Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fondation Brigitte Bardot: le combat continue!

Publié le par Ricard Bruno

Fondation Brigitte Bardot: le combat continue!

Ce 28 septembre, notre Brigitte nationale va oublier de fêter ses 77 ans pour célé-brer l’anniversaire de son association : 25 ans consacrés à la défense des animaux domestiques et sauvages, en France et à l’étranger. Interview et coulisses de cette ruche en constante effervescence.

A peine a-t-on montré le museau qu’ils ­déboulent. Jappements de bienvenue, sautillements affectueux. Galilée, faux air de ­bichon, Ciboulette, de ratier, Lucky, de ­caniche, ­rescapés d’un hier guère aimable, assurent l’accueil, avec une petite idée derrière la tête : se dégotter un maître rien qu’à eux. Les ­bipèdes – la vingtaine de salariés qui œuvrent ici à Paris – nous livrent, entre deux caresses, le nom, le passé douloureux de leur dizaine de compagnons de bureau, mais bon, les élans ­enamourés des néophytes, ils connaissent par cœur, ils ont d’autres chats à fouetter, façon de parler. Et puis, question faune, l’hôtel particulier de la Fondation Brigitte Bardot ressemble plutôt à une ruche. Une grande ruche. Un rez-de-chaussée et deux étages de bureaux où des abeilles, discrètes, concentrées, passionnées, débordées, s’affairent. Trop d’urgences, trop de souffrances en jeu.
Pas de Brigitte Bardot en chair et en os. Mais elle est partout. Photos, tableaux, dédicaces de son écriture pleine où elle déplore, applaudit, rappelle son combat.

 

L'âme de BrigitteBardot dans la Fondation

De sa résidence ­varoise, c’est elle la patronne. L’âme, la fondatrice, la présidente effective sans laquelle aucune décision d’importance ne se prend. La fine équipe de juristes et de scientifiques, dont la plupart ont bac + 5 et flirtent avec la trentaine, s’incline. Total respect. Fans, groupies ? Trop jeunes, même si bien sûr ils ­savent tout de la comédienne, la star. Ils sont là pour autre chose. La Fondation BB est moins une histoire d’animaux en souffrance que d’hommes malades : inconscience, sadisme, ­irresponsabilité, négligence, vénalité… c’est tous les jours ici qu’on a à faire au pire. « Il faut avoir le cœur bien accroché, convient l’un des salariés. Parfois, vraiment, c’est trop dur. »

C’est ce « trop » qui, il y a vingt-cinq ans, pousse BB à agir. Aidée par quelques bénévoles, elle dénonce l’abandon de nos compagnons à quatre pattes comme les façons cruelles d’abattre les animaux de boucherie. On s’apitoie. On ricane. Six ans passent, la fondation est « reconnue d’utilité publique » en 1992. Sa résidence de Bazoches-sur-Guyonne (Yvelines), son manoir délabré à La Mare Auzou (Eure) sont dévolus à l’accueil des animaux abandonnés. On pare au plus pressé, avec de la bonne volonté et des bouts de ficelle. Ça ne suffit pas. La fondation a besoin d’un nouveau souffle. « Quand je suis arrivée, il y a dix-sept ans, témoigne Ghyslaine Calmels, 56 ans, directrice générale, c’était tout sauf bien géré ! Des élans, des bonnes intentions, des bénévoles qui prenaient qui un chien, qui un chat en difficulté, mais bon… Il fallait construire de nouvelles structures, remettre de l’ordre dans les comptes... » A l’époque, Ghyslaine Calmels travaille dans la finance. Amie des animaux soit, mais de là à imaginer « qu’on pouvait faire de la cause animale un métier » ! Bardot finira par convaincre cette femme dynamique, capable de lire un bilan comptable, de gérer du personnel, d’informatiser une société, sans oublier d’assurer le lobbying auprès des puissants ou de vibrer au malheur des plus faibles.

La grande majorité des troupeaux sontaujourd'hui abbattus sans étourdissement

Pourtant, il y a des jours où on se fatigue de jouer au petit Sisyphe valeureux. A peine est-on parvenu à trouver un interlocuteur au fin fond de l’Inde pour aider à la stérilisation de chats errants qu’on apprend le massacre de centaines de chiens en Serbie. Tout juste a-t-on sauvé un troupeau de moutons abandonnés dans le Berry qu’un appel d’urgence oblige à recueillir les oubliés, mourant de faim et de soif, d’une écurie normande. Ou, routine de la routine, sitôt a-t-on dégotté une famille d’accueil pour sept chatons retrouvés dans un ­hangar qu’on apprend l’internement psychiatrique d’une « amie des chats » et l’obligation de récupérer fissa sa horde d’une centaine de félins mal en point… Sans cesse, des anonymes choqués alertent la FBB. Il y a des photos, des vidéos : troupeaux transportés des heures sous le soleil, assoiffés, blessés, puis abattus sans étourdissement, « ce qui n’est plus le fait des seules religions musulmane et juive, qui en ont obtenu l’exception, ce que nous dénonçons. C’est le cas de 100 % des abattages en Ile-de-France et 80 % des abattages d’ovins en France », rappelle Ghyslaine Calmels.

D’autres exemples ? Les tests de toxicité se font toujours sur des chimpanzés, des chats ou des lapins dans nos laboratoires, et la vivisection se pratique encore. Il y a aussi les massacres des gibiers de chasse à courre, les taureaux de corrida, les éléphanteaux dont on vient d’égorger la mère pour les défenses... Et tel chien coincé sur le rebord d’une fenêtre par un froid polaire ou enfermé dans un placard, baignant dans ses excréments, tel chat jeté aux ordures parce qu’il a des puces. Au service « adoption », Eliette et Valérie en entendent de toutes les couleurs. Chaque cas est entré dans l’ordinateur, nom et coordonnées des appelants, de l’animal, son âge, son profil, ses habitudes. Eliette consulte sa liste de refuges les plus proches. Pas forcément l’un de la FBB, qui n’en a que trois (La Mare Auzou, Maisons-Alfort et Bazoches-sur-Guyonne). L’urgence, ce sont aussi les saisies d’animaux, suite à des mauvais traitements dûment constatés par le service contentieux de la FBB. En parallèle de l’action de la police et de la justice, la fondation se charge de l’accueil des animaux. Abandonne-­t-on plus ? « Dans le passé, on ­réfléchissait à deux fois avant d’adopter un animal, remarque Ghyslaine Calmels, c’était une décision familiale. Aujourd’hui, on achète sur un coup de cœur en “animalerie” sans en peser les conséquences. »

Des stérilisations gratuitesplutôt que des animaux errants

Mot d’ordre de la fondation : la vie, jusqu’au bout – aucune euthanasie hors grandes souffrances intraitables –, mais stérilisation toute. Non, la FBB ne recommande pas de vivre avec cinquante chats et chiens chez soi ! Même Brigitte ­Bardot en a très peu aujourd’hui. En France, la fondation a assuré l’année dernière près de 30 000 stérilisations gratuites. En accord avec 1 500 municipalités qui préfèrent cette mesure de salubrité publique plutôt que chats et chiens errants. Les Français nécessiteux, bénéficiaires du RSA ou autres, se voient aidés pour procéder aux vaccins et à la stérilisation de leur animal. Même chose pour les SDF qui passent à la fondation chercher croquettes, pipettes antiparasites et à qui on indique un ­hébergement avec leur animal, leur raison de vivre souvent.

A l’international (12 % des actions de la FBB), même chose. On aide des associations de protection des animaux sur place. « On n’envoie jamais d’argent, explique cette ­chargée des ­actions internationales, mais on finance telle infrastructure, tels médicaments, ou on intervient au niveau de l’éducation, de la sensibilisation des gouvernements. » La liste est longue : dénoncer le martyre des ours noirs d’Asie enfermés dans de minuscules cages, un ­cathéter planté à vif dans la vésicule biliaire – ponctionnée plusieurs fois par jour – leur arrachant des hurlements de douleur. Cette bile aurait, ce qui n’a jamais été démontré – et quand bien même ! –, des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques, dont Chinois et Vietnamiens sont friands. Les ­captifs agonisent à petit feu pendant... une dizaine d’années, leur squelette se déforme, occasionnant chaque jour plus de souffrance.  La FBB a interpellé ambassadeur, édiles, etc., et ­apporté son soutien à des associations locales pour faire cesser ces barbaries et recueillir les ours. Pas gagné. Meilleur ­résultat pour les ours dansants de Bulgarie, placés dès l’âge de 4 mois sur des braises ardentes pour les obliger à se dresser sur les pattes arrière, la truffe transpercée, les griffes et les dents arrachées. Leur supplice a pris fin avec la prise de conscience du gouvernement, mais aussi grâce à l’achat par la FBB d’un grand territoire pour ­accueillir les plantigrades dont il ne savait plus que faire.

L'action de la Fondation BBs'étend à l'internationale

Et que dire de ces singes, traités en Afrique comme des jouets domestiques, de ces magots marocains que l’on ­rapporte chaque fin d’été en France et qui valent à Charlotte, 32 ans, chargée de la faune sauvage rue Vineuse, les appels éplorés de leurs propriétaires qui « les aimaient comme un enfant », n’est-ce pas, mais veulent désormais s’en débarrasser, vu qu’ils seraient devenu agressifs. La FBB écoute aimablement leur topo, plutôt que leur asséner qu’ils sont inconscients et hors la loi, l’essentiel est de pouvoir placer l’animal auprès d’une ­association spécialisée. La nourriture des bonobos dans le sanctuaire congolais de Claudine André, c’est la FBB. Les soins aux éléphants, victimes des mines antipersonnel au ­Cambodge, aussi. Tout comme à ceux drogués, maltraités par des cornacs assoiffés de rentabilité, voire capturés par des braconniers pour leur ivoire, en Thaïlande ou en Afrique. De même, un trimaran à grande vitesse, le « Brigitte-Bardot », vient d’être affrété pour repérer et protéger in situ, de la Libye aux îles Féroé, thons rouges, baleines, phoques ­menacés par les braconniers…

Pour une enquête admise par la police et la justice, combien d’impuissances ? « Parfois les gens attendent trop de nous, soupire Romy. S’il n’y a pas un fait objectif contraire à la loi, nous ne pouvons pas agir. » D’où l’importance, en haut lieu, de les faire évoluer, ces lois. Christophe Marie, 43 ans, porte-parole de la FBB, enchaîne les réunions ministérielles et tente de se faire écouter. La journée se termine. Eliette annonce : « Ciboulette vient d’être adoptée. Son futur maître vient la chercher. » La voix de la petite ratier ne résonnera pas demain dès l’entrée. Elle quitte sa « famille d’accueil ». Des centaines d’animaux à La Mare Auzou aimeraient avoir cette chance. Malgré le petit pincement au cœur de chacun, c’est une bonne, une très bonne nouvelle

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

BB: “J'ai tout prévu pour que la fondation me survive”

Publié le par Ricard Bruno

BB: “J'ai tout prévu pour que la fondation me survive”

Paris Match. Cette fondation c’est votre œuvre…
Brigitte Bardot. C’est la récompense de ma vie, ma fierté. J’ai commencé seule, avec mon argent personnel, j’y ai mis du courage et de l’abnégation, croyez-moi. Vingt-cinq ans de sacerdoce ! Quand, en 1977, j’ai appris le massacre des bébés phoques au Canada, je me suis rendue sur la banquise, avec des journalistes. J’ai tout réglé de ma poche. On m’a accusée de vouloir me faire de la pub. La fondation a mis du temps à se structurer, se faire connaître, être respectée. Au début des années 90, nous n’avions plus d’argent. On ne pouvait plus rémunérer les employés. J’ai fait appel à Paris Match, à “Télé 7 jours” et à d’autres médias qui m’ont offert une page, diffusant mon SOS. Les dons sont arrivés... Ça a fait boule de neige.

Vous avez fait reconnaître la fondation d’utilité publique…
Pour augmenter son capital et ­obtenir la reconnaissance d’utilité ­publique, j’ai donné ma maison La ­Madrague à la fondation en 1992. Je n’en suis plus que l’usufruitière, je dois m’acquitter des frais d’entretien, des ­impôts, des charges. Cette reconnaissance nous permet notamment d’être partie civile dans les procès de barbarie aux animaux.

Comment vivez-vous ?
Je vis simplement. Une vieille 4L me transporte de La Madrague, où je vis avec trois chiens et une dizaine de chats, à ma ferme La Garrigue. J’y ­recueille des animaux blessés, abandonnés (poules, cochons, ânes…). Pour le reste, quand j’ai une publicité comme celle de Lancel qui exploite mon image, ça m’aide pour régler les frais.

Et cette ligne de vêtements sixties à votre nom…
Ne m’en parlez pas ! Je suis folle de rage. Un, je n’ai pas touché un rond. Deux, ils ne m’ont soumis aucun modèle ! On a envoyé les huissiers, ils ont refusé de nous montrer le catalogue ! Nous n’allons pas en rester là.

Vous travaillez toujours pour la fondation ?
Je n’arrête pas ! Même si je ­délègue beaucoup plus. J’ai confiance en mon équipe, ma directrice ­Ghyslaine Calmels, mon porte-parole Christophe Marie, des personnes extraordinaires. Je suis sans cesse en lien avec eux. Je reçois aussi 50 à 100 lettres par jour à La Madrague. Je lis, je réponds. Les gens envoient des chèques, me confient le deuil de leur animal, parce qu’ils savent que je peux les comprendre. Ce partage me touche, si vous saviez ! Surtout quand ils me disent qu’ils suivent mon exemple en adoptant un chat, un chien abandonné. Ça fait du bien quand, chaque jour, on est confronté à la misère, la ­détresse, la mort. Il faut être fort.

Le 28 septembre, jour de votre anniversaire et des 25 ans de la fondation, vous guincherez ?
Ma chérie, pas question de dépenser l’argent de nos donateurs pour cela ! Je donnerai une conférence de presse, et j’irai à un conseil d’administration avec mes deux cannes. Toujours cette satanée arthrose aux hanches. Je refuse de me faire opérer. J’ai peur !

Songez-vous à l’après-Brigitte Bardot ?
J’ai fait le nécessaire pour que la fondation me survive. Je veux que ça reste une histoire d’amour, pas un truc de fonctionnaires. La fondation s’est professionnalisée, soit, mais il n’y a pas d’horaires s’il s’agit de récupérer un animal en détresse le soir ou le samedi !

Avez-vous en tête une star qui pourrait reprendre votre combat ?
A ceux qui dirigent la fondation de trouver quelqu’un qui partage mes ­principes quand je ne serai plus. Qui ait un cœur gros comme ça... et des tripes.

Des regrets ?
Je regrette qu’on obtienne de meilleurs résultats avec les gouvernements étrangers que chez nous ! Je regrette que notre gouvernement français ne fasse pas le nécessaire pour faire ­appliquer les lois existantes. A peine élu, ­Nicolas Sarkozy m’a promis la fin de l’abattage rituel sans étourdissement. Non seulement il n’a pas tenu sa ­promesse, mais l’abattage sans étourdissement s’est généralisé.

Des souhaits ?
Qu’on ne mange plus de cheval, qu’on étourdisse les animaux avant de les abattre, c’est un minimum, qu’on ne considère pas renards, sangliers, fouines, belettes… comme des ­nuisibles. Le seul animal nuisible, c’est l’homme. Qu’on ne fasse plus de mal aux éléphants. Qu’on donne pilule et capotes anglaises aux humains, ­histoire qu’ils fassent moins d’enfants sur cette planète, donc moins de ­malheureux. La qualité aujourd’hui est remplacée par la quantité.

Là, vous allez encore vous faire des amis !
[Elle rit.] Personne ne pourra me dicter une ligne de conduite. Je fais et dis ce que je veux ! Qu’importe si je choque, j’ai le courage de mes ­opinions

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Secours pour l'association Droit De Vivre a Douadic 36300 France

Publié le par Ricard Bruno

  •  

  • After numerous years fighting for animal welfare, i learned to recognize the good and efficient fellow fighters from the fake, greedy, looking for fame only, unefficient and tricky ones... 

  •  

     In the field of protection of dogs regarded as dangerous dogs, my feet, or should i say my wheels, led me to take control over the association Droit de Vivre (a right to live ) and its shelter  in Douadic. I heard rumours that worried me a lot... so i drove 325 km from Paris without warning anyone. I had a most heartwarming welcome. Christine Velard president of this association, and who created it,  with her husband Franck, led me through the place, showing me every single corner, showing all the reports and approvals of the DDSV. I could then well realise by myself that there were indeed plenty of so called 'dangerous dogs', some in boxes, others in the house.

     This leads to plenty of issues : big schedule problems, as all the dogs are walked several times a day, problems due to the cleaning of the house and place, the meals for animals and humans, (let's not forget the humans), and of course financial issues.

    To make it short, i had nothing to object there, the only advice i could give to Christine was to be careful about the number of dogs accepted. It was impossible to follow my advice, if we consider the situation of the 'dangerous dogs' in France, which is not likely to improve. Christine is also the only one to be organised and acknowledged to shelter the dogs that fit the legal categories.

  • You have to know that a dog that has been recognized as fitting one of the "dangerous" categories is not quickly adopted. He will stay a long time there before he can find an able family. Same thing for fostering families. Today Christine needs help, your help, for dogfood, for finding new fostering families, and she also needs donations to afford the very demanding conditions regarding presumed dangerous dogs : identification, passport, rabies, castration, spay, evaluation, and for some diagnosis that could lead to lose category grades.

    All of this is terribly expensive and compulsory..but that's the law.. 

    You also need to know that Christine, almost 45, is suffering from a slow leukemia, as well as a liver cancer. She shouldn't be among us anymore. As she says herself, her dogs keep her alive !... and, cherry on the cake, a totally unexpected pregnancy. I really hope that I could help making you feel how important and crucial this all is. All of you, friends and helpers of so called dangerous dogs, beyond our borders... I could realise that you were, just like us, to face numerous acts of cruelty toward dogs and abandonment. 

    I thank you very much in advance for the help you can bring to the droit de vivre association

     If you wish to help, so that the shelter and association can keep saving dogs, you can send your donation directly

    - by check or money transfer : Association Droits de Vivre - La Blancharderie - 36300 DOUADIC

     

    - or using paypal with the link below :
  •   http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.paypal.com%2F&h=RAQAM_Mc1

     

    Even 1 € per person... if everyone helps we will make it...Thanks a lot in advance to everyone who will help, the dogs are counting on you !!!

     

    Infos on the association:

    Association for animal protection, information on their rights, as well as respect and law enforcement. Our actions : ssaving, inquiry, fostering, education, advice.

    Association spécialised in the protection of dogs from 1 and 2 categories (france).

    Association loi 1901 et refuge déclaration en préfecture N°0361001975

    et siret N°522.758.408.000.10 depuis le 14/08/08

     

    Siège social:

    Association Droits de Vivre

    La blancharderie

    36300 DOUADIC

     

    Contact:

    Dogo-lounablue@hotmail.fr

    christine.velard@hotmail.fr

    0254379802 ou 0643858926

     

    Site web http://droitsdevivre.forumactif.net/forum
  •  

    PayPal.com

    www.paypal.com

    PayPal is the faster, safer way to send money, make an online payment, receive money or set up a merchant account.

     

 

Au fil de nombreuses années de protection animale, j'ai appris a reconnaitre les bons et efficaces protecteurs des faux, profiteurs, avides de notoriété, inefficaces et roublards. 

Dans le cadre de la protection des molosses, mes pas ou plus précisément mes roues m'ont mené a contrôler l'association et son refuge Droit De Vivre à Douadic suite à des rumeurs que je trouvais très inquiétantes, donc je me suis déplacée de Paris 325 km à l'improviste. J'y ai reçu un accueil des plus chaleureux, Christine Vélard Présidente Fondatrice de cette assoc. ainsi que son mari Franck m'ont fait visiter les lieux n'omettant aucun recoin me produisant tous les constats et approbations de la DDSV. J'ai donc pu constater par moi-même qu'il y avait effectivement beaucoup de molosses, certains en boxes d'autres dans la maison.

 

Ceci engendre de grosses contraintes de gestions de temps puisque tous les chiens sont sortis plusieurs fois par jour, d’entretien des locaux et de la maison, les repas d'animaux et d'humains ils ne faut pas les oublier, les humains et bien sûr financier.

 

En conclusion je n'avais rien à redire, le seul conseil que je pouvais donner à Chistine était de se limiter dans le nombre. Conseil impossible à respecter compte tenu de la situation du molosse en France, qui n'est pas prête de s'améliorer et qu'elle est pratiquement la seule a être structurée et agrémentée pour recevoir les chiens catégorisés. 

A savoir qu'un chien catégorisé qui rentre en refuge pour X raison n'est pas adopté "rapidement" il séjourne longtemps avant de trouver preneur "compétent», il en est de même pour ses familles d'accueil. Aujourd'hui Christine a besoin d'aide, de votre aide, pour les croquettes, de nouvelles familles d'accueil et de don pour la mise en règle des chiens, en France c'est très astreignant, castration, identification, puce, passeport, rage, évaluation et pour certains diagnose en vue de déclassement. Tout ceci est très cher et obligatoire mais c'est la loi! 

 

De plus il vous faut savoir que Christine âgée presque de 45 ans est atteinte d'une leucémie lente ainsi que d'un cancer du foie, elle ne devrait plus être parmi nous. Selon ses dires, ce sont ses animaux qui la tiennent en vie! Et la cerise sur le gâteau une grossesse totalement inattendue confortée par une inaptitude des hôpitaux de sa région a intervenir en temps et en heure. Je souhaite vivement vous avoir sensibilisé vous amis et protecteurs des chiens catégorisés au-delà de nos frontières ou j'ai pu constater que vous étiez aussi confronté comme nous a de nombreux abandons et actes de grandes cruautés et vous remercie par avance de l'aide que vous apporterez à l'assoc. Droit De Vivre.

 

Si vous souhaitez aider afin que le refuge et association puisse continuer les sauvetages vous pouvez nous adresser vos dons directement

 

- par chèque ou mandat postal au siège: Association Droits de Vivre - La Blancharderie - 36300 DOUADIC

 

- ou par paypal le lien est ci-dessous 

 

http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.paypal.com%2F&h=RAQAM_Mc1

 

Même 1 € par personne si tout le monde participe nous y arriverons. Merci d'avance à toutes les personnes qui nous aideront, les chiens comptent sur vous !!!!!

 

Infos sur l'association:

Association de Protection animale d'information sur leurs droits, ainsi que du respect de l'application des lois. Nos actions : sauvetages, enquétes, placements, éducation canine et conseils.

Association spécialisée dans la protection et prise en charge des chiens de catégorie 1 et 2.

Association loi 1901 et refuge déclaration en préfecture N°0361001975

et siret N°522.758.408.000.10 depuis le 14/08/08

 

Siège social:

Association Droits de Vivre

La blancharderie

36300 DOUADIC

 

Contact:

Dogo-lounablue@hotmail.fr

christine.velard@hotmail.fr

0254379802 ou 0643858926

Afficher la suite 

Site web http://droitsdevivre.forumactif.net/forum

 

PayPal.com

www.paypal.com

PayPal is the faster, safer way to send money, make an online payment, receive money or set up a merchant account.

 

Partager cet article
Repost0

Corrida : Communication de la fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Beaucoup d’entre vous se sont émus, à juste titre, de la décision de Monsieur Mitterrand concernant la corrida.

 

Le ministre de la Culture fait réaliser actuellement un « sondage » téléphonique sur l’inscription de la corrida à l’inventaire du patrimoine immatériel de la France.

 

Il vous suffit d’appeler pour dire que vous êtes CONTRE, l’appel est comptabilisé et le ministre sera informé du nombre d’appels reçus.

 

Bureau du Patrimoine : 01 40 15 81 99…

 

Tous à vos téléphones !

 

D’avance, MERCI pour votre soutien, si important.

 

Plus d'informations sur notre site : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40323&IdCat=

 

Bruno Ricard

Partager cet article
Repost0

Stands anti-corridas le dimanche 2 octobre 2011à Chambéry

Publié le par Ricard Bruno

Chers amis,

 

Stands anti-corridas le dimanche 2 octobre 2011.

 

CHAMBERY (Savoie)

 

Pour la première fois depuis sa création, "La Fête de l'Animal" (entrée gratuite), présentera un stand anti-corrida entre 10 h et 18 h au Parc des expositions de Chambéry. Celui de la FLAC. Voir l'affiche en pièce jointe. A l'image de celui qui fut présent aux universités d'été d'"Europe Ecologie/Les Verts" en 2009. Voir lien ci-dessous.

 

http://www.flac-anticorrida.org/ActionVertsNimes2009/ActionVerts1.htm

 

Si vous connaissez des relations du côté de Chambéry, nous comptons sur vous pour leur signaler afin qu'ils s'y rendent si possible. A fortiori quand on sait que la ville de Chambéry est très sensible à la cause animale.

 

LE GAVRE (Loire Atlantique)

 

"Veg en scène"  donne une conférence sur la corrida à 14 h à la salle du Pontrais avec Christophe Thomas, propriétaire du jeune taureau Fadjen sauvé des arènes. Voir l'affiche en pièce jointe. Suivi de la dégustation d'un goûter et d'un spectacle de danse. Comme pour Chambéry, nous comptons sur vous pour qu'il y ait un maximum de monde !

 

Merci et à très bientôt dans la lutte !

 

Thierry Hely

Chargé de communication de la FLAC

www.flac-anticorrida.org

 

Partager cet article
Repost0

Communication du R.A.C

Publié le par Ricard Bruno

 

Rassemblement pour l'Abolition de la Chasse

Diverses informations

 

Chère adhérente, Cher adhérent, Chère sympathisante, Cher sympathisant,

 

-Participation du RAC à un débat diffusé sur RFI

Le 15 septembre, François Darlot, Président du RAC, a participé au débat « La chasse est-elle écolo ? », diffusé sur Radio France Internationale, face à Jacques Martin-Lalande, membre du Conseil International de la Chasse. Une vingtaine de minutes d’échanges au cours desquelles François Darlot a notamment évoqué les points suivants : la chasse est en décalage avec les valeurs partagées par notre société, les chasseurs ont largement contribué à la raréfaction de la faune (au point de devoir réaliser chaque année des lâchers de tir pour avoir suffisamment de « cibles vivantes ») et aux développement de certaines espèces telles que les sangliers (en raison de nombreux lâchers et du nourrissage/agrainage), la chasse est un business, elle s'approprie les espaces naturels qu'elle artificialise pour les consacrer à ses activités et constitue une source de danger pour l'ensemble de la populations.

-Conférence sur la chasse à Limoges le 30 septembre

Le Collectif Limousin d'Action Militante pour les Animaux (CLAMA) organisera, vendredi 30 septembre, une conférence-débat intitulée « Faune sauvage : un autre lien que celui du fusil ». Elle sera animée par Gérard Charollois, Président de la CVN et François Darlot, Président du RAC, qui expliquera que la chasse n'a plus sa place dans notre société en considération des plans éthique et écologique. Elle se tiendra le vendredi 30 septembre à 20h30 salle Blanqui à Limoges (9, place Léon Betoulle, derrière la Mairie).

 

 
Vous pouvez adhérer au Rassemblement pour l'Abolition de la Chasse : l'adhésion individuelle est de 12 euros par an (tarif réduit à 10 euros). Il suffit de nous envoyer vos coordonnées (nom, prénom, adresse, email…) accompagnées du règlement à : RAC - Maison des associations - 181 avenue Daumesnil - 75012 PARIS
Vous recevrez plusieurs petits bulletins informatifs.


www.antichasse.com

Partager cet article
Repost0

Scoop! : La réaction de Brigitte Bardot à la disparition de Paulette Dubost

Publié le par Ricard Bruno

 

Reaction-et-temoignage-de-Brigitte-Bardot-au-de-copie-1.JPG

Publié dans Scoop

Partager cet article
Repost0

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FLAC

Publié le par Ricard Bruno

Fédération des Luttes pour l'Abolition des Corridas

Nous portons à votre connaissance la cyber-info que nous venons de lancer à tous nos sympathisants FLAC.

Merci

Cordialement

  

Thierry Hély

Chargé de communication de la FLAC

www.flac-anticorrida.org

PauletteDubost.jpg

 

Chers amis,

 

Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de la Doyenne des comédiennes françaises Paulette Dubost, le 21 septembre dernier. Dans sa centième année.

 

Un dernier hommage lui sera rendu le 28 septembre 2011 à 14h 15 au Funérarium de Longjumeau.

 

Nous rappelons que Paulette Dubost avait intégré le Comité d'Honneur de la FLAC. Très engagée contre la corrida et particulièrement contre les écoles de tauromachie (voir pièce jointe: grand magazine populaire), malgré son âge, elle n'avait pas hésité à faire le voyage Paris/Dax, aller/retour en voiture, afin d'être parmi nous en 2008 pour manifester près des arènes contre la corrida.

 

Cette grande actrice à la filmographie vertigineuse, avait également écrit une lettre pleine d'émotion à Nicolas Sarkozy et à Frédéric Mitterrand afin de les sensibiliser sur ces enfants toreros qui se font la main à l'arme blanche sur de jeunes animaux. Sans réponse, hélas...

 

Le jour de la célébration de son centenaire le 8 octobre 2010 à Longjumeau, la FLAC était présente. Voir son diaporama très émouvant grâce au lien ci-dessous.

 

http://www.youtube.com/watch?v=e9KcQ9gXaBM&NR=1&feature=fvwp

 

Toutes nos pensées vont vers sa fille, Christiane Deplanque, inlassable militante pour la protection de la nature et des animaux.

 

Adieu Paulette Dubost, hélas, vous n'aurez pas la joie de voir l'abolition inéluctable de cette abjecte corrida dans notre pays.

 

La lutte se poursuit !

 

Amitiés

 

Thierry Hély

Chargé de communication de la FLAC

www.flac-anticorrida.org

Article-paulette-dubost-pour-la-FLAC.jpg

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Festival Coeur de Faune de Mers-les-bains, la fondation Brigitte Bardot aura un stand d'information...

Publié le par Ricard Bruno

 

Festival Cœur de Faune, à Mers-les-Bains

Du 30/09/2011 au 02/10/2011 Type événement : Festival
 
Festival Cœur de Faune: Du 30 septembre au 2 octobre 2011, à Mers-les-Bains, dans la Somme. Films, expos et spectacles sont au programme de ce festival gratuit dédié à la cause animale.







Sur le thème de la protection des animaux, le festival Cœur de Faune nous propose expositions de photos, spectacles de magie, concerts et projections de courts-métrages.

Ateliers de peinture avec pigments naturels, ateliers de cuisine bio, et marché bio (rue Paul Doumer) sont également au programme.

Ensemble pour la défense des animaux

Artistes animaliers, écrivains et associations accueilleront les visiteurs. Des organismes internationaux, tels que la PETA et la Fondation Brigitte Bardot, tiendront des stands d'information.

Des conférences aborderont la vaccination, la vivisection ou encore le cirque sans animaux. Un prêtre bénira chats, chiens, chevaux, poissons, vaches et autres animaux, dimanche à 15h.




Consulter le programme sur le site Internet de l’association
Passion Ornithologique des Trois Villes Sœurs


Festival Cœur de Faune
Du 30 septembre au 2 octobre 2011

Entrée libre et gratuite

Salle Louis Aragon
80350 - Mers-les-Bains

Association Passion Ornithologique des Trois Villes Sœurs
67, rue Pierre et Maurice Maillard
76117 - Incheville

Tél. 02 35 82 21 93 - 06 78 08 95 91 - po.3vs@orange.fr



Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>