Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Scoop : Abattage rituel : la France complice doit être sanctionnée !

Publié le par Ricard Bruno

SCOOP...Courrier de Brigitte Bardot en bas de l'article


 

                             Abattage rituel : la France complice doit être sanctionnée !

 

 

« Je veux, maintenant, que les abattoirs halal s’engagent, concrètement et rapidement, dans la voie d’une généralisation de l’étourdissement préalable » (extrait d’une lettre de Nicolas Sarkozy à Brigitte Bardot datée du 22 décembre 2006). En septembre 2007, le président français renouvelle son engagement auprès de la FBB et assure qu’il « tranchera », dans ce débat et face aux cultes, pour imposer l’étourdissement des animaux avant tout type d’abattage, y compris lors des abattages juifs et musulmans.

 

Les mensonges du Président

 

Pourtant, lorsque la réglementation européenne a été révisée, en 2009, et alors que plusieurs pays œuvraient à la suppression de la dérogation autorisant l’abattage sans étourdissement préalable, non seulement les engagements du Président n’ont pas été tenus mais, pire encore, la France a été le fer de lance des pays favorables au maintien de cette exception.

 

Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, a reconnu avoir mené un lobby auprès des instances européennes, allant jusqu’à déclarer : « je suis convaincue qu’une simple posture de neutralité passive ne peut suffire, ma conviction en matière de liberté religieuse c’est qu’il faut un engagement positif de l’Etat et de ses institutions pour garantir concrètement cet exercice ». La ministre, qui semble ignorer que la France est un Etat laïque, ne cache pas son mépris pour les défenseurs des animaux lorsqu’elle ajoute : « l’Etat doit protéger les traditions cultuelles : je pense à l’abattage rituel que rien ne doit pouvoir remettre en question, même au nom de droits reconnus à la protection animale »… Tout est dit !

 

Brice Hortefeux, grand défenseur du halal et du casher

 

L’actuel ministre de l’Intérieur ne vaut pas mieux que son prédécesseur. Il s’est réjoui d’avoir pu mettre en échec la proposition autrichienne d’imposer l’étourdissement des animaux pour la norme halal. Plus grave encore, les services de Brice Hortefeux travaillent actuellement à un « référentiel halal » qui interdirait toute forme possible d’atténuation de la douleur animale. Un comble quand on sait que les autorités musulmanes n’en demandent pas tant considérant que rien, dans les textes sacrés, ne s’oppose à l’insensibilisation des animaux au moment de leur mise à mort. Le ministre de l’Intérieur a donc choisi le camp des intégristes plutôt que défendre la position du Recteur de l’institut musulman de la Mosquée de Paris, basée sur les doctrines libérales de l’islam.

 

Le 6 septembre 2010, Brice Hortefeux va plus loin encore dans la provocation en s’opposant au Parlement européen qui souhaite instaurer un étiquetage visant à informer le consommateur sur les conditions d’abattage. Le ministre déclare aux autorités juives qui le reçoivent : « Vous pouvez compter sur ma mobilisation et celle des députés français au Parlement européen pour que le projet n’aboutisse pas ». Le gouvernement met donc tout en œuvre pour tromper les consommateurs qui ne souhaitent pas acheter des produits issus d’animaux abattus sans étourdissement préalable.

 

Halal, casher… pas de quoi être fier !

 

Pourtant, si le ministre se montre volontiers aux dîners organisés par le CFCM (conseil français du culte musulman) ou le CRIF (conseil représentatif des institutions juives de France), peu de chance de le rencontrer sur une chaîne d’abattage pour voir le résultat de ses manigances qui condamnent des millions d’animaux à être égorgés sans étourdissement, entraînant une souffrance extrême et une longue agonie pour des bêtes toujours conscientes, sensibles à la douleur, parfois plus de 10 minutes après avoir eu la gorge tranchée.

 

En France, le consommateur est trompé par les distributeurs et publicitaires qui veulent faire du halal un label de qualité alors que c’est un label… de cruauté !

 

Quick devient halal

 

La chaine de fast-foods « Quick » est devenue l’un des pourvoyeurs du halal en le proposant d’office à ses clients qu’ils soient, ou non, de confession musulmane. Le caractère dérogatoire de la réglementation est clairement bafoué, détourné, avec la complicité active et l’hypocrisie de nos dirigeants qui prennent soin de ne surtout pas intervenir. Les clients peuvent, eux, intervenir en choisissant d’aller voir ailleurs…

 

L’appel à la Commission européenne

 

Le 16 septembre, la Fondation Brigitte Bardot est de nouveau intervenue auprès du Commissaire John Dalli afin que la Commission européenne sanctionne la France pour non respect de la règlementation communautaire. En effet, si la réglementation prévoit une dérogation à l’obligation d’étourdir les animaux avant leur saignée, cette exception est en passe de devenir la règle générale en France. L’égorgement des bêtes en toute conscience se banalise, les viandes issues de ces abattages cruels sont imposées à tous (y compris dans la restauration collective) sans aucune indication pour le consommateur !

 

Dans le doute, abstenez-vous !

 

A un journaliste qui l’interrogeait récemment sur l’atteinte aux convictions religieuses ou philosophiques des consommateurs trompés, Brigitte Bardot a répondu : « Pour ne porter atteinte à aucune conviction religieuse ou philosophique, le mieux est encore de ne consommer aucun produit d’origine animale, c’est ce que je conseille à tous car je n’accepte plus d’entendre parler, comme me l’a écrit le ministre de l’Agriculture il y a quelques jours encore, de « protection » des animaux d’abattoirs, c’est ridicule et même ignoble quand on connaît le traitement des bêtes dans ces lieux de mort et de souffrance. »

 

Là aussi, tout est dit !

 

 

 

Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article7258Scoop

..............................................................................................................

 

SCOOP!

 

 Courrier de madame Brigitte Bardot envoyé à la commission Européenne

 

Com europ-enne - Plainte contre la France[1] 

 

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : "J'ai été au bord du suicide plusieurs fois"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot revient sur sa carrière dans le magazine britannique France, l’occasion pour l'ancienne actrice de se dévoiler un peu plus.

C’est dans une interview poignante accordée à France que l’ancien sex-symbol s’est livré sur des sujets qu’elle n’avait jamais abordé auparavant et notamment le fait qu’elle ait envisagé de mettre fin à ses jours. 
 
"Vous pouvez avoir l'air désinvolte et avoir des soucis. J'ai vraiment été au bord du suicide plusieurs fois. C'est un miracle que je sois encore en vie" a-t-elle avoué.
 
Quand à son caractère bien trempé et ses déclarations polémiques, ne lui demandez pas de les arrêter ! "Je suis choquante, impertinente et insolente, c'est comme ça. Je ne regrette jamais rien et je suis très mal comprise par les idiots politiquement corrects". Une manière d’assumer les propos qu’elle a tenu récemment au sujet de Carla Bruni.
 
Décidément, à 75 ans, Brigitte Bardot ne perd pas son énergie !

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Une Neuchâteloise témoigne du massacre des globicéphales noirs...

Publié le par Ricard Bruno

Une Neuchâteloise témoigne du massacre des globicéphales noirs
CIMETIÈRE DE DAUPHINS
CIMETIÈRE DE DAUPHINS «C'est le plus grand massacre de mammifères marins d'Europe», dénoncent les ONG qui étaient sur place, Sea Shepherd Conservation Society et la Fondation Brigitte Bardot. (PETER HAMMARSTEDT POUR SEA SHEPHERD)
Aux Iles Féroé, plus de 800 globicéphales ont été tués entre juin et septembre. Un massacre qui se déroule dans le silence assourdissant de la communauté internationale. Vice-présidente de l'ONG Sea Shepherd Suisse, la Neuchâteloise Rebecca Jeanson était sur place. Elle témoigne.

 

Une mer rouge de sang, des hommes qui s'acharnent sur les dauphins rabattus vers la plage, des cadavres égorgés et éventrés, des fœtus arrachés aux flancs des mères... Le spectacle est insoutenable. Depuis le mois de juin, plus de 800 dauphins calderon, ou globicéphales noirs, ont péri aux Iles Féroé sous le prétexte d'une chasse traditionnelle ancestrale. Dont 236 le 18 juillet, 86 le 5 août et 102 le 9 septembre. Vice-présidente de Sea Shepherd Suisse, la Neuchâteloise Rebecca Jeanson était quartier-maître sur le bateau loué par son ONG et par la Fondation Brigitte Bardot pour dénoncer le massacre.  

Rebecca Jeanson, quel était le but de votre mission aux Iles Féroé?

 L'opération «Stop the Grind» est la troisième campagne de Sea Shepherd, le «berger des mers». En 1984, lors de sa première campagne, Sea Shepherd a révélé au monde entier ce massacre, mais n'avait pu retourner sur les lieux depuis dix ans par manque de moyens. Notre mission consistait à enquêter sur la chasse au rabattage et à récolter des preuves réfutant l'argument de subsistance revendiqué par les habitants des Féroé. Pour obliger ceux-ci à respecter les lois de protection des mammifères marins.  

Quel est le prétexte avancé par les Iles Féroé pour justifier ces massacres?

Les Féringiens chassent le globicéphale noir depuis le Moyen Age à des fins alimentaires. Cette chasse s'appelle le «Grind», qui est aussi le nom du dauphin et de sa viande. Mais depuis le Moyen Age les choses ont changé: les Féroé, avec une population de 50 000 personnes, sont ouvertes sur le marché extérieur et reçoivent des subventions européennes. Leur survie ne dépend plus de la viande du globicéphale. D'ailleurs, celle-ci contient un fort taux de mercure, de PCB et d'autres métaux lourds.

Les Féroé, à mi-chemin entre l'Ecosse et l'Islande, dépendent du Danemark. Comment le gouvernement danois a-t-il réagi à votre action?

Le Danemark ne prend pas position sur la politique féringienne et ferme les yeux sur ce massacre, prétendant qu'il ne peut interférer. Pourtant, leur navire de guerre et leur hélicoptère nous ont suivis pendant plusieurs jours et nous avons été contrôlés sans ménagement par la police locale tandis que la marine danoise veillait... Le Danemark a pourtant signé en 1982 la Convention de Berne, qui dit que le globicéphale noir est strictement protégé!

Qu'avez-vous vécu sur le bateau?

C'était une campagne éprouvante, il fallait être prêt à s'interposer ou à se faire couler par les chasseurs à tout moment. Notre identité a d'ailleurs été découverte par les Féringiens lors de leurs contrôles et nous avons achevé la campagne avec les enseignes de nos ONG...

Comment arrive-t-on à supporter un spectacle comme celui des 86 dauphins tués le 5 août (lire ci-dessous)?

Nous n'avons pas assisté au «Grind» du 5 août, nous étions trop loin de la plage de Leynar où ils avaient été rabattus. Voir dériver les cadavres mutilés m'a cependant profondément marquée, je n'oublierai jamais cette vision. Mais je n'étais pas là pour m'apitoyer, nous avons su que ces dauphins nous donneraient des indices essentiels pour notre enquête, ils sont des pièces à conviction qui nous aideront à mettre un terme aux tueries. Ces images accroissent ma motivation et mon engagement. Je serais prête repartir maintenant s'il le fallait.

Que peut-on faire pour mettre un terme à cette «tradition»?

Il faut que chacun mette, à son niveau, la pression sur le Danemark, en écrivant aux politiques et aux députés européens. Le boycott des produits danois et féringiens peut aussi être un argument économique de poids. /FRK

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Chiens et chats maltraités : 8 000 € d'amende pour la propriétaire

Publié le par Ricard Bruno

Chiens et chats maltraités : 8 000 € d'amende pour la propriétaire

Le tribunal de proximité de Perpignan a rendu ses conclusions, hier, sur l’affaire de cette Perpignanaise qui détenait, dans un mas de l’avenue Panchot, 42 chiens et 15 chats dans un état de grand délabrement sanitaire. Elle écope de 8 000 € d’amendes et de dommages et intérêts.

Retour sur l’affaire. En novembre 2009, la SPA, alertée par un de ses enquêteurs, et la police appelée sur les lieux, découvraient dans un mas de l’avenue Julien-Panchot quarante-deux chiens dans un état d’extrême amaigrissement et de maladie (gale ayant provoqué une perte de poils, parasites…). Quinze chats étaient également découverts sur place, eux aussi souffrant de malnutrition et de manque de soins. Diverses plaintes avaient été déposées contre la propriétaire du mas.

Le tribunal de proximité avait examiné l’affaire le 3 mai dernier et l’avait mise en délibéré. Il a finalement condamné la propriétaire des animaux à verser 5 510,34 € de dommages et intérêts à la SPA nationale ; 1 614,20 € à la SPA de Perpignan ; 150 € de dommages et intérêts à la Fondation Brigitte Bardot et 650 € au total pour les frais de procédure. En outre, la propriétaire a été condamnée à 42 amendes de 50 € chacune : (2 100 € au total) cela correspondant à chaque chiens maltraités. Quelques bêtes avaient dû être euthanasiées, les autres avaient trouvé place dans les refuges animaliers. Le tribunal a ordonné l’exécution provisoire, nonobstant appel.

La décision du tribunal a été appréciée de différente manière selon que l’on se place du point de vue de la défense ou de la partie civile. « J’ai plaidé l’innocence car nous n’avons pas de preuve certaine entre la faute et la responsabilité. Ma cliente recueillait des chiens, certains étaient en très mauvais état, on a un peu tout confondu avec des photos à l’appui » a expliqué Me Serfati. Pour Me Dahan, représentant la SPA locale, « la prévenue a bien été reconnue coupable puisqu’elle a été condamnée à une série d’amendes et à des dommages et intérêts. Nous avions des éléments de preuves accablants, les photos se passaient de descriptif ou de constat d’huissier, nier l’évidence était de la mauvaise foi ».

Sylvie et Hélène Quintana, de la SPA de Perpignan, regrettaient que la propriétaire n’ait pas été condamnée à ne plus posséder d’animaux. Cependant, elles se disaient satisfaites : « On commence à prendre en compte la souffrance des animaux, peut-être y a-t-il un effet Mambo (1) dans la prise de conscience qui s’effectue. En tout cas, la justice a fait son travail. »


Josianne CABANAS (L’Indépendant)

(1) Le chien avait été brûlé vif "par jeu" à Espira-de-l'Agly (P-O) en août 2009. L’affaire avait provoqué émotions et indignations dans la France entière. Les deux jeunes auteurs des faits ont été condamnés à de la prison ferme.

Source : http://www.midilibre.com/articles/2010/09/13/A-LA-UNE-Chiens-maltraites-la-proprietaire-a-l-amende-1382210.php5

Partager cet article
Repost0

Abattage rituel : Quick se moque de la souffrance animale...

Publié le par Ricard Bruno

Quick se moque de la souffrance animale en ouvrant d'autres restaurants HALAL. La Fondation Brigitte Bardot ne va pas en rester là.


  Quick copie

En annonçant la généralisation du tout halal chez Quick, Jacques-Edouart Charret affiche son mépris vis-à-vis des consommateurs non musulmans et des lois républicaines qui imposent l’étourdissement des animaux avant leur saignée.

Pour mémoire, l’exception prévue dans le cadre de l’abattage rituel (halal et casher) entraine une souffrance extrême aux animaux égorgés en toute conscience, laissés à l’agonie durant de longues minutes (jusqu’à 14 minutes pour les bovins selon un récent rapport d’expertise de l’INRA).

En mars 2010, la Fondation Brigitte Bardot dénonçait l’abattoir SOCOPA de Cherré qui alimente les restaurants Quick en viande halal. Dans cet abattoir en effet, les vaches laitières de réforme, épuisées d’avoir donné leur lait pendant des années, sont égorgées sans étourdissement. Les constats effectués en début d’année montrent que des électrodes sont placées au niveau de leur mâchoire, non pas pour les insensibiliser mais pour provoquer un spasme qui, en raidissant leurs pattes, facilite leur suspension… Ces bêtes sont donc toujours conscientes, sensibles à la douleur, alors qu’elles sont déjà sur la chaîne de découpe !

Puisque le PDG de Quick se moque de la souffrance animale comme il se moque des consommateurs non musulmans, la Fondation Brigitte Bardot mènera, avec l’ensemble des associations françaises de protection animale, une vaste campagne d’information auprès du public pour faire connaître toute la cruauté des abattages rituels et la généralisation de la commercialisation des viandes halal et casher dans les circuits classiques, sans indications pour le consommateur.

Quick veut banaliser l’abattage rituel en France, faire d’une exception la règle générale en contradiction avec les lois nationales et européennes, les associations de protection animale sauront le rappeler à leurs très nombreux sympathisants qui devraient dorénavant boycotter l’enseigne.

 

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40274

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot sur RTL avec Yves Calvi le 08 09 2010

Publié le par Ricard Bruno

Bruno Ricard
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot, initiales BB...

Publié le par Ricard Bruno

                                        Brigitte Bardot, initiales BB

 

brigitte bardot
C’est un sac « Lancel » à son nom qui, dit-elle, lui ressemble. « Je le vois comme un changement de mentalité important dans l’industrie du luxe car la fabrication de ce sac nécessite ni produits chimiques, ni l’emploi d’aucun animal. Je souhaite que les couturiers en prennent de la graine et que les fourrures soient à jamais bannies des collections » répond-elle à « Marie-Claire » à qui elle a accepté de donner une interview, ce qui est un scoop en soi tellement c’est rare.

Comment imaginer que cette vieille femme de 76 ans acariâtre aux déclarations tantôt sulfureuses, tantôt pestilentielles puisse avoir été le symbole de la libération de la femme, un sex symbol dont la seule rivale était Marylin Monroe, l’image de la France à travers le monde au même titre que le Général de Gaulle.

Que dire de Brigitte Bardot, initiales BB ? Que de femme enfant elle devint une femme libre avec cette voix qui ensorcelait et qui agaçait aussi dans ses films où elle touchait le cœur des hommes davantage par ses courbes, son regard provocateur, que par son talent intrinsèque de comédienne. Elle fit la couverture de « Elle » à 15 ans, tourna un bout de rôle dans « Le Trou Normand » avec Bourvil et dans « Si Versailles m’était conté » de Sacha Guitry, se maria avec l’acteur-réalisateur Roger Vadim, qui écrivit le scénario d’un film culte tourné à Saint-Tropez qui glorifia son épouse, « Et Dieu… créa la femme ».

Ce fut ensuite « Une Parisienne », l’achat de La Madrague qui fit de Saint-Trop’ deux mois par an le centre du monde, « La Vérité » de Henri-Georges Clouzot, qui la gifla en plein tournage et à qui elle retourna aussitôt son geste, « Vie Privée », « Le Mépris », « Le Repos du guerrier », Jacques Charrier, Gunter Sachs, Serge Gainsbourg, un amant qui lui fit enfourcher un « terrible engin », et susurrer « Je t’aime… moi non plus » avant que Jane Birkin reprenne ses mots. On fit de Brigitte Bardot le premier buste de Marianne qui trône dans chaque mairie.

A même pas 40 ans, elle plaqua le cinéma. Définitivement. BB n’abandonna pas pour autant la scène médiatique mais se consacra à la défense des phoques exterminés sur la banquise et bientôt à toute l’espèce animale. « Le cinéma a été formidablement utile pour établir ma célébrité que je conserve encore aujourd’hui » confie t-elle à « Marie Claire ». « Et cette célébrité m’est formidablement utile pour mener mon combat international contre la maltraitance animale. Voilà ! »

Bardot dit n’avoir ni regrets, ni remords, car cela ne sert à rien. Elle se voit mourir une coupe de champagne à la main. BB, au cinéma comme dans la vie réelle, s’est toujours foutu du qu’en-dira-t-on.

Source : http://www.lenuagedesfilles.com/buzz/brigitte-bardot-initiales-bb

 

Source : http://www.lenuagedesfilles.com/buzz/brigitte-bardot-initiales-bb

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot pour Lancel...

Publié le par Ricard Bruno

 
©Lancel
sac bardot

Brigitte Bardot signe le sac Bardot pour Lancel. Un sac qui ressemble à Brigitte Bardot, écolo bien sur, libre surtout.

 


 



  • Interview de  Brigitte Bardot

 


Cosmo : un sac Bardot... Pourquoi cette association ?


Brigitte Bardot : pourquoi pas ?


Cosmo : Forcément un green bag..


Brigitte Bardot : oui sans aucun cadavre animal.


Cosmo : Leonello Borghhi, designer chez Lancel , avec qui vous avez créé ce sac, dit qu'il est inspiré de la silhouette Bardot : volupté et légèreté. C'est quoi une fille belle pour vous aujourd'hui ?


Brigitte Bardot : Une belle naturellement sans chrirugie, sans botox.


Cosmo : Chaque sac porte les mêmes trois messages, les vôtres: Enjoy life...Respect nature...Love bags... Pouvez-vous compléter chaque message ?


Brigitte Bardot : il n'y a rien à compléter

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

IL FAUT QUE TOUT LE MONDE SOIT AU COURANT !

Publié le par Ricard Bruno

LE PARLEMENT EUROPÉEN N'A AUCUN RESPECT POUR LES ÊTRES VIVANTS

VOILÀ POUR QUOI VOUS AVEZ DONNEZ VOTRE AVAL ! !

MOI, J’AI HONTE ...

AUCUN "PARTI " NE SOUTIENT UNE VRAIE POLITIQUE POUR LA CONDITION ANIMALE...TOUT LE MONDE S'EN FOUT !

JE SAIS EN TOUT CAS CE QU'IL ME RESTE À FAIRE POUR LES PROCHAINES ÉLECTIONS ....

CES LOIS BARBARES, JE NE SERAI PAS DE CEUX QUI FERMENT LES YEUX, AU NOM DE TELLE OU TELLE ÉTHIQUE ET CONVENANCES

JE ME BATTRAI JUSQU'AU BOUT POUR LE RESPECT DE LA VIE, HUMAINE OU ANIMALE ....

Aujourd'hui aura été une journée sinistre , et qui signe le début du pire du pire pour les animaux. Le parlement européen a approuvé la directive sur l'expérimentation animale; Ce qui est dit est d'une hypocrisie absolue. En réalité le pire va continuer pour les animaux.

Ci dessous le lien de l'AFP, qui bien entendu répète ce qu'on lui dit. La réalité va être la suivante:

Entre autres, la directive permettra : * D’expérimenter sur les primates, même quand le but n’est pas de trouver des traitements pour les humains * D’expérimenter sur les animaux sauvages ou errants, y compris les chats et les chiens (article 11) *

De réutiliser, systématiquement, les animaux ayant déjà servi à l’expérimentation, et qui ont souffert « légèrement » ou « modérément », ou encore même « sévèrement », prolongeant ainsi leur souffrance et leur détresse. *

De continuer à expérimenter, sans anesthésie, dès lors que les chercheurs estiment cette pratique appropriée (article 14) *

D’expérimenter sur des animaux vivants dans des buts pédagogiques (article 5) *

De créer des animaux génétiquement modifiés pour la réalisation de procédures chirurgicales *

De soumettre les animaux à d’inévitables chocs électriques, pour les rendre impuissants * De garder des animaux d’espèce sociale, tels que chiens et primates, dans l’isolement complet et ce durant des périodes prolongées. *

De pratiquer, sans anesthésie, des ablations thoraciques (par exemple l’incision de la cage thoracique suivie de l’ouverture de la cavité pleurale) *

De forcer l’animal à nager jusqu’à l’épuisement, jusqu’à ce que mort s’en suive (annexe VIII)

 

Voici comment ils racontent l'histoire:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/09/08/97001-20100908FILWWW00303-ue-l-experimentation-animale-limitee.php

 

Pardon d'avoir mis un si long message, mais pour moi la date du 8 septembre, restera une date maudite.

 

Bruno Ricard

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>