 1er janvier 1963, elle récidive avec « A Vos Souhaits », cette fois sous la direction de Jean-Christophe Averty, en compagnie du regretté Olivier Despax.

 

DES CHANSONS SIGNEES RIVIERE, BOURGEOIS ET …GAINSBOURG

 

BRIGITTE BARDOT a signé chez Philips qui publie son premier 33 tours 25 cm sur lequel elle pose en collant noir et pull rose. Le disque s'ouvre sur le génial l'"Appareil à sous" de Serge Gainsbourg, où il excelle dans le double sens : « Tu n'es qu'un appareil à sou... pir / Un appareil à sou... rire ». B.B. affectionne aussi les thèmes jazzy comme les "Amis de la musique". "Everbody Loves my Baby" et "C'est Rigolo" sous la direction du pianiste Claude Bolling. Après "Sidonie", "La Madrague " est également due à Jean-Max Rivière pour la musique, cette fois sur un texte de Gérard Bourgeois. Tous deux vont devenir, avec Serge Gainsbourg, ses auteurs préférés. "El Cuchipe" fait la part belle aux rythmes sud-américains que B.B. apprécie beaucoup. Elle est accompagnée ici par l'orchestre Los Colombianos, avec Narcisso Debourg et Pedro Serrano. Enfin "Invitango"et "Pas Davantage" complètent ce 25 cm dont les huit morceaux sont repris sur son premier album 30 cm. Ce disque présente donc en plus les quatre inédits "Je me donne à qui me plaît" de Gainsbourg, "Rose d'Eau" de Rivière et Bourgeois, "Noir & Blanc" et "Faite pour dormir" de Bolling et Rivière. Ce LP est distribué d'une part en édition de luxe, avec un poster et de nombreuses photos en studio ou tirées de ses shows TV, et d'autre part dans un tirage courant. Trois autres chansons ont été enregistrées lors des séances de fin 1962 : "Tiens ! C'est toi" (en duo avec Jean-Max Rivière). "La Leçon de Guitare" (avec Olivier Despax) et "La Belle et le Blues". Comme le marché est alors principalement dominé par le 45 tours, deux EP sont extraits de l'album. Grâce à ce disque, la voix unique de B.B. peut s'exprimer tout à loisir au cours de ces douze titres qui sont aussi édités aux Etats-Unis sur le très rare LP Brigitte Bardot Sings, avec un portrait de profil, ses cheveux blonds, relevés en chignon.

 

ENTRE MELANCOLIE ET HUMOUR

 

Début 1964, Brigitte Bardot retourne en studio pour réaliser chez Philips son deuxième 33 tours baptisé B.B. avec un gros plan de son visage en partie dissimulé par ses longs cheveux blonds. Après Claude Bolling, Alain Goraguer (également arrangeur de Serge Gainsbourg et France Gall) s'occupe à son tour des orchestrations des chansons dont la plupart ont été composées par Jean-Max Rivière et Gérard Bourgeois. "Ca pourrait changer", "A la fin de l'été", "Je danse donc je suis" et "Jamais trois sans quatre" sont tout d'abord commercialisés en EP, avant d'être regroupés sur l'album en question avec "Une histoire de plage", "Ne me laisse pas l'aimer ", "Maria Ninguem", "Les cheveux dans le vent" (qui feront l'objet d'un autre Super 45 tours). "Moi je joue", "Mélanie", "Ciel de lit" et "Un jour comme un autre" (qui auront également droit à une édition en EP). La couleur musicale de ce disque est partagée entre mélancolie ("Une histoire de plage", "A la fin de l'été", "Un jour comme un autre", "Mélanie") et humour ("Ca pourrait changer", "Je danse donc je suis", "Moi je joue", "Ciel de lit", "Les cheveux dans le vent").
Puis 1965 marque la rencontre des deux actrices stars des sixties françaises Brigitte Bardot et Jeanne Moreau dans le film de Louis Malle Viva Maria.
Il en résulte un album et un Super 45 tours de la bande originale sur lequel elles chantent "Ah ! Les P'tites Femmes (de Paris)" et en espagnol, "Maria, Maria". Entre-temps, pour l'été 1965, B.B. a profité d'un passage à Paris pour réaliser un nouvel EP inédit avec "Bubble Gum" et "Les Omnibus", deux réussites signées Serge Gainsbourg. Ce disque est complété de "Je manque d'adjectifs", d'André Popp et Jean-Claude Massoulier, et "Les Hommes endormis", de Monique Aldebert. Enfin, en décembre, Brigitte arrive à New York pour la promotion du film Viva Maria. La conférence de presse a lieu devant six cents journalistes avec une B.B. resplendissante en mini-jupe jaune. A Los Angeles, elle enregistre le célèbre « Ed Sullivan Show » qui est diffusé pour la nouvelle année 1966.

 

LES CHEFS D’OEUVRES DE GAINSBOURG

 

Parallèlement à son mariage avec Gunter Sachs, le 14 juillet 1966, Brigitte Bardot quitte Philips pour Disc'Az qui publie son nouvel EP. Celui-ci comprend le langoureux "Le Soleil", le sautillant "On déménage" et deux autres chansons rythmées. "Gang Gang" et "Je reviendrai toujours vers toi", toutes signées Jean-Max Rivière et Gérard Bourgeois, sur des orchestrations de Charles Blackwell, arrangeur de Françoise Hardy, notamment.
B.B. attend ensuite plus d'un an avant de revenir à la chanson en décembre 1967 lors de l'émission TV « Bardot Show », en compagnie de Sacha Distel, Manitas de Plata et surtout Serge Gainsbourg. Ce dernier lui a composé pour l'occasion les chefs d'œuvres "Harley Davidson " et "Bonnie and Clyde ". "Harley Davidson " permet à Brigitte, en mini-jupe de cuir noir, de créer un hymne sexuel au dieu Moto des plus efficaces. Dans "Comic Strip ", en collant rose et perruque noire, elle évolue dans ce thème de BD aux côtés de Gainsbourg. "Le diable est anglais" nous la montre dans Carnaby Street, avant de la retrouver dans "Bubble Gum", un titre de 1965 de Serge, en compagnie de Claude Brasseur. "Ce n'est pas vrai" voit Brigitte se dédoubler grâce à un remarquable effet technique. Après "La belle vie", de Sacha Distel, B.B. revient avec son classique "La Madrague", vantant son amour de Saint-Tropez, Brigitte et Sacha, avec Serge à la guitare, jouent ensuite les hippies dans l'inédit "La bise aux hippies". Elle enchaîne avec "Je reviendrai toujours vers toi" et "Un jour comme un autre", deux titres de 1964 et 1965, respectivement. Dans "Contact " on découvre une Brigitte Bardot intersidérale sur ce nouveau thème de Serge Gainsbourg. Après une séance de pose avec David Bailey, Brigitte et Serge sont de retour dans le duo machiavélique "Bonnie and Clyde ", inspiré du film du même nom. Enfin le « Bardot Show » s'achève sur un rythme de charleston avec "Everybody loves my baby", tiré de son premier album Philips de 1963.

 

LE SCANDALE AURAIT PU ARRIVER

 

Philips en profite pour éditer début 1968 l'album Spécial Show avec Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg. A l'exception du duo "Bonnie and Clyde ", les autres morceaux de B.B. sont anciens. Il s'agit de "Bubble Gum", "Un jour comme un autre", "La Madrague" et "Everybody loves my baby". Les autres titres sont interprétés par Gainsbourg : "Comic Strip " (où dans la version anglaise les onomatopées sont dues à Brigitte). "Pauvre Lola ", "L'Eau à la bouche", "La Javanaise ", "Intoxicated Man ", "Baudelaire " et "Docteur Jekyll and Mister Hyde". Un EP, avec la même pochette que le LP montrant Brigitte et Serge en Bonnie Parker et Clyde Barrow, est également édité avec "Bonnie and Clyde ", "Bubble Gum" et "Comic Strip ". Malheureusement cet album tout comme le show TV, est amputé de la chanson par qui le scandale aurait pu arriver, le torride "Je t'aime... moi non plus", un duo des plus érotique entre Brigitte et Serge qu'à sa demande il accepte alors de ne pas publier. "Je t'aime... moi non plus" sortira en 1969 dans une nouvelle version enregistrée par Jane Birkin et Serge Gainsbourg avec le succès que l'on sait. Ce n'est qu'en 1986 que le duo sulfureux Bardot-Gainsbourg "Je t'aime... moi non plus" sera enfin commercialisé par Philips, couplé à une version remixée de "Bonnie and Clyde ".

 

L’EROTISME DE BB. PORTEA SON SUMMUM

 

De son côté Disc'Az distribue, début 1968, l'album de la bande originale du « Brigitte Bardot Show », enrobée dans une magnifique pochette où B.B. pose nue sous l'objectif de Sam Lévin, mais astucieusement enveloppée de papier kraft pour ne rien dévoiler de ses charmes. On y retrouve les quatre chansons déjà publiées en super 45 tours. "Gang Gang", "Je reviendrai toujours vers toi", "On déménage" et "Mister Sun", version anglaise de "Le soleil", plus l'hispanisant "Ay ! que viva la sangria", le subtil "Ce n'est pas vrai", le rigolo "Oh ! qu'il est vilain", le pop "Le diable est anglais" et surtout les deux titres de son nouveau simple, "Harley Davidson " et "Contact ". Ces deux derniers morceaux sont dus à Serge Gainsbourg alors que les autres sont des compositions de Jean-Max Rivière et Gérard Bourgeois. Cinq thèmes instrumentaux de Francis Lai complètent cet excellent disque de Brigitte : "Marseillaise générique", "Saint-Tropez", "Port Grimaud", "Paris" et "Davis B.". Le 45 tours "Harley Davidson " / "Contact " permet de mettre en pleine lumière, tant côté pochette que chansons, l'érotisme de B.B. porté à son summum. A la télévision on peut voir Brigitte interpréter avec succès deux des titres de l'album : "Ay ! que viva la sangria" et "Oh ! qu'il est vilain" dont le caractère amusant passe mieux auprès du public que les trépidations suggestives de sa machine dans "Harley Davidson " qui choquent alors les bonnes âmes. Ces deux thèmes font d'ailleurs l'objet d'un nouveau EP, à la pochette dérivée de celle du LP « Brigitte Bardot Show », incluant également "Ce n'est pas vrai" et "Le diable est anglais".
Le phénomène B.B. est alors tel qu'aux Etats-Unis, la chaîne NBC retransmet en décembre 1968 le
« Bardot Show ». A cette occasion, un album promo ultrarare, intitulé Burlington Special Bardot est pressé aux USA, avec "Bubble Gum", "La Madrague ", "The good life" (par Sacha Distel), "Comic Strip " (en anglais avec Serge Gainsbourg), "Mister Sun", "Je reviendrai toujours vers toi", "La bise aux hippies" (avec Distel), "Un jour comme un autre", "Bonnie and Clyde " (avec Gainsbourg) et "Everybody loves my baby".

 

DES DISQUES RARES

 

B.B. est de retour chez Philips, début 1969, avec le très rare simple "La fille de paille" / "Je voudrais perdre la mémoire" qui propose deux morceaux composés par Gérard Lenorman. Début 1970, elle revient de nouveau à la chanson en signant chez Barclay, bouclant la boucle amorcée en 1962 avec "Sidonie". Cette fois, sous la direction de François Bernheim, elle enregistre le hit "Tu veux ou tu veux pas", version française du tube brésilien "Nem vem que nas tem", également chanté par Marcel Zanini et adapté par Pierre Cour, François Bernheim et Yves Roze (alias Jean-François Michaël) lui offrent "John and Michaël" qui renoue avec son côté provocant, et Guy Bontempelli "Depuis que tu m'as quittée". Enfin, Darry Cowl apporte sa collaboration au dernier titre, "Mon léopard et moi", de ce super 45 tours, relativement rare, qui donne aussi lieu à deux simples. Puis, B.B. grave le single "Nue au soleil" / "C'est une bossa nova", deux autres titres fidèles à son image mais qui ne rencontrent guère de succès.

 

TOUTES LES BETES SONT A AIMER

 

 

En 1971, Brigitte Bardot se rattrape, au cinéma, en chantant de nouveau dans le film Les novices, où elle interprète avec Annie Girardot "Chacun son homme", et dans Boulevard du Rhum où elle chante "Sur le boulevard du Rhum" et reprend avec Guy Marchand Plaisir d'amour. En 1972, un nouveau 45 tours enregistré avec Laurent Vergez propose "Vous ma lady", reprise de "You're a lady" de Peter Skellern, adaptée avec succès par Hugues Aufray, tandis que "Tu es venu mon amour" est une composition de Eddie Barclay, Eddy Marnay et Raymond Le Sénéchal. Les douze chansons Barclay sont parues plus tard sur la compilation Le Disque d'Or, de "Sidonie" à "Vous ma lady", en passant par "Tu veux ou tu veux pas", "Nue au soleil", "Chacun son homme" et "Plaisir d'amour".
En 1973, Brigitte Bardot retrouve Sacha Distel avec qui elle chante en duo "Le soleil de ma vie" d'après "You are the sunshine of my life" de Stevie Wonder. Le succès est au rendez-vous et Maritie et Gilbert Carpentier lui consacrent la même année un « Top à Brigitte Bardot ». Puis B.B. abandonne définitivement cinéma et chanson pour se dévouer à la cause des animaux.
C'est d'ailleurs pour eux, en 1982, qu'elle grave son dernier disque, "Toutes les bêtes sont à aimer" / "La chasse". Aussi c'est avec un plaisir certain que l'on se délecte de la voix sensuelle et inimitable de Brigitte Bardot à l'écoute de ce triple CD retraçant avec passion les grands moments de sa carrière d'interprète qui appartient pour toujours à la légende de la chanson. Comme de juste, la conclusion revient à Serge Gainsbourg avec cette citation au dos du LP Spécial Show : « Ces titres de Brigitte et de moi sont autant de chansons d'amour. Amour combat, amour passion, amour physique, amour fiction. Amorales ou immorales peu importe, elles sont toutes d'une absolue sincérité. » on découvre une Brigitte Bardot intersidérale sur ce nouveau thème de Serge Gainsbourg. Après une séance de pose avec David Bailey, Brigitte et Serge sont de retour dans le duo machiavélique "Bonnie and Clyde ", inspiré du film du même nom. Enfin le « Bardot Show » s'achève sur un rythme de charleston avec "Everybody loves my baby", tiré de son premier album Philips de 1963.

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Chevaux martyrs chez un eleveur du calvados : Ignoble !

Publié le par Ricard Bruno

chevaux martyrs chez un eleveur du calvados


LISORES : UN DEUXIEME CHEVAL MARTYR


Les chevaux maltraités de Lisores sont toujours sous surveillance de la DDSV et de la Fondation Assistance Aux Animaux et de la Fondation Brigitte Bardot.
Lors d’une visite de surveillance des chevaux, Yvan Barbieri , enquêteur pour la Fondation Assistance aux Animaux a découvert, mardi 20 mai 2008, une des juments avec une énorme plaie sur un œil crevé.
Cette jument de 15 ans, Reine de Lisores, est une ancienne championne de course de tiercé. L’état de son œil crevé avait déjà été signalé, il y a un mois, par les enquêteurs des fondations, au propriétaire et à la DDSV.
C’est le troisième cheval maltraité en moins de deux mois chez cet éleveur de pur-sang. Un est mort dans un ruisseau en y restant plusieurs jours, un a été euthanasié sur place pour misère physiologique et le troisième ne sera peut être pas sauvé.
Yvan Barbieri est indigné de constater une telle négligence :
“ C’est abominable. Lors de notre dernière visite, nous avons découvert cet œil tuméfié et une opération aurait pu être possible. 1 mois plus tard, la plaie s’est tellement dégradée et infectée, avec une odeur nauséabonde, que nous ne sommes même pas certain de pouvoir sauver l’animal. La négligence et le manque de soins immédiats de ce propriétaire récidiviste sont inacceptables “.
En présence du maire, de son adjoint et des enquêteurs, un vétérinaire, en relation avec la DDSV, est venu hier sur place et, la jument aurait du être euthanasiée . Cependant, les Fondations ont tenu à ce que l’animal leur soit confié, pour tenter de le sauver.
Le propriétaire a donc consenti à abandonner son animal au profit de la Fondation Brigitte Bardot. L’animal a déjà été vu par la clinique vétérinaire de Bernay. Une biopsie a été pratiquée, ainsi que les premiers soins. On reste dans l’attente de savoir s’il y a une tumeur et si l’animal peut être sauvé.

Mon commentaire : c'est ignoble, dégueulasse, c'est une honte, on devrai mettre en "taule" de tels "SALOPARDS"

Bruno Ricard

Source : http://www.1cheval.com/actualite/article.php?actualite_1=2668

Partager cet article

Repost 0

Nouveau Dvd "Brigitte Bardot"de l'émission "Empreintes"

Publié le par Ricard Bruno

A tout ceux qui avait manqué l'émission "Empreintes" bientôt sera disponible dans le commerce le Dvd de cette émission où la divine Brigitte Bardot y apparaissai.

La très belle collection de France 5, Empreintes, que présente la journaliste Annick Cojean, va être disponible sur le marché. En effet, la chaîne de Claude-Yves Robin, (dont je vous dévoilerai les projets et la stratégie, demain sur ce blog et dans l’Express, sous huitaine), va commercialiser, à compter du 18 juin, les six premières émissions.
Produite en dix huit mois, cette série prestigieuse a vu défiler nombre de personnalités, dont Simone Veil, Robert Badinter, Aimé Césaire, Brigitte Bardot ou encore, Patrick Modiano et Nathalie Baye.

Source : http://blogs.lexpress.fr/media/2008/05/foot_et_prestige.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Festival de Cannes fort en émotions !

Publié le par Ricard Bruno

Le Festival dans tous ses états

CANNES FORT EN ÉMOTIONS


Plus qu’une institution cinématographique, Cannes est le rendez-vous des paillettes, des stars, des strass, des flashes, de l’émotion et des scandales ! Aussi chic que choc, la Croisette fait son show chaque année depuis soixante ans. Rétrospective des moments inoubliables que nous ont fait vivre les stars sur le tapis rouge… Ca tourne !


Chaque année, les stars défilent sur la Croisette entre rires et larmes. Souvenir des moments forts en émotion. Fascination, reconnaissance et souffle coupé, les stars nous chamboulent une fois de plus. C’est ça aussi, la magie du Festival...


Entraînée par la foule…

Dix ans après ‘Et Dieu créa la femme’ de Roger Vadim, l’actrice française Brigitte Bardot revient sur la Croisette. A son arrivée, fans hystériques et photographes se précipitent sur la voluptueuse comédienne, paradant au bras de son troisième mari, le milliardaire et réalisateur allemand Gunter Sachs. Des policiers sont obligés de les entourer pour éviter des débordements, pendant que le couple tente de se frayer un chemin pour entrer dans le Palais des festivals. La cohue est inimaginable et encore jamais arrivée à un tel degré d’excitation à Cannes. Brigitte Bardot, véritable sex-symbol planétaire, déchaîne les foules. 1967 sera sa dernière apparition au Festival, mais l’image de l’actrice à la chevelure blonde et ondoyante et au regard soutenu par l’eye-liner noir, restera gravée dans les mémoires et sur les pellicules, comme une figure mythique du cinéma français.

Source : http://www.evene.fr/cinema/actualite/60-festival-cannes-souvenir-emotions-792.php

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Abattage des animaux… la France va-t-elle abandonner l’étourdissement préalable ?

Publié le par Ricard Bruno


80% des moutons abattus en France le sont sans étourdissement préalable* dans l’ignorance du consommateur qui achète, sans le savoir, une viande issue d’animaux abattus en toute conscience et dans la souffrance.

En effet, dans les rites musulmans et israélites, une grande partie de l’animal ne peut être consommée car elle n’est ni « halal » ni « casher ». Après inspection par les sacrificateurs, des carcasses entières sont refusées et tous ces produits issus de l’abattage rituel (sans étourdissement préalable) se retrouvent dans le circuit classique sans aucune indication pour le consommateur.

La généralisation de l’abattage rituel est une tromperie du consommateur et un détournement de la réglementation.

L’exception prévue (dans les textes nationaux et européens) à l’obligation de l’étourdissement préalable des animaux ne peut être justifiée ici. En effet, peut-on parler d’abattage « rituel » (qui répond à des préceptes religieux) pour une viande destinée à l’ensemble des citoyens ? De toute évidence non.

Pour les bovins, la proportion d’animaux abattus en France sans étourdissement serait de 20%*... Une proportion insupportable quand on sait que ces animaux agonisent pendant de longues minutes et qu’ils sont, pour répondre aux cadences d’abattage toujours plus élevées, parfois suspendus encore conscients (ce que la réglementation interdit).

Le consommateur a-t-il le droit de savoir ?

Lors des rencontres « Animal et Société », la Fondation Brigitte Bardot a demandé la mise en place d’un étiquetage précisant les conditions d’abattage des animaux. La Fédération Nationale de l’Industrie et des Commerces en Gros des Viandes s’y est formellement opposée, non pas sur des critères religieux mais purement économiques. C’est pourtant l’une des mesures qui doit émerger de ces rencontres et nous y veillerons.

Pour la Fédération des Vétérinaires d’Europe, l’abattage des animaux sans étourdissement préalable est inacceptable en toute circonstance. Cette position est partagée par la Fondation Brigitte Bardot qui demande, avec le soutien de représentants du culte musulman, de rendre obligatoire l’étourdissement des animaux lors d’un abattage rituel.

« Les consommateurs doivent savoir qu’en France 80% des moutons sont égorgés en toute conscience. C’est inacceptable car « l’exception » devient la règle générale et s’étend à d’autres pays comme en Belgique où… 100% des ovins et caprins sont tués sans étourdissement préalable ! Les autorités le savent très bien mais elles préfèrent fermer les yeux plutôt qu’imposer un étiquetage précisant les conditions d’abattage. Le consommateur est trompé et la réglementation détournée, si le gouvernement français ne répond pas à notre demande, alors la Fondation Brigitte Bardot saisira la Commission européenne ».

* Rapport du COPERCI (comité permanent de coordination des inspections) « Enquête sur le champ du Halal ».

Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article4875

Partager cet article

Repost 0

Cannes : histoire, légendes et anecdotes !

Publié le par Ricard Bruno

1939 Ouverture le 31 août du premier «Festival international du film » de Cannes. Sur la plage, une immense réplique de Notre-Dame de Paris illustre le film «Quasimodo». Ce sera l'unique projection car l'édition est annulée dès le lendemain pour cause de guerre.
1946 Premier vrai Festival de Cannes (20 septembre /5 octobre). Création du palmarès: Michèle Morgan remporte le prix d'interprétation pour son rôle dans la «Symphonie pastorale».
1947 Inauguration du premier Palais des festivals: un coup de vent violent fait s' envoler le toit du bâtiment flambant neuf...
1948 Pas de Festivalpour cause de difficultés financières dans une France en pleine reconstruction.
1951 Le Festival a lieu désormais au printemps.
1955 Création de la « Palme d'or» (référence aux palmiers qui bordent la Croisette). Le jury est présidé par Marcel Pagnol. Invitée d'honneur du Festival, Grace Kelly fait la connaissance du Prince Rainier lors d'une visite à Monaco; elle l'épousera l'année suivante.
1956 Sur exigence de la délégation allemande, le documentaire d'Alain Resnais «Nuit et brouillard », sur les camps de concentration, est retiré de la sélection. Brigitte Bardot crée une bousculade fracassante aux marches du Palais.
1959 Le marché du film devient officiel. François Truffaut crée l'événement avec les «400 coups» et obtient le Prix de la mise en scène. André Malraux est le premier ministre de la Culture à se rendre au Festival.
1960 Soirée mémorable sur la Croisette: les invités finissent en robe du soir et smoking dans la piscine du Majestic.
1962 Création de la semaine internationale de la critique.
1968 Le soulèvement de mai 68 gagne Cannes. Les cinéastes mènent les débats: François Truffaut et Jean-Luc Godard s'accrochent au rideau de la scène pour empêcher la projection d'un film. Claude Lelouch et Louis Malle, membre du jury, sont solidaires de la contestation. Le Festival est interrompu le 19 mai, cinq jours avant la fin.
1971 Charlie Chaplin est décoré de la Légion d'honneur par le ministre de la Culture Jacques Duhamel et reçoit une standing ovation de la part du public .
1972 Le féminisme déborde sur la Croisette. Un commando du MLF arrache les affiches du film «Fellini Roma » où la louve romaine est représentée par une femme a six mamelles.
1973 Scandale après la projection des films «La grande bouffe » de Marco Ferreri et «La maman et la putain » de Jean Eustache.
1978 Gilles Jacob est nommé délégué général et crée la section hors compétition «Un certain regard » ainsi que la « Caméra d'or» qui récompense le meilleur premier film.
1983 Inauguration du nouveau Palais des festivals, «le bunker ». Une première à Cannes: les photographes boycottent l'arrivée d'Isabelle Adjani, fatigués par ses caprices de star.
1987 Maurice Pialat reçoit la Palme d'or pour son film «Sous le soleil de Satan»; hué par le public, il répond par un poing levé. C'est à ce jour le dernier film français à avoir reçu la prestigieuse récompense.
1991 Madonna épuise le personnel de l'hôtel du Cap et exige dix limousines chromées pour se rendre au Palais.
1992 Venue présenter «Basic Instinct », Sharon Stone est la première actrice a être applaudie par les photographes qui déposent leur appareil pour lui faire une ovation.
1993 Francis Bouygues, patron de TF1, s'est lancé dans la production de cinéma et sa société Ciby 2000 présente «La leçon de piano » de la Néo-Zélandaise Jane Campion. C'est la première Palme d'or attribuée à une femme cinéaste.
1999 Bronca à l'énoncé du palmarès: Palme d'or à «Rosetta» des frères Dardenne et seulement un accessit pour « Tout sur ma mère » de Pedro Almodovar, favori de Cannes.
2000 Gilles Jacob devient président du Festival et nomme Thierry Frémaux délégué artistique.
2004 Le jury présidé par Quentin Tarantino attribue la Palme d'or à « Fahrenheit 9/11», brûlot anti-Bush de Michael Moore.
2006 Le film «Indigènes » de Rachid Bouchareb reçoit un prix d'interprétation masculine attribué collectivement à Jamel Debbouze, Samy Naceri, Sami Bouajila, Roschdy Zem et Bernard Blancan.
2007 60e anniversaire du plus grand festival de cinéma du monde

Source : http://tf1.lci.fr/infos/jt-tf1/culture/0,,3847477,00-cannes-histoire-legendes-anecdotes-.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : pour le plaisir des yeux !

Publié le par Ricard Bruno


Cliquez sur l'image de votre choix pour voir la vidéo!

Brigitte Bardot que du plaisir !

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Pascal Sevran et Brigitte Bardot : de vrais amis!

Publié le par Ricard Bruno

 
En septembre 2006, il fête l'anniversaire de Brigitte Bardot. Malgré les nombreuses polémiques sur les opinions politiques de B.B, Pascal Sevran lui est resté fidèle. Deux mois plus tard, c'est sur lui que s'abat le courroux de la presse et de l'opinion publique. Accusé de tenir des propos racistes, Sevran sera à son tour soutenu par ses amis, comme le chanteur Renaud.

Mon commentaire : Brigitte toujours aussi radieuse! Brigitte reste contre vent et marée fidèle en amitié et je sais de quoi je parle

Bruno Ricard

Source : http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/pascal_sevran_en_10_photos_117814

Partager cet article

Repost 0

Rencontres « Animal et Société »

Publié le par Ricard Bruno

Parmi les propositions qui devraient ressortir des travaux menés actuellement au sein des rencontres « Animal et Société » : le lancement d’une étude nationale visant à évaluer le « danger représenté par les spectacles taurins sur les mineurs ».

Pour la Fondation Brigitte Bardot, cette mesure est anecdotique :

« L’étude envisagée doit porter sur le traumatisme engendré par la corrida sur les jeunes. C’est stupide car le problème n’est pas là. La perversité des jeux taurins est de laisser penser qu’au nom de la tradition on peut, impunément, torturer à mort un animal. C’est absolument inacceptable et indéfendable sur le plan éthique. Le torero est présenté comme un héros, un modèle, alors qu’il ne fait que massacrer un animal dans les pires conditions qui soient ».

Dans la réglementation française, les courses de taureaux (corridas) et combats de coqs relèvent des sévices graves tout en bénéficiant d’une exception lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Cette exception est condamnée par la Fondation Brigitte Bardot pour qui « tout acte de cruauté avéré, caractérisé, doit être sanctionné ».

« Il n’y a pas d’autre alternative que demander l’interdiction pure et simple de ces jeux du cirque car c’est un principe moral de l’homme que d’évoluer vers une société plus juste où la barbarie, qu’elle soit exercée sur l’homme ou l’animal, n’aura plus sa place ».

La Fondation Brigitte Bardot participe également aux rencontres « Animal et Société » sur les thèmes : abattage rituel, transport et élevage, animaux de cirque, régime juridique de l’animal, expérimentation animale


Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article4818

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>