Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FLASH INFO...Dernière minute...

Publié le par Ricard Bruno

moi-et-paul-watson-manifestation-contre-le-massacre-des-glo.JPG

Moi et Paul Watson à la manifestation contre la massacre des Globicéphales à Paris.

....................................................................................................................................................................

Le Japon a suspendu sa pêche annuelle à la baleine dans l'océan Antarctique car des opposants à cette pratique ont poursuivi le navire amiral de sa flotte, a déclaré un responsable du gouvernement nippon. Le Japon, l'un des trois seuls pays pratiquant encore la chasse à la baleine, pourrait même rappeler sa flotte de quatre bateaux alors que la saison de la pêche est censée durer jusqu'à fin mars.

"Considérant que la sécurité est une priorité, la flotte a interrompu sa pêche scientifique pour le moment. Nous examinons à l'heure actuelle les décisions à prendre", a dit Tatsuya Nakaoku, de l'Agence japonaise de la pêche. Des membres de la Sea Shepherd Conservation Society, une ONG consacrée à la préservation des mers, tentent régulièrement de perturber la chasse à la baleine menée par le Japon.

Source : Paris Match

Les opposants sont bien entendu SEA SHEPERD avec Paul Watson à leur tête!

 

....................................................................................................................................................................

Ci dessous une manifestation à Paris devant l'embassade du Dannemark pour dénoncer le massacres Globicéphales avec La fondation Brigitte Bardot et Sea Shepherd

Moi au microphone avec mon éternelle casquette!

img108

Partager cet article
Repost0

A Ivoy-le-pré les bêtes continuent de mourir, Brigitte Bardot intervient

Publié le par Ricard Bruno

Empoisonné avec un insecticide, le cheptel d'un agriculteur belge continue de mourir à petit feu. Sur 2.000 bêtes, seules 80 seraient encore en vie ; dont certaines mal en point.

Les services vétérinaires du Cher ont une nouvelle fois investi l'élevage de Willy Vernaeve cette semaine. Les bovins de cette exploitation située à Ivoy-le-Pré (près de La Chapelle-d'Angillon) ont été victimes d'empoisonnements au lindane - un insecticide interdit d'utilisation en France - à trois reprises depuis 2007. Lors de la dernière, en mars 2010 (nos éditions des 9 et 10 mars 2010), plus de 200 bêtes étaient mortes en moins d'une semaine.

 

L'intervention de Brigitte Bardot relance l'affaire

 

Depuis la fin des enquêtes de gendarmerie (plus d'infos dans le BR du 17\02\2011 à télécharger ici), l'agriculteur avait l'impression d'être abandonné. Mais une intervention de Brigitte Bardot a, semble-t-il, fait bouger les services vétérinaires. La semaine dernière, la pasionaria de la cause animale a évoqué ces empoisonnements dans une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture dans laquelle elle dénonce « les publicités mensongères du CIV (Centre d'information des viandes, ndlr) financées par le ministère de l'Agriculture », l'élevage intensif et les manques dans le suivi « des conditions d'élevage, de transport et d'abattage des animaux ».

 

« Certains bovins sont encore en train de mourir »

 

La Fondation Brigitte Bardot, qui compte se constituer partie civile en cas de procès dans cette affaire d'empoisonnement au lindane, a eu connaissance de ces décès grâce à un appel de Danièle Guiot, une amie de Willy Vernaeve qui l'assiste dans ces démarches administratives et judiciaires (il ne parle pas bien français).

« Sur les 2.000 bovins qu'il avait en 2007, il n'en reste plus que 80 (des salers, des montbéliard et des croisés, ndlr), confie Danièle Guiot. Certains sont encore en train de mourir et nous n'en pouvons plus de les voir souffrir tous les jours. C'est une horreur. »

 

Plus un euro pour les faire euthanasier

 

« Tout cela dure depuis trop longtemps, regrette Virginie Faugas, juriste à la Fondation Brigitte Bardot. Il n'est pas normal que les services vétérinaires, qui savent depuis 2007, n'aient pas encore réglé ce problème. Ces bêtes sont en grande souffrance. M. Vernaeve nous a dit qu'il n'avait même plus un euro pour les faire euthanasier. »

 

Sans doute suite à l'intervention de la Fondation Bardot, les services vétérinaires du Cher sont donc revenus à l'exploitation d'Ivoy-le-Pré, lundi et hier. « Ils ont euthanasié trois vaches », assure Danièle Guiot.

 

« Dysfonctionnements » et « maltraitances »

 

Nous avons essayé, en vain, de contacter les services vétérinaires du Cher, hier. Preuve que l'affaire est sensible, la préfecture du Cher nous a renvoyés vers le ministère de l'agriculture. Une attachée de presse nous a confirmé qu'une « nouvelle inspection a[vait] débuté lundi ». Plutôt que des empoisonnements, elle évoque de possibles « dysfonctionnements au sein de l'exploitation » et des « maltraitances ». Et rappelle qu'en 2006 (nous l'avions évoqué dans notre édition du 9 mars 2010), l'exploitation avait été touchée par la tuberculose bovine. 850 bovins avaient été abattus. 

Source : http://www.leberry.fr/editions_locales/sancerre/a_ivoy_le_pre_les_betes_continuent_de_mourir_brigitte_bardot_intervient@CARGNjFdJSsBEh0NBRw-.html

Partager cet article
Repost0

Information "CRAC""JP Garrigues...

Publié le par Ricard Bruno

Chers amis de combat,

 Notre président d’honneur et co-fondateur du CRAC, Jacques Dary, a récolté en quelques semaines plus de 100 signatures de vétérinaires. Son action démontre que rien ne vaut le contact direct et que plus de 90% des vétérinaires sont prêts à signer pour l’abolition de la corrida. Il suffit de les rencontrer ! Afin d'activer le ralliement des vétérinaires, tout récemment, des militants de la cause ont déjà rejoint notre président d’honneur.  La première  est une auxiliaire vétérinaire, Véronique Naudé, membre du CRAC Europe, qui vient d’obtenir près de trente signatures. Bravo à tous les deux !

 

A son tour, le CRAC Europe se met au service du collectif des vétérinaires abolitionnistes initié par le professeur JF Courreau de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, le docteur vétérinaire Nathalie Milhas et le docteur psychiatre Jean-Paul Richier : http://www.veterinaires-anticorrida.fr

 

Vous pouvez à votre tour contacter votre vétérinaire (une bonne façon de savoir si vous avez un « bon » vétérinaire !) et si vous avez le temps ceux de votre ville ou de votre département. Pour la marche à suivre, merci de contacter Jacques Dary : jac-dary@orange.fr

 

Par ailleurs, Jacques Dary, jeune homme de 80 ans, prévoit un tour de France des vétos en camping car aux couleurs du CRAC Europe. Si vous voulez l’accueillir dans son périple et/ou le relayer sur le terrain dans son action, merci de le contacter : jac-dary@orange.fr

 

Merci pour votre participation ! Et merci de rediffuser ce message au maximum !

 

Dernière minute : Jacques Dary a obtenu la signature de Monseigneur Martin, ancien vétérinaire et évêque de l’Eglise orthodoxe !

 

Bien à vous

Pour l’équipe

Jean-Pierre Garrigues

Vice-président du CRAC Europe

www.anticorrida.com

Partager cet article
Repost0

François Nourissier et Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Décès de François Nourissier, "pape des Lettres" françaises

B.B. 60Brigitte Bardot de François Nourissier - Livre

« Un air de bébé au bord de la faute » ? Un scandale nu qui enfonce la régie Renault sur la balance commercial? Un Fragonard de médaillon rose dansant avec Dario Moreno? « L'âge d'une fille et le corps d'une sœur » ? BB, ce fut tout cela. On se prend à regretter que la Bardot de 1996 n'ait pas pris M. Nourissier comme répétiteur de grammaire : le collier de perles en eût été réduit au string exact. B.B. 60, c'est la prose irruptive d'un texte de revue – au double sens militaire et littéraire du mot – où l'on tire la nappe pour mieux mettre le ton. Un pied sur le champignon atomique, Nourissier signait là un portrait épatant et tapé, décollé de la poêle comme une crêpe qui part au plafond.
Marc Lambron, Le Point, 28 septembre 1996

En 1960, François Nourissier écrit sur Brigitte Bardot un texte croquant comme un radis frais et craquant comme une guêpière rouge. BB 60 fait partie de ces textes imprévus, bousculés et lumineux dont on tombe tout de suite amoureux, surtout si l'on s'appelle la postérité.
Patrick Besson, L'officiel Homme, Octobre 1996

Nourissier, toujours très bon dans le court, très fort dans le sprint, est à son aise : la femme, le XVIe arrondissement, les voitures, des salles obscures. Pertinence et parfum d'époque : ces quelques pages contiennent en condensé toutes les années 50.
Éric Neuhoff, Madame Figaro, 2-9 novembre 1996

Brigitte Bardot entre caprice et damnation
Le texte sublime que François Nourissier avait consacré en 1960 à Brigitte Bardot n’a pas pris une ride et je n’aurai pas le mauvais goût d’ajouter ce que vous êtes en train de penser…..Une star ne vieillit pas. Elle n’en a ni le pouvoir, ni même le droit. La lumière qu’elle a projetée sur nos vies, les désirs qu’elle a fait naître, la protègent contre le temps. Contre le temps qui dévore tout, mais qui a laissé indemne Louise Brooks, Marilyn Monroe et Brigitte Bardot.

"Pape des Lettres" françaises pendant 30 ans au sein de l'Académie Goncourt, le romancier, critique et éditeur François Nourissier s'est éteint mardi soir à l'âge de 83 ans. L'écrivain à la barbe fleurie, qui avait placé l'édition au centre de sa vie professionnelle, n'a jamais cessé de publier ses propres livres, largement inspirés de son histoire personnelle.

François Nourissier est mort mardi soir à l'hôpital Sainte-Perine à Paris, des suites de la maladie de Parkinson, selon l'Académie Goncourt. Ses obsèques auront lieu au crématorium du Père-Lachaise vendredi à 14h.

Né le 18 mai 1927 à Paris, ce fils d'un exploitant forestier est passé par les prestigieux lycées Saint-Louis et Louis-le-Grand, avant des études supérieures à Sciences-Po, à la Sorbonne et à la faculté de droit. En 1949, il entre dans la vie active, dans le secteur publicitaire. Parallèlement, il s'implique dans l'action humanitaire, au sein du Secours catholique, où il oeuvre en faveur des personnes déplacées et des réfugiés.

Il publie son premier livre, "L'Eau grise", en 1951. L'année suivante, il fait son entrée dans l'univers de l'édition, en devenant secrétaire général des éditions Denoël (1952-1955). Il sera par la suite rédacteur en chef de la revue "La Parisienne" (1955-1958), puis longtemps conseiller aux éditions Grasset (1958-1996).

François Nourissier se fait un nom en tant qu'écrivain en publiant "Une histoire française", qui obtient le Grand prix de l'Académie française en 1966. Deux ans plus tard, son roman "Le Maître de maison" est soutenu pour le Goncourt par Aragon qui, faute d'avoir réussi à l'imposer, démissionne du célèbre jury. En 1970, il reçoit le prix Fémina pour "La Crève".

Tout au long de sa carrière, François Nourissier collabore également à de nombreux journaux, comme les "Nouvelles littéraires", "Le Point" et le "Figaro Magazine", où il est critique littéraire.

Elu en 1977 à l'Académie Goncourt au couvert de Raymond Queneau, il en devient le secrétaire général en 1983, puis le président en 1996. Il quitte ce poste en 2002, tout en restant membre du jury.

Interrogé sur son statut de "pape des lettres" dans "L'Express Livres" en avril 2008, il répondait: "Ça été une manie un peu encombrante d'aimer dire ce que je pense. Je n'ai pas le sentiment d'avoir trop souvent eu tort. Je n'ai pas trouvé cette passion de la littérature dans mon berceau, c'est moi qui l'ai créée, inventée, placée au centre de ma vie".

Atteint par la maladie de Parkinson, qu'il surnommait pudiquement "Miss P.", il évoque le sujet dans ses mémoires, "A défaut de génie" (2000), et en fait le thème principal de son livre suivant, "Prince des berlingots" (2003).

Miné par la maladie, affecté par la perte de sa femme et de l'un de ses fils au cours de l'année 2007, il démissionne de l'Académie Goncourt en janvier 2008.

"Je m'en vais en douceur", déclarait-il peu après dans "Le Figaro". "Pour des raisons personnelles, liées à ma santé et à des épreuves récentes, le moment semble venu de m'en aller. Les discussions au sein de l'académie demandent une force que je n'ai plus".

Le dernier de ses livres, "Eau-de-feu", dans lequel il évoque l'alcoolisme qui a détruit sa femme, a été édité en avril 2008. François Nourissier aura publié au total une trentaine de romans, d'ouvrages autobiographiques et d'essais.

"Celui qui avait eu la modestie de publier des mémoires sous le titre 'A défaut de génie' nous laisse en fait une grande oeuvre, reflet de ses combats intimes et de l'ironie avec laquelle il considérait son époque et son milieu, celui des Lettres et de la grande bourgeoisie", a souligné le président Nicolas Sarkozy, saluant la mémoire de cet "homme généreux", "hussard de la République des lettres".

"On mesure la grande perte que cela représente pour le monde des Lettres en France", a réagi Edmonde Charles-Roux, la présidente de l'Académie Goncourt, décrivant François Nourissier comme "un écrivain sans nomadisme, sans cosmopolitisme". "Il était avant tout typiquement français, il ne ressemblait qu'à lui-même et il est véritablement irremplaçable", a-t-elle estimé sur France-Info.

L'écrivain Jean d'Ormesson confiait de son côté avoir perdu "l'un de ses amis les plus anciens et les plus chers". "Voilà deux ans que la maladie de Parkinson qu'il appelait dans ses livres 'Miss P.' (...) l'a détruit. Il menait une vie qui n'était plus une existence, qui était une espèce d'agonie perpétuelle et grâce à Dieu, cette agonie a pris fin", a-t-il confié à France Info.

Jean d'Ormesson rappelait également que François Nourissier avait été de ceux qui ont dominé la vie de la littérature française "dans les 30 dernières années". Et "avec (Bernard) Pivot", il "faisait et défaisait les carrières littéraires" et les "réputations", "on peut dire qu'il était le pape des Lettres".

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Pour le "Fun" et pour la passion...

Publié le par Ricard Bruno

affiche-passion-brigitte-bardot.jpg

Bruno Ricard

Partager cet article
Repost0

Salon du disque de Nimes et exposition Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Salon du disque vinyle , cd , et dvd  à Nîmes
 
Taille de la manifestation
35 exposants
 
Horaires
De 9h30 à 18h00
 
modalité d'entrée (visiteurs)

2 euros gratuit pour les moins de 12 ans

Commentaires

Le salon aura lieu à la salle d'exposition du stade des costières (rue de la bouvine). à cette occasion aura lieu une importante exposition sur Brigitte BARDOT (disques, photos, affiche, etc...)
Achat, vente, échange des dizaines de milliers de disques de toutes les musiques seront proposés aux visiteurs.un des plus important salon de la région.facile d'acces, parking sur place.

Bruno Ricard

Affiche-salon-du-disque-de-nime-le-27-02-2011.jpg

 

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Qui empoisonne les chiens de Gorbella? (Nice)

Publié le par Ricard Bruno

 

 

Les chiens de Gorbella sont-ils en sécurité ? Plusieurs d’entre eux ont été empoisonnés.
Plusieurs animaux ont été empoisonnés dans le quartier depuis quelques mois. L’inquiétude monte chez les propriétaires

Einstein disait qu’il existe deux choses infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Et encore, il émettait un doute sur l’Univers. La bêtise humaine a encore frappé. Et cette fois, elle a fait fort.


Depuis plusieurs mois, les propriétaires d’animaux résidant dans les alentours du boulevard Gorbella vivent dans la crainte dès qu’ils sortent promener leur chien. La crainte que leur animal favori grignote une boulette trouvée sur le trottoir. Fatale gourmandise !

Car un empoisonneur sévit dans le secteur. Il a déjà fait plusieurs victimes à quatre pattes. Et laissé leurs maîtres dans la détresse.

« Elle m’a réveillé en hurlant »

Le 17 janvier, Jeff Bouyon va faire des courses dans un supermarché du boulevard. « Comme d’habitude », il laisse « Belle », sa chienne griffon croisée chow-chow devant le magasin. « Les agents de sécu la connaissaient. Elle était adorable, soupire Jeff. Je l’avais trouvé abandonnée à Cessole il y a sept ans. »

La journée s’achève normalement. « Belle » est « impeccable ».

« Le lendemain matin, elle m’a réveillé en hurlant à la mort. Je l’ai trouvé la tête à l’envers dans sa gamelle ».

Paniqué, le jeune homme accompagne sa chienne au dispensaire de la Fondation d’assistance aux animaux. On lui dit que « Belle » est en état de choc, qu’elle fait une hémorragie interne et on lui demande de payer une forte somme pour les premiers soins. Une somme que Jeff n’a pas.

Il parvient tout de même à faire faire une prise de sang à sa chienne et à financer trois jours de traitement. « Elle aurait eu besoin de trois semaines », détaille-t-il. Quelques jours plus tard, « Belle » va mieux. Un autre vétérinaire, contacté par le jeune homme, diagnostique un empoisonnement à la mort-aux-rats.

« Belle » rechute. Elle meurt le 31 janvier. Et elle n’est pas la seule à avoir subi ce sort funeste.

Le 24 novembre dernier, au 12 de la rue Marcel-Pagnol, Martine Arnoux a perdu dans les mêmes circonstances « Van Gogh », son chat maincoon de neuf ans.

 

Après une première tentative avortée, l’empoisonneur avait remis ça et jeté des boulettes empoisonnées directement sur le balcon de Martine. « Je vis seule, ce chat, c’était mon bébé, témoigne-t-elle. Je suis sous tranquillisants depuis. »

Elle évoque aussi le cas d’une de ses voisines dont les deux petits chiens ont été empoisonnés de la même façon alors qu’elle les promenait. « C’est scandaleux, lâche-t-elle, ça n’a pas de nom ».

« Quelqu’un du quartier »

Depuis, une psychose s’est installée chez les propriétaires du quartier. Jean-Louis Perlo possède deux chiens et fait constamment attention, d’autant qu’il a lui-même vu certaines de ces boulettes. « ça ressemble à des perles bleues. On les trouve au pied des arbres sur le boulevard. » Pour lui, c’est certain, « il s’agit de quelqu’un du quartier. Sûrement une personne qui ne supporte pas que les chiens fassent leurs besoins ».

Mais alors, comment expliquer le cas de « Van Gogh », empoisonné sur le balcon de sa propriétaire ?

Jacques Gargano, un ami de Jeff Bouyon, a décidé de prendre les choses en main : « J’ai contacté la Fondation Bardot*. Et je vais envoyer un courrier à Brigitte elle-même ! »

*La Fondation Brigitte Bardot se bat depuis 1986 pour la cause animale. Si votre animal est empoisonné, envoyez une attestation d’empoisonnement de votre vétérinaire ainsi qu’une copie du dépôt de plainte au 28 rue Vineuse, 75116 Paris. La Fondation se constituera partie civile. Renseignements : 01.45.05.14.60.

Source : http://www.nicematin.com/article/nice/qui-empoisonne-les-chiens-de-gorbella

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Nouveau Livre de Dominique Choulant avec préface de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Couverture-Martine-Carol.jpg

 L’ouvrage :

« Je suis la première actrice

française à s’être déshabillée

à l’écran. Mais je l’ai fait

avec délicatesse. Je voulais

que le sex-appeal ne montre

pas tellement le corps mais

ce que l’on devait voir audelà.

J’en eus vite assez.

Heureusement Bardot vint

me remplacer. »

A

 

insi s’exprimait Martine

Carol quelques années

avant sa disparition en

1967…

Celle qui fut le « sex-symbol

» des années 50, égérie d’un cinéma populaire, aimée

du public français, aura eu un destin tragique comparable,

en de nombreux points, à celui de Marilyn Monroe, sa

petite « soeur de coeur ». Devenue une « superstar » grâce

à la série des Caroline Chérie, de films à grand succès

comme Nana ou Madame Du Barry, immortalisée par

Lola Montès, le chef d’oeuvre de Max Ophüls, elle fut

éclipsée,

malgré elle, par l’arrivée de Brigitte Bardot qui fit souffler

un vent de modernité et de liberté sur le cinéma et la

société française.

« Vadim m’a créée, mais Martine Carol avait inventé son

modèle », déclara cependant B.B. à l’époque. Dans sa préface,

Brigitte nous révèle son admiration et sa tendresse

pour une actrice attachante et éternelle à jamais dans nos

mémoires.

Cet ouvrage fort bien documenté nous raconte, en chronologie

parfaite, la vie d’une véritable héroïne de fiction.

Les succès, la gloire, la ronde des amours et des mariages

puis les premiers échecs, les désillusions, la descente aux

enfers, et même l’alcoolisme, jusqu’à sa mort brutale et

mystérieuse, comme celle de Marilyn…

L’auteur :

Dominique Choulant

, né en 1963, réside à

Toulouse. Passionné par le cinéma et ses stars, il a déjà

publié plusieurs ouvrages et notamment des biographies

sur Marilyn Monroe (en 2006) et Brigitte Bardot

(en 2009

 

Extraits :

 

Désormais l’avenir appartient à celle qui se fait

appeler dorénavant… Martine Carol (le « e » disparaissant

bien vite à la trappe : par « superstition »,

elle prend bien garde d’éviter d’avoir treize lettres

dans son nouveau pseudonyme). C’est François

Périer qui l’a baptisée ainsi. Avec son concours, elle

s’est choisie un nom sonnant bien, susceptible de

frapper l’imaginaire populaire, de toute façon plus

approprié que le sien : Marie-Louise Mourer, ou

même Maryse Arley. Ainsi, elle rend hommage à

l’actrice américaine Carole Lombard, morte dans

un accident d’avion le 16 janvier 1942 à l’âge de

33 ans, alors qu’elle était en tournée de propagande

afin de divertir les GI’s. Elle a laissé un film

posthume,

 

To be or not to be

(vaudeville anti-hitlérien

de Lubitsch), et un mari, Clark Gable… l’« idéal

amoureux » de Martine.

[…] Une star est née…

Avec Caroline Chérie, Martine Carol trouve une

belle consécration. Elle entre vivante dans la

légende cinématographique comme Linda Darnell

avec Ambre, Ingrid Bergman avec Jeanne d’Arc et

Vivien Leigh avec Scarlett O’Hara… sans comparaison

de génie, bien entendu.

[…] Martine Carol devient à jamais… le premier

(et nouveau) sex-symbol du cinéma français des

années 50.

Et en ayant offert quelques scènes dénudées au

public venu en masse : au final,

 

Caroline Chérie

se

classe au 2

 

e

rang au bilan des entrées Paris-périphérie

des films français pour la saison 1950-1951,

derrière Justice est faite d’André Cayatte et devant

La Ronde

 

de Max Ophüls.

Alors, tant qu’il y aura des cinémathèques et des

salles d’art et d’essai pour revoir ce grand classique :

Martine vivra.

Oui, celle qui est entrée dans la grande famille des

Éternels du cinéma depuis

 

Caroline Chérie

(dont

un extrait figure dans

 

Nikita

de Luc Besson, 1990)

occupe désormais, et pour toujours, une place à

part et bien méritée dans la légende du 7ème Art.

Vraiment…

Un mythe subsiste et subsistera.

Éternel lui aussi, dans nos coeurs…

 

Caractéristiques du livre :

Biographie 232 pages Prix Public TTC : 20

e

Ft 15 X 24

Pour toute demande de Service de Presse

Vous adresser à : Éditions Autres Temps

&

 

04 42 32 75 42 - Fax 04 42 32 75 37 - Courriel : autrestemps@horizon-imprimeries.com

  

 Bruno Ricard

 

Partager cet article
Repost0

Doggy Célébrités...

Publié le par Ricard Bruno

Information pour investisseurs/Information pour investisseurs/Information pour investisseurs

Le magazine français Doggy Célébrités, au concept original et novateur, dont Mlle Brigitte Bardot est la marraine et Monsieur Alain Delon le parrain, qui est diffusé également en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, à Monaco, en Andorre, en Polynésie française et bientôt au Canada (Québec) et aux Etats-Unis, recherche pour son développement national et international, un investisseur. Merci de contacter à Paris, Monsieur Eric Romain, Directeur de la Publication et de la Rédaction au : +33 (0)6 07 03 25 52 ou par E.mail : eric.romain@doggy-mag.com - site : www.doggy-mag.com
Information for investors/Information for investors/Information for investors

The French magazine Doggy Celebrities, with the original concept, whose Brigitte Bardot is the godmother and Alain Delon the godfather, and who is diffused also in Belgium, in Switzerland, in Luxembourg, in Andorra, in Monaco, in French Polynesia and soon in
Canada (Quebec) and the USA, research for its national and international development an investor. Contact in Paris : +33 (0)6 07 03 25 52 - eric.romain@doggy-mag.com - www.doggy-mag.com
Eric Romain Director of the Publication and of the Drafting
Couverture Doggy-mag
  
  

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>