Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nouveau livre avec préface de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Plus cabot que moi… toi !

Ouvrez le livre et préparez-vous à vivre une véritable vie de chien! Mais pas n’importe quelle vie de chien, celle de François-Patrice, maître des nuits tropéziennes, qui a côtoyé Johnny, Sylvie et Cloclo… Une existence pas toujours facile, certes, mais bourrée d’anecdotes croustillantes, intimes, drôles ou touchantes, qui sauront vous émouvoir et vous faire sourire bien après que vous ayez fini de lire les aventures d’Iggy, ce chien pas si ordinaire…
Vous êtes-vous jamais demandé ce que révèlerait le meilleur ami de l’homme s’il était doué de parole? Raconterait-il vos pires souvenirs? Confierait-il vos moments les plus embarrassants? Comprendrait-il pourquoi vous quittez la maison si souvent et si longtemps? Sauriez-vous enfin ce qu’il fait quand vous avez le dos tourné? Ce qu’il pense de vous, en toute sincérité? "Plus cabot que moi… toi!", préfacé par Brigitte Bardot, détient toutes les réponses à vos questions, même à celles que vous n’osez pas vous poser!

François-Patrice débuta comme jeune premier au théâtre et au cinéma. Il "attirait bien la lumière" et fut le partenaire des grands comédiens de l’époque (Michel Simon, Gabin, Morgan, Ventura et d’autres encore). Mais la lumière de la nuit remplaça celle des projecteurs, car il créa, en 1961, son premier Club Saint-Hilaire suivi par vingt-neuf autres en France et à l’étranger. De nombreuses personnalités fréquentèrent ces lieux de fêtes : Ava Gardner, Sinatra, Gainsbourg, Romy Schneider, Michel Audiard, Henri Salvador, mais aussi La Callas et Onassis, le duc et la duchesse de Windsor… Grâce à eux, François-Patrice imposa sa "griffe" et sut rendre ses lettres de noblesse… à la futilité.

 

Vous pouvez également voir un très bel article sur ce livre et ce sur le blog de François.B : http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-le-livre-de-fran-ois-patrice-preface-par-brigitte-bardot-64031379.html

 

Première pages :  

Préface

Qui aurait pu prévoir que François-Patrice, le roi des nuits

pailletées et bouillonnantes des années 60, entre Paris et Saint-

Tropez, m’aurait un jour demandé d’écrire une préface pour le

livre qu’il a consacré à son adorable labrador Iggy ?

Quel bonheur pour moi de renouer cette amitié avec celui

qui partagea mes années folles, et qui aujourd’hui partage mon

amour pour les chiens.

Iggy, labrador surdoué, a « écrit » ce livre avec humour et

amour, jalousie et lucidité. Il sait qu’il fait partie des privilégiés

ayant un maître fidèle à son chien ; qu’importe si cette fidélité

n’est pas la même pour toutes les jolies créatures qui le rendirent

quelquefois jaloux…

Iggy sait bien qu’il n’ira jamais grossir la cohorte des chiens

abandonnés qui remplissent les fourrières de France au moment

des vacances, redoutant l’arrivée du vétérinaire qui leur fera la

piqûre d’euthanasie fatale afin de laisser la place aux nouveaux

arrivants.

Iggy, comme tous les labradors, est capable d’une complicité

étonnante avec celui dont il partage la vie. C’est pour ça qu’on

les choisit comme chiens d’aveugles ou chiens de handicapés,

ou même chiens d’avalanche…

Si Iggy a un destin exceptionnel, il ne faut pas oublier tous

ses petits compagnons, ces laissés-pour-compte qui croupissent

dans les refuges en attente d’un maître, tous ces yeux implorants,

ces pattes tendues au travers des barreaux, ces

gémissements, ces détresses, ces appels au secours que peu

savent entendre !

Iggy qui a du coeur, vous demande de ne pas les oublier.

Mais Iggy en a marre de tout mon bla-bla-bla !

Il a hâte que vous lisiez ses aventures, il est impatient de

vous raconter sa vie de chien heureux grâce à son merveilleux

et charmant maître : François-Patrice.

Que la fête commence !

Brigitte Bardot

Avant-propos

Quand on a une vie aussi chargée que la mienne, il me semble

essentiel d’entretenir sa forme. Certains se détendent en

fumant une cigarette. D’autres se nettoient l’esprit à grands jets

de whisky. Très peu pour moi. Je suis un modèle de santé.

Mon secret ?

Des footings réguliers au Bois de Boulogne, mon havre.

J’y peaufine depuis des années mes performances. Personne

ne peut rivaliser avec mon endurance. Cent mètres, slalom entre

les arbres, j’ai réinventé les jeux olympiques à moi tout seul.

Aucune faiblesse. Mis à part les jolies femmes qui, parfois,

peuvent me détourner de mes activités sportives. Hier, une magnifique

créature m’a accidentellement frôlé sans même me

remarquer.

Quel affront !

Un athlète tel que moi peut-il admettre cela ?

Au pas de course, j’ai rattrapé l’insolente.

Elle eut droit au grand jeu.

Ventre à terre et bave aux lèvres, je me suis roulé à ses pieds

sans me soucier de la boue qui m’engluait. Charmée, elle m’a

concédé de divins baisers. Ma queue frétillait comme jamais.

Ma condition canine ne me permet pas d’exprimer ma joie autrement.

Je tiens à préciser que je suis un chien, sinon vous

m’auriez certainement pris pour un vieux satyre.

Qui a dit prétentieux ?

Je n’y peux rien si j’ai du succès auprès des femmes…

Au-delà de mon pedigree avantageux, je brille surtout par les

relations simples que j’entretiens avec elles. Un chien a peu

d’efforts à fournir pour séduire ces dames. Un petit numéro,

dont moi et mes congénères avons le secret, suffit. Le tour est

joué. Elles sont emballées. Parfois, cela demande plus d’investissement.

Il n’est pas rare de devoir leur rapporter la balle ou le

morceau de bâton qu’elles vous lancent. La phase « drague » en

quelque sorte. Un chien a moins de travail qu’un homme pour

faire briller leurs yeux.

Qui a dit cabot ?

Mauvais jeu de mots.

Si vous connaissiez mon maître, vous apprendriez qu’il

existe plus cabot que moi. Lui ! Il regarde attentivement mon

petit manège depuis tout à l’heure. Ça me fait rire –

intérieurement –, les chiens ne peuvent pas rire. Mais ce n’est

pas pour autant qu’ils s’en privent. Les gens ont une image trop

réductrice des chiens. Souvent, j’entends dire de la part des

humains : « Il ne lui manque que la parole ». Peut-être. Moi, ça

ne m’empêche pas d’avoir la langue bien pendue.

Depuis que je vis avec mon maître et ami, François-Patrice,

j’ai appris à écrire. Parfaitement. Bien sûr, il ne connaît pas

mon petit secret. Je ne me contente pas d’observer son monde

avec mes yeux de biche ou d’aigle selon mon humeur… ou la

sienne. J’ai aussi raconté sa vie, notre histoire. Notre existence à

deux, liés pour le meilleur et pour le pire, rythmée par mes

aboiements.

Qui a dit présomptueux ?

Lisez. Vous serez surpris.

Parole de chien !

Derrière les barreaux d’une cage…

La vie d’un chien se rapproche de celle d’un politicien.

Le chenil m’a permis de débuter une carrière de « leader ».

Je haranguais la foule depuis ma cage exposée dans une vitrine

des bords de Seine. Chaque personne qui scrutait cette

devanture pouvait devenir un de mes électeurs – de coeur, bien

entendu. Je menais ma campagne tambour-battant. Je n’hésitais

jamais à m’imposer face aux autres chiots, en jappant vivement.

Comme ces messieurs de l’Assemblée Nationale ! Je redoublais

d’ardeur à l’heure de la gamelle. Aucune compromission avec

les autres dans ce domaine. Il fallait ruser pour arracher sa part

de bouffe : un de mes plus grands combats idéologiques.

Mais le soir, au terme de ces meetings endiablés, les rivalités

tombaient en même temps que nos paupières. Et avant de reprendre

les hostilités, nous faisons tous alliance, endormis

fraternellement les uns contre les autres. Mais j’avais du mal à

dormir. Je réfléchissais trop. Ces barreaux dressés autour de

moi n’étaient pas dignes d’un Q.G. de campagne. Et moi, je

n’étais qu’un chien, après tout. J’eus soudain envie

d’abandonner la politique. Le sommeil m’empêcha de terminer

mon raisonnement.

Le lendemain de ma crise existentielle, la victoire sonna

avec mon réveil. Élu à la majorité absolue. Par trois charmantes

dames : Katia et ses deux filles. J’ai quitté ma cage, dans les

bras de mes trois nouvelles maîtresses, laissant derrière moi une

bande de candidats dépités par mon bonheur. Mes nouvelles

amies prenaient bien soin de moi. Je vivais à présent dans un

appartement luxueux, en rapport avec ma condition.

Je devins rapidement le maître de la maison.

Choyé, adulé.

Ma langue se desséchait tant je m’éparpillais en léchouilles

affectueuses sur ces femmes. Leurs joues avaient un goût de

liberté. Seule ombre au tableau, une grosse chatte blanche et

noire qui me regardait d’un oeil méfiant. Elle sentait que les

lieux ne lui appartenaient plus. Ma jeunesse insouciante ne lui

prêtait pas attention. Cependant sous mes airs patauds,

j’étudiais cet animal de près. La peur d’une trahison, sans doute.

Mais on m’admirait tellement au sein de ce petit univers ! Mes

craintes s’envolaient par les fenêtres qui donnaient sur une rue,

une artère célèbre où je me régalais en chipant des gâteries sur

les stands du marché.

Luxe, calme et volupté.

Le paradis idéal.

Une rencontre me démontra par la suite qu’il s’agissait d’une

douce utopie.

Mes premières habitudes

Deux, trois jours, je ne sais pas exactement, c’est évident,

mais ce que je peux dire : des moments de rêve… J’étais le roi

de la maison, je le sentais bien. Bien sûr, il y avait la présence

de cet animal (on dit ça comme ça, je crois) que je découvrais

pour la première fois : un chat, ou plutôt, paraît-il, une chatte,

Myrtille. Un nom drôle, ne trouvez-vous pas, pour une chatte ?

D’abord, elle m’observait de loin, d’autant plus loin que je

m’approchais d’elle, curieux, sans méfiance.

Moi, je voulais faire connaissance, jouer ; elle, pas du tout.

Elle m’a fait une espèce de gros dos, ses yeux verts fixés sur

moi sans indulgence, assis sur son train arrière, et lorsque je fus

tout près d’elle, sans méfiance, mais prudent tout de même, elle

sauta brusquement sur une table. Une fois installée sur son perchoir,

elle continuait à me fixer. Je levai les yeux, un peu

décontenancé par cette attitude qui contrastait avec l’accueil si

chaleureux de mes trois amies qui se précipitaient sur moi, des

sourires encourageants au bord des lèvres, sans doute pour

m’éloigner de leur copine Myrtille. Après un coup d’oeil presque

triste vers celle-ci, je me laissai prendre avec plaisir dans

des bras plus hospitaliers.

En moi-même, je me jurai de faire copain-copine avec cette

drôle de race qui s’appelle un chat. Je ne voulais pas, par une

attitude hostile, gâcher mon plaisir et celui de mes amies,

d’autant plus que je sentais bien que cette Myrtille semblait

chez elle… alors prudence.

Et ces premières nuits furent un délice, allongé sur le grand

lit de la maîtresse de maison qui m’avait accepté (!) près d’elle

en me câlinant. Oubliées mes nuits de galère dans ma cage avec

des barreaux et à la paille pas très douillette. Oubliées mes nuits

du quai de la Mégisserie avec mes anciens copains. Oubliés eux

aussi ! Les bébés autant que les jeunes enfants sont déjà égocentriques,

moi aussi.

Le lendemain matin, j’ai retrouvé Myrtille à la cuisine, enfin,

pour être exact, nous nous sommes croisés, l’un et l’autre,

surtout préoccupés d’avaler notre petit-déjeuner, chacun dans

notre coin. On prend vite ses repères. Puis, elle s’est approchée

à pas de loup – non plutôt à pas de chat – vers mon assiette. Je

la laissai faire sans broncher ; de toute façon, il n’y avait plus

rien à manger. Mais je pensais que c’était une démarche sournoisement

intelligente pour faire mieux connaissance. Un bon

moment, elle me renifla, me regarda, s’avança un peu plus,

prête à me toucher. Je ne bougeais pas, tout de même sur mes

gardes, mais content de cette cohabitation qui annonçait un bon

voisinage ; non pas que je pensais à une nouvelle amitié, mais

seulement m’amuser avec une nouvelle copine. Je quittai donc

la cuisine, détaché, tranquille, laissant Myrtille lécher de sa

langue râpeuse (oh, j’aime pas ça) les miettes de mon assiette.

Ce matin de liberté, j’ai pu à loisir regarder attentivement

cette belle grande pièce où – je le crus alors – j’allais passer des

jours heureux. Il y avait des coins et des recoins qui me convenaient

déjà, il y avait des divans, des fauteuils, des chaises, il y

avait des fleurs, des plantes et cette moquette qui plaisait bien à

mes pattes ; aussi, je me baladais et reniflais partout, cherchant

la place que j’allais préférer. Je lorgnais vers le divan tandis

qu’un va-et-vient incessant tournait autour de moi, un ballet

animé par chacune de mes maîtresses, l’une déboulant du petit

escalier qui se trouvait dans un coin de la pièce, en tee-shirt,

l’autre sortant de la douche, à côté de la cuisine, en robe de

chambre, la troisième, la plus grande, habillée comme pour

sortir. Ça se parlait, ça riait, ça chantait, ça m’embrassait et me

caressait en passant.

C’était gai, c’était tendre ; bref, c’était le paradis !

Un soleil d’hiver inondait la pièce à travers les petits carreaux

des quatre cinq fenêtres que je devinais, car elles étaient

haut placées sur le mur un peu arrondi de la grande pièce. On

devait être au dernier étage de l’immeuble, vu le nombre de ces

sacrés escaliers que je n’avais pas su monter.

Au bout de la pièce, il y avait un petit arbre, avec de larges

branches, à l’intérieur d’une sorte de caisse posée sur la moquette.

Je n’avais pas encore l’habitude de la campagne, et j’ai

appris plus tard que c’était un sapin, habillé de petites et grosses

boules, scintillant de toutes les couleurs. Cet arbre se trouvait

près d’une cheminée – c’est vrai, j’ai oublié de vous raconter

qu’il y avait aussi une cheminée –, mais pour moi, une cheminée…

Tout ceci signifiait que Noël approchait.

Bien sûr, à ce moment-là, ça ne me disait rien « Noël », mais

plus tard, j’aimerai beaucoup cette fête, avec des cadeaux, des

gâteaux, des friandises (ah, les chocolats que l’on m’offrait ou

que je volais), des embrassades, des câlins pour moi.

La nuit où tout le monde semble s’aimer pour la vie.

J’en étais là dans mes découvertes lorsque ma grande maîtresse

s’approche de moi pour me mettre au cou ce fameux

collier qui m’embarrassait, mais je me laissais faire. À chacun

ses manies, et j’étais disposé à ne contrarier personne, mon

caractère n’étant pas encore très affirmé ; et puis, philosophe, je

me disais « tout nouveau, tout beau ». Par contre, la laisse –

déjà – je ne la supportais pas, sans doute une hérédité venant de

mes parents qui, je le supposais, dans leur région du Nord, ne

devaient pas être soumis à ce genre de supplice… Ils couraient

sûrement dans la campagne en toute liberté, mais après quelques

coups de tête de droite et de gauche, en avant, en arrière, je

finis par céder, d’autant plus que je sentais une certaine autorité

à vouloir m’imposer ce ridicule « cordon » qu’elle attachait à

mon collier.

J’ai donc fait semblant d’accepter ce système stupide.

Cependant, lorsque je me suis trouvé devant l’escalier que

l’on m’invitait à descendre, alors j’ai freiné de mes quatre pattes

sur le palier : pas question d’aller plus loin, c’était pire que de

les monter, ces foutus escaliers. « Elle » l’a compris très vite, et

m’a pris dans ses bras. Comme ça, OK ! Pas suicidaire, moi. Et

je ne saurais jamais tenir une rampe d’escalier pour éviter la

chute qui peut être provoquée par une marche inégale avec la

suivante, par le tapis qui n’est pas bien fixé d’un étage à l’autre.

C’est traître, un escalier, mais ma belle maîtresse avait sans

doute l’habitude, car elle descendait d’un pas ferme, avec moi

dans ses bras.

J’admirais sa maîtrise, et je ne bronchais pas, tant j’avais

peur de cette espèce de gouffre qui s’ouvrait devant nous au fur

et à mesure que nous descendions non pas vers l’abîme mais la

ville, ce qui me paraissait plus confortable. Ce sentiment optimiste

m’aida à accepter d’essayer de faire quelques pas sur le

trottoir lorsque ma grande amie me posa par terre.

Mais avec toute ma bonne volonté, ce fut bien délicat, ces

premiers pas dans la grande ville. Cahin-caha, tiraillé par cette

maudite laisse, je m’efforçai de poser une patte devant l’autre

pour avancer, car j’avais bien compris que c’était là le problème

: il fallait avancer et suivre petit à petit les pas de ma

maîtresse. Ce ne fut pas commode, mais enfin j’y arrivai en

trébuchant de temps en temps. Je fus récompensé de cette corvée

lorsque nous sommes arrivés tous les deux dans la grande

rue, dont j’ai appris le nom bien plus tard, la rue Montorgueil –

une large artère que je vous recommande si vous ne la connaissez

pas. Elle est gaie, pleine de bruits, de gens qui vont, qui

viennent, beaucoup de commerçants qui vantaient à haute voix

leur marchandise. Je m’y intéressai vivement, car il me semblait

que je pouvais attraper quelque nourriture pour satisfaire ma

gourmandise. J’y arrivais quelquefois lorsque je n’étais pas trop

tiraillé par des coups de laisse pour me remettre dans le droit

chemin – le droit chemin, c’est quoi ?

Il y avait aussi dans cette grande rue – la première de toutes

celles que j’ai connues bien après – , des animaux, des chiens

comme moi, grands, petits, bruyants, dissipés, de toutes les

couleurs, et bien sûr, j’essayais de faire connaissance avec tout

ce que je pouvais voir ou renifler devant ou à côté de moi.

Enfin, grande satisfaction pour mon côté cabot que j’avais

déjà, j’entendais plein de compliments à mon égard : « Oh qu’il

est mignon, qu’il est beau, qu’il est drôle ». Et, comme je sentais,

d’après ses sourires, que ma maîtresse en était heureuse,

pour ne pas dire fière, j’étais d’autant plus ravi : j’en remuais la

queue avec frénésie et m’essayais à quelques aboiements timides.

J’aimais déjà me faire remarquer. Mais j’observais que les

gens sont parfois indiscrets : « Quel âge a-t-il ? Est-ce qu’il est

sage ? C’est une fille ou un garçon ? ». Ma grande amie répondait

avec le sourire, moi je me disais : « Ils sont bien curieux,

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Mes rencontres de personnalités et mes amis...

Publié le par Ricard Bruno

J'ai voulu faire partager au plus grand nombre mes nombreuses rencontres avec ceux qu'on appelle des VIP, je me suis fait à de nombreuses reprises de réels amis dont Nicoletta et Jean Christophe, bien sur il y en eut plein d'autres notamment Pierre Maguelon qui hélas est parti au paradis des acteurs il y a katia tchenko, t, danièle gilbert, alison argrim, christian zuber mon grand ami parti au paradis des animaux, nathalie cardonne, paul watson, taxi, tex ,sarah marshal et jean-claude jitrois, emmanuelle beart, jacques attali, béatrice rosen, etc.,t il y aura encore beaucoup de merveilleuses rencontres, un grand merci à Olivier mon ami de Paris qui organise de magnifiques soirées où sont conviés ces VIP issus du monde du spectacle (théâtre, télévision, cinéma etc.), merci également à la maison Lancel, à la mairie de Boulogne Billancourt et à ceux qui me permettent de rencontrer toutes ces personnalités et bien sur ma plus belle rencontre restera à jamais ma muse Brigitte Bardot.
Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Mes Vidéos Brigitte Bardot, Saint Tropez, etc.

Publié le par Ricard Bruno

Bruno Ricard

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Foies gras...Beurk...quelle horreur!

Publié le par Ricard Bruno

Une coutume barbare

Le foie gras est l'organe malade d'une oie ou d'un canard, gavé de force plusieurs fois par jour au moyen d'un tube de métal de 20 à 30 centimètres enfoncé dans la gorge jusqu'à l'estomac. Pour contraindre son corps à produire du foie gras, l'oiseau doit ingérer en quelques secondes une quantité de maïs telle que son foie finit par atteindre presque dix fois sa taille normale, et développe une maladie, la stéatose hépatique.

Scène de gavage

En se débattant lorsque le tube s'enfonce dans sa gorge, ou par la simple contraction de son oesophage provoquée par le besoin de vomir, il risque l'étouffement et des perforations mortelles au cou.

L'enfoncement du tube provoque des lésions du cou où se développent des inflammations douloureuses et des germes. La suralimentation forcée et déséquilibrée provoque fréquemment des maladies du système digestif, potentiellement mortelles.

Suite au choc du gavage, il est pris de diarrhées et de halètements. En outre, les dimensions de son foie hypertrophié rendent sa respiration difficile, et ses déplacements pénibles.

Si ce traitement était poursuivi, il provoquerait la mort des animaux gavés. L'abattage intervient à temps pour masquer les conséquences du gavage. Les plus faibles d'entre eux sont tout de même moribonds lorsqu'ils parviennent à la salle d'abattage, et beaucoup ne résistent pas jusque-là : le taux de mortalité des canards est dix à vingt fois plus grand pendant la période de gavage.

Un concentré de souffrances

Cette violence, inhérente à la production de foie gras, justifie à elle seule son abolition. Mais pour la plupart de ces animaux le calvaire ne s'arrête pas à la brutalité du gavage. Beaucoup sont amputés d'une partie de leur bec, sans anesthésie, à l'aide d'une pince ou d'une simple paire de ciseaux.

Dans la nature, les canards passent une grande partie de leur vie sur l'eau. Dans ces élevages, beaucoup sont enfermés dans des hangars, puis dans des cages où leurs pattes se blessent sur le sol en grillage. Des cages si petites qu'ils ne peuvent même pas se retourner, encore moins se mettre debout ou battre des ailes. Parmi ceux qui tiennent jusqu'au jour d'abattage, beaucoup ont les os brisés lorsqu'ils sont transportés, manipulés et enfin accrochés la tête en bas pour être électrocutés puis égorgés. Les canes, parce qu'elles produisent un foie plus veineux que les mâles, sont le plus souvent broyées vivantes ou gazées peu après leur naissance.

Le plaisir des uns payé par la souffrance des autres

Comment le simple plaisir que nous avons à manger son foie peut-il justifier de faire subir une vie si misérable à un être sensible qui, comme nous, ressent la douleur et la détresse ? Qu'il soit d'une autre espèce que nous justifie-il de rester sourd à sa souffrance, et muet face à l'immoralité de cet esclavage ?

Il existe des lois et règlements qui protègent les animaux contre de tels sévices et mauvais traitements. Ces textes sont délibérément ignorés pour les plus de 30 millions d'entre eux qui, pour la plupart en France, sont utilisés chaque année pour le foie gras. On nous dit que les « souffrances nécessaires » sont acceptables. Mais la consommation de ce produit ne présente aucun caractère de nécessité. Personne, pas même ceux qui profitent de ce commerce, n'ose le prétendre.

Alors que le prix au kilo est toujours plus bas pour le consommateur, le foie gras est un produit très cher payé par les animaux dont le corps, utilisé comme une machine à produire, est volontairement rendu malade.

Le foie gras est aussi un produit de plus en plus coûteux pour la France, dont il donne l'image d'un peuple rétrograde au moment où bien d'autres pays en interdisent la production. Comment peut-on encore faire passer pour une tradition de savoir-vivre une coutume barbare qui consiste à enfoncer dans la gorge d'un animal encagé l'embout d'un entonnoir ou d'une pompe pneumatique ?

L'interdiction du foie gras : vers une éthique de l'alimentation

Constatant que la production du foie gras nécessite de mépriser les intérêts de l'animal qu'on utilise pour le produire :

  • Nous demandons à ceux qui gavent les oies et canards de cesser de pratiquer ces actes de maltraitance. Qu'ils n'aient aucune intention cruelle envers les animaux gavés ne diminue en rien la souffrance qu'ils provoquent.
  • Nous demandons à ceux qui tirent profit du foie gras, sans aucune considération éthique, de mettre fin à leur participation à ce commerce malsain.
  • Nous demandons aux autorités scientifiques et vétérinaires sincèrement préoccupées du bien-être des animaux, d'avoir le courage, malgré les pressions politiques et économiques, de dénoncer les méthodes de production du foie gras pour ce qu'elles sont.
  • Nous demandons à la justice de rappeler que les lois et règlements imposent une limite à la souffrance que l'on peut infliger à un être sensible, et que la production de foie gras est par conséquent illégale.
  • Nous demandons à nos représentants de légiférer pour interdire définitivement cette pratique.

En tant que consommateurs déterminés à mettre de l'éthique dans notre assiette, et constatant que ces souffrances n'existent que pour procurer du plaisir à notre palais, nous refusons d'acheter et de consommer ces foies malades d'animaux torturés.

Signez le manifeste pour soutenir cette campagne

 

Source : http://www.stopgavage.com/manifeste.php

Partager cet article

Repost 0

2 nouveaux livres étranger sur Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

2 nouveaux livres étranger sur Brigitte Bardot!

Unsere Traumfrauen der 50er und 60er Jahre

Cliquez sur le lien ci après et vous serez sur le blog de François B.

Lien : http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-2-nouveaux-livres-etrangers-avec-brigitte-bardot-en-2010-63886985.html

 

C'est un tout nouveau blog que je vous conseille vivement, normal c'est un ami avec un grand  "A"

Bonne découverte!

 

 

Bruno Ricard

 

 

Lien pour commander ces deux livres sur

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Calendrier 2011 Brigitte Bardot par l'INA...

Publié le par Ricard Bruno

Vous pouvez commander votre calendrier 2011 Brigitte Bardot sur le site de l'INA.

Chaque mois de l'année une magnifique photographie de la sublime Brigitte Bardot :

Brigitte Bardot : Couverture

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot a écrit une lettre au préfet de l’Indre!

Publié le par Ricard Bruno

L’intervention de Brigitte Bardot suffira-t-elle à sauver Fifi ? / Photo : (Archives NR)

 

« Je viens d’être alertée, au siège de ma fondation, à Paris, de la menace qui pèse sur la femelle sanglier prénommée Fifi, détenue par M. Wenger, demeurant à Châteauroux. Ma fondation n’a pas pour objectif de cautionner la détention d’animaux sauvages par des particuliers. Au contraire, nous dénonçons depuis toujours ce genre de pratique et informons régulièrement les particuliers de la démarche à suivre quand ils recueillent un animal sauvage blessé.
Ici, pourtant, nous nous devons d’intervenir pour que soit trouvée une solution humaine et satisfaisante pour tout le monde.
Monsieur Wenger est tout à fait disposé à faire stériliser sa laie (dont les analyses viennent de montrer qu’elle possédait 36 chromosomes) et à effectuer tout ce qu’il sera nécessaire de faire pour qu’elle ne soit pas abattue.
Dans ce cas précis, vous feriez preuve d’une grande générosité en accordant à M. Wenger l’autorisation exceptionnelle de garder son animal. Ceci constituerait un bel exemple d’humanité qui rejoindrait les quelques miraculés que nous avons déjà eu le bonheur de sauver, grâce à la compréhension des préfets concernés. »

Brigitte Bardot

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot passe le relais de son combat à son fils adoptif !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot, fervente protectrice des animaux, aux commandes d'une association créée pour leur défense en 1986 (la Fondation Brigitte-Bardot), est actuellement en train de transmettre le flambeau de son difficile combat. A 76 ans, si elle confie "J'ai seulement un souci mécanique d'articulation des hanches, mais la tête est là et bien là, et je n'ai pas fini d'emmerder le monde !", elle est consciente qu'elle doit passer le relais à une personne de confiance, afin que cette dernière la soutienne et, à terme, lui succède avec rigueur et passion. Ce remplaçant, celle qui exprime fréquemment son mécontentement auprès de Nicolas Sarkozy l'a désigné après mûre réflexion. Selon France Soir, il s'agit de Christophe Marie, qu'elle considère comme son fils adoptif et qui l'épaule depuis vingt ans dans toutes ses actions. "J'ai enfin trouvé mon alter ego après vingt ans de travail partagé. Au fil du temps, Christophe et moi avons partagé les mêmes réactions aux mêmes problèmes. Je lui ai laissé petit à petit la responsabilité de me remplacer en diverses occasions. Il s'en est toujours tiré avec brio, efficacité et diplomatie (ce qui n'est pas toujours mon cas). Maintenant, il est mon dauphin et je me repose sur lui avec confiance. Nous sommes tous les deux nés un 28 septembre à une trentaine d'années de différence, mais le hasard n'existe pas !", a-t-elle confié. Christophe Marie, profondément touché, a réagi : "Aucune retraite n'est possible lorsqu'on s'investit comme elle le fait. Néanmoins, elle m'a fait l'honneur de ce choix et j'espère simplement pouvoir l'aider. Elle sait pouvoir compter sur ma détermination et mon engagement total pour combattre la souffrance et l'exploitation animale." Flatté et admiratif de l'icône des années 60 (dont la carrière et le parcours ont donné lieu à bon nombre d'expositions), il a ajouté : "Il est clair pour tout le monde que Brigitte Bardot est irremplaçable et il serait ridicule de prétendre prendre sa place, car si chacun apporte sa pierre à l'édifice, la première pierre, c'est bien BB qui l'a posée.

 

Source : http://www.purepeople.com/article/brigitte-bardot-passe-le-relais-de-son-combat-a-son-fils-adoptif_a70603/1

Partager cet article

Repost 0

Lancel inaugure son nouvel univers de la french légèreté...

Publié le par Ricard Bruno

17 décembre 2010

 

Ce jeudi 16 décembre, la Maison Lancel faisait découvrir sa nouvelle boutique boulevard de Waterloo ainsi que la « Galerie des sacs » signée par Christophe Pillet.


Le nouveau magasin Lancel représente bien l’élégance de la marque française qui depuis 1876 ravi les femmes en créant des sacs qui racontent des histoires, des couleurs, des sentiments.

Cette nouvelle boutique, de par sa décoration et son ambiance a l’ambition de faire re-naître l’esprit de toutes les femmes qui ont été le déclencheur de cette «french légèreté» que l’on retrouve dans chaque modèle.


Dans ce nouvel établissement, conçu selon les idées ingénues du designer Christophe Pillet, est ainsi présentée la fameuse collection BB, créée pour et avec la collaboration de Brigitte Bardot. Une collection qui représente la liberté, les courbes, l’éternel féminin qui émanent de l’actrice. L’ensemble des collections qui ont été inspirées par d’autres muses comme Isabelle Adjani - devenue en 2008 une des ambassadrices de la marque- notons également la douce et un brin rebelle Béatrice Rosen, ou encore la chanteuse chinoise Zhou Xun qui associe un sac Lancel à chacune de ses expériences.

Source : http://levifweekend.rnews.be/fr/style-de-vie/mode/accessoires/lancel-inaugure-son-nouvel-univers-de-la-french-legerete/article-1194890776586.htm#

Publié dans Lancel

Partager cet article

Repost 0

Stop aux animaux dans les labos !

Publié le par Ricard Bruno

Rendez-vous : 23 avril 2011 à Paris

Stop aux animaux dans les labos !

Dans le cadre de la Journée Mondiale des Animaux dans les Laboratoires* et à l'initiative de la Fondation Brigitte Bardot, d'Antidote Europe et d'International Campaigns, une grande manifestation unitaire est prévue le samedi 23 avril 2011 à Paris.

Toutes les organisations de défense des animaux, tous les militants sont invités à se joindre au mouvement d'opposition à l'expérimentation animale, scientifiquement et éthiquement irrecevable.

Réservez d'ores et déjà votre journée et organisez-vous (réservation de train, covoiturage, etc.) pour venir nous rejoindre le 23 avril 2011 à Paris... Votre mobilisation est indispensable à la réussite de cette opération !

* http://semaine-mondiale-animaux-laboratoire.org/

Lien facebook (évènement) à partager sans modération !

Fondation Brigitte Bardot
28, rue Vineuse 75116 Paris
Tél. : 01 45 05 14 60 Fax : 01 45 05 14 80
www.fondationbrigittebardot.fr

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>