Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Communiqué de la F L A C !

Publié le par Ricard Bruno




COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FLAC 
Fédération des  Luttes pour l'Abolition des Corridas

Michel Onfray intègre le Comité d'honneur de la FLAC. Association basée à Agde dans l'Hérault.

 http://www.flac-anticorrida.org/le-philosophe-michel-onfray-rejoint-la-flac  


Autre information dont se réjouit notre Fédération: nous apprenons que cette année, il y aura une corrida en moins à Béziers. Voir lien ci-dessous.

 http://torobravo.fr/beziers-une-corrida-de-moins-pour-la-feria-daout/
Merci
Cordialement

Thierry Hély
Porte-parole de la FLAC
 
www.flac-anticorrida.org

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

COMMENT REPRODUIRE L'OEIL DE BICHE DE BRIGITTE BARDOT ?

Publié le par Ricard Bruno

 12516-brigitte-bardot-grace-a-notre-tuto-1000x0-2.jpg

 COMMENT REPRODUIRE L'OEIL DE BICHE DE BRIGITTE BARDOT ?

Le jeudi 31 janvier 2013 - 10h16

L'oeil de biche est un véritable intemporel qui a traversé les époques pour se trouver une place de choix dans le vanity des beautystas averties du XXIe siècle. Brigitte Bardot, comme Audrey Hepbrun ou encore Twiggy s'inscrivent comme des icônes beautés, précurseures d'une tendance qui se renouvelle d'année en année sur nos yeux...

Comment réaliser l'oeil de biche de Brigitte Bardot ?

Étape 1 :

Munissez-vous de votre eye-liner fétiche. Pour celles qui n'ont pas encore choisi, la sélection est vaste. Super liner gel intenza, duo, ultra précision, perfect slim... autant de prétendants pour réussir votre oeil de biche. Il est préférable de s'allier du produit qui vous correspond le mieux pour un trait graphique parfaitement réalisé.

Étape 2 :

Pour ce faire, celles qui sont déjà à l'aise avec l'eye-liner miseront sur les pinceaux automatiques d'ores et déjà imbibés d'une couleur noire intense. Pour les novices, optez pour les flacons munis d'un pinceau fin, pour une application plus minutieuse et maîtrisée.

Étape 3 :

Entamez la réalisation de votre oeil de biche de l'intérieur vers l'extérieur de l'oeil. Pour obtenir un trait fin et graphique sans être trop fastidieux, réalisez une forme de V qui se prolonge vers l'extérieur de l'oeil (en une légère forme de virgule).

Étape 4 :

Une fois votre trait graphique réalisé, il ne manque plus qu'une touche de mascara pour sublimer le tout. Sauf si vous souhaitez attirer uniquement l'oeil sur votre regard de biche digne des années 50 et de la légendaire Bardot, n'ajoutez rien.

Vos yeux se chargeront du reste...

Source : Cliquez ici

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

La Fondation Brigitte Bardot porte plainte contre le maire de Sauvagnon, près de Pau

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot porte plainte contre le maire de Sauvagnon, près de Pau

L'association de défense animale reproche à Jean-Pierre Peys d'avoir fait abattre un chien qui agonisait dans un fossé. Le maire assume.

C'était le 18 janvier. La Fondation  Brigitte Bardot  reproche  au maire de Sauvagnon  d'avoir fait abattre ce chien qui avait été percuté par une voiture Et qui agonisait dans un fossé depuis 24h ..Le maire a  fini par appeler un chasseur . Pour la Fondation, le maire  aurait dû  s'adresser  à  un  vétérinaire.

 Jean -Pierre Peys ne comprend pas  Mais il assume  complétement  et  renouvelle sa confiance à l'équipe municipale qui était sur place.

source : Cliquez ici

 

Partager cet article

Repost 0

Les jambes de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

 

Brigitte Bardot dévoile ses jarretelles

1958, on retrouve Brigitte Bardot affichant son porte-jarretelles et ses bas dans « En cas de malheur » avec Jean Gabin. De quoi être troublés, avouons le.

bardot porte jarretelles 500x344 Les jambes de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot & Jean Gabin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interdit aux mineurs de moins de 16 ans, à l’époque ce chef d’oeuvre du cinéma français, signé Claude Autant-Lara, choque la France avec un sujet subversif. La nudité de Brigitte Bardot est censurée dans ce film, où l’actrice tente de séduire Jean Gabin en lui dévoilant ses jambes.

Jean Gabin fut surpris que Claude Autant-Lara s’adresse à lui pour jouer le rôle avec « cette chose qui se promène toute nue ».

L’art de la séduction joué par Brigitte Bardot.

 

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Le sort des chats et chiens errants de Lamastre...

Publié le par Ricard Bruno

Le sort des chats et chiens errants de Lamastre

La Fondation Brigitte Bardot soutient les habitants de Lamastre, indignés du traitement réservé aux animaux de leur commune

Dans le bulletin municipal de décembre 2012, le maire de Lamastre informe la population qu'il a décidé de faire capturer les chiens et les chats en état de divagation sur la commune. Ces derniers seront ensuite conduits en fourrière. On ne se fait malheureusement pas d’illusions sur le sort qui sera réservé aux chats ayant très peu de chance de trouver un maître. De nombreux habitants indignés du traitement réservé aux animaux de leur commune se sont mobilisés pour s'opposer à l'extermination prévue.

La Fondation, alertée de ce funeste projet, a adressé début janvier un courrier au Maire, dans lequel elle demande de stopper les captures prévues et propose de mettre en place une campagne de stérilisation des chats libres à laquelle elle participerait financièrement.

Certains habitants ont de leur côté lancé une pétition en ligne pour s’opposer à la décision de la municipalité. Aujourd'hui plusieurs milliers de signatures ont été récoltées en faveur de la sauvegarde de la vie !

Si vous voulez vous joindre à notre combat, pour demander au maire de sursoir à son projet d'euthanasie des chats de Lamastre, vous pouvez signer la pétition ou vous adresser directement à la mairie pour donner votre position.

Signer la pétition en ligne ou télécharger la pétition papier

Partager cet article

Repost 0

Corrida : le ministre de l'Intérieur interdit les manifestations aux abords des arènes

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot appelle à la désobéissance civile

Les représentants de l'Union des villes taurines de France (UVTF) et de l'Observatoire national des cultures taurines auraient reçu les garanties du ministère de l'Intérieur que les manifestations anti-corridas ne seraient plus autorisées aux abords des arènes...

D'après l'avocat de l'UVTF : "Les anti-taurins ne pourront pas non plus bloquer l'entrée des arènes au public avant une corrida. Les préfets vont recevoir des directives en ce sens". Face à ce nouveau soutien du ministre de l'Intérieur aux organisateurs de corridas en France, la Fondation Brigitte Bardot est intervenue pour dénoncer une attaque aux libertés individuelles.

Lettre de la Fondation Brigitte Bardot au ministre de l'Intérieur

"Les tortionnaires des villes taurines prétendent avoir reçu les garanties de votre ministère que, désormais, les forces de l’ordre interviendront pour empêcher les opposants aux jeux cruels de se rassembler à proximité des arènes.

Nous n’imaginons pas une seconde que la France soit devenue un pays totalitaire, dictatorial, où le goût prononcé de son ministre de l’Intérieur pour les corridas espagnoles justifie une entrave à la liberté individuelle, citoyenne, de manifester.

La législation nationale considère les combats d’animaux comme relevant d’actes de cruauté punis de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende (Art. 521-1 du Code Pénal). Vous le savez, les Français sont très majoritairement opposés à ces jeux du cirque, y compris dans les villes taurines.

La barbarie ne doit pas être tolérée et encore moins justifiée au nom de la « tradition », la corrida ne relève pas de la culture mais de la torture !

Nous n’acceptons pas votre bienveillance vis-à-vis des combats d’animaux, ce n’est pas tolérable qu’un ministre de la République méprise à ce point le combat mené par les opposants à la torture animale.

Le lynchage de Rodilhan

Pour avoir participé, en octobre 2010, à une action pacifiste dans les arènes de Rodilhan contre la mise à mort de 6 veaux, je peux témoigner de la violence des aficionados qui ont lynché, roué de coups les manifestants, arraché les vêtements de jeunes filles, sous les yeux complices et les encouragements des autorités locales. Nous sommes près de 70 personnes à avoir été victimes de ces dangereux aficionados et à avoir porté plainte suite aux coups reçus qui ont entraîné plusieurs hospitalisations (je vous invite à visionner le DVD joint où les exactions de ces brutes montrent bien de quelle côté est la violence).

Appel à la désobéissance civile 

Notre Fondation s’oppose aux corridas et autres actes de cruauté, nous ne baisserons pas les bras et, s’il le faut, nous appellerons à la désobéissance civile pour manifester devant les arènes, face aux tortionnaires qui trouvent leur plaisir pervers dans la souffrance d’un animal torturé à mort.

Si vous êtes le ministre de TOUS les Français, alors arrêtez de vous rallier systématiquement aux aficionados en affichant votre mépris envers ceux qui consacrent leur vie à défendre celle des animaux.

La corrida est une ignominie, une honte qui doit disparaître et qui disparaîtra, c’est une évidence, mais vous freinez cette évolution en défendant l’indéfendable, ce n’est pas votre rôle !

Au nom de la Fondation Brigitte Bardot et au nom de nombreux militants qui luttent contre la corrida et lutteront jusqu’au bout, je vous demande de ne plus défendre, de ne plus imposer cette barbarie aux Français qui n’en veulent pas !

Nous sommes en droit de nous opposer et nous nous opposerons, y compris devant les arènes !

Désormais, nous attendons de vos services la garantie de respecter la liberté des citoyens Français, leur droit de manifester… Est-ce trop demander à l’actuel gouvernement français ?

Quoi qu’il en soit, nous serons présents, avec ou sans votre accord, devant les arènes pour dénoncer la barbarie qui s’y pratique."

Rodhilan

Lynchage des opposants à la torture

 

Source : Fondation Brigitte Bardot 

Partager cet article

Repost 0

Sauvons Baby et Népal !

Publié le par Ricard Bruno

Manifestation devant le Parc de la Tête d'Or, dimanche 6 janvier 2013

Sauvons Baby et Népal !

Brigitte Bardot propose de prendre en charge les deux éléphantes

  • 24 janvier 2013, Brigitte Bardot somme Stéphane Le Foll d'autoriser les tests sérologiques et dénonce la politique "absurde" des autorités.
  • 17 janvier 2013, La Fondation Brigitte Bardot reçue au ministère de l' Agriculture (voir vidéo colonne de droite).
  • 16 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco accorde un délai de 40 jours à Baby et Népal, portant au 19 février la date limite de leur exécution. Dans son nouvel arrêté, il explique vouloir donner au Conseil d'Etat le temps de statuer.
  • 14 janvier 2013, Brigitte Bardot reçoit la réponse de François Hollande : "la décision d'euthanasie des 2 éléphantes a été suspendue. J'ai demandé au ministre de l'Agriculture d'approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation".
  • 08 janvier 2013, la Fondation reçoit la réponse du Préfet qui maintient la décision d'euthanasie et s'oppose au transfert des éléphantes même pour une mise en quarantaine... La FBB poursuit son action auprès du gouvernement.
  • 07 janvier 2013, Brigitte Bardot fait publier une tribune dans le Nouvel Observateur +. Lire ici
  • 04 janvier 2013, Brigitte Bardot diffuse un communiqué.
  • 03 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco a décidé de suspendre l'abattage de Baby et de Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon, le temps que le Conseil d'État statue.
  • 02 janvier 2013, Brigitte Bardot demande au Président François Hollande de "gracier ces animaux innocents qui ne doivent pas être condamnés à mort..."
  • 28 décembre 2012 : Brigitte Bardot accorde deux entretiens aux quotidiens Le Parisien et Le Progrès dans lesquels elle réaffirme sa volonté de s’occuper des deux éléphantes Baby et Népal, pour lire les articles, cliquer sur les images de gauche.
  • 27 décembre 2012, la Fondation sollicite l'arbitrage du Ministre de l'agriculture, Stéphane le Foll face à la menace d'euthanasie des deux éléphantes du parc de la Tête d'Or.
  • 24 décembre 2012 , Brigitte Bardot demande que les deux éléphantes Baby et Népal soient confiées à  la Fondation , dans une lettre ouverte au préfet du Rhône.

Pour télécharger l'intégralité des lettres et des communiqués, voir ci-contre (colonne de droite)

Baby et Népal n’ont pas à payer de leur vie les négligences de Monsieur Edelstein !

"Ma Fondation a déjà pris en charge de nombreux animaux sauvages saisis de cirques mouroirs, nous avons même financé une structure d’accueil pour les félins, très nombreux à vivre l’enfer dans leur cage de transport. Nous avons pris en charge également un hippopotame maltraité chez Zavatta pour le transférer en Afrique du Sud dans une réserve naturelle et participons, depuis des années, au financement d’un hôpital pour éléphants en Thaïlande…"

Les animaux de cirques sont condamnés à l’esclavage, c’est une horreur absolue !

"Le cirque Pinder n’a d’autre objectif qu’exploiter les animaux jusqu’à la mort, c’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Préfet, de prendre un nouvel arrêté non plus d’abattage des éléphantes Baby et Népal mais de saisie afin que ces animaux soient confiés à ma Fondation qui pourra leur assurer une fin de vie digne, dans un parc de quarantaine où elles pourront être soignées sans risque de contamination avec d’autres animaux ou du public."

(Extrait de la lettre de Brigitte Bardot au Préfet du Rhône)

Le 21 décembre, la Fondation Brigitte Bardot dénonce la condamnation à mort des deux éléphants tuberculeux de Lyon dans un communiqué de presse

Le Tribunal Administratif de Lyon vient de condamner à mort les deux éléphantes Baby et Népal.

Face à cette décision révoltante et inhumaine, Madame Brigitte Bardot et sa Fondation s’indignent et accusent :

  • Les cirques qui exploitent de façon ignoble et dans des conditions inadaptées les animaux sauvages comme les éléphants, enchaînés toute leur vie comme des esclaves pour le seul plaisir de l’homme.
  • Tous les zoos qui présentent des espèces sauvages dans des enclos misérables et qui n’interviennent pas pour les sauver de l’extinction.
  • Les autorités sanitaires qui sont parfaitement conscientes des risques humains mais qui ne jouent pas leur rôle d’alerte : la tuberculose est présente chez les éléphants mais le dépistage n’est pas obligatoire ! Si tous les éléphants présents sur notre territoire devaient être testés, il faudrait ensuite prononcer l’euthanasie de 25% d’entre eux !
  • L’Etat français qui « baisse son pantalon » devant les circassiens en les autorisant à continuer leur honteux business contre l’avis des associations de protection animale.

Ce même état devrait plutôt agir contre le trafic d’ivoire et intervenir fermement à la CITES pour protéger toutes les populations d’éléphants en danger d’extinction en Afrique et en Asie.

Les animaux sauvages ne sont pas des jouets !

Il faut arrêter de se cacher derrière la magie du cirque et dénoncer cet odieux mensonge des circassiens qui prétendent aimer leurs animaux !

Dites non aux animaux sauvages dans les cirques !

Dites non à la maltraitance !

Rappel des faits

Cette histoire ne date pas d'hier. Le cirque Pinder confie ces éléphants au zoo de Lyon en 1999 ; on ignore encore si les animaux sont malades à cette époque. Il faut savoir que le test de dépistage de la tuberculose n'est pas obligatoire en France alors que 13 à 25 % des éléphants sont susceptibles d'être porteurs.

Début 2011, les pachydermes sont déclarés positifs à la tuberculose et, depuis, le guerre fait rage entre Monsieur Edelstein et la mairie de Lyon ; chacun refusant de prendre ses responsabilités financières . La Fondation intervient alors auprès du ministre de l'Ecologie et rappelle les problèmes sanitaires liés à la présence d'animaux sauvages dans les cirques et l'absence de conditions de détention adaptées. La tuberculose chez l'éléphant n'est pas présente chez les individus sauvages mais chez les captifs, l'infection est principalement causée par mycobacterium tuberculosis, agent de la maladie chez l'homme.

En août 2012, l'éléphante Java, agée de 67 ans décède au zoo de Lyon. Les analyses montrent début décembre qu'elle était atteinte de tuberculose. Ce résultat pousse les autorités sanitaires à demander l'euthanasie de ses deux congénères Baby et Népal avec lesquelles elle était en contact.

Le 11 décembre 2012, la préfecture du Rhône demande à la mairie de Lyon de les eutanasier, considérant "les risques graves que l'infection dépistée (...) fait peser sur la santé des personnes évoluant dans l'environnement proche des animaux".

Les deux éléphantes confiées par le cirque Pinder au zoo de Lyon obtiennent ce lundi un sursis à leur euthanasie. Le prefet du Rhône, Jean-François Carenco décide de la suspension de l'arrêté demandant leur abattage, alors que leur sort fait débat. Cette démarche est faite sur demande du ministère de l'Agriculture, pour permettre au directeur du cirque Pinder, s'il le souhaite, de déposer un recours au tribunal administratif.

Depuis 1999, Monsieur Gilbert Edelstein n'est jamais venu voir ses animaux et a toujours refusé les autres propositions de placements du zoo de Lyon et de venir les chercher.

Aujourd'hui, il souhaite, en fait,  les récupérer en bonne santé pour les exhiber dans son futur parc d'attraction Pinderland, afin d'organiser des promenades à dos d'éléphants.

Partager cet article

Repost 0

Bravo à L'Australie ! et la France?....R I E N !

Publié le par Ricard Bruno

1-copie-7.jpg

Merci à Fanou Bujisho pour l'information

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Vidéo incroyable à découvrir...

Publié le par Ricard Bruno

Vidéo incroyable à voir n'hésitez pas à partager...je ne vous en dit pas plus

à vous de découvrir

 

Ps : je tiens à préciser que j'ai une sainte horreur des cirques avec animaux...

Merci à  ELIN

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Sauvons Baby et Népal !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot propose de prendre en charge les deux éléphantes

  • 24 janvier 2013, Brigitte Bardot somme Stéphane Le Foll d'autoriser les tests sérologiques et dénonce la politique "absurde" des autorités.
  • 17 janvier 2013, La Fondation Brigitte Bardot reçue au ministère de l' Agriculture (voir vidéo colonne de droite).
  • 16 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco accorde un délai de 40 jours à Baby et Népal, portant au 19 février la date limite de leur exécution. Dans son nouvel arrêté, il explique vouloir donner au Conseil d'Etat le temps de statuer.
  • 14 janvier 2013, Brigitte Bardot reçoit la réponse de François Hollande : "la décision d'euthanasie des 2 éléphantes a été suspendue. J'ai demandé au ministre de l'Agriculture d'approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation".
  • 08 janvier 2013, la Fondation reçoit la réponse du Préfet qui maintient la décision d'euthanasie et s'oppose au transfert des éléphantes même pour une mise en quarantaine... La FBB poursuit son action auprès du gouvernement.
  • 07 janvier 2013, Brigitte Bardot fait publier une tribune dans le Nouvel Observateur +. Lire ici
  • 04 janvier 2013, Brigitte Bardot diffuse un communiqué.
  • 03 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco a décidé de suspendre l'abattage de Baby et de Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon, le temps que le Conseil d'État statue.
  • 02 janvier 2013, Brigitte Bardot demande au Président François Hollande de "gracier ces animaux innocents qui ne doivent pas être condamnés à mort..."
  • 28 décembre 2012 : Brigitte Bardot accorde deux entretiens aux quotidiens Le Parisien et Le Progrès dans lesquels elle réaffirme sa volonté de s’occuper des deux éléphantes Baby et Népal, pour lire les articles, cliquer sur les images de gauche.
  • 27 décembre 2012, la Fondation sollicite l'arbitrage du Ministre de l'agriculture, Stéphane le Foll face à la menace d'euthanasie des deux éléphantes du parc de la Tête d'Or.
  • 24 décembre 2012 , Brigitte Bardot demande que les deux éléphantes Baby et Népal soient confiées à  la Fondation , dans une lettre ouverte au préfet du Rhône.

Pour télécharger l'intégralité des lettres et des communiqués, voir ci-contre (colonne de droite)

Baby et Népal n’ont pas à payer de leur vie les négligences de Monsieur Edelstein !

"Ma Fondation a déjà pris en charge de nombreux animaux sauvages saisis de cirques mouroirs, nous avons même financé une structure d’accueil pour les félins, très nombreux à vivre l’enfer dans leur cage de transport. Nous avons pris en charge également un hippopotame maltraité chez Zavatta pour le transférer en Afrique du Sud dans une réserve naturelle et participons, depuis des années, au financement d’un hôpital pour éléphants en Thaïlande…"

Les animaux de cirques sont condamnés à l’esclavage, c’est une horreur absolue !

"Le cirque Pinder n’a d’autre objectif qu’exploiter les animaux jusqu’à la mort, c’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Préfet, de prendre un nouvel arrêté non plus d’abattage des éléphantes Baby et Népal mais de saisie afin que ces animaux soient confiés à ma Fondation qui pourra leur assurer une fin de vie digne, dans un parc de quarantaine où elles pourront être soignées sans risque de contamination avec d’autres animaux ou du public."

(Extrait de la lettre de Brigitte Bardot au Préfet du Rhône)

Le 21 décembre, la Fondation Brigitte Bardot dénonce la condamnation à mort des deux éléphants tuberculeux de Lyon dans un communiqué de presse

Le Tribunal Administratif de Lyon vient de condamner à mort les deux éléphantes Baby et Népal.

Face à cette décision révoltante et inhumaine, Madame Brigitte Bardot et sa Fondation s’indignent et accusent :

  • Les cirques qui exploitent de façon ignoble et dans des conditions inadaptées les animaux sauvages comme les éléphants, enchaînés toute leur vie comme des esclaves pour le seul plaisir de l’homme.
  • Tous les zoos qui présentent des espèces sauvages dans des enclos misérables et qui n’interviennent pas pour les sauver de l’extinction.
  • Les autorités sanitaires qui sont parfaitement conscientes des risques humains mais qui ne jouent pas leur rôle d’alerte : la tuberculose est présente chez les éléphants mais le dépistage n’est pas obligatoire ! Si tous les éléphants présents sur notre territoire devaient être testés, il faudrait ensuite prononcer l’euthanasie de 25% d’entre eux !
  • L’Etat français qui « baisse son pantalon » devant les circassiens en les autorisant à continuer leur honteux business contre l’avis des associations de protection animale.

Ce même état devrait plutôt agir contre le trafic d’ivoire et intervenir fermement à la CITES pour protéger toutes les populations d’éléphants en danger d’extinction en Afrique et en Asie.

Les animaux sauvages ne sont pas des jouets !

Il faut arrêter de se cacher derrière la magie du cirque et dénoncer cet odieux mensonge des circassiens qui prétendent aimer leurs animaux !

Dites non aux animaux sauvages dans les cirques !

Dites non à la maltraitance !

Rappel des faits

Cette histoire ne date pas d'hier. Le cirque Pinder confie ces éléphants au zoo de Lyon en 1999 ; on ignore encore si les animaux sont malades à cette époque. Il faut savoir que le test de dépistage de la tuberculose n'est pas obligatoire en France alors que 13 à 25 % des éléphants sont susceptibles d'être porteurs.

Début 2011, les pachydermes sont déclarés positifs à la tuberculose et, depuis, le guerre fait rage entre Monsieur Edelstein et la mairie de Lyon ; chacun refusant de prendre ses responsabilités financières . La Fondation intervient alors auprès du ministre de l'Ecologie et rappelle les problèmes sanitaires liés à la présence d'animaux sauvages dans les cirques et l'absence de conditions de détention adaptées. La tuberculose chez l'éléphant n'est pas présente chez les individus sauvages mais chez les captifs, l'infection est principalement causée par mycobacterium tuberculosis, agent de la maladie chez l'homme.

En août 2012, l'éléphante Java, agée de 67 ans décède au zoo de Lyon. Les analyses montrent début décembre qu'elle était atteinte de tuberculose. Ce résultat pousse les autorités sanitaires à demander l'euthanasie de ses deux congénères Baby et Népal avec lesquelles elle était en contact.

Le 11 décembre 2012, la préfecture du Rhône demande à la mairie de Lyon de les eutanasier, considérant "les risques graves que l'infection dépistée (...) fait peser sur la santé des personnes évoluant dans l'environnement proche des animaux".

Les deux éléphantes confiées par le cirque Pinder au zoo de Lyon obtiennent ce lundi un sursis à leur euthanasie. Le prefet du Rhône, Jean-François Carenco décide de la suspension de l'arrêté demandant leur abattage, alors que leur sort fait débat. Cette démarche est faite sur demande du ministère de l'Agriculture, pour permettre au directeur du cirque Pinder, s'il le souhaite, de déposer un recours au tribunal administratif.

Depuis 1999, Monsieur Gilbert Edelstein n'est jamais venu voir ses animaux et a toujours refusé les autres propositions de placements du zoo de Lyon et de venir les chercher.

Aujourd'hui, il souhaite, en fait,  les récupérer en bonne santé pour les exhiber dans son futur parc d'attraction Pinderland, afin d'organiser des promenades à dos d'éléphants.

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>