Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brigitte Bardot au Salon du livre de Boulogne Billancourt...

Publié le par Ricard Bruno


4ème salon du livre de Boulogne Bilancourt

Image












Brigitte Bardot est bien représentée au salon du livre de Boulogne Billancourt qui se déroule  du samedi 05 12 2009 au dimanche 06 12 2009 de 14h00 à 18h00.
Venez y retrouver les auteurs ayant consacrés un ouvrage sur la divine Brigitte Bardot entre autre :

Dominique Choulant et son livre : "Brigitte Bardot le mythe éternel"


Emmanuel Bonini et son livre : "Brigitte Bardot Par amour...et c'est tout!"


Henry-Jean Servat e le livre officiel de l'exposition Brigitte Bardot:
"Brigitte Bardot, la légende"


Bruno Ricard

4e salon du livre les 5 et 6 décembre

ImageC'est celui qui lit qui est ! Le ton est donné pour le 4e salon du livre que la ville organise  le samedi 5 et le dimanche 6 décembre de 14h à 18h à l’espace Landowski. Plus de 200 auteurs de fiction, de roman policier, d’essais, de beaux livres et de bande dessinée rencontreront le public et se prêteront au jeu des dédicaces. Au programme : conférences, dictée pour tous, remise des prix du concours de jeunes auteurs boulonnais, lectures-rencontres, tables-rondes... La République des lettres est en ébullition !   Téléchargez la gazette du salon.

 

 

 

4e SALON DU LIVRE « DES MOTS ET DES BULLES »
Samedi 5 et dimanche 6 décembre de 14h à 18h.
Nef de l’espace Landowski.

Beaux livres, romans, essais, bandes dessinées... Il y en aura pour tous et, nouveauté du cru 2009, à déguster sans modération tout au long de deux journées : le Salon du livre a été étendu sur deux jours pour que le plus grand nombre puisse s'adonner aux plaisirs de la découverte des auteurs et de leurs oeuvres.  

 

> Rencontres
Plus de 200 auteurs seront présents au 4e Salon du livre parmi lesquels Philippe Alexandre, Jacques Attali, Sylvian Auger, Béatrix de l'Aulnoit, Cabu, François de Closets, Jean-Pierre Colignon, Christiane Collange, Jean-Loup Chrétien, Jean-Louis Debré, Françoise Dorin, Philippe Grimbert, Jean-Michel Guenassia, Albert Jacquard, Patrice Leconte, Philippe Meyer, Jacques Pessis, Jean-Christian Petitfils, Patrice de Plunkett, Michel Polacco, Jean-Marie Rouart, Tatiana de Rosnay, Jean Sevillia, Antoine Sfeir, Frédéric Brémaud, Erroc, Eric Liberge, Rossbach... 

 

> Samedi 5 décembre de 14h à 18h

- 14 h : Ouverture du Salon et début des séances de dédicaces

- 14h30 : Dictée pour tous par Jean-Pierre Colignon à l'amphithéâtre de l'espace Landowski 

- 16h : Conférence d'Alexandre Duval-Stalla : Le musée imaginaire d'André Malraux, des Maisons de la culture à Abou Dhabi, cinquante ans d'ambition culturelle à l'amphithéâtre de l'espace Landowski.   

- 17 h : lecture-rencontre avec Madeliene Bertaud : François Cheng, une passion pour la langue française au foyer bar de l'epace Landowski

- 17h30 : remise des prix du concours des Jeunes auteurs Boulonnais

 

 


> Dimanche 5 décembre de 14h à 18h

- 14 h : Ouverture du Salon et début des séances de dédicaces

- 14h30 : lecture-rencontre avec Valentine Goby : Qui touche à mon corps je le tue (Gallimard) au foyer-bar

- 15h : conférence d'Antoine Sfeir : Faut-il avoir peur de l'Iran ? à l'amphithéâtre

- 16h45 : table ronde autour de Henry-Jean Servat, avec Christian Dureau et Dominique Choulant : Brigitte Bardot, un mythe éternel ? à l'amphithéâtre

 

/// A noter : tous les ouvrages achetés lors du Salon du livre bénéficient d'une remise de 5%. ///

Source : http://www.boulognebillancourt.fr/cms/index.php?option=com_content&task=view&id=1499&Itemid=1

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Elle n’écoute que Radio Classique...

Publié le par Ricard Bruno

 

Elle n’écoute que Radio Classique. À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée à Boulogne-Billancourt, elle a réservé son unique grand entretien radiophonique à Olivier Bellamy.


« Quand j’étais jeune, je n’étais pas très intéressée par la musique classique. C’était plutôt le cha-cha-cha et la rumba... Mais parmi les hommes de ma vie, il s’en est trouvé qui m’ont initiée à ce que je trouvais jusqu’alors rébarbatif. Ils m’ont appris à écouter, à prendre conscience d’un goût qui était probablement en moi mais que j’ignorais. Aujourd’hui, je n’écoute plus que du classique et je reste branchée jour et nuit sur Radio Classique.

« À huit ans, j’ai dansé sur la Gymnopédie n° 1 d’Erik Satie. C’était une variation qui s’intitulait L’Amour et Psyché. La danse m’a apporté une grande discipline de vie : on a souvent les pieds en sang et on ne peut pas se plaindre ; il faut y aller quand même.

« La première musique qui m’a marquée, c’est Blanche-Neige. Je voulais vivre dans ce dessin animé et j’ai gardé la fraîcheur de l’enfance. Je ne suis pas raisonnable...

« Aujourd’hui, j’adore le mouvement lent du Concerto pour clarinette de Mozart. Cela vous porte à croire que le paradis peut exister. J’ai aussi une passion pour le mouvement lent du Concerto pour deux violons de Bach. Il a écrit cette page en s’inspirant de la respiration d’une femme endormie. C’est frappant quand on l’écoute en y pensant. Et je ne peux pas entendre l’Andante du Concerto pour piano n° 21 de Mozart sans pleurer. La beauté, c’est ce qui est si unique que personne ne peut faire mieux. Ce qui est beau rend notre âme belle et ce qui est laid nous salit et rend notre âme laide. Les plus beaux morceaux classiques nous élèvent et nous rapprochent de Dieu.

« La beauté, selon moi, vient de l’harmonie, que ce soit en peinture, en architecture ou en musique. Or on vit un siècle sans harmonie. C’est pour cela qu’on a tant besoin de musique et d’art classique.

« Je me souviens d’avoir assisté au récital de Maria Callas en 1958 à l’Opéra de Paris. Je n’ai pas rencontré Callas car nous vivions dans deux mondes différents alors que nous ressentions sans doute la même chose face à la gloire : ce "deuil éclatant du bonheur", comme dit Madame de Staël. Elle en a bavé et a eu une fin de vie épouvantable. Elle s’est réfugiée dans une solitude qui l’a probablement tuée. J’ai eu de la chance en arrêtant à temps mon métier d’actrice pour m’occuper des animaux. J’ai sauvé des animaux, mais ils m’ont également sauvée. La fin des actrices est souvent triste : Marilyn s’est suicidée, Romy Schneider aussi, Marlene Dietrich a fini abandonnée de tous. Le cinéma est un monde très déstabilisant parce qu’on fait semblant, alors que moi, j’ai toujours eu soif d’authenticité et de vérité.

« En 1958, Maria Callas chantait "Casta Diva" dans Norma de Bellini. Je n’étais pas capable de l’apprécier à l’époque, mais aujourd’hui je le trouve si beau que j’ai demandé qu’on le fasse entendre le jour de mon enterrement. »

Source : http://www.qobuz.com/info/MAGAZINE-ACTUALITES/L-INVITE-DU-MOIS/Brigitte-Bardot37088

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Une soirée spéciale Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno


Paris Première consacre une soirée à l'icône des années 60
Une soirée spéciale Brigitte Bardot
A l'occasion de l'exposition « Brigitte Bardot les années Insouciance », Paris Première consacre une soirée spéciale BB.

Mercredi 16 décembre dès 22h50, Mareva Galanter sera aux commandes de Show Bardot. Le documentaire, tourné en 1968 à la Madrague, présente une Brigitte Bardot qui reprend ses tubes Bonnie & Clyde et Harley Davidson. Elle partage également une séance de photos avec les téléspectateurs.

A 23h45, la chaine diffusera Et dieu créa la femme le film phare de Roger Vadim qui révéla Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant.

Enfin à 01h30, Paris Première proposera Brigitte Bardot : Femme ou Mythe dans laquelle l'actrice est invitée sur le plateau de Jean-Pierre Elkabbach en 1973. Elle répond notamment aux questions de Claude Sarraute, René Barjavel et François Nourissier.


Source :
http://www.tvmag.com/programme-tv/article/documentaire/48870/une-soiree-speciale-brigitte-bardot.html?sat=0&sac=0&saf=1&sj=00&sm=00&sa=0&sq=&page=1&vid=0
Partager cet article
Repost0

Emmanuel Bonini : Brigitte Bardot, par amour... et c'est tout !

Publié le par Ricard Bruno

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Emmanuel Bonini, votre nouveau livre Brigitte Bardot- Par amour et c'est tout !aux éditions Alphée. Il y avait eu des biographies précédemment, cette fois-ci il ne s'agit pas d'une biographie. Comment s'est construit ce livre ? 

Emmanuel Bonini (Brigitte Bardot- Par amour et c'est tout !) :
C'est un livre un petit peu spécial. C'est un cri du coeur et de révolte. J'ai connu Brigitte il y a douze ans, de façon épistolaire, je lui avais envoyé un manuscrit sur un chien et un adolescent. Le chien meurt, l'adolescent meurt avec lui, et ce chien c'était mon chien, l'adolescent c'était moi, ce qu'il en reste, et on a lié amitié comme ça. Mon chien s'appelait Prince et tout de suite je lui avais demandé : « Si ce livre vous touche, je serais très heureux et honoré que vous me fassiez la préface ». Cinq jours après, je recevais chez moi une lettre magnifique, une préface sublime, très touchante, et une photo du chien de Brigitte qui s 'appelait Princesse, c'était un labrador... Coïncidence ? C'était un coup de foudre amical, un coup de coeur.        

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Finalement vous la laissez parler, vous la laissez répondre à ses détracteurs. Volontairement ? Ce sont des entretiens que vous avez retravaillés ?

Emmanuel Bonini (Brigitte Bardot- Par amour et c'est tout !) :
C'est un live qui est de mon initiative, ce n'est pas un livre de commande de Brigitte, puisque Brigitte n'a besoin de personne pour se défendre. Brigitte n'a pas de comptes à rendre aux humains, elle n'a plus d'illusions sur les humains, mais l'individu la touche, donc ça veut dire qu'elle a encore une capacité d'émerveillement, et en cela  elle est restée une enfant, je pense que c'est ce qui la sauve. Je voulais faire ça ; depuis des années j'en parle à Brigitte et j'avais dit à Brigitte l'année dernière : là c'est le moment., « je vais te le rendre cet hommage et de ton vivant parce qu'après quand tu ne seras plus là, tout le monde va s'accaparer Brigitte Bardot », on va raconter n'importe quoi, donc moi j'ai voulu faire ça sous son contrôle, de son vivant, montrer qui elle était. Je lui avais dit ça sera pour ton 75 ème anniversaire par exemple, et je ne savais pas du tout qu'il y avait une grande exposition qui se préparait, et c'est tant mieux puisque ça  fait un ensemble de choses.            

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Justement, pourquoi depuis ses premières apparitions devant une caméra à aujourd'hui, suscite-elle toujours autant de haine ?

Emmanuel Bonini (Brigitte Bardot- Par amour et c'est tout !) :
Elle suscite autant de haine que d'amour, parce qu'elle suscite beaucoup d'amour Brigitte. C'est une fille qui est vraie, naturelle, elle assène des vérités de façon crue, mais comme elle dit « la vérité sort de son puits », donc elle a des idées qu'on n'est pas obligées de partager, mais on n'a pas le droit de la bâillonner, et surtout de la diaboliser comme on le fait maintenant.
Plus on est connu, moins on est connu, c'est connu. Elle a des défauts, mais ce ne sont certainement pas ceux qu'on lui reproche. Le moindre de ses faits et de ses gestes a toujours suscité... Elle s'est toujours bien ou mal débrouillée pour provoquer le scandale ,alors qu'en fait elle met du piment dans les choses, elle aime le piment, elle aime qu'il y ait un peu de piment dans la vie, mais elle n'attire pas forcément ces choses là.             

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Est-ce que ce livre, dans votre parcours, restera un moment-clé ?

Emmanuel Bonini (Brigitte Bardot- Par amour et c'est tout !) : Moment-clé, je ne sais pas. Je ne peux pas présumer de l'avenir mais en tout cas c'est un moment que je vis intensément, je suis heureux de faire ça pour Brigitte. Quand je fais une biographie, pour moi c'est la meilleure, c'est la première  et c'est la plus belle et quand j'écris un livre c'est mon dernier enfant, c'est le plus beau. Mais enfin là c'est un petit peu différent, c'est un peu spécial, c'est peut-être un aboutissement et c'est le début, peut-être, de quelque chose. C'est un long accomplissement d'un amour entre elle et moi.       

Philippe Chauveau (Web Tv Culture) :
Merci beaucoup Emmanuel Bonini. Brigitte Bardot- Par amour et c'est tout !, c'est aux éditions Alphée.

EN IMAGES...
 

Notice: Undefined variable: emission in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 136

Notice: Trying to get property of non-object in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 136

Notice: Undefined variable: emission in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 136

Notice: Trying to get property of non-object in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 136

Notice: Undefined variable: emission in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 137

Notice: Trying to get property of non-object in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 137

Notice: Undefined variable: emission in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 137

Notice: Trying to get property of non-object in /servers/apache/sites/pros/com/recette.web-tv-culture.fr/infos.php on line 137
Brigitte Bardot, par amour et c'est tout de Emmanuel Bonini Emmanuel Bonini Brigitte Bardot, par amour... et c'est tout ! Commander le livre Decouvrir l'émission

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

SCOOP "Brigitte Bardot" : émission spéciale le 16 12 2009...

Publié le par Ricard Bruno


Maréva Galanter présentera le mercredi 16 décembre à 22h35 un Vive la télé spécial Brigitte Bardot
sur Paris Première. 
Elle  est déjà une habituée de Paris Première puisqu'elle présente depuis 3 saisons déjà Do you do you scopitone , à retrouver tous les samedis dès le 2 janvier 2010 à 20 heures. 
  

Bruno Ricard
Partager cet article
Repost0

ANIMAUX DE BOUCHERIE

Publié le par Ricard Bruno

Abattoir Charal de Metz : Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire se dit « choqué de certaines images diffusées par l’association L214 »

Le 18 septembre, la Fondation Brigitte Bardot intervenait auprès du ministre pour dénoncer les différentes infractions relevées à l’abattoir Charal de Metz. Aujourd’hui, le ministre se dit « choqué » par les images visionnées et rappelle que la suspension d’un animal avant qu’il soit étourdi ou mis à mort est interdite et que, dans le cadre de l’abattage rituel, l’immobilisation des animaux doit être maintenue jusqu’à la fin de la saignée (infractions relevées à l’abattoir Charal de Metz par l’association L214).

 

Dans sa lettre, le ministre informe la Présidente de la Fondation Brigitte Bardot qu’il a « demandé à l’inspection générale de ce ministère (Agriculture) de conduire un audit interne dans les établissements d’abattage d’animaux de boucherie ». Cet audit devra « analyser les conditions dans lesquelles les contrôles sont réalisés par les services vétérinaires et les suites données aux constats de non-conformité dans le domaine de la protection animale ». Brigitte Bardot avait en effet dénoncé « l’attitude coupable des services vétérinaires qui, par leur non-intervention, se rendent complices de pratiques illégales, inacceptables et indignes ».

 

D’autres propositions ont été faites par le ministre, notamment en ce qui concerne l’abattage rituel. A la lecture de la lettre de Bruno Le Maire, Brigitte Bardot s’est déclarée confiante : « je n’ai jamais caché le peu d’estime que je porte aux ministres de l’Agriculture qui se sont succédés alors j’espère que Bruno Le Maire se démarquera et qu’il fera de la France un pays phare et non plus la lanterne rouge de la protection animale en Europe ».

La lettre du Ministre :

 

 

logo
MINISTERE DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE
   
Le Ministre Paris, le 28 SEPT. 2009
   

Madame la Présidente,

Vous avez appelé mon attention sur les conditions déplorables d'abattage d'animaux de boucherie constatées par l'association L214 dans un abattoir à Metz.

Je partage pleinement votre souci de protection des animaux à tous les échelons de la production. C'est un axe prioritaire de mon action. J'ai été choqué, comme vous, de certaines des images diffusées par l'association L214.

Sur ce point, je rappelle que la suspension d'un animal, avant qu'il soit étourdi efficacement ou mis à mort, est explicitement interdite par l'article R.214-69 du code rural. Dans le cas particulier de l'abattage rituel, l'article R214-74 précise que l'immobilisation des animaux doit être maintenue jusqu'à la fin de la saignée. Ces mesures doivent être scrupuleusement respectées par les opérateurs qui ont la responsabilité de garantir que le process d'abattage ne suive pas son cours si l'animal n'est pas inconscient, même si des mouvements réflexes peuvent néanmoins survenir après la mort.

À la suite de cette affaire, j'ai immédiatement demandé à l'inspection générale de ce ministère de conduire un audit interne dans les établissements d'abattage d'animaux de boucherie.

Outre les conditions d'application de la réglementation par les opérateurs, cet audit devra analyser les conditions dans lesquelles les contrôles sont réalisés par les services vétérinaires et les suites données aux constats de non-conformité dans le domaine de la protection animale. Je tiens à cet égard à rappeler que la protection animale fait partie intégrante des préoccupations prises en compte dans l'inspection réalisée par mes services en abattoir.

Par ailleurs, j'ai demandé à la direction générale de l'Alimentation de RÉUNIR LES professionnels pour préparer la mise en œuvre du nouveau règlement européen fixant les règles relatives à la protection animale lors de l'abattage, adopté par les ministres européens de l'agriculture en juin dernier. La mise en œuvre de ce règlement doit notamment permettre : - la définition de modes opératoires intégrant des spécifications techniques plus précises prenant en compte le bien-être animal ; - une obligation de formation renforcée et la création d'un certificat de compétence obligatoire pour tous les opérateurs, ainsi que la présence d'un correspondant protection animale (sur le modèle des responsables qualité) dans chaque abattoir.

Une réunion spécifique sera par ailleurs organisée pour améliorer l'application de la réglementation existante de l'abattage rituel. Je souhaite en particulier que soit établi, en lien avec les professionnels et sur la base de recommandations scientifiques, un critère spécifique de durée minimale où la contention doit être maintenue pendant la phase de saignée.

Le nouveau dispositif d'audit par des référents nationaux d'abattoirs, tel qu'il se généralise actuellement, montre son efficacité. Mais il faut que les actions correctives des dysfonctionnements constatés soient mises en œuvre plus efficacement. Je demanderai aux Préfets d'être particulièrement attentifs aux situations qui leur seront signalées. Un ordre de service sera également adressé à l'ensemble des services d'inspection en abattoir pour redéfinir et harmoniser les grilles de contrôles. Cette méthode d'inspection harmonisée sera également accompagnée - et cela constituera un tournant majeur - d'un cadre précis pour veiller à l'application effective de la réglementation.

Enfin, je constate que les dispositions réglementaires existantes ne sont pas suffisamment dissuasives face à des comportements incompatibles avec la protection des animaux dans les abattoirs. Aussi ai-je demandé à mes services d'examiner la possibilité de donner aux Préfets la base juridique nécessaire pour retirer l'agrément d'un abattoir, en cas de non-respect manifeste du droit, jusqu'à la réalisation des aménagements nécessaires permettant un fonctionnement satisfaisant.

Comme vous pouvez le constater, ma mobilisation est entière pour que la protection du bien-être animal progresse en France et en Europe. Je vous prie de croire, Madame la Présidente, à l'assurance de ma considération distinguée.

 


Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40208&IdCat=
Partager cet article
Repost0

CHASSE en Australie...

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot demande au premier ministre australien de renoncer à l'abattage programmé et scandaleux de 6 000 dromadaires.

Après être intervenue, en début d’année, auprès du 1er ministre Australien au sujet des brumbies (chevaux sauvages) abattus en masse, la Fondation Brigitte Bardot tente à nouveau d’instaurer un dialogue de raison avec les autorités australiennes. Il s’agit aujourd’hui des tirs programmés pour l’éradication de 6000 dromadaires par hélicoptère dans l’état du territoire du Nord.

Ces animaux, introduits sur le continent pour l’activité humaine, ont servi l’homme pendant de nombreuses décennies. Une fois exploités, les dromadaires ont été abandonnés et livrés à eux-mêmes dans la nature où ils ont dû s’adapter et survivre dans des conditions difficiles.

Ils se sont alors reproduits, créant une population importante qui ne subit aucune régulation naturelle et qui ne dispose pas de suffisamment d’eau et de nourriture pour subsister.

L’Australie est responsable de cette prolifération et rien n’a jamais été entrepris pour réguler la population et la méthode choisie aujourd’hui est intolérable, barbare, scandaleuse et indigne d’une nation comme l’Australie. L’argent consacré à cette tuerie devrait l’être à des programmes de délocalisation et de gestion humaine de ces populations animales.

« Vos pratiques sont scandaleuses et je reçois de nombreux courriers indignés de particuliers qui me demandent de réagir et d’alerter l’opinion publique mondiale, comme je l’avais fait pour dénoncer le massacre des phoques au Canada. »

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40218

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot prend la défense des dromadaires australiens

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot prend la défense des dromadaires en Australie et s'est adressée au Premier ministre de ce pays pour lui demander de renoncer au massacre programmé de ces animaux, a annoncé sa fondation mercredi.

Chameau sauvage en Australie


"Vos pratiques sont scandaleuses", s'indigne-t-elle dans cette lettre à M. Hon Kevin Rudd, dénonçant les "tirs programmés pour l'éradication de 6.000 dromadaires par hélicoptère dans l'état du territoire du Nord".

"Vous perpétuez vos erreurs sans cesse, après les lapins, les chevaux, maintenant les dromadaires! C'est scandaleux et indigne d'une nation comme l'Australie", estime-t-elle.

Les dromadaires ont été introduits dès le XIXe siècle en Australie comme bêtes de somme résistantes au désert afin de pouvoir transporter des charges dans les immenses étendues de l'outback (l'arrière-pays) australien.

Mais ils se sont tellement bien adaptés qu'ils se sont vite mis à pulluler, provoquant d'importants dégâts à la flore fragile d'Australie, le continent le plus sec au monde.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jM1zs6yxxr8g60qodUOlGJAXA4FQ
Partager cet article
Repost0

Une journée sans viande pour sauver la planète ?

Publié le par Ricard Bruno

L’ACTUALITÉ Aujourd’hui, devant le Parlement de Bruxelles, l’ex-Beatles Paul McCartney appelle à une journée sans viande.
À POINT À la veille du sommet de Copenhague, les experts rappellent que l’élevage pollue plus que les transports.
Ça sent le roussi pour les accros au steak. Le dernier rapport de la FAO (l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) sur l’impact de l’élevage est accablant. Nourriture, transport, fermentations, lisiers : l’élevage émet 18 % des gaz à effet de serre. C’est le principal responsable du réchauffement climatique, devant les transports ! En cause : la consommation de viande, surtout bovine, en constante hausse dans les pays occidentaux et émergents.
De l’assiette à la planète
Bouc émissaire, le boeuf ? Pas quand on sait que, non content de rejeter le fameux méthane dans l’atmosphère, il dégrade les terres agricoles, contribue à la déforestation en Amérique du Sud, gaspille l’eau. Produire 1 kg de viande nécessite 15 000 l d’eau. Ainsi que 7 kg de céréales.
Soit 40 % de la production céréalière, tandis qu’un milliard d’êtres humains souffre de la famine… Après la lettre de Brigitte Bardot, amie des bêtes, à Barroso, président de la Commission européenne, le très écolo sir McCartney défend ce matin l’idée d’une journée sans viande, aux côtés du président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).
Les États-Unis ont déjà le Lundi sans viande, en cours d’adoption par les Britanniques. En Belgique, le Jeudi sans viande arrive à point nommé, sous l’oeil intéressé de la France. Le regard sur le changement climatique change-t-il, à la veille de la conférence des Nations unies, du 7 au 18 décembre ?
Passant de l’échelle mondiale au local, de la planète à l’assiette.

Il est prévu qu’à Copenhague, les grands de ce monde mangent végétarien.
Au moins une journée. •

Source : http://www.lavoixdunord.fr/journal/VDN/2009/12/03/PLUS/ART2062960.phtml
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>