Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi les stars craquent pour les animaux: "Alain Delon"

Publié le par Ricard Bruno

Les stars semblent souvent encore plus amoureuses de leur chien que nous. Parce qu'il les regarde sans les juger?

 

Alain Delon affichant hier son immense amour des chiens dans nos colonnes, dans le cadre de la votation sur les avocats pour animaux. Brigitte Bardot vouant sa vie aux animaux, ou lançant: «Un chien, c'est un coeur avec du poil autour.» Mickey Rourke, effondré à la mort de son «meilleur ami», un chihuahua. D'autres stars encore, dégoulinant d'amour pour leur toutou: Guy Bedos, Dany Boon, Lance Armstrong, Susan Sarandon, Michel Drucker. La liste est loin d'être exhaustive.

Comme une horde de communs des mortels, une horde de stars sont profondément attachées à leur compagnon à quatre pattes. Mais pour certains, ça semble aller plus loin. N'est-ce qu'une impression? Ou une vedette, parce qu'elle est vedette, a-t-elle plus de chances de surinvestir dans sa relation à son chien? Il n'existe manifestement pas d'études sur le sujet. Et il y a de la communication, là-dedans: les vedettes, comme les puissants, savent que s'afficher avec un chien leur vaudra de la sympathie. Reste que les chiens confortent, tranquillisent, soignent. Et sont fidèles. Et les stars, parfois seules au sommet, ont peut-être davantage besoin d'être confortées, tranquillisées, rassurées.

Effet tranquillisant
Dans le détail, de nombreuses études ont montré que le chien a un effet tranquillisant. Et donne à son propriétaire une sensation de maîtrise. «C'est une relation asymétrique, détaille la sociologue et anthropologue française Marion Vicart. L'homme peut avoir l'impression d'être un dompteur. Il domine son chien mais le protège également. Il est le chef de meute», note la chercheuse qui boucle justement une thèse sur la relation entre l'homme et le chien à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris). Mais les stars ont-elles davantage besoin de maîtrise?

Pas de trahison
C'est sans doute dans deux autres bénéfices qu'offrent les chiens qu'il faut chercher une explication. D'abord, un chien ne jugera pas la star, contrairement à l'ensemble de l'humanité, qui scrute et décortique ses moindres faits et gestes. «Pour l'homme, il est plutôt un actant non critique, sans jugement et sans enjeu de compétition menaçante», écrit le Pr Albert Piette (Université d'Amiens), dans un long article intitulé «Entre l'homme et le chien».

Ensuite, le chien, toujours loué pour sa fidélité, ne trahit pas. «Un puissant, une vedette a un entourage avec des relations complexes. Il peut se demander ce que veut exactement cet entourage, imagine Marion Vicart. L'attachement qu'offre le chien est par contre un don. Il est gratuit.»

La sociologue ajoute une dernière hypothèse. «Le chien, au fond, ne répond-il pas parfaitement à l'ambiguïté de certaines vedettes? Qui veulent être au centre des attentions tout en souffrant du regard des autres. Le chien ne cesse de regarder son maître, avec ce regard qui tranquillise et attendrit. Mais il ne le juge pas.»

Source : http://www.lematin.ch/actu/suisse/stars-craquent-animaux-235013

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Il abat froidement son chien de chasse!

Publié le par Ricard Bruno

Dimanche matin, dans un bois entre Castelsarrasin et Saint-Nicolas, un promeneur a assisté à une scène d'un autre âge.

La douille du calibre 12 (plomb de 6) a été retrouvée et sera analysée.Photo DDM

Le cliché que nous publions parle de lui-même, c'est un acte sadique, une scène d'un autre âge à laquelle a assisté un promeneur qui baladait, dimanche matin, ses chiens dans un bois isolé entre Castelsarrasin et Saint-Nicolas-de-la-Grave. L'homme, qui préfère, pour l'heure, conserver, pour des raisons évidentes, l'anonymat, témoigne sur «l'exécution sommaire» à laquelle il a assisté. «C'est en promenant mes chiens non loin du Tarn que j'ai été intrigué par le va-et-vient d'un véhicule auquel je ne portais pas d'attention particulière, si ce n'est qu'il ne circule pas beaucoup d'automobiles en plein bois.» Et de poursuivre: «Je l'ai vu alors sortir quelque chose de sa malle qu'il a traînée avec une certaine résistance jusqu'à un arbre (c'est vraisemblablement le chien de chasse, avec la corde qu'il a déjà autour du cou, NDLR). Peu après, j'ai entendu un coup de feu, ce qui m'a d'autant surpris que l'on est en pleine réserve de chasse, un endroit où les chasseurs n'ont justement pas le droit de tirer.» En quelques minutes, le promeneur se précipite sur les lieux pour voir de quoi il s'agit. Sur place, il a juste le temps de voir un véhicule qui s'éloigne promptement et le cadavre d'un chien de chasse froidement abattu d'un coup de fusil à l'arrière du crâne. Indigné par cet acte de cruauté sans nom, il informe immédiatement l'association du refuge de Saint-Béart à deux pas de là qui lui conseille de déposer aussitôt plainte. Cette dernière est enregistrée au commissariat, accompagnée d'une série de clichés. Le chien a, depuis, été transporté à la clinique vétérinaire de Moissac où, à la demande du parquet, il a été autopsié hier. Dans le même temps, une douille de calibre 12 - celle d'un fusil de chasse - et de plomb 6 - servant habituellement aux chasseurs de faisans ou de perdreaux- a pu être identifiée sur le lieu du tir. Elle a été transmise aux services de la gendarmerie qui devraient la faire analyser dans leur laboratoire.

Également sur place, Michèle Fléta, l'un des coresponsables du refuge canin, se déclarait indignée par ce qu'elle n'hésitait pas à qualifier comme un «acte de barbarie. Il n'a laissé aucune chance à cet animal attaché à 60 centimètres de corde». Et de pointer du doigt une catégorie qu'elle connaît bien: «C'est la fin de la saison de la chasse, on n'a plus besoin du chien, et bien, on n'hésite pas à s'en débarrasser d'un coup de fusil.» Une situation dont ce défenseur des animaux entend faire un exemple. «L'association de Saint-Béart, à laquelle se sont joints, d'ores et déjà, 30 Millions d'amis et la fondation Brigitte Bardot, a déposé plainte et se portera partie civile s'il devait y avoir un procès.»

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/02/10/773789-Il-abat-froidement-son-chien-de-chasse.html
Partager cet article
Repost0

Renvoyé devant la justice pour sévices sur un animal domestique

Publié le par Ricard Bruno

Un homme de 23 ans, ancien propriétaire d'un chien de race golden retriever, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nantes pour sévices sur un animal domestique. Il comparaîtra le 28 juin prochain. Le chien, âgé de sept mois, avait été recueilli en janvier dernier par le refuge Des Animaux et des hommes, à Bouguenais, après une dénonciation anonyme. L'animal, ausculté par des vétérinaires, souffrait de plusieurs fractures et de brûlures de cigarette sur la peau. L'association 30 Millions d'amis et la fondation Brigitte Bardot ont souhaité se porter partie civile dans cette affaire.
Nathalie Bourreau
Source : http://www.presseocean.fr/actu/filinfo_detail_-Renvoye-devant-la-justice-pour-sevices-sur-un-animal-domestique_-1258039--BKN_actu.Htm
Partager cet article
Repost0

Scoop! "Coup de gueule de Brigitte Bardot contre Balkany"

Publié le par Ricard Bruno

SCOOP!

Voici ci dessous la dépêche de Brigitte Bardot en exclusivité sur ce blog!

communiqué de presse brigitte bardot le 09 01 2010

Partager cet article
Repost0

Balkany: le Tartarin du 9-2 chez Ruquier

Publié le par Ricard Bruno

Balkany: le Tartarin du 9-2 chez Ruquier

Patrick Balkany, le Marius de Levallois-Perret se présente ce soir chez Laurent Ruquier, sur France 2.

L'homme de lettres Balkany savourera son statut d'écrivain face à Zemmour & Naulleau.

Le beauf du 92, supposé être le "meilleur ami du Président", a couché sur papier ses mémoires.

Mémoires dans lesquelles il confie avoir honoré Brigitte Bardot. Cette dernière a démenti les fanfaronnades drapées de Balkany.

Tout sera à l'image du personnage. Un Tartarin des Hauts de Seine, un fort en gueule de l'UMP, un VRP de sa propre cause.

Le verbe sans censure, le sur-moi absent de son pedigree, Balkany Patrick parle cash, vit dans l'outrance et la jouissance.

Magouilles et parlottes sont son quotidien. Il s'en flatte. Il sera donc à l'honneur du service public ce soir.

Source : http://lewesternculturel.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/02/06/balkany-le-tartarin-du-9-2-chez-ruquier.html

.................................................................................................................................................................

Mon avis sur le passage de Balkany chez Ruquier :

 

J'ai regardé cette émission jusqu'à son terme et notamment le passage de Balkany et je doit dire qu’il prend vraiment ses désirs pour des réalités, d'emblée Laurent Ruquier lui demande si il a couché avec Brigitte Bardot et là ils nous fait un déballage nauséabond sur sa prétendue aventure avec BB, avoir un tel personnage maire d'une ville ça fait peur !

Je reprend une phrase que BB à dit je le cite (et je suis absolument d’ accord avec elle) " je suis outrée et scandalisée par ce qui n'est qu'une lamentable désinformation ayant pour but de faire vendre son livre, ramassis de médiocrité à son image.

Monsieur Balkany prend ses désirs pour des réalités et ses propos sont révoltants de la part d'un homme qui se voudrait politiquement respectable", "J'ai honte pour lui et envisage une procédure en diffamation si les faits exposés ne sont pas immédiatement démentis par l'intéressé".

Balkany n’a rien démenti du tout au cour de son Interview dans cette émission bien au contraire, ce dernier a continué ses élucubrations, il est vraiment pathétique, Parler d’indécence de la part de ce type là est pur euphémisme. A répandre et se vautrer dans la boue on devient de la boue soi-même !

Bruno Ricard

  

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

« Le retour de la fourrure », les contrevérités du reportage d’Envoyé Spécial et la réaction de la Fondation Brigitte Bardot.

Publié le par Ricard Bruno

Le jeudi 4 février 2010, France 2 a diffusé, dans le cadre de l’émission « Envoyé Spécial », un reportage donnant la parole aux fourreurs, uniquement aux fourreurs…


L’interview de la Fondation Brigitte Bardot sur ses campagnes a été zappée au montage, la vaste manifestation unitaire du 24 octobre dernier a été passée sous silence, seule un petit rassemblement de courageux militants PETA a été diffusé, laissant penser qu’il n’y avait plus réellement d’opposants à la fourrure. Or lors de cette manifestation nous n'étions pas une dizaine !





Plus grave encore, des « arguments » faussement écologiques ont été mis en avant, il fallait entendre Nathan Sprung déclarer « la fourrure synthétique c’est ce qu’il y a de moins écologiquement correct, si vous abandonnez un manteau en fourrure synthétique dans la nature, elle mettra des siècles à se dégrader alors qu’une fourrure animale, c’est naturel, c’est biodégradable ».

RENDEZ-VOUS SUR NOTRE SITE www.jeneportepasdefourrure.com
je ne porte pas de fourrure le site dédié de la Fondation Brigitte Bardot


Non, la fourrure n’est pas écologique !

Cet « argument », de plus en plus répandu, est une aberration car les élevages intensifs d’animaux à fourrure (comme ceux d’animaux pour la boucherie) représentent un grave danger pour l’environnement (rejets, pollution des nappes phréatiques), les tanneries sont également des industries très polluantes, quant à parler d’abandons de manteaux synthétiques dans la nature, laissons la famille Sprung dans ses élucubrations.

Autre aspect profondément choquant de ce reportage, le regard des éleveurs sur leurs animaux qui ne sont déjà que des fourrures sur pattes, aucune considération pour l’être vivant, l’être sensible, ce n’est qu’une marchandise.


En voir plus sur cet elevage >>

visons-fourrure RENDEZ-VOUS SUR NOTRE SITE www.jeneportepasdefourrure.com
je ne porte pas de fourrure le site dédié de la Fondation Brigitte Bardot


Un hangar, une chambre à gaz…

Lors de ce reportage, nous avons pu voir les conditions de vie, ignobles, de milliers de visons emprisonnés dans des cages en batteries, animaux sauvages qui dans la nature vivent au bord des cours d’eau, nagent, creusent… Dans les élevages, les animaux sont sortis de leurs cages uniquement pour être gazés, électrocutés ou saignés.

Dans le reportage de France 2, un éleveur de visons s’émerveille devant sa boîte reliée à une bouteille de gaz carbonique : « c’est un processus très facile, il n’y a pas de sang et c’est sans douleur », il est vrai que ce processus très facile a largement fait ses preuves, il n’y a pas si longtemps, dans d’autres camps.



Unissons-nous pour faire reculer la fourrure

Les clientes semblent ne pas vouloir s’informer sur l’origine de leur fourrure, elles ne veulent pas savoir combien d’animaux ont été tués, dans quelles conditions… A nous de les en informer. Nous tenons à votre disposition des tracts, des autocollants, alors n’hésitez pas à nous en demander afin d’interpeler, ensuite, toutes les femmes et les hommes qui portent de la fourrure animale et tenter de leur faire comprendre que par leur acte d’achat, ils signent un acte de mort de plusieurs dizaines d’animaux.

RENDEZ-VOUS SUR NOTRE SITE www.jeneportepasdefourrure.com
je ne porte pas de fourrure le site dédié de la Fondation Brigitte Bardot

Source :  http://srv05.admin.over-blog.com/index.php?module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=851265486194

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot va poursuivre le tueur de chat sauvage...

Publié le par Ricard Bruno

BOSSEVAL-ET-BRIANCOURT (Ardennes). La fondation Brigitte Bardot a été saisie de l'exécution du félin de Bosseval, flingué à bout portant, dans sa cage, par le président des piégeurs agréés des Ardennes.

 

AURA-t-on le plaisir de voir Brigitte Bardot au palais de justice de Charleville-Mézières ? C'est peu probable. Mais ce qui est en revanche certain, c'est qu'on y rencontrera, un jour prochain, l'avocat de la fondation qui porte son nom, si Raymond Gillet, président de l'association ardennaise des piégeurs agréés, y comparaît, pour le meurtre commis, le 20 août dernier, sur le domaine des Margannes, près de Bosseval.
Ce jour-là (notre édition du 29 janvier), cet homme censé protéger la faune de nos forêts, avait en effet été surpris en train de tuer, à bout portant, un chat sauvage _ appelé également chat forestier_ accidentellement pris au piège dans une cage à nuisibles.
Il l'avait froidement exécuté au lieu de le remettre en liberté, ainsi qu'il aurait pourtant dû le faire, cet animal étant « protégé » depuis la publication d'un arrêté ministériel en date du 1er janvier 1976.
Contrairement à ce qui s'est passé récemment à Gespunsart, avec un braconnier présumé coupable d'avoir occis un magnifique cerf sans qu'on puisse le prouver avec une certitude absolue, faute de témoin direct, Raymond Gillet a bien été obligé de reconnaître les faits, car il avait été photographié, en gros plan, en train de commettre son forfait. Bernard Theiss, un membre de son association, demeurant à Baâlons, outré par un tel comportement, ayant réalisé, en planque dans un fourré, cinq documents accablants le montrant en train de « flinguer », à bout portant, le pauvre animal coincé, sans défense, derrière ses barreaux, en usant d'un pistolet 22 LR* alors qu'il aurait suffi d'ouvrir la porte pour qu'il disparaisse sans demander son reste, trop heureux de

recouvrer la liberté.


BB partie civile
Au lieu de cela il s'est livré à une véritable « exécution », façon balle dans la nuque, bien évidemment indigne d'un responsable associatif. Mais ce dernier s'en est pourtant défendu, sans honte, en affirmant que l'animal étant soi-disant « agressif », il s'était senti « en état de légitime défense » (sic), n'hésitant pas à évoquer l'existence d'un contentieux, entre lui et le « photographe » Bernard Theiss, pour expliquer la volonté évidente de ce dernier de chercher à lui nuire.
Toujours est-il que les faits étant incontestables et Bernard Theiss n'étant pas décidé à en rester là, ce dernier, preuves à l'appui, a saisi l'Association nationale des piégeurs, pour dénoncer le grave manquement de son représentant ardennais, mais aussi le procureur de la République, ainsi que l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Et puis, donc, la Fondation Brigitte Bardot, qui nous a bel et bien confirmé, hier, avoir effectivement été saisie de cette lamentable affaire, bien déterminée à se constituer partie civile et à demander des dommages-intérêts, sitôt que son service juridique se sera assuré, auprès du tribunal ardennais, des suites qui lui seront données par le parquet.

G.G.-M.
* Cette précision est un détail aggravant, car un pistolet 22 LR est désormais classé en 4e catégorie et nécessite un « port » d'arme. Il aurait mieux fait d'utiliser une carabine 22 LR. Le résultat aurait été le même, mais lui aurait évité d'avoir, en plus du reste, des ennuis pour usage d'arme

prohibée.

Source : http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/421899/Brigitte_Bardot_va_poursuivre_le_tueur_de_chat_sauvage
Partager cet article
Repost0

Envoyé Spécial – le retour de la fourrure, ce soir sur France 2

Publié le par Ricard Bruno

Alors que dans les années 90 il était devenu grâce au travail des associations de protection des animaux presque impossible de sortir en manteau de fourrure sans se faire jeter des cailloux, force est de constater que la tendance s’est, ces dernières années, complètement inversée. La fourrure est partout ; dans les beaux quartiers, bien sûr, mais aussi sur les capuches des ados, les chapka très à la mode cet hiver ou encore les gilets vendus à des prix dérisoires dans des enseignes de prêt-à-porter. Les top models, Kate Moss en tête, ne cachent leur amour morbide pour la fourrure, les magazines féminins en font plus que jamais l’apologie et les accessoires en fourrure semblent avoir envahi les rues. Et s’il semble facile pour certains de refuser en masse un produit qu’on ne pourra de toute façon jamais s’offrir, la donne semble changer lorsque le vêtement devient plus abordable…

 

Pourtant, nous gardons tous en tête les images terrifiantes que les associations, la Fondation Brigitte Bardot en tête, affichaient il y a quelques années à peine. Que s’est-il passé pour qu’un tel retournement de situation s’opère ?

 

Ce soir, Envoyé Spécial consacre un reportage à cette mode de la fourrure. Les associations ont-elles perdu du terrain et si oui, pourquoi ? Comment les créateurs et les fabricants sont-ils parvenus à remettre sur le devant de la scène la fourrure véritable ? Ne ratez pas ce reportage qui ne manquera pas de vous faire grincer des dents, ce soir à partir de 20h35 sur France 2. 

visu2-copie.jpg
Source : http://vegmag.over-blog.com/article-envoye-special-le-retour-de-la-fourrure-ce-soir-sur-france-2-44271838.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Le chien Bandit avait été retrouvé affamé...

Publié le par Ricard Bruno

DR

Au mois de juillet
dernier, Bandit, un braque de Weimar a été trouvé attaché à un piquet sur terrain vague à Vias.
L'animal avait été abandonné là, sans nourriture, sans eau par ses propriétaires.
Deux autres congénères, à qui le même sort avait été réservé, n'ont pas survécu à ce traitement et le rescapé s'était alors nourri de leurs restes pour survivre.
Le procès des propriétaires de l'animal se déroule aujourd'hui au tribunal correctionnel de Béziers.
De nombreuses associations nationales de protections des animaux seront présentes notamment la fondation Brigitte Bardot qui s'est portée partie civile dans cette affaire.
« Bandit a survécu en se nourrissant des deux autres cadavres, assurait à l'époque Michèle Perlini, la responsable de la défense de la cause animale en Biterrois. Ils n'avaient aucune chance de fuir ni de survivre. »A proximité des animaux se trouvaient des tentes de camping habitées. Mais personne ne s'était occupé d'abreuver et de nourrir ces animaux ni même de signaler un quelconque problème.
Le propriétaire du terrain avait découvert les animaux à son retour de vacances.
Il avait alors alerté les autorités, ainsi que Michèle Perlini, présidente du comité de défense animale d e Béziers.
Le chien Bandit, seul survivant, avait été emmené chez un vétérinaire qui avait alors constaté l'état de maigreur avancée dû à une malnutrition et une absence de soins. Les gendarmes s'étaient alors occupés de l'enquête et avaient rapidement mis la main sur les propriétaires de ces animaux.
Depuis, Bandit a trouvé un foyer d'accueil chez ses premiers propriétaires qui l'avaient cédé aux personnes qui seront présentées aujourd'hui à la barre du tribunal. Ces derniers comparaissent pour abandon volontaire d'un animal domestique et privation de nourriture et d'abreuvement.

Source : http://www.midilibre.com/articles/2010/02/03/BEZIERS-Le-chien-Bandit-avait-ete-retrouve-affame-1096824.php5
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>