Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brigitte Bardot exhibition in Saint-Tropez...

Publié le par Ricard Bruno

affiche exposition brigitte bardot saint tropez-copie-1

Brigitte Bardot exhibition from 23 June to 31 October 2010 in Saint-Tropez (French Riviera)

Bardot, the symbol of femininity, in all her glory.
Sublime in the film "And God Created Woman", painted by Andy Warhol, the first celebrity to model for the Marianne bust, the symbol of the French Republic: Bardot is admired throughout the world.

This exhibition on Brigitte Bardot delves deep into her turbulent existence. Structured in three sections, arranged in chronological order, the exhibition takes visitors to the heart of Brigitte Bardot’s private life. A series of themed alcoves present the key moments in B.B.’s life, each one recalling a song, a film, a TV programme, etc.

Brigitte Bardot has loaned some of her personal possessions for the occasion, including unpublished letters, and works by prestigious photographers, painters and sculptors.

A tour punctuated by films, archive footage and rare interviews that is sure leave no visitor unmoved

For further information, contact Saint-Tropez Tourist Office
Tel.: +33 (0) 892 68 48 28 (€0.35/min)

Exhibition entry:
- €11, concs €8
- Free to children under 10 years
- Possibility of late opening, private parties and guided tours

Espace Rendez-Vous des Lices
83990 Saint-Tropez
Daily, 11 am to 8 pm (+ late opening in July and August until 11 pm)
Tickets can be purchased from the Office de Tourisme (tourist office) on
Quai Jean Jaurès

Partager cet article
Repost0

Expo : Brigitte Bardot et Saint-Tropez, divine idylle...

Publié le par Ricard Bruno

 

expo brigitte bardot st tropezAprès Paris, c'est Saint-Tropez qui organise une exposition en l'honneur de sa plus célèbre habitante... A découvrir du 23 juin au 31 octobre 2010
Partager cet article
Repost0

Die B.B. und Saint-Tropez...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot – nur ein Männer mordendes Sex-Symbol? Oh nein – diese Frau hat eine ganze Epoche geprägt, viel, viel nachhaltiger als so mancher Minister jener Zeit. Mit 15 platzte sie in das prüde Frankreich der 1950er-Jahre: hinreißend schön, sinnlich, respektlos. Skandalös! Sehr viel später sagte sie, ihr bisheriges Dasein sei damals völlig aus den Fugen geraten. Brigitte lebte emanzipiert, nach ihren Maßstäben, scherte sich nicht um die öffentliche Meinung. Sie störte. Und daran hat sich bis heute nichts geändert.

«Du wirst der unerreichbare Traum aller verheirateten Männer sein», prophezeite schon der erste Ehemann Brigitte Bardots, der Regisseur Roger Vadim. Foto: D.R. Col Bob Zagury

«Wenn sie verliebt war, zeigte sie es hemmungslos der ganzen Welt. Denn jedes Mal glaubte sie, es sei der Richtige», so Henry-Jean Servat. Servat organisiert neben Produzent Tristan Duval die Ausstellung «Brigitte Bardot», die vom 23. Juni bis 31. Oktober in Saint-Tropez zu sehen ist. Der Journalist ist seit über 20 Jahren ein guter Freund der Bardot und «wohl der einzige Pressevertreter, der noch persönlichen Zugang zu ihr hat», wie er sagt.

Von seinen Emotionen übermannt, kämpft der Franzose minutenlang mit den Tränen, bevor die Ende Mai einberufene Pressekonferenz beginnen kann. Auch Bardots Ehemann, Bernard D’Ormale, ist die Rührung anzusehen: Brigitte Bardot in Saint-Tropez! Zwei untrennbaren Mythen wird endlich ein Denkmal gesetzt!

Auf 800 Quadratmetern werden zum Teil bisher nicht veröffentlichte Kindheits-Fotos, private Filme und Gegenstände wie die ersten Ballettschuhe der engagierten Tierschützerin gezeigt. Natürlich geht es in einem Kapitel auch um ihre Eroberungen, ihre Ehemänner und Geliebten.

Doch der letzte Ausstellungs-Abschnitt ist auf ihren ausdrücklichen Wunsch der Liebe ihres Lebens gewidmet: dem Kampf gegen die Misshandlung von Tieren an allen Fronten. «Brigitte möchte, dass die Besucher als letzten Eindruck diese meist sehr grausamen Bilder mit auf den Weg bekommen», erklärt Henry-Jean Servat.

Die B.B. ist der einzige Star, zu dem man spontan einen geografischen Bezug herstellt: Die Bardot und Saint-Tropez gehören einfach zusammen! Das Städtchen war für den Star zunächst ein Zufluchtsort, ein Paradies, bevor sie es später als «die Hölle auf Erden» empfand. Neugierige Menschenmassen störten die ihr so wichtige Privatsphäre. Seit 1958 besitzt die Bardot an der Route des Canebiers das Haus La Madrague, wo sie mit ihrem Mann und ihren Tieren zurückgezogen lebt.

Ursprünglich hatte sie sich ein Domizil in Bandol erträumt. Aber innerhalb eines Wochenendes entscheidet sie sich dann hingerissen für einen Bootsschuppen auf einem verwunschenen Grundstück am Meer von Saint-Tropez, das ihre Mutter für sie aufgestöbert hatte.

Brigitte unterbricht die Dreharbeiten zu Luis Buñuels Film La Femme et le pantin (Dieses obskure Objekt der Begierde) und unterzeichnet den Vertrag beim Notar, der für sie seine Kanzlei am Sonntag öffnet.

Saint-Tropez war dem Star damals bereits vertraut: Als kleines Mädchen verbrachte Brigitte hier unbeschwerte Ferien. Mit ihren Eltern und ihrer jüngeren Schwester fuhr sie viele Sommer lang mit dem Nachtzug, dem Train Bleu, von Paris nach Saint-Raphaël und von dort aus weiter mit dem Boot. Das geschah stets nach demselben Ritual: Von Bord aus erlebte die Familie den Sonnenaufgang: Das Fischerdorf wartete auf sie! Und mit ihm glückliche Stunden in einem damals noch weitgehend unbekannten Saint-Tropez mit seinem unverfälschten Charme.

Der erste Weg führte jedes Mal zum Hôtel de la Ponche, wo die Tochter des Hauses, Simone Duckstein, sofort zum Bäcker geschickt wurde, um ofenwarme fougasses für die Urlauber zu holen. Dann ging es in die Rue de la Miséricorde, wo die Familie Bardot viele Jahre lang ein rosafarbenes Fischerhäuschen bewohnte.

1957, Brigitte war inzwischen 23, entstand dann der Film, der sie an der Seite von Curd Jürgens endgültig weltberühmt machte: Roger Vadims Und Gott erschuf die Frau. Mit und durch die B.B. erlangte auch Saint-Tropez internationalen Ruhm.

Doch kaum eine Liebesbeziehung kommt ohne Meinungsverschiedenheiten aus. So ging Brigitte einmal ganz allein auf die Teilnehmer eines Jägerkongresses los. Mit einem Megafon bewaffnet, marschierte sie zum Versammlungsort und brüllte den verblüfften Männern ihre Missachtung entgegen.

Der heutige Bürgermeister Jean-Pierre Tuveri kann darüber nur lächeln. Er freut sich, dass seine Stadt ihren Besuchern in diesem Sommer eine so attraktive Ausstellung zu bieten hat und ist seinem Tourismus-Direktor Claude Maniscalco für dessen Einsatz sehr dankbar, wie er sagt. Aber ein Risiko wollte er auf keinen Fall eingehen und besuchte im Frühling die Premiere der Ausstellung in Boulogne-Billancourt – inkognito.

Brigitte Bardot - Saint-Tropez
Espace Rendez-Vous des Lices
23. Juni bis 31. Oktober
11-20 Uhr, im Juli & August bis 24 Uhr
Eintritt 11 Euro, «Express»-Karte (ohne Wartezeit) 13 Euro

Source : http://www.rczeitung.com/index.php/kulturartikel/items/die-bb-und-saint-tropez.html

Partager cet article
Repost0

L'acteur et metteur en scène Laurent Terzieff décédé vendredi

Publié le par Ricard Bruno

Laurent Terzieff récompensé par un Molière du meilleur comédien le 25 avril 2010.

DECES - A l'âge de 75 ans...

L'acteur et metteur en scène Laurent Terzieff est décédé vendredi soir à l'âge de 75 ans à l'hôpital de la Salpêtrière, «de complications pulmonaires» après avoir été «souffrant pendant plusieurs semaines», a annoncé samedi à l'AFP son agent, Alain Ichoux.

 

Indépendant, exigeant et discret, cet autodidacte du théâtre avait révélé des auteurs tels que Andreiev, Mrozek, Milosz et les anglo-saxons James Saunders, Murray Schisgal, Edward Albee.

Acteur incandescent

Légende du théâtre français, cet acteur incandescent au visage émacié avait été sacré meilleur comédien en avril aux Molière pour deux rôles différents dans les deux familles du théâtre, «L'Habilleur», qui lui a valu aussi le Molière du théâtre privé et «Philoctète», dans le secteur subventionné.

«J'ai toujours oeuvré pour une mixité entre un certain théâtre privé et l'aide publique dont je dispose», avait-il déclaré en recevant sa récompense à la Maison des arts de Créteil.

DECES - A l'âge de 75 ans...

L'acteur et metteur en scène Laurent Terzieff est décédé vendredi soir à l'âge de 75 ans à l'hôpital de la Salpêtrière, «de complications pulmonaires» après avoir été «souffrant pendant plusieurs semaines», a annoncé samedi à l'AFP son agent, Alain Ichoux.

 

Indépendant, exigeant et discret, cet autodidacte du théâtre avait révélé des auteurs tels que Andreiev, Mrozek, Milosz et les anglo-saxons James Saunders, Murray Schisgal, Edward Albee.

Acteur incandescent

Légende du théâtre français, cet acteur incandescent au visage émacié avait été sacré meilleur comédien en avril aux Molière pour deux rôles différents dans les deux familles du théâtre, «L'Habilleur», qui lui a valu aussi le Molière du théâtre privé et «Philoctète», dans le secteur subventionné.

«J'ai toujours oeuvré pour une mixité entre un certain théâtre privé et l'aide publique dont je dispose», avait-il déclaré en recevant sa récompense à la Maison des arts de Créteil.

 
Fils spirituel de Roger Blin

Né le 27 juin 1935 à Toulouse (Haute-Garonne), d'une mère céramiste et d'un père sculpteur d'origine russe, Laurent Terzieff, de son vrai nom Laurent Tchemerzine, s'était consacré au théatre après avoir vu, adolescent, «La Sonate des spectres» de Strindberg, mise en scène par Roger Blin, dont il sera le fils spirituel.

de Strindberg, mise en scène par Roger Blin, dont il sera le fils spirituel.

 

Il avait appris le métier «sur le tas» comme machiniste, souffleur, figurant, doublure, avant de débuter en 1952, grâce à Jean-Marie Serreau, autre mentor, dans «Tous contre tous» d'Adamov.

Sacerdoce

Au cinéma, il avait notamment tourné sous la direction de Luis Bunuel («La voie lactée» en 1969), d'Henri-Georges Clouzot («La prisonnière», 1968) ou de Pasolini («Médée» en 1969).

Choisissant le théâtre comme un sacerdoce, il avait fondé en 1961 la compagnie qui porte son nom, et qui sera hébergée dans les petits théâtres privés (Lutèce, La Bruyère, Lucernaire).

Acteur au jeu hors mode et d'une très grande sensibilité, - il avait notamment triomphé dans «Tête d'Or» chez Barrault - Laurent Terzieff, avait reçu plusieurs Molière, pour deux pièces qui ont été de vifs succès publics : «Ce que voit Fox» (1988) et «Temps contre Temps» (1993).

Source : http://www.20minutes.fr/article/583159/Culture-L-acteur-et-metteur-en-scene-Laurent-Terzieff-decede-vendredi.php

...............................................

photo couleur à coeur joie

affiche à coeur joie

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Et Brigitte Bardot créa Saint-Trop'...

Publié le par Ricard Bruno

Et BB créa Saint-Trop'

Cet été, le port le plus célèbre du monde rend hommage à son actrice fétiche qui nous parle de leur longue histoire d’amour.

Un entretien avec Christian Brincourt - Paris Match

Paris Match. Il semble que ton Saint-Tropez, celui de tes 20 ans, soit à des années-lumière de toi...
Brigitte Bardot. Mon Saint-Tropez est mort et moi, je ne vais pas tarder. [Rires.] Cette ville que j’ai adorée est devenue une gigantesque boutique de luxe pour ­milliardaires. J’ai eu la chance de connaître un petit port ravissant, plein de charme. Aujourd’hui je n’y mets plus les pieds.

Qu’aimais-tu dans ce village varois ?
Chaque soir, chaque nuit, la rigolade était prioritaire. On croisait des têtes couronnées, des comédiens, un futur président de la ­République [Georges ­Pompidou], Steve McQueen, Françoise Sagan qui venait d’écrire “Bonjour tristesse”. Mon Saint-Tropez, c’était aussi le Café des Arts avec Georges Bain au comptoir et les formidables ­spectacles sur la place des Lices ­improvisés par Jean-Marie ­Rivière. Au petit ­matin, c’était le dernier verre chez Henri ­Guérin, dit “le Gorille”, dans son bistrot sur le port. Tous étaient mes amis, tous sont morts.

Tu as découvert Saint-Tropez quand tu étais enfant...
Dans les années 50, mes parents avaient une petite maison sur les hauteurs, La Miséricorde. Lorsque je suis devenue célèbre, ils en ont acquis une autre : La Pierre plantée, au milieu des vignes, près de La ­Madrague. Je les revois faire des vendanges pour la coopérative. Ainsi nous buvions le vin des parents. Je dois reconnaître que c’était une horrible piquette qui me procurait des maux d’estomac. [Rires.]

L’osmose Bardot-Saint-Tropez remonte au tournage de “Et Dieu... créa la femme”, en 1956. Tu confirmes ?
Absolument. Jamais tournage ne fut plus joli. ­Vadim, mon mari, le metteur en scène, ne me faisait ­jamais recommencer la scène plus de deux fois. Mon partenaire Curd Jürgens était une immense vedette ­internationale. Sais-tu qu’il a eu l’élégance, après avoir vu la première projection privée, de me faire passer avant lui au-dessus du titre, en première place ? Grâce à ce geste, toutes les portes et tous les portefeuilles s’ouvraient pour Vadim et Raoul Lévy, le producteur. Curd Jürgens était un seigneur. Sans lui, j’aurais peut-être eu un parcours différent.

Retrouvez l'intégralité des confidences de Brigitte Bardot à Christian Brincourt dans Paris Match, semaine du 1er au 07 juillet.

Source : http://www.parismatch.com/People-Match/Cinema/Actu/Et-BB-crea-Saint-Trop-197250/

Partager cet article
Repost0

Le Sac Brigitte Bardot par Lancel...

Publié le par Ricard Bruno

4c2dc7281f1fa.jpg

Brigitte Bardot par Lancel

 

On avait déjà eu un petit aperçu du retour de cette grande icône dans le milieu de la mode, en effet, sa chanson "Moi je joue" est aujourd'hui la fraicheur même de la publicité pour le parfum Miss Dior, mais de la à imaginer que son retour irait même jusqu'à inspirer une marque comme Lancel qui a lancé un sac , le B.B Bag à l'image même de cette  Chanteuse, qui l'aurait crue ? Lancel ne s'est pas seulement contenté de déposer un nom sur un sac, non, il à repris les codes vestimentaires et les couleurs de Brigitte pour restituer à ce sac son âme.. Et le rendu est tout simplement inespéré.   

Source : http://www.cosmopolitan.fr/,le-sac-brigitte-bardot-par-lance,2179,1326062.asp

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot « écoeurée » par la mort de Bambi...

Publié le par Ricard Bruno

Signé BB, ou plutôt furax ! Brigitte Bardot est en colère. Et pour le faire savoir l'actrice vient d'adresser une missive, affûtée comme une tête ogive médiatique, au préfet des Alpes-Maritimes Francis Lamy. Manifestement les relations épistolaires entre le représentant de l'État et BB ne s'améliorent pas. Car en avril dernier, déjà, l'ambassadrice de la cause animale en France avait dégainé sa plume. Il faut dire que l'un des dix-neuf lieutenants de louveterie du département avait, au préalable, dégainé son fusil. Pour abattre, en vertu d'un arrêté préfectoral, un sanglier « nageur » que les pompiers venaient pourtant de repêcher non sans mal au large de Villeneuve-Loubet.

A quoi bon ? Voila en substance le sens donné par BB à sa première lettre. Pour que jamais, plus jamais, on ne fasse montre d'autant de cruauté envers les animaux Brigitte Bardot avait, un instant quitté, sa retraite tropézienne pour s'occuper des affaires de ce monde... Qui manifestement ne tourne plus rond. Car deux mois à peine se sont écoulés. Et voilà que cette fois, c'est Bambi que l'on abat !

Un jeune chevreuil à la patte cassée a, lui aussi, été euthanasié la semaine dernière (nos éditions azuréennes du 25 et du 29). Et ce à quelques kilomètres à vol d'oiseau de Villeneuve-Loubet. Trop c'est trop pour BB. « Monsieur le préfet, je suis écoeurée par ces scandales à répétition, écrit aujourd'hui l'actrice. J'espère que vous tirerez enfin les conclusions qui s'imposent face au traitement radical réservé aux animaux sauvages dans votre département. »

Car pour Brigitte Bardot « une autre solution pouvait être trouvée. »

« S'il n'existe effectivement aucun centre de soins pour les animaux sauvages dans votre département, reconnaît l'actrice, celui situé à Plan de Vitrolles dans les Hautes-Alpes à 3 heures de route de Grasse n'a, semble-t-il, pas été sollicité...»

Pas plus d'ailleurs que la fondation Bardot. Ce que sa présidente « déplore vivement ».

En espérant qu'à l'avenir le préfet des Alpes-Maritimes fasse « preuve de plus d'humanité ».

 

 

Le préfet au nom de la loi

L’attaque est directe. Pour ne pas dire frontale. Et c’est le directeur de cabinet du préfet Francis Lamy qui tente de la parer. Au nom de la loi. « Nous nous devons de la respecter », rappelle le sous-préfet Christophe Marx. Et pour ce faire il avait bien fallu euthanasier en avril le sanglier nageur de Villeneuve. Le préfet avait alors promis à Brigitte Bardot d’ouvrir une enquête. mais les conclusions semblaient d’ores et déjà écrites, gravées même dans le marbre d’un arrêté pris chaque année par la préfecture. Ce texte dresse la liste des animaux nuisibles. Le sanglier en fait partie dès lors qu’il se hasarde sur le littoral azuréen. Celui de Villeneuve-Loubet était allé jusqu’à se baigner dans la Grande Bleue. De quoi signer son arrêt de mort : « Nous ne pouvions légalement le relâcher dans la nature », confirme aujourd’hui Christophe Marx, fut-ce au terme de la mise en œuvre d’un énorme déploiement de moyens humains pour le repêcher en mer et le «sauver».

Oui mais voilà, les chevreuils ne sont pas quant à eux sur la liste noire préfectorale des espèces nuisibles, et «Bambi» a été abattu quand même... En préfecture on promet dès lors une nouvelle enquête : « Nous avons d’ores et déjà pris attache avec le maire de Cabris afin de déterminer dans quelle condition le garde-chasse est intervenu, ainsi que les pompiers. S’il y a eu un manquement à une obligation légale nous le saurons, assure le sous-préfet. Sans préjuger du résultat de cette enquête je peux déjà vous assurer que cet animal n’a pas été abattu par plaisir. Or s’il s’avère que le garde-chasse n’a agi que mettre fin à ses souffrances, il aura alors accompli son devoir. Mais en montant en épingle de telles affaires qui osera encore euthanasier un animal demain au risque d’être pointé du doigt. Vaut-il mieux le laisser souffrir ? »

Ce n’est sans doute pas ce que souhaitent les défenseurs des animaux. ce n’est d’ailleurs pas ce que préconise Brigitte Bardot qui déplore que sa fondation n’ait pas été alertée : « nous aurions pu lui sauver la vie ! » Cette fois Christophe Marx en convient. « Il y a sans doute des pistes à explorer. Nous allons prendre attache avec les associations de défense des animaux pour que nous puissions donner leur contact aux pompiers dès lors qu’elles s’engagent à accueillir les animaux. Car cela à un coût que l’Etat n’a pas vocation à assumer. »


Source : http://www.antibes.maville.com/actu/actudet_--Brigitte-Bardot-ecoeuree-par-la-mort-de-Bambi-_dep-1431964_actu.Htm

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

60 photos de Richard Avedon mises en vente pour la première fois

Publié le par Ricard Bruno

Christie's mettra en vente, le 20 novembre, à Paris, 60 photos réalisées par l'Américain Richard Avedon (1923-2004), dont le plus beau portrait de Marilyn Monroe, datant de 1957. Jamais un tel ensemble de l'artiste n'avait été mis sur le marché. La vente aura lieu pendant le Salon Paris Photo, principal rendez-vous marchand au monde, prévu au Carrousel du Louvre, du 18 au 21 novembre. Cette initiative est due à la Fondation Richard-Avedon, à New York. Les 60 images sont estimées entre 3 et 5 millions de dollars (de 2,5 à 4 millions d'euros). "Avedon avait prévu cette vente afin que nous puissions financer nos activités tels que l'archivage, l'accès du fonds aux universitaires et aux étudiants, les publications et les expositions", explique Paul Roth, directeur de la Fondation. Cet événement permettra à des collectionneurs et des institutions d'acquérir des pièces parfois uniques et inédites, souvent rares, d'un artiste qui a révolutionné la mode et le portrait. On trouve ainsi la photo du mannequin Dovima entre deux éléphants, les portraits des mannequins Veruschka, Jean Shrimpton et Twiggy, ceux de Brigitte Bardot, Pablo Picasso, Marcel Duchamp, Francis Bacon et des Beatles aux couleurs fluo. Des photos de la série "The American West" sont dans la vente.

Source : http://www.lemonde.fr/culture/article/2010/07/02/marche-de-l-art-60-photos-de-richard-avedon-mises-en-vente-pour-la-premiere-fois_1382165_3246.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot raconte La Madrague et son jardin, où reposent les cendres d'une jeune fille...

Publié le par Ricard Bruno

Après son succès au MA30 - Espace Landowski à Boulogne-Billancourt, l'exposition Brigitte Bardot, les années "insouciance" a pris, depuis le 23 juin, ses quartiers d'été à Saint-Tropez, plus précisément à l'Espace des Lices.

À cette occasion, l'actrice culte et figure de la défense des animaux évoque les souvenirs de son Saint-Tropez dans les pages de Paris Match. Parmi les sujets abordés, BB rappelle son attachement à La Madrague, sa célèbre maison : "Je l'ai achetée car c'est une maison les pieds dans l'eau (...) Ma maison, c'est ma vie. Elle m'a abritée, protégée, elle a tout connu : mes amours, mes chagrins, mes joies, mes amitiés. Nous vivons ensemble depuis plus d'un demi-siècle et c'est ici que je veux finir ma vie."

À l'époque, Brigitte Bardot a fait l'acquisition de La Madrague pour 27 millions d'anciens francs, soient 270 000 euros, "aujourd'hui c'est le prix d'un parking", remarque Bardot. Elle l'a décorée aux couleurs provençales, en a fait son nid, entourée de tous ses animaux.

Dans le jardin se trouvent 80 petites tombes : "Tous les chiens et chats qui m'ont aimée reposent à La Madrague. C'est ma façon de leur dire merci pour leur amour." Parmi ces tombes reposent également les cendres d'une jeune fille de 19 ans : "Elle s'appelait Belinda et était atteinte d'une maladie implacable", raconte BB. "Elle savait qu'elle allait mourir et m'écrivit combien elle était attachée à la cause animale. Elle terminait sa lettre en me demandant de répandre ses cendres à La Madrague, ce qui fut fait."

Alain Delon, autre grand militant de la cause animale et ami de Bardot, a lui aussi un grand cimetière pour ses compagnons à quatre pattes, dans sa propriété de Douchy, dans le Loiret. Ils sont 35 à y reposer.

Bardot a aussi fait don de sa maison à sa fondation : "J'en ai l'usufruit jusqu'à ma mort. En fait, j'habite chez mes animaux." Brigitte Bardot, qui aimerait aussi être enterrée à La Madrague, a écrit dans son testament qu'elle souhaite faire de sa demeure un musée : "Pour que les gens, en payant un petit droit d'entrée de 10 euros, puissent découvrir cette maison où j'ai vécu et qui a fait fantasmer trois générations." Les navettes qui repassent sans cesse au large de la demeure en sont la preuve.

De cette manière, BB entend mettre à l'abri sa fondation et faire en sorte que son combat pour les animaux se poursuive à sa disparition

Source : http://www.purepeople.com/article/brigitte-bardot-raconte-la-madrague-et-son-jardin-ou-reposent-les-cendres-d-une-jeune-fille_a59023/1

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>