Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Brigitte Bardot...La femme avec un très grand "F"

Publié le par Ricard Bruno

 

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Un plaidoyer en faveur de la corrida...Réagissez !

Publié le par Ricard Bruno

 André Viard (à droite) est revenu sur les différentes évolutions vécues par la tauromachie et a évoqué l'avenir de la corrida. PHOTO M. C.

André Viard (à droite) est revenu sur les différentes évolutions vécues par la tauromachie et a évoqué l'avenir de la corrida.

En organisant une conférence sur l'avenir de la corrida, animée par André Viard, vendredi soir à la salle Félix-Arnaudin, la municipalité saint-pauloise s'attendait forcément à une réaction de la part des associations anti-corridas.

Elle a effectivement eu lieu mais dans un esprit pacifique et sans provocation. Tout du moins dans les actes. Car dans les écrits, les réactions sont virulentes comme le montrent les propos tenus par Brigitte Bardot, la présidente de la fondation éponyme, dans un courrier adressé aux opposants à la « torture animale » lors de la manifestation du 22 octobre dernier à Bayonne.

Elles dénigrent les aficionados, décrits comme « des dégénérés pervers qui prennent plaisir à voir souffrir un animal ». Et ajoutent : « plutôt que de faire des assises de la tauromachie, on devrait envoyer tous ces sadiques, ces malades, devant les assises pour répondre de leur crime ».

Pas de quoi cependant impressionner l'ancien matador André Viard qui, après avoir échangé quelques paroles avec les militants anti-corridas présents, ceux de la Fondation Brigitte Bardot et ceux de l'Amicale anti-corridas Landes, est venu rejoindre le public à l'intérieur de l'espace Félix-Arnaudin.

Remise en question

Après avoir été présenté par Bernard Carrère, premier adjoint et par ailleurs aficionado depuis plus de soixante ans, le conférencier a tenu à rappeler que la tauromachie, même s'il est difficile de dater son origine, a connu trois grandes évolutions dans son histoire.

La première, en 1726, avec la mise à mort du taureau directement par le toreador, un certain Francisco Romero qui peut être considéré comme l'inventeur de la corrida moderne.

La seconde, avec Francisco Montes « Paquiro » a mis en place l'organisation de tous les intervenants de la corrida, en 1852. Enfin, la troisième a vu apparaître le « peto », caparaçon protecteur pour les chevaux imposé par Miguel Primo de Rivera en 1925.

« C'est alors qu'est arrivée l'ère de l'esthétisme », a expliqué André Viard. « Aujourd'hui, nous connaissons à la fois une crise économique et une crise sociétale. Elle va obliger le milieu taurin traditionnel à se remettre en question. »

Reste à mesurer le poids des « anti », leur influence sur les partis politiques et auprès du public qui, à travers les réseaux sociaux, organisent la résistance.

Source cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Mode et droit à l'image : BB s'en va-t-en guerre

Publié le par Ricard Bruno

Les premiers modèles de cette marque Brigitte Bardot ont été présentés en septembre dernier au salon « Who’s next » à Paris.
 
Brigitte Bardot devient une marque de prêt-à-porter. Une licence mondiale qui doit mettre un coup d’arrêt aux pratiques de nombreuses marques qui exploitent l’icône sans autorisation
 

«C'est invraisemblable cette exploitation de Brigitte !» La star retirée à La Madrague a bien d'autres chats à cajoler, mais pour ce qui est de fouetter - du moins verbalement -, elle peut compter sur son mari, Bernard d'Ormale.

Son grognard en chef veille pour monter la garde, protéger ses intérêts et tonner à la moindre alerte.

Ce qui s'est à nouveau produit récemment. Une pin-up blonde à l'allure singulièrement Et Dieu… créa la femme pose en tenue Vichy face à un photographe engagé par une marque italienne. Un tee-shirt avec photo noir et blanc de la star pare le mannequin qui minaude.

Pas moins de deux cents pièces

Le shooting photo se déroule en plein cœur de Saint-Tropez. On ne s'y prendrait pas mieux si l'on voulait narguer l'occupante de La Madrague !

Apparaît même un sac où l'on peut lire le petit mot « De tout cœur », signé « BB ». La maison Lancel, qui, moyennant un contrat "béton" de six ans, a fait du sac BB son best-seller, appréciera… Mais cela ne semble pas le souci de l'équipe, qui s'active pour mettre en boîte les clichés mode sous le soleil tropézien.

Le ciel est plus couvert dans les bureaux parisiens de Ralph Ohana. Avec un groupe d'investisseurs, le p.-d. g. de la société Ternay a mis sur la table une belle somme pour - grande première - exploiter dans le monde entier une gamme de prêt-à-porter et accessoires griffée « Brigitte Bardot » ou « BB ».

« Ça m'aide à sauver des animaux »

« La licence a été signée en mars 2011 avec l'accord de l'intéressée. Une collection de 200 pièces de prêt-à-porter a été confectionnée pour le marché européen. Nous essayons de mettre de l'ordre via des courriers d'avocat, puis des saisies, pour stopper toutes les exploitations illicites. Dernièrement encore, une marque américaine déposait la marque "Brigitte Bardot St-Tropez"...», révèle-t-il.

« Moi, ce qui m'intéresse, c'est que ça m'aide à sauver des animaux !», commente simplement Brigitte depuis La Madrague. Car non, admirer les vêtements qu'elle a inspirés - que ce soit les ensembles Vichy, maillots de bain, jupes ou chemisier portant sa signature, son portrait, voire sa petite fleur fétiche - ne la captive pas vraiment.

La ligne printemps-été 2012 atterrira en début d'année prochaine en boutiques multimarques et corners de grands magasins style Printemps

. Les étiquettes des modèles, positionnés milieu de gamme, valseront entre 80 et 120 euros. Pour l'heure, à Paris, on reste discret sur le montant des royalties reversées à Mademoiselle Bardot, mais l'on compte bien conquérir très vite le monde avec une silhouette et un nom qui égalent Marilyn en valeur ajoutée glamour et lucrative.

 

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Info journal junior de la fondation Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Le site junior de la fondation BB va faire le bonheur de nos chères petites têtes blondes grâce à ses nombreux jeux, quizz, test et autres grands dossiers consacrés aux animaux.

Pour vous y rendre dès maintenant, c'est par ici que ça se passe.

Mais ce n'est pas tout !!!

Le site vous propose d'abonner gratuitement votre enfant afin qu'il reçoive chaque trimestre l’Info-Journal Junior à votre domicile.

Il vous suffit de remplir le bulletin d’abonnement !

Pour l'abonner gratuitement dès maintenant, il vous suffit de cliquer ici.


Vous pouvez également télécharger l’Info-Journal Junior, ainsi que les numéros déjà parus en cliquant par là.

 

Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Militant anti-corrida: "De jeunes enfants peuvent assister à ces tortures" (vidéo)

Publié le par Ricard Bruno

 

Certains d'entre vous s'en souviennent peut-être. Il y a quelques semaines, nous publiions un article relatant l'opération d'une centaine de militants anti-corrida, le 8 octobre dernier, dans les arènes de Rodilhan à Nîmes, théâtre de la finale de "Graine de Toreros", un concours de corrida qui s'étire d'avril à octobre. Ceux-ci s'introduirent dans l'arène avant de s'en faire sortir avec brutalité, un quart d'heure plus tard, par des défenseurs de la tauromachie. Les faits furent filmés et la vidéo amateur rapidement diffusées sur internet. La violence dont elle témoignait choqua plus d'un internaute, en particulier parmi les défenseurs de la cause animale. L'un de ses visages les plus connus, Brigitte Bardot mit en ligne une lettre ouverte au ministre de la culture, Frédéric Mitterand, défenseur de la corrida qu'il a d'ailleurs récemment inscrite à l'inventaire du patrimoine immatériel français, ce qui faisait écrire à l'ancienne actrice française qu'il projettait ainsi d'"élever la torture au rang de culture".

Aujourd'hui, notre rédaction a reçu une vidéo montrant la mise à mort d'un taureau lors d'une de ces corridas. L'expéditeur souhaite montrer de façon claire la raison qui a poussé des militants à perturber la corrida de Rodilhan. On y voit un torero mettre à mort l'animal. Voici la vidéo et le message de l'expéditeur: "Vous avez montré la manifestation à Rodilhan du 8 octobre dernier. Peut-être pourriez-vous aussi montrer ce que les manifestants ont tenté de faire annuler. Beaucoup de personnes croient savoir ce qu'est une corrida, mais n'en ont que l'image édulcorée véhiculée par les films et les romans. Et dans ce cas-ci, ce n'était même pas des taureaux, mais des veaux."

Quant à la personne qui a publié la vidéo sur le web, elle a écrit: "Voilà, dans quelques villages aux alentours de Nîmes, il existe un tournoi où de jeunes tortionnaires se mesurent... C'est à celui qui tuera le mieux. Honte à la France qui laisse de telles choses se produirent... D'autant plus que de jeunes enfants peuvent assister à ces tortures données en spectacle ! Que fait le gouvernement ?"


Graine de toréro 2011
 
Source : Cliquez ici

Partager cet article

Repost 0

Prince : Toujours pas de réaction....

Publié le par Ricard Bruno

L'Ecuelle Trouée de BOULOGNE SUR MER est la Fourrière où Prince, superbe Bull Terrier de 8 ans, un chien parmi les autres, vit l'enfer à l'isolement total, suite à des accusations totalement fallacieuses et parfaitement injustifiées : Prince n'a jamais défigurée à vie une petite fille. Les parents de l'enfant exigent l'euthanasie du chien.

- Prince vit l'enfer depuis 3 mois alors que 14.000 personnes se sont révoltées de ce mensonge, des conditions de mise en fourrière puis de mise à l'isolement total.

- Prince vit l'enfer depuis 3 mois bien que Brigitte BARDOT ait personnellement supplié le Maire d'intervenir, d'enfin intervenir.

Ni l'opinion ni Mme BARDOT n'ont jamais reçu la moindre réponse de la part de M. le Maire.

Un article (La Voix du Nord du 17/12/10) révéle que l’horreur de cette méthode est donc habituelle dans cette fourrière :

Extrait de l'interview d'un "ancien" de la Fourrière prouvant la longue durée du confinement dans un box donc la souffrance d’un chien avant sa mise à mort :

"Parfois, des chiens comme des rottweillers ou pitbull sont placés au refuge sur réquisition du tribunal. On les garde un an ou plus et à la fin, on nous demande de les « faire partir » . C'est très dur : plus on garde longtemps plus on s'y attache ! Dans ces cas-là, pour qu'ils ne paniquent pas, on les endort avec des cachets avant l'arrivée du vétérinaire. On n'est pas des barbares".

Le sort réservé à Prince est donc non seulement épouvantable mais habituel, c'est ignoble !
"On les tue au bout d'un an ou plus" : combien succombent avant un an, de peur, de froid ou de folie ? C'est répugnant et je sais d'avance la réaction de la fourrière, qui va évidemment dénoncer les autres fourrières qui en font autant : cela ne vous honore pas, et c'est encore pire de le revendiquer.

BREF RESUME DES FAITS
(Fait divers détaillé dans cet article du POST : http://www.lepost.fr/article/2011/08/14/2568080_brigitte-bardot-le-prince-et-la-fillette-qui-n-a-jamais-ete-defiguree.html)
Tout l’été, les gros titres à eux seuls, Presse, Radio, Télé, uniquement basés sur des impostures et des inexactitudes, condamnaient déjà ce chien à mort. Je vous en rappelle la teneur "Un Bull Terrier défigure à vie une fillette" (défiguration démentie, Dieu merci, par le Dr CHOCHOIS de l'Hôpital de BOULOGNE S/MER qui a immédiatement pris en charge la fillette).

Il aurait été indécent de se battre pour Prince dans le cas contraire.
Déclaration de M. le Procureur de la République, le lendemain de l'accident : (site France2.fr du 21/07/2011) :
"Samedi soir, lors d'une fête entre amis, la fillette s'est approchée du chien, qui se trouvait sur un canapé, en levant la main. Le chien l'a alors grièvement mordue au visage, L'animal avait été auparavant chahuté par un garçonnet, et avait commencé à grogner" a précisé Monsieur le Procureur de la République.

Cette déclaration prouve que Prince n'a en aucun cas attaqué : il s'est défendu d'un harcèlement après avoir prévenu et mis en garde son entourage sans qu'aucun des 4 adultes présents n'intervienne pour interrompre le "chahutage" de ce chien par les enfants.
Déclaration du Docteur CHOCHOIS qui a pris en charge la fillette à l'Hôpital de BOULOGNE S/MER, parue dans le journal "la Semaine dans le Boulonnais" du 21/07/2011, et où il dément catégoriquement la défiguration à vie :
" La petite fille gardera certainement quelques petites cicatrices. Elle ne devrait pas avoir de lésions irréversibles. Elle n'aura pas besoin de greffe de peau. Ça va moins se voir au fur et à mesure qu'elle va grandir" .
Notons que ce Docteur est de loin le mieux placé pour démentir les titres mensongers de la presse.
COUP DE THEATRE (La Voix du Nord du 24/07/11) : les parents de la fillette (assistés par un Avocat de renom, spécialisé dans l'indemnisation financière), portent plainte contre le Dr CHOCHOIS pour "violation du secret médical", et ne s'opposeront jamais à ce que les médias continuent d'évoquer la défiguration à vie. Ils maintiennent leur exigence de tuer ce chien alors que leur propre Avocat s’oppose à l’euthanasie ! Déclaration de Me GIOIA dans La Voix du Nord du 24/09/11 : « Je pense que l'euthanasie ne réglera pas le problème. En tout cas, je ne la recommande pas ».


Déclaration de Christophe BLACKAERT, Vétérinaire à la SPA de BOULOGNE S/MER, qui connait parfaitement Prince et n'a jamais observé le moindre comportement d'agressivité de ce chien dès son arrivée (après la mort de son 1er maître) et au cours des 8 mois où il y a séjourné :
"Les circonstances de l'accident représentent quasiment une caricature de ce qu'il ne faut pas faire. La "règle d'or" veut qu'on ne laisse jamais un enfant en bas âge seul, ou hors surveillance efficace, avec un chien, n'importe lequel et si gentil soit-il".

J'ajoute que si un Bull Terrier, chien pourtant très pacifiste, voulait attaquer, cela ne se limiterait pas à quelques cicatrices lorsque l'on connait la puissance de leur mâchoire. Prince s'est défendu, a donné un avertissement, mais en aucun cas n'a attaqué. Habituellement, à 23h, il dormait depuis longtemps dans son box à la SPA encore quelques jours avant. Ses adoptants lui ont fait subir une ambiance bruyante, probablement enfumée dans un studio de 20m2 avec 4 adultes et 3 enfants dont 2 le harcelaient... à 23h.

Prince vit l'enfer depuis 3 mois et tout ceci est très surprenant dans notre beau pays de droit :

- Pourquoi la SPA, Propriétaire légale du chien, n’a-t-elle jamais été contactée pour récupérer son chien dans les toutes premières heures suivant l’accident?

- Pourquoi un arrêté municipal a-t-il été pris 3 jours après le placement (arbitraire ?) du chien à la fourrière ? Cet arrêté municipal qui se doit comme tous les autres d'être affiché, n'a pu être lu qu'au prix d'un stupéfiant parcours du combattant (sans droit d'en obtenir copie) et la SPA, Propriétaire légale du chien, ne se l'est jamais vu notifier.

- Pourquoi trois mois après la morsure, aucune décision concernant cet animal n’a-t-elle été prise ?
- Pourquoi tout est il visiblement organisé pour que Prince ne se laisse mourir à la fourrière ?
- Quand un Juge va-t-il enfin décider de son sort ?
- La SPA, Propriétaire légale du chien, n'a jamais été informée d'une "Commission rogatoire" ou d'une "ordonnance de placement" par quelque voie que ce soit, hormis par la rumeur et par les propos des gardiens de la fourrière.
Tout ceci n’est pas clair. Il semble que la réglementation, pourtant très précise et simple à appliquer soit interprétée "à la sauce Boulogne s/Mer". M. le Maire, pourtant Juriste, est-il mal conseillé (je n’ose le penser) ? Un tel dysfonctionnement au niveau de la gestion des animaux par la fourrière est il monnaie courante?
J'ai de nouveau été horrifiée par un autre article :
"Pourquoi, après quels examens , dans quelles conditions techniques et au bout de combien de jours d’attente, 600 chiens et chats sont euthanasiés chaque année à la fourrière de l’Ecuelle Trouée ???"
(600 est le chiffre fourni par la Communauté d’Agglomération elle même).

Prince, Bull Terrier de 8 ans, accusé à tort, vit l'enfer depuis 3 mois dans un box dont il n'a pas le droit de sortir, et c'est monstrueux. Il a toujours adoré les promenades quotidiennes avec les bénévoles de la SPA (il était frileux et les bénévoles lui avaient offert le manteau qui le réchauffait à Noël 2010, voir photo).
Dans un box glacial, pour satisfaire un mensonge éhonté et une justice qui n'a que faire de son calvaire, Prince ne vivra probablement plus à Noël.

 

Merci à SYLVIE L.

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Karine Ferri : voitures de légende du cinéma avec BB en couverture

Publié le par Ricard Bruno

Si l'on connaît davantage Karine Ferri sous les projecteurs des plateaux télé, la Demoiselle dévoile au travers de ce premier livre sa passion pour l'automobile et le cinéma.

karine-ferrill.jpg

Entre anecdotes et photos, retrouvez au fil des pages les voitures ayant marqué l'histoire du cinéma, telles que la Triumph de la Dolce Vita, la Delorean de Retour vers le futur, la Ford Gran Torino de Clint Eastwood, la 2CV du Corniaud ou encore les Aston Martin de 007 !

Les voitures de Légende au Cinéma, Karine Ferri - Editions Balland

karine-ferri-livre

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Adidas fait sa corrida ! :Boycottez cette marque !

Publié le par Ricard Bruno

La marque aux trois bandes vient de lancer une campagne originale pour accompagner le lancement de la adiZero Rose 2, la chaussure officielle du basketteur des Chicago Bulls : Derrick Rose.

2367

Le spot prend place dans une arène où s’affrontent Derrick Rose et un matador. La rapidité et l’intrépidité significative du joueur lui permettent de se faufiler entre les capes jusqu’à conclure sa course par un incroyable dunk ! Ce film a pour but d’illustrer la légèreté et la résistance de son nouveau modèle. Les pétales font références à son nom de famille, et donne un côté “gladiateur victorieux” à Derrick.

Le début de la campagne coïncide avec la dernière corrida qui a eu lieu en Catalogne le 25 septembre dernier. En effet, une loi a été votée afin de mettre fin à la tauromachie dés le mois de janvier 2012 dans cette région de l’Espagne.

Source : Cliquez ici

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : "Je n'ai jamais été sage"

Publié le par Ricard Bruno

À l'occasion de la parution de "Bardot l'indomptable", l'ex-icône des Sixties a répondu sans détour aux questions du Point.fr.

Brigitte Bardot : "Je n'ai jamais été sage"

Bardot ballerine, Bardot communiante, Bardot à 18 ans, le jour de ses noces avec Roger Vadim... Bardot l'indomptable, l'énième biographie consacrée à BB, a tout de l'album de famille. La plupart des photos personnelles ou méconnues sont annotées par BB. Ce livre hommage à sa jeunesse célèbre l'amitié (avec Annie Girardot, Lino Ventura, Jane Birkin), ses amours et ses rencontres. Comme celle avec Picasso en 1956 dans son atelier cannois où il lui proposera de faire son portrait. Intimidée, elle ne saura que bafouiller un "peut-être" mais ne donnera pas suite. Elle sera pourtant surprise de se reconnaître dans la Sylvette à queue de cheval du peintre.

C'est le 6 juin 1973, pendant le tournage de Colinot trousse-Chemise de Nina Companeez que BB quitte la scène. Elle a 38 ans et ce jour-là, elle se trouve subitement ridicule en s'apercevant de dos dans un miroir, en costume du Moyen Âge. Elle décide alors de mettre un terme définitif à sa carrière pour se consacrer à son autre passion, la protection des animaux. Près de quarante ans plus tard, avec ce nouveau livre, Brigitte Bardot se penche de nouveau sur son passé. La star s'est confiée en exclusivité au Point.fr

Le Point.fr : Qu'apporte de plus cette nouvelle biographie ?

Brigitte Bardot : Hélas, je ne peux empêcher les uns et les autres d'écrire des biographies. Aucune n'est l'absolue vérité, sauf ce que j'ai écrit moi-même dans mes mémoires, mais c'est un petit complément parfois charmant, comme avec ce livre que j'ai autorisé, parfois difficile à avaler. Mais comme a dit quelqu'un : "Parlez-en en bien ou en mal, mais parlez-en." Je suis servie de ce côté-là...

En quoi a consisté votre collaboration amicale ?

Je préfère légender mes photos quand on me le propose plutôt que de laisser n'importe qui dire et écrire n'importe quoi.

Les légendes de certaines photos n'expriment ni rancune ni regret, mais plutôt beaucoup d'humour et de tendresse...

J'adore l'autodérision et je peux me le permettre. Il ne faut jamais se prendre au sérieux.

Votre regard a-t-il changé sur la vie, sur les gens, ou avez-vous toujours été aussi "sage" ?

Je n'ai jamais été sage et je ne le serai jamais, mais le recul procure un apaisement des choses.

Serge Gainsbourg, Gunter Sachs, Jean Cocteau, Pablo Picasso, avec lequel ou lesquels aimeriez-vous reprendre la conversation ?

J'ai eu la chance de rencontrer des gens extraordinaires, mais je ne reviens jamais en arrière... Je n'ai aucun regret, je vis le moment présent uniquement.

Quel a été votre rôle préféré au cinéma et celui dans lequel vous vous êtes sentie le plus vous-même ?

J'ai été moi-même dans tous mes films, j'ai en moi une multitude de facettes que j'ai offertes dans chacun de mes rôles.

À quel moment de votre vie avez-vous pris conscience que vous étiez devenu un mythe ?

Jamais ! Vous me faites rire avec votre question...

Vous êtes actuellement l'égérie de Lancel tandis qu'Alain Delon est celle de Dior. Que pensez-vous de cette simultanéité ?

Je pense qu'Alain Delon et moi avons incarné une époque qui fait encore rêver. Nous étions tous les deux des stars au sens magique du mot. Il n'y a plus actuellement de rêve, mais une réalité confondante qui mélange les acteurs avec le commun des mortels.

Vous sentez-vous à l'aise dans cette époque ?

Je déteste l'époque actuelle. Il y a un manque total de liberté, on n'a le droit de rien faire, de rien dire, on est sous la dictature du "politiquement correct". On n'a plus le droit de fumer, on doit conduire saucissonnés par des ceintures et surtout ne pas dépasser la vitesse autorisée. À moto, on est loin d'avoir les cheveux dans le vent... On ressemble tous à des insectes caparaçonnés. Quant au romantisme de l'amour, il en prend un sacré coup avec "Attends une minute que je mette un préservatif !" Quelle horreur ! Oui, j'ai la nostalgie de mes années bonheur, mais j'ai eu la chance de les vivre !

Vous sentez-vous proche d'une des jeunes actrices d'aujourd'hui. Y en a-t-il une qui vous rappelle votre parcours ou votre image ?

Je ne me sens proche de rien du tout, sauf des animaux !

Quels conseils pourriez-vous donner à une jeune femme ?

Aucun conseil, chacun fait ce qu'il veut.

Et aux jeunes hommes ?

Qu'ils arrêtent de se raser le crâne, c'est horrible, ils ressemblent à des malades. Vive les cheveux, c'est une parure magnifique.

Actrice, chanteuse, sex-symbol, femme libre, protectrice des animaux... qu'aimeriez-vous que les lecteurs retiennent de vous en refermant ce livre ?

Qu'ils retiennent ce qu'ils veulent de ma vie...

S'il fallait ne retenir qu'une seule photo ?

Sans aucune hésitation, celle sur la banquise en mars 1977, avec le bébé phoque dans mes bras.

Et si c'était à refaire... ?

Si c'était à refaire..., je referais exactement le même parcours. Je suis fière de ma vie.

Avez-vous un message à délivrer ?

Sans vouloir faire du racolage, je voudrais que tous ceux qui aiment sincèrement les animaux rejoignent ma fondation car l'union fait la force, et la force, à l'époque actuelle, on en a excessivement besoin. Face aux lobbies de la chasse, de la fourrure, de l'expérimentation animale, de la tauromachie, des abattages sans étourdissement, face aux chasses inhumaines à la baleine, aux dauphins, aux éléphants, face à la disparition des grands fauves comme le tigre, à la viande de brousse qui sacrifie les grands singes en steaks, à la consommation de viande de cheval, une honte ! Oui, nous avons besoin d'être une force importante pour nous faire entendre et faire voter des lois qui protègent tous les animaux. Alors si votre coeur rejoint le mien, adhérez à ma fondation, et ensemble nous ferons des miracles, j'espère !

(*) Bardot l'indomptable, d'Alain Wodrascka et François Bagnaud (Hugo & Cie, 160 p., 19,95 euros).

Fondation Brigitte Bardot, 28, rue Vineuse, 75116 Paris 01 45 05 14 60 http://www.fondationbrigittebardot.fr

 

Source : Cliquez ici

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FLAC...

Publié le par Ricard Bruno

Bonjour,

 

L'Académie des César n'a pas daigné répondre au courriel que nous lui avions adressé au sujet de son scandaleux silence lors de sa dernière cérémonie. C'était à propos de la doyenne des comédiennes françaises Paulette Dubost. A fortiori quand on sait que Paulette Dubost venait de fêter son centième anniversaire. Même le quotidien "Le Parisien" n'a pu obtenir la moindre réponse de leur part... Malgré le décès de Paulette Dubost le 21 septembre dernier, Alain Terzian, son président, reste désespérément muet... Voir lien ci-dessous.

 Cliquez ici

Christiane Deplanque, la fille de Paulette Dubost, est très en colère et ressent ce silence assourdissant comme un mépris insupportable pour celle, qui, symboliquement, compte tenu de son âge, représentait tout le cinéma français.

Nous précisons aussi que Paulette Dubost avait intégré le Comité d'Honneur de la FLAC afin d'asseoir davantage son combat contre la corrida. 

 

Merci

 

Cordialement

 

Christiane Deplanque et Thierry Hély

 

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>