Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sauvons Baby et Népal !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot propose de prendre en charge les deux éléphantes

  • 24 janvier 2013, Brigitte Bardot somme Stéphane Le Foll d'autoriser les tests sérologiques et dénonce la politique "absurde" des autorités.
  • 17 janvier 2013, La Fondation Brigitte Bardot reçue au ministère de l' Agriculture (voir vidéo colonne de droite).
  • 16 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco accorde un délai de 40 jours à Baby et Népal, portant au 19 février la date limite de leur exécution. Dans son nouvel arrêté, il explique vouloir donner au Conseil d'Etat le temps de statuer.
  • 14 janvier 2013, Brigitte Bardot reçoit la réponse de François Hollande : "la décision d'euthanasie des 2 éléphantes a été suspendue. J'ai demandé au ministre de l'Agriculture d'approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation".
  • 08 janvier 2013, la Fondation reçoit la réponse du Préfet qui maintient la décision d'euthanasie et s'oppose au transfert des éléphantes même pour une mise en quarantaine... La FBB poursuit son action auprès du gouvernement.
  • 07 janvier 2013, Brigitte Bardot fait publier une tribune dans le Nouvel Observateur +. Lire ici
  • 04 janvier 2013, Brigitte Bardot diffuse un communiqué.
  • 03 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco a décidé de suspendre l'abattage de Baby et de Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon, le temps que le Conseil d'État statue.
  • 02 janvier 2013, Brigitte Bardot demande au Président François Hollande de "gracier ces animaux innocents qui ne doivent pas être condamnés à mort..."
  • 28 décembre 2012 : Brigitte Bardot accorde deux entretiens aux quotidiens Le Parisien et Le Progrès dans lesquels elle réaffirme sa volonté de s’occuper des deux éléphantes Baby et Népal, pour lire les articles, cliquer sur les images de gauche.
  • 27 décembre 2012, la Fondation sollicite l'arbitrage du Ministre de l'agriculture, Stéphane le Foll face à la menace d'euthanasie des deux éléphantes du parc de la Tête d'Or.
  • 24 décembre 2012 , Brigitte Bardot demande que les deux éléphantes Baby et Népal soient confiées à  la Fondation , dans une lettre ouverte au préfet du Rhône.

Pour télécharger l'intégralité des lettres et des communiqués, voir ci-contre (colonne de droite)

Baby et Népal n’ont pas à payer de leur vie les négligences de Monsieur Edelstein !

"Ma Fondation a déjà pris en charge de nombreux animaux sauvages saisis de cirques mouroirs, nous avons même financé une structure d’accueil pour les félins, très nombreux à vivre l’enfer dans leur cage de transport. Nous avons pris en charge également un hippopotame maltraité chez Zavatta pour le transférer en Afrique du Sud dans une réserve naturelle et participons, depuis des années, au financement d’un hôpital pour éléphants en Thaïlande…"

Les animaux de cirques sont condamnés à l’esclavage, c’est une horreur absolue !

"Le cirque Pinder n’a d’autre objectif qu’exploiter les animaux jusqu’à la mort, c’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Préfet, de prendre un nouvel arrêté non plus d’abattage des éléphantes Baby et Népal mais de saisie afin que ces animaux soient confiés à ma Fondation qui pourra leur assurer une fin de vie digne, dans un parc de quarantaine où elles pourront être soignées sans risque de contamination avec d’autres animaux ou du public."

(Extrait de la lettre de Brigitte Bardot au Préfet du Rhône)

Le 21 décembre, la Fondation Brigitte Bardot dénonce la condamnation à mort des deux éléphants tuberculeux de Lyon dans un communiqué de presse

Le Tribunal Administratif de Lyon vient de condamner à mort les deux éléphantes Baby et Népal.

Face à cette décision révoltante et inhumaine, Madame Brigitte Bardot et sa Fondation s’indignent et accusent :

  • Les cirques qui exploitent de façon ignoble et dans des conditions inadaptées les animaux sauvages comme les éléphants, enchaînés toute leur vie comme des esclaves pour le seul plaisir de l’homme.
  • Tous les zoos qui présentent des espèces sauvages dans des enclos misérables et qui n’interviennent pas pour les sauver de l’extinction.
  • Les autorités sanitaires qui sont parfaitement conscientes des risques humains mais qui ne jouent pas leur rôle d’alerte : la tuberculose est présente chez les éléphants mais le dépistage n’est pas obligatoire ! Si tous les éléphants présents sur notre territoire devaient être testés, il faudrait ensuite prononcer l’euthanasie de 25% d’entre eux !
  • L’Etat français qui « baisse son pantalon » devant les circassiens en les autorisant à continuer leur honteux business contre l’avis des associations de protection animale.

Ce même état devrait plutôt agir contre le trafic d’ivoire et intervenir fermement à la CITES pour protéger toutes les populations d’éléphants en danger d’extinction en Afrique et en Asie.

Les animaux sauvages ne sont pas des jouets !

Il faut arrêter de se cacher derrière la magie du cirque et dénoncer cet odieux mensonge des circassiens qui prétendent aimer leurs animaux !

Dites non aux animaux sauvages dans les cirques !
Dites non à la maltraitance !

Rappel des faits

Cette histoire ne date pas d'hier. Le cirque Pinder confie ces éléphants au zoo de Lyon en 1999 ; on ignore encore si les animaux sont malades à cette époque. Il faut savoir que le test de dépistage de la tuberculose n'est pas obligatoire en France alors que 13 à 25 % des éléphants sont susceptibles d'être porteurs.

Début 2011, les pachydermes sont déclarés positifs à la tuberculose et, depuis, le guerre fait rage entre Monsieur Edelstein et la mairie de Lyon ; chacun refusant de prendre ses responsabilités financières . La Fondation intervient alors auprès du ministre de l'Ecologie et rappelle les problèmes sanitaires liés à la présence d'animaux sauvages dans les cirques et l'absence de conditions de détention adaptées. La tuberculose chez l'éléphant n'est pas présente chez les individus sauvages mais chez les captifs, l'infection est principalement causée par mycobacterium tuberculosis, agent de la maladie chez l'homme.

En août 2012, l'éléphante Java, agée de 67 ans décède au zoo de Lyon. Les analyses montrent début décembre qu'elle était atteinte de tuberculose. Ce résultat pousse les autorités sanitaires à demander l'euthanasie de ses deux congénères Baby et Népal avec lesquelles elle était en contact.

Le 11 décembre 2012, la préfecture du Rhône demande à la mairie de Lyon de les eutanasier, considérant "les risques graves que l'infection dépistée (...) fait peser sur la santé des personnes évoluant dans l'environnement proche des animaux".

Les deux éléphantes confiées par le cirque Pinder au zoo de Lyon obtiennent ce lundi un sursis à leur euthanasie. Le prefet du Rhône, Jean-François Carenco décide de la suspension de l'arrêté demandant leur abattage, alors que leur sort fait débat. Cette démarche est faite sur demande du ministère de l'Agriculture, pour permettre au directeur du cirque Pinder, s'il le souhaite, de déposer un recours au tribunal administratif.

Depuis 1999, Monsieur Gilbert Edelstein n'est jamais venu voir ses animaux et a toujours refusé les autres propositions de placements du zoo de Lyon et de venir les chercher.

Aujourd'hui, il souhaite, en fait,  les récupérer en bonne santé pour les exhiber dans son futur parc d'attraction Pinderland, afin d'organiser des promenades à dos d'éléphants.

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Des conditions de détention ignobles pour des animaux de la fourrière de Plouzané

Publié le par Ricard Bruno

Pdt-Brest-Metropole-Oceane-copie-1

Le 22 janvier 2013, Brigitte Bardot adresse une lettre à François Cuillandre, président de la Communauté Urbaine de « Brest Métropole Océane » l'alertant sur les conditions de détention des animaux à la fourrière de Plouzané.

Monsieur le Président,

De nombreux témoignages parviennent à ma Fondation pour dénoncer les conditions ignobles dans lesquelles les animaux de la fourrière de Plouzané sont détenus. Chiens mis dans des boxes sales et trop petits, un témoin parle d’un chien éventré laissé à l’agonie, des chats malades et même un cadavre laissé à même le sol.

Tout cela est indigne, profondément choquant et contraire à la législation. La Communauté urbaine que vous présidez, qui finance cette fourrière, doit réagir et ne plus tolérer l’intolérable !

Pour avoir visité de nombreux lieux sordides, où les animaux sont en souffrance, la situation décrite me fait penser aux pires refuges de Roumanie. C’est impensable de laisser des animaux dans cette situation, ces chiens et chats perdus sont effrayés, ils ont besoin d’être rassurés, soignés, nous n’avons pas le droit moral de les plonger dans la détresse et de les laisser crever dans l’indifférence.

Certains chiens et chats, capturés par le service « Animal et Ville » de la communauté urbaine, seraient conduits directement chez le vétérinaire pour être tués sans même transiter par la fourrière, rendant impossible leur identification et la recherche des propriétaires.

Monsieur le Président, il vous revient de faire la lumière sur ces accusations graves, les témoignages qui me parviennent sont révoltants. La fourrière de Plouzané ne doit pas être une antichambre de la mort, un abattoir. Brest Métropole Océane a les moyens de se doter d’une fourrière digne, où les animaux sont accueillis, soignés… Vous avez ce pouvoir et même ce devoir !

Je compte infiniment sur vous, il y a urgence pour tous ces animaux capturés et jetés dans des conditions effroyables avant d’être tués. J’espère que vous m’apporterez une réponse chargée d’espoir car pour le moment, les différents témoignages reçus, sont désespérants.

Dans l’attente de votre réaction, je vous transmets mes sentiments attristés par tant de détresse animale.

Brigitte Bardot

Présidente

Partager cet article
Repost0

Communiqué de la F L A C !

Publié le par Ricard Bruno

Chers amis,

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous découvrirez un article qui risque de "crisper" les aficionados plutôt colorés à gauche...

http://www.flac-anticorrida.org/les-republicains-espagnols-sappretaient-a-abolir-la-corrida/

En effet, vous pourrez lire un article de presse extraordinaire datant du 11 juillet 1937 prouvant que si les Républicains avaient gagné la guerre civile espagnole, ils auraient aboli la corrida sur tout le territoire. Hélas pour l'Espagne et notre cause, c'est Franco, grand amateur de corrida, qui remporta la victoire. On connait la suite...

Ce fabuleux article de presse, n'hésitez-pas à l'exploiter afin de prouver ce fait historique qui embarrasse le monde taurin... Surtout en ces temps où notre ministre de l'intérieur Manuel Valls, défend de tout son poids cette barbarie indigne de notre pays.

Nous comptons aussi sur vous pour qu'il y ait un maximum de réactions sur cet article !  C'est très facile. Cela donnera plus de poids quand nous diffuserons le lien.

Un grand merci à l'avance !

Amitiés et à bientôt dans la lutte !

Thierry Hély
Pour le bureau de la FLAC

www.flac-anticorrida.org

 

>> retrouvez la FLAC sur Facebook

 

Pensez à nous soutenir en adhérant à la FLAC.

 

http://www.flac-anticorrida.org/agir/adherer/

Partager cet article
Repost0

La fourrière de Plouzané (29) dénoncée par la Fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

 

Brigitte Bardot vient d'envoyer un courrier à François Cuillandre, président de la Communauté Urbaine de « Brest Métropole Océane » concernant la fourrière de Plouzané. Elle l'alerte sur les conditions de détention des animaux.

Brigitte Bardot alerte le Président de la communauté urbaine de Brest sur : "les conditions ignobles dans lesquelles les animaux de la fourrière de Plouzané sont détenus. Chiens mis dans des boxes sales et trop petits, un témoin parle d’un chien éventré laissé à l’agonie, des chats malades et même un cadavre laissé à même le sol.
Tout cela est indigne, profondément choquant et contraire à la législation. La Communauté urbaine que vous présidez, qui finance cette fourrière, doit réagir et ne plus tolérer l’intolérable !"

Le lettre de Brigitte Bardot se poursuit par : " Monsieur le Président, il vous revient de faire la lumière sur ces accusations graves, les témoignages qui me parviennent sont révoltants. La fourrière de Plouzané ne doit pas être une antichambre de la mort, un abattoir. Brest Métropole Océane a les moyens de se doter d’une fourrière digne, où les animaux sont accueillis, soignés… Vous avez ce pouvoir et même ce devoir !
Avec en guise de conclusion: " Je compte infiniment sur vous, il y a urgence pour tous ces animaux capturés et jetés dans des conditions effroyables avant d’être tués."

 

Source : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Mes créations sur BB...

Publié le par Ricard Bruno

2

1-copie-6

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Collecte de croquettes...à Lille..

Publié le par Ricard Bruno

1-copie-5.jpg

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Massacres d'éléphants : le braconnage n'a jamais été aussi important

Publié le par Ricard Bruno

Une carcasse d'éléphant victime des braconniers à Samburu, au Kenya, le 16 août 2012.

Une carcasse d'éléphant victime des braconniers à Samburu, au Kenya, le 16 août 2012

C'est le plus important massacre de pachydermes au Kenya depuis vingt ans. Une famille de onze éléphants a été tuée samedi par des braconniers, a annoncé mardi 9 janvier le Service de la faune kényane (KWS), affirmant être "aux trousses" des auteurs. Les corps criblés de balles, dont celui d'un éléphanteau de 2 mois, ont été découverts dans le Parc national de Tsavo, au sud-est du Kenya. Leurs défenses ont été tranchées.

"Nos premières constatations montrent que les braconniers étaient au moins dix", a indiqué Patrick Omondi, chef du programme éléphants au KWS. "Nous n'avons pas perdu autant d'éléphants en une seule et unique tuerie depuis le début des années 1980. C'est un signal clair que les choses empirent", a-t-il affirmé.

Une forte demande venue d'Asie

Derrière ces massacres, la hausse de la demande d'ivoire en Asie, utilisée dans la médecine traditionnelle et la fabrication d'objets décoratifs. En Chine, on attribue à l'ivoire des vertus médicinales, contre l'impuissance notamment, et la possession d'objets taillés dans la précieuse corne est considérée comme un signe de richesse.

Ce commerce, interdit depuis 1989, a conduit à une augmentation importante du braconnage d'éléphants d'Afrique. "Un kilo d'ivoire peut atteindre jusqu'à 2 500 dollars [1 900 euros] au marché noir", a précisé Patrick Omodi.

Début janvier, les douanes de Hong Kong ont saisi plus d'une tonne de défenses d'éléphants en provenance du Kenya, d'une valeur totale d'un million d'euros. C'est la troisième prise de ce type en provenance de ce pays ou de Tanzanie en moins de trois mois.

Des massacres à l'arme de guerre

"Cet argent (venu du commerce illégal) finance des gangs extrêmement organisés dotés d'armes sophistiquées", a déploré Patrick Omodi. Comme l'expliquait Le Mondeen avril 2012, les braconniers sont en effet "de mieux en mieux équipés". Au Cameroun, l'armée a même été déployée dans le parc national de Boubandjida, pour faire face à "la menace de braconniers soudanais montés à cheval et armés de mitraillettes", racontait Reuters, en décembre.

Car le Kenya n'est pas le seul terrain de chasse illicite pour ces tueurs de pachydermes. Au Tchad, en République démocratique du Congo, et dans une trentaine d'autres pays, les populations d'éléphants sont décimées, selon l’ONG International Fund for animal welfare, dont les membres retrouvent régulièrement près des carcasses "des douilles témoignant de l’utilisation d’armes de guerre automatiques ou semi-automatiques".

2012, "la pire année"

Le braconnage des éléphants a atteint son pire niveau depuis une décennie et le volume des saisies d’ivoire enregistré a atteint celui de 1989, indiquait la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, dans un rapport publié en juin.

En 2011, environ 40 tonnes d'ivoire illégal ont été saisis dans le monde, selon l'agence Reuters. En décembre 2012, les autorités malaisiennes ont réalisé la plus grosse saisie d’ivoire de l’histoire, a rapporté Le Télégramme "24 tonnes en une seule fois, soit quatre fois la quantité saisie depuis le début de l’année". Environ 1 500 défenses ont été confisquées, estimées au total à 20 millions de dollars (15 millions d'euros). "2012 devient la pire année pour le trafic d’ivoire depuis vingt-quatre ans", c'est-à-dire depuis l'interdiction du commerce.

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Regardez tour simplement...

Publié le par Ricard Bruno

Moment de douce complicité entre un petit trisomique et une femelle labrador...


Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Bravo à l'état d'Israël!

Publié le par Ricard Bruno

Madame Brigitte Bardot, Israël a interdit au 1er janvier la vente de produits testés sur des animaux
 

Israël vient d’adopter une loi qui interdit la vente des produits cosmétiques et ménagers fabriqués par des entreprises qui font des tests sur les animaux.

L’interdiction a pris effet le 1er Janvier 2013, soit 3 mois avant la date possible (et prévue) par l’Union européenne d’adopter une loi similaire.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les importations de produits cosmétiques et d’entretien d’entreprises étrangère qui se livrent à l’expérimentation animale sont bien entendu également interdits.

Les produits qui sont médicalement nécessaires sont exclus de la loi.

On ne fera pas l’affront de demander aux Verts de féliciter les israéliens…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.examiner.com/article/israel-bans-cosmetics-tested-on-animals

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>