Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ABATTAGE RITUEL : A l’occasion de l’Aïd al Adha la Fondation Brigitte Bardot dénonce la barbarie...

Publié le par Ricard Bruno

ABATTAGE RITUEL

A l’occasion de l’Aïd al Adha la Fondation Brigitte Bardot dénonce la barbarie de l’abattage rituel et la désinvolture des autorités face à la souffrance des bêtes et aux infractions constatées.200 000 moutons égorgés en toute conscience en 48h

A l’occasion du premier jour de l’Aïd al Adha (ou Aïd-el-Kebir), la Fondation Brigitte Bardot dénonce  l’immobilisme de l’Etat qui s’oppose à rendre obligatoire l’étourdissement des animaux avant un abattage rituel comme l’impose, depuis 1974, la réglementation européenne pour tout autre type d’abattage. Cette allégeance faite à un rite entraîne de très nombreuses dérives.

En 48h, 200 000 moutons seront abattus pour l’Aïd al Adha, dont plus de 70 000 illégalement selon le Ministère de l’Agriculture. D’ores et déjà, de nombreux témoignages attestent de l’augmentation du nombre d’abattages clandestins.

 M. Sarkozy ne respecte pas ses engagements !

Interrogé par la Fondation sur la question lorsqu’il était Ministre de l’intérieur,  puis Président de la République, M Sarkozy avait promis « de trancher » si aucune décision significative rapide n’était prise. Pour l’heure, aucun engagement concret de l’Elysée n’est parvenu à la Fondation Brigitte Bardot mais de simples nouvelles promesses.

 La Fondation Brigitte Bardot présente sur des sites d’abattage

Ce matin, la Fondation Brigitte Bardot était, comme chaque année, présente sur des sites d’abattage.

D’après Christophe Marie, Directeur du Bureau de Protection Animale à la Fondation : « la situation est bien plus préoccupante aujourd’hui qu’elle ne l’était l’année dernière encore. Les appels se multiplient pour nous informer de sites clandestins où des moutons sont immobilisés dans des baraques de chantier, les pattes ligotées avec des cordes… » .

A Dreux (28), de nombreuses infractions ont été relevées dans le site d’abattage temporaire visité ; les animaux étaient mis sur le dos, les uns derrière les autres, sur un restrainer* qui conduit l’animal jusqu’au sacrificateur (et non à un piège de contention comme l’impose la réglementation) qui tranche la gorge du mouton et le suspend simultanément. « C’est très grave car à défaut de piège de contention, l’immobilisation obligatoire de l’animal durant la saignée n’est pas respectée et j’ai pu constater plusieurs bêtes suspendues, la gorge tranchée, alors qu’elles étaient manifestement encore conscientes. Une bête, dans un dernier effort, a relevé sa tête pendant une dizaine de secondes avant de mourir dans son sang. Chaque bête est laissée agonisante, la tête dans une flaque de sang, c’est indigne, profondément cruel mais se pratique dans l’indifférence coupable des agents vétérinaires présents ».

 Pour mémoire, Le Conseil Français du Culte Musulman a déclaré ne voir aucun obstacle à l’application de l’électronarcose*

Alors que plus de quatre années se sont écoulées depuis cette avancée majeure entre les autorités musulmanes françaises et les défenseurs de la cause animale, les pouvoirs publics français n’ont toujours pas modifié la réglementation. Pourtant, en rendant obligatoire l’étourdissement de tous les animaux avant leur abattage, rituel ou non, les pouvoirs publics permettraient d’utiliser n’importe quel abattoir puisque l’équipement spécifique pour le rituel (piège de contention) ne serait plus nécessaire, avantageusement remplacé par l’électronarcose.

La Fondation Brigitte Bardot demande à Bruno Le Maire, Ministre de l'Agriculture, d'intervenir immédiatement afin que les méthodes d'abattage constatées ce jour ne se reproduisent pas dans les jours prochains. En effet si la ligne d'abattage ne dispose pas de piège de contention il est impératif de recourrir à l'étourdissement préalable des animaux avant leur saignée.

 

* Le restrainer (ou convoyeur en V) est une sorte de tapis roulant amenant l’animal vers le piège de contention où se pratique la saignée.

* L’électronarcose permet d’étourdir l’animal par choc électrique.

Source

 

Partager cet article

Repost 0

Mathilde Seigner fait sa BB...

Publié le par Ricard Bruno

Passionnée de chevaux, Mathilde Seigner s'est engagée aux côtés de Brigitte Bardot contre l'hippophagie. L'actrice est la marraine de la campagne contre la consommation de la viande de cheval de la Fondation de B.B.

Clément Mathieu - Parismatch.com

«Ceux qui aiment les chevaux, les aiment vivants et libres dans les prés, pas dans leur assiette». Cette déclaration de Brigitte Bardot, leitmotiv de sa bataille contre l’hippophagie, Mathilde Seigner l’a faite sienne. L’actrice au tempérament bien trempé s’est engagée dans la lutte contre la consommation de la viande de cheval en devenant la marraine de la campagne de la Fondation Brigitte Bardot (FBB).

«Passionnée d’équitation, folle des chevaux depuis [sa] plus tendre enfance», comme elle l’écrit dans un communiqué sur le site dédié à la campagne, jenemangepasdecheval.com, Mathilde Seigner s’est rendue à l’Assemblée Nationale pour soutenir une loi visant à modifier le statut du cheval, pour le faire passer «d'animal de rente» à celui d'«animal de compagnie». «Je pensais qu'en France, on ne mangeait plus de cheval depuis longtemps», a expliqué Mathilde Seigner aux journalistes dans les couloirs du Palais Bourbon, où le député UMP des Alpes-Maritimes Lionel Luca va prochainement déposer la proposition de loi. «Manger du cheval, c'est comme manger son chien ou son chat», a asséné l’actrice réputée pour son franc-parler.

Mathilde «horrifiée»

A quelques jours du Salon du Cheval, la nouvelle campagne de la fondation de B.B. devrait une nouvelle fois provoquée l’ire de la filière de la viande chevaline, comme la grande distribution, pointée du doigt comme complice. Deux ans après une première campagne remarquée, la Fondation revient avec trois nouvelles affiches, ainsi qu’un petit film de sept minutes, tourné en caméra cachée dans des abattoirs. Selon la FBB, 16 000 chevaux sont abattus en France chaque année, dont 8000 importés vivants, notamment de Pologne, dans des conditions qui ne respecteraient pas les animaux. Ce qui fait «de la France le pays d'Europe occidentale le plus barbare vis-à-vis de la condition animale», d’après le député Lionel Luca. Des images qui ont «horrifié» Mathilde Seigner.

La comédienne de «Danse avec lui», dans lequel son personnage réapprend à vivre auprès des chevaux, ne pouvait que s’entendre avec la «petite fiancée» de Match… «Mathilde est une véritable amoureuse des chevaux (…) et c’est une femme qui n’a pas l’habitude de manier la langue de bois», a justifié B.B., interrogée par France Soir sur le choix de la marraine. «Grande admiratrice de Brigitte Bardot, ajoute de son côté Mathilde Seigner, je me devais de participer à la campagne anti-hippophagie inspirée par sa formidable Fondation». Et l'actrice de conclure: «Il me semble impensable de manger encore du cheval, cet animal si noble, si affectueux et qui a été si longtemps au service de l’homme».

Source :  cliquez ici

Partager cet article

Repost 0

Exposition Brigitte Bardot les années « insouciance »

Publié le par Ricard Bruno

Du 29 septembre 2009 au 31 janvier 2010, à Boulogne-Billancourt, aura lieu la première exposition consacrée à notre présidente Brigitte Bardot.

Un bel hommage pour ses 75 ans et l’occasion pour tous ses fans de revenir sur la naissance d’un mythe.

Elle retracera l’intégralité de sa vie, à travers son enfance, sa carrière cinématographique, ses chansons, ses amours, ses amants, ses scandales, mais aussi l’impact que cette femme a eu sur son époque : de la coiffure choucroute au vichy en passant par les fleurs dans les cheveux, les pieds nus, les grosses lunettes, l’eye liner, la moue boudeuse, etc...
Enfin, puisqu’il est inimaginable de parler de notre Présidente, sans évoquer ce qui lui tient le plus à coeur à savoir sa Fondation, une alcôve est exclusivement dédiée à son combat pour les animaux. Une salle choc dans l’esprit BB qui nous l’espérons éveillera les consciences des visiteurs.

"Parce que son coeur est encore plus grand que ne le fut sa beauté, parce qu’un jour les hommes de demain reconnaîtront comme des crimes ce que nous auront infligés à nos frères, Brigitte Bardot, plus qu’une légende de cinéma, restera à jamais dans l’histoire comme étant la première femme ayant eu le courage et la force de combattre, envers et contre tous, pour la défense des plus faibles : les animaux."

Nous, ses millions d’enfants, lui faisons la promesse de faire vivre son combat jusqu’à ce que plus aucune infamie ne soit commise envers les plus innocents.

Lamartine a dit : "On n’a pas un coeur pour les animaux et un coeur pour les humains, on a un coeur ou on n’en a pas du tout".

Brigitte Bardot

La griffe Brigitte Bardot

2. Stylo "7e art" de marque UNGARO – série numérotée signé BB de 1 à 500, avec certificat d’authenticité – Bille – Ce stylo est fait en aluminium, plaqué chrome et laque noire. – Livré dans un étui imitation cuir, griffé UNGARO.
SBB02 : 110 €
3. Stylo (Smalto) Signature BB – Bille – corps en laiton laqué noir, capuchon laiton chromé – Livré dans un coffret noir et métal griffé Smalto.
SBB03 : 80 €
4. Roller (Cerruti) 1881 Signature BB – corps et capuchon en laiton laqué noir avec bague chromée et guillochée – Livré dans un étui laqué noir et chrome, griffé Cerruti. SBB04 : 80 €

Partager cet article

Repost 0

Les autorités australiennes s'apprêtent à tuer 6.000 chameaux

Publié le par Ricard Bruno

Massacre annoncé

...............................................................................................................................................................

 

ENVIRONNEMENT - Poussés par la soif, ils menacent les villages des territoires du Nord...

Les autorités australiennes ont indiqué jeudi qu'elles se préparaient à abattre un troupeau de 6.000 chameaux sauvages. Les animaux, poussés par la soif, se rapprochent des villages et menacent les habitants et l'environnement.
 
En raison de la sécheresse qui touche le nord de l'Australie, les chameaux sauvages se sont rapprochés d'une communauté située à Docker River, dans l'Etat des Territoires du Nord, et sont si nombreux que les habitants restent cloîtrés chez eux.
 
Les habitants sont cloîtrés chez eux

            
«C'est une invasion digne d'une des dix plaies de la Bible, qui met en danger l'environnement», a indiqué Luke Bowen, chargé de gérer ces troupeaux qui ravagent la rare végétation.
 
Selon un responsable local, Graham Taylor, les animaux font peser un réel danger sur les habitants, certains craignant que les chameaux assoiffés ne tentent de pénétrer dans les habitations.
 
Abattus au fusil
 
La semaine prochaine, à l'aide d'hélicoptères, les chameaux seront donc rassemblés et conduits à 15 km où ils seront abattus au fusil. «Nous devons agir, et maintenant», a ajouté Luke Bowen, alors que les chameaux, implantés en Australie au début du XXe siècle et sans réels prédateurs, sont estimés à plus d'un million sur tout le territoire, menaçant les cultures.
 
Introduits en Australie alors que le chemin de fer n'existait pas, les chameaux ont été ensuite abandonnés et se sont largement reproduits, menaçant la faune endémique en réduisant les sources d'eau et de nourriture.

Source : 20 minute.fr

Partager cet article

Repost 0

NOUVELLE CAMPAGNE FONDATION BRIGITTE BARDOT "NE MANGEZ PAS DE CHEVAL !"

Publié le par Ricard Bruno

En 2007, la Fondation Brigitte Bardot s'était illustrée par une campagne d'affichage contre l'hippophagie qui avait déclenchée la colère de la filière "viande chevaline". En 2009, et à quelques jours du Salon du Cheval, la Fondation persiste et signe en mettant en place plusieurs actions visant à informer le public sur les coulisses de la filière chevaline. En effet, le leitmotiv de cette campagne est de faire découvrir aux citoyens la provenance profondément choquante de la viande de cheval.

Pourquoi une telle campagne ?

En 2009, La Fondation Brigitte Bardot a souhaité vérifier si les propos bienveillants de la filière concernant le bien-être animal allaient au-delà de simples déclarations et si l’application de ces « pseudos bonnes pratiques » était réelle. C’est pourquoi, la Fondation a commandité une enquête de terrain en France et en Pologne qui s’est déroulée de septembre à octobre 2009. Cette investigation a permis d’infiltrer la filière, d’y observer ses pratiques en caméra cachée et de disposer d’images récentes traduisant une réalité actuelle.

La conférence de presse en images

C'est pour annoncer le dépot d'un projet de loi visant à modifier le statut juridique du cheval en le faisant passer d'animal de rente à animal de compagnie et pour dénoncer les coulisses de la filière chevaline que la Fondation Brigitte Bardot a organisé le 24 novembre 2009 à l'Assemblée Nationale, une conférence de presse en présence du Député Lionnel Lucas et de Mathilde Seigner marraine de notre combat contre l'hippophagie.

Une campagne de révélation

Les visuels de la campagne sont construits sur une même mécanique de révélation : Une accroche, " Ne mangez pas de cheval " renvoyant à trois visuels informant sur la provenance des chevaux de boucherie : vieux chevaux de clubs, chevaux de course réformés, poulains de races lourdes.

Une campagne d'information ciblée

Du 24 novembre au 14 décembre 2009, la Fondation met en place plusieurs outils d’information à destination du grand public et notamment vers les visiteurs du Salon du cheval :

 

  • - Une campagne d’affichage dans les transports en commun :
  • - 12 faces 4 x 3 au sein de la station RER B Saint-Michel
  • - 3230 faces « oriflammes » dans le tout le métro parisien
  • - La mise en place d’un stand itinérant autour du salon du cheval, du 1er au 14 décembre 2009. Ce bus, à l'effigie de la campagne sillonnera les proches alentours du salon, assurera la diffusion d'une vidéo, de tracts d'informations et de badges. Cette initiative fait suite à la véritable campagne de censure du Salon du Cheval 2007 auquel la Fondation s'est vu refuser l'accès.

Une campagne d'information ciblée

Voir la suite sur le site de la fondation Brigitte Bardot : 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Mathilde Seigner sur les traces de B.B...

Publié le par Ricard Bruno

Passionnée de chevaux et d'équitation depuis son enfance, l'actrice Mathilde Seigner a pris la relève de B.B. à l'occasion de la nouvelle campagne d'affichage contre l'hippophagie lancée mardi par la Fondation Brigitte Bardot (FBB).

"Je pensais qu'en France, on ne mangeait plus de cheval depuis longtemps", a expliqué Mathilde Seigner aux journalistes mardi à l'Assemblée nationale, où le député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Luca va prochainement déposer un projet de loi visant à modifier le statut du cheval, pour le faire passer "d'animal de rente" à celui d'"animal de compagnie".

"Manger du cheval, c'est comme manger son chien ou son chat", estime l'actrice, qui s'est dite "horrifiée" après avoir visionné les images choc d'un document récemment tourné en caméra cachée par la FBB dans quatre abattoirs chevalins en France.

Selon la FBB, près de 16.000 chevaux sont abattus en France chaque année, dont 8.000 sont importés vivants, notamment de Pologne, dans des conditions qui "font de la France le pays d'Europe occidentale le plus barbare vis-à-vis de la condition animale", estime le député Luca.

- Sur le Net : http://www.jenemangepasdecheval.com

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/people/20091125.FAP4881/nouvelles_des_celebrites.html





Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Viandes - Brigitte Bardot : “Il est inadmissible de continuer à manger du cheval au XXIe siècle”

Publié le par Ricard Bruno

En un mot comme en cent adhérez et faites adhérer à la fondation Brigitte Bardot, plus nous serons nombreux à lutter aux côtés de Brigitte Bardot plus nous ferons avancer la cause animale.

Bruno Ricard 

Fondation Brigitte Bardot
28 rue Vineuse
75116 Paris FRANCE
tél: 33 (0)1 45 05 14 60 - fax: 33 (0)1 45 05 14 80


 
Choquée par l’utilisation du cheval en boucherie, Brigitte Bardot, fervente protectrice des animaux, présente aujourd’hui sa nouvelle campagne « Ne mangez pas de cheval ».

Brigitte Bardot était hier dans sa maison de la Madrague près de Saint-Tropez où elle répondait au nombreux courriers qu’elle reçoit chaque jour. Entre deux lettres, la plus mythique des actrices françaises, et depuis 1986, la présidente de la fondation qui porte son nom, nous a accordé un entretien.

FRANCE-SOIR. Pourquoi avez-vous décidé de lancer une nouvelle campagne contre le marché de la viande chevaline ?
BRIGITTE BARDOT.
Parce que la lutte contre l’hippophagie fait partie des quatre causes pour lesquelles je ne cesserai jamais de me battre. Il y a les bébés phoques, la fourrure, l’abattage rituel et l’hippophagie. Aujourd’hui nous lançons cette nouvelle campagne parce qu’il est totalement inadmissible qu’au XXIe siècle nous puissions encore manger du cheval. Nous ne sommes pas en guerre, nous ne mourrons pas de faim, il est alors intolérable de manger du cheval. Ça me retourne le cœur. Je trouve épouvantable que l’on puisse mettre dans notre assiette une créature aussi formidable. Les gens ne se rendent pas compte des conditions dans lesquelles les chevaux sont vendus, puis transportés et enfin tués dans les abattoirs. Le cheval est un animal très peureux alors vous imaginez la peur qu’il a lorsqu’il va à l’abattoir. Il faut que les gens sachent.

La campagne de votre fondation s’accompagne du dépôt d’un projet de loi à l’Assemblée nationale. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca, qui fait partie du conseil d’administration de notre fondation, va déposer à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à modifier le statut juridique des chevaux en le faisant passer d’animal de bétail à celui d’animal de compagnie. Le cheval a toujours été le compagnon de l’homme, il lui a servi à travailler les champs, à se déplacer, à faire la guerre. Aujourd’hui, le cheval sert à se balader, à gagner des courses, à jouer dans des spectacles. Il n’est pas normal que le cheval ne soit pas considéré comme un animal de compagnie au même titre que le chien ou le chat.

Pensez-vous que cette proposition va être adoptée ?
Vous savez, j’ai dû me battre pendant trente-deux ans pour que la législation sur les bébés phoques change. Je me bats aussi depuis vingt-huit ans pour que les moutons soient étourdis lors des abattages rituels. Il faut du temps pour que les mentalités évoluent. Alors dans trente-deux ans je serai passé de l’autre côté mais je ne perds pas espoir. La campagne d’affichage, ainsi que la diffusion de notre enquête et la proposition de loi ne sont qu’une première étape. Ce serait merveilleux que la proposition soit adoptée, la France donnerait ainsi l’exemple.

Mathilde Seigner est la marraine de la campagne « Ne mangez pas de cheval ». Pourquoi lui avez-vous demandé de vous accompagner dans cette démarche ?
Pour des raisons de santé, je ne peux malheureusement plus me déplacer comme avant. J’ai alors téléphoné à Mathilde en lui demandant de me représenter pour cette campagne et je la remercie d’avoir accepté. Mathilde est une véritable amoureuse des chevaux. Elle les connaît bien et a joué dans un magnifique film avec eux (NDLR : Danse avec lui) et c’est une femme qui n’a pas l’habitude de manier la langue de bois. C’est donc tout naturellement qu’elle sera la figure de proue de notre fondation pour « Ne mangez pas de cheval ».

Biographie express

1934. Naissance à Paris.

1956. Consécration mondiale grâce à Et Dieu… créa la femme réalisé par son mari Roger Vadim.

1962. BB devient végétarienne et débute son combat pour la cause animale en obtenant notamment l’étourdissement préalable à l’abattage des animaux

1977. Elle lance la campagne contre la chasse aux blanchons, les fameux bébés phoques, traqués pour leur fourrure.

1986. Création de la Fondation Brigitte Bardot.

2002. A l’occasion de la Coupe du monde de football, elle appelle au boycott des produits sud-coréens pour protester contre la consommation de viandes de chat et de chien en Corée du Sud.

2009. Elle demande au président de la Commission européenne d’instaurer une journée végétarienne au sein des Etats membres. Lancement de la campagne « Ne mangez pas de cheval ».

Source : http://www.francesoir.fr/societe/2009/11/24/brigitte-bardot-viande-cheval.html

Partager cet article

Repost 0

Viandes - Brigitte Bardot : “Il est inadmissible de continuer à manger du cheval au XXIe siècle”

Publié le par Ricard Bruno

Choquée par l’utilisation du cheval en boucherie, Brigitte Bardot, fervente protectrice des animaux, présente aujourd’hui sa nouvelle campagne « Ne mangez pas de cheval ».

Brigitte Bardot était hier dans sa maison de la Madrague près de Saint-Tropez où elle répondait au nombreux courriers qu’elle reçoit chaque jour. Entre deux lettres, la plus mythique des actrices françaises, et depuis 1986, la présidente de la fondation qui porte son nom, nous a accordé un entretien.

FRANCE-SOIR. Pourquoi avez-vous décidé de lancer une nouvelle campagne contre le marché de la viande chevaline ?
BRIGITTE BARDOT.
Parce que la lutte contre l’hippophagie fait partie des quatre causes pour lesquelles je ne cesserai jamais de me battre. Il y a les bébés phoques, la fourrure, l’abattage rituel et l’hippophagie. Aujourd’hui nous lançons cette nouvelle campagne parce qu’il est totalement inadmissible qu’au XXIe siècle nous puissions encore manger du cheval. Nous ne sommes pas en guerre, nous ne mourrons pas de faim, il est alors intolérable de manger du cheval. Ça me retourne le cœur. Je trouve épouvantable que l’on puisse mettre dans notre assiette une créature aussi formidable. Les gens ne se rendent pas compte des conditions dans lesquelles les chevaux sont vendus, puis transportés et enfin tués dans les abattoirs. Le cheval est un animal très peureux alors vous imaginez la peur qu’il a lorsqu’il va à l’abattoir. Il faut que les gens sachent.

La campagne de votre fondation s’accompagne du dépôt d’un projet de loi à l’Assemblée nationale. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca, qui fait partie du conseil d’administration de notre fondation, va déposer à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à modifier le statut juridique des chevaux en le faisant passer d’animal de bétail à celui d’animal de compagnie. Le cheval a toujours été le compagnon de l’homme, il lui a servi à travailler les champs, à se déplacer, à faire la guerre. Aujourd’hui, le cheval sert à se balader, à gagner des courses, à jouer dans des spectacles. Il n’est pas normal que le cheval ne soit pas considéré comme un animal de compagnie au même titre que le chien ou le chat.

Pensez-vous que cette proposition va être adoptée ?
Vous savez, j’ai dû me battre pendant trente-deux ans pour que la législation sur les bébés phoques change. Je me bats aussi depuis vingt-huit ans pour que les moutons soient étourdis lors des abattages rituels. Il faut du temps pour que les mentalités évoluent. Alors dans trente-deux ans je serai passé de l’autre côté mais je ne perds pas espoir. La campagne d’affichage, ainsi que la diffusion de notre enquête et la proposition de loi ne sont qu’une première étape. Ce serait merveilleux que la proposition soit adoptée, la France donnerait ainsi l’exemple.

Mathilde Seigner est la marraine de la campagne « Ne mangez pas de cheval ». Pourquoi lui avez-vous demandé de vous accompagner dans cette démarche ?
Pour des raisons de santé, je ne peux malheureusement plus me déplacer comme avant. J’ai alors téléphoné à Mathilde en lui demandant de me représenter pour cette campagne et je la remercie d’avoir accepté. Mathilde est une véritable amoureuse des chevaux. Elle les connaît bien et a joué dans un magnifique film avec eux (NDLR : Danse avec lui) et c’est une femme qui n’a pas l’habitude de manier la langue de bois. C’est donc tout naturellement qu’elle sera la figure de proue de notre fondation pour « Ne mangez pas de cheval ».


Biographie express

1934. Naissance à Paris.

1956. Consécration mondiale grâce à Et Dieu… créa la femme réalisé par son mari Roger Vadim.

1962. BB devient végétarienne et débute son combat pour la cause animale en obtenant notamment l’étourdissement préalable à l’abattage des animaux

1977. Elle lance la campagne contre la chasse aux blanchons, les fameux bébés phoques, traqués pour leur fourrure.

1986. Création de la Fondation Brigitte Bardot.

2002. A l’occasion de la Coupe du monde de football, elle appelle au boycott des produits sud-coréens pour protester contre la consommation de viandes de chat et de chien en Corée du Sud.

2009. Elle demande au président de la Commission européenne d’instaurer une journée végétarienne au sein des Etats membres. Lancement de la campagne « Ne mangez pas de cheval ».

Partager cet article

Repost 0

Serge Gainsbourg -- Initiales BB

Publié le par Ricard Bruno



Parole de la chanson :
Une nuit que j'étais
A me morfondre
Dans quelque pub anglais
Du cœur de Londres
Parcourant l'Amour Mon-
Stre de Pauwels
Me vint une vision
Dans l'eau de Seltz

Tandis que des médailles
D'impérator
Font briller à sa taille
Le bronze et l'or
Le platine lui grave
D'un cercle froid
La marque des esclaves
A chaque doigt

Jusques en haut des cuisses
Elle est bottée
Et c'est comme un calice
A sa beauté
Elle ne porte rien
D'autre qu'un peu
D'essence de Guerlain
Dans les cheveux

A chaque mouvement
On entendait
Les clochettes d'argent
De ses poignets
Agitant ses grelots
Elle avança
Et prononça ce mot :
Alméria

Partager cet article

Repost 0

Journal d'un tournage, Gregor Von Rezzori...

Publié le par Ricard Bruno

Gregor Von Rezzori, ami de longue date du réalisateur de Louis Malle, rapporte ici une aventure humaine hors du commun au Mexique, un tournage fascinant confrontant les ego. Viva Maria est un film particulier dans la filmographie de Malle. Caractérisé à la fois par sa légèreté de ton, mais qui traite d’un sujet sérieux – celui de la révolution dans un pays imaginaire du continent sud-américain, il met en scène deux jeunes artistes du Music Hall quiv ont s’éprendre d’un même homme, à savoir un jeune leader révolutionnaire et vont reprendre son oeuvre à sa mort chacune à leur façon.

Dans un premier temps, l’intérêt de ce témoignage repose sur la rivalité posée d’emblée entre les deux actrices principales présentées comme diamétralement opposées l’une à l’autre.

Le match est annoncé : Brigitte Bardot vs. Jeanne Moreau. Voici une histoire qui a fait couler beaucoup d’encre à l’époque. C’est d’ailleurs dans ce cadre que Von Rezzori avoue lui-même rapidement son incapacité à se situer parfois objectivement dans le rapport des faits dans lesquels il est lui-même parti pris. Il montre dans ce cadre son appartenance au tournage, mais de l’autre côté, il est aussi interpellé, mettant de ce fait sa neutralité et ses affects en péril.

Il en ressort de cette atmosphère, par ailleurs, un rapport particulier au temps. « On est partout et nulle part où l’on croit être, pas même au Mexique (que l’on s’était imaginé très mexicain ». Dans un pays où l’on prend son temps pour prendre la mesure de toute chose, à disposition d’un réalisateur exigeant et surtout à l’écoute de deux monstres du cinéma. Une pointe de surréalisme et de fantaisie à y ajouter: la Moreau, la Bardot, Luis Bunuel, Pierre Cardin, une cour de jouvenceaux,

Louis Malle et une pléiade de personnages hauts en couleur et plus fantasmagoriques les uns que les autres. Surréaliste, c’est bien le mot. Le film à peine commencé, les plus folles rumeurs et autres terribles tensions s’installent sur les plateaux autour des deux étoiles. S’y ajoutent les excès d’une presse française et internationale, une coproduction franco-américaine exigeante et des caprices de stars.

Bardot et Malle

À côté de ce témoignage d’un quotidien de mise en scène et de jeu d’acteurs, il s’agit également d’un carnet de voyage livré par un Européen sur le Mexique. La description d’un quotidien qui n’existe plus et qui était déjà en perdition à l’époque enrichit grandement le journal. Il faut également parler des rencontres improbables, un certain côté exotique certes, mais l’expérience cinématographique s’y superposant. On nous livre une version satyrique et sarcastique d’un groupe de personnes qui n’ont rien à voir ensemble, mais pourtant réunies autour d’un projet commun qui contraste avec l’environnement global…

link

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>