Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SALON DU « LIVRE et PAPIERS ANCIENS"

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot sera bien représentée dans cette nouvelle édition du salon du livre et papiers anciens! Alors collectionneurs ou curieux je vous conseil ce beau salon pour débusquer la pièce manquante à votre collection.

Bruno Ricard

THEME SUGGERE
"La Nouvelle vague ... Les Années 60 ..."

 
Ce thème sera décliné sur une partie des stands, de façons très différentes, sur toutes sortes de documents et papiers "anciens": affiches de film "Nouvelle vague", photos, cartes postales, jeux de cartes à l'effigie des vedettes et des chanteurs de cette époque...gravures, objets publicitaires, objets de charme et de collection des années 60, presse ancienne : magazines mythiques comme "Salut les Copains" ou "mademoiselle Age Tendre" etc ...photos des idoles des années 60, livres et "vieux papiers divers" sur ces années révolutionnaires qui "résonnent" tant encore, aujourd'hui, dans notre époque !
 
DESCRIPTIF
150 exposants, tous unis par la même fièvre du papier,  venus de toute la France vous proposent une multitude de
documents de toutes sortes, parmi tout ce qui a été ECRIT, IMPRIME, DESSINE, PEINT, ou GRAVE  des origines à nos jours :
livres anciens - gravures - manuscrits - autographes - estampes actions et obligations - presse (journaux, magazines...) - cartes postales anciennes - réclames  - chromos - photos - affiches et objets (publicitaires,  politiques...)


HORAIRES
Tous les jours : de 11 h à 19 h
sauf lundi 11 mars jusqu'à 17 h


TARIF ENTREE
10 EUROS

ACCES
Métro : Ligne 3 - Station : Porte de Champerret
Bus : 84 - 92 - 163 - PC


INFORMATIONS
Tél : 01 56 53 93 93

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

L'empathie...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Intervention de Christophe Marie porte parole de la fondation BB

Publié le par Ricard Bruno

 

Partager cet article
Repost0

Chasse : Réagissons !

Publié le par Ricard Bruno

Le ministère de l’Ecologie lance 4 consultations publiques ouvertes jusqu’au 26 janvier prochain. Comme on pouvait s’y attendre du lobby des chasseurs, le ministère prévoit de favoriser encore davantage la pratique de la chasse en France !

La Fondation Brigitte Bardot dénonce ces nouvelles dispositions et vous demande de participer à la consultation publique sur le site Internet du ministère de l’écologie

  • 1ère consultation : dates de fermeture.

Elle concerne une modification de l’arrêté relatif aux dates de fermeture de la chasse aux oiseaux de passage et au gibier d’eau. Il permettrait de chasser le pigeon ramier jusqu’au 20 février dans toute la France alors qu’il est en pleine période de migration prénuptiale. Tout cela en totale infraction avec la Directive Oiseaux !

Donnez votre avis ici

 

  • 2ème consultation : chasse à la passée et de nuit.

Elle concerne une modification de l’arrêté autorisant la chasse à la passée (2 heures avant le levé du soleil et 2 heures après son coucher) ainsi que la chasse de nuit à partir de poste fixe dans 7 départements de la Bernache du Canada jusqu’en 2015.

La Fondation Brigitte Bardot dénonce la chasse acharnée de cette « nouvelle espèce chassable » en France.

Donnez votre avis ici :

 

  • 3ème consultation : usage des appeaux et des appelants.

Elle concerne une modification de l’arrêté relatif à l’usage des appeaux et des appelants pour la chasse des oiseaux de passage et du gibier d’eau et pour la destruction des animaux nuisibles.

Bien entendu, la Fondation Brigitte Bardot est opposée à l’utilisation d’appelants vivants pour la chasse.

Donnez votre avis ici :

 

  • 4ème consultation : périodes et modalités de destruction des nuisibles

Elle concerne un projet d’arrêté fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des animaux d’espèces nuisibles sur l’ensemble du territoire métropolitain du 1er juillet 2012 au 30 juin 2013.

La Fondation Brigitte Bardot réclame l’interdiction de tous les pièges notamment les pièges tuants destinés à éradiquer les animaux classés nuisibles en France.

Donnez votre avis ici

 

            Nous comptons sur votre mobilisation !

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Maine-et-Loire : deux ans ferme pour un éleveur qui maltraitait ses chiens et ses chats

Publié le par Ricard Bruno

 

Un éleveur de chiens et chats à Chigne dans le Maine-et-Loire, a été condamné lundi à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Angers pour mauvais traitements envers des animaux.

/ Photo illustration Le Progrès

«Cette décision est une belle victoire à l’encontre de personnes dénuées de tout amour et respect pour nos chères amies les bêtes, qui montre qu’on ne peut pas torturer les animaux impunément», a commenté Orianne Vatin, porte-parole de la SPA qui, en 2012, avait saisi 201 chats et chiens chez les époux Bottereau.
En janvier et juin 2012, la cellule anti-trafic de la SPA était intervenue dans le cadre de deux saisies consécutives, pour sauver les bêtes «dans un état sanitaire très préoccupant».
Selon elle, les chats et les chiens vivaient dans leurs excréments, sans eau ni nourriture, et étaient atteints de pathologies diverses (tumeurs, yeux collés par le pus, etc.). Tous étaient très maigres.
Par ailleurs, le tribunal a prononcé à l’encontre de M. Bottereau une interdiction définitive d’exercer une activité en rapport avec les animaux et l’a condamné au paiement de deux amendes de 500 et 300 euros. Sa femme a, quant à elle, été condamnée à une peine de 12 mois de prison avec sursis, et à l’interdiction d’exercer une activité en rapport avec les animaux pendant 5 ans.
Les époux Bottereau ont notamment été condamnés à rembourser à la SPA 80582,43 euros pour la prise en charge de 180 animaux, et à verser à l’organisation 200 euros au titre du préjudice moral.
Le procès de l’éleveur qui a eu lieu le 15 octobre 2012 et dont le jugement a été prononcé le 14 janvier est toutefois susceptible d’appel.

source : Cliquez ici

Merci à Fabienne.lpour cette inforation...

Partager cet article
Repost0

Actualités de la Fondation Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

elephants chasseurs CITES HARLAN

Partager cet article
Repost0

BRIGITTE BARDOT: "J'AIME TROP MON PAYS POUR LE FUIR"

Publié le par Ricard Bruno

 

Brigitte Bardot: "J'aime trop mon pays pour le fuir"

Brigitte Bardot demande une contre-expertise pour sauver les éléphants Baby et Népal d'une euthanasie.

Paris Match. Rassure-nous, tu vis toujours à La Madrague et non pas à Moscou?
Brigitte Bardot. Bien entendu, je n’ai jamais eu l’intention de quitter la France pour la Russie! Tu m’imagines avec mes béquilles, arpentant la place Rouge! J’aime trop mon pays pour le fuir, bien que cette France ne soit plus celle que j’aime. Cette dépêche où je menace de m’exiler en Russie n’était en fait qu’un prétexte, un stratagème spectaculaire pour alerter l’opinion publique. Je veux, à travers ma fondation, sauver Baby et Népal. Je me suis servie de la surmédiatisation de Gérard Depardieu, voilà tout. La France d’aujourd’hui, je ne la reconnais plus, avec cette politique abominable, ces impôts qui submergent et étranglent tout le monde. Depuis quarante ans, je me bagarre pour la protection animale sans beaucoup de résultats. Depuis le général de Gaulle, j’ai rencontré tous les présidents de la République; à chaque fois, je me suis heurtée à un grand laxisme et beaucoup de promesses non tenues.

"ELLES SONT COMME DES SOEURS"

La rumeur dit qu’un sursis sera accordé aux deux femelles?
L’opinion commence à s’émouvoir: 80 000 personnes ont signé une pétition sur Internet. Ce que je préconise et demande, c’est que l’on procède à une contre-expertise afin que l’on sache si oui ou non elles sont atteintes de tuberculose. Je pense qu’elles étaient beaucoup plus heureuses dans leur jungle thaïlandaise que dans un zoo anglais ou sur une piste de cirque français. En attendant, donnons-leur une chance. Elles sont comme deux sœurs. Si on en tue une, contaminée, l’autre se laissera mourir de solitude et de tristesse.

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot par SAUER, PHOTOGRAPHE D’UN SIÈCLE...

Publié le par Ricard Bruno

Sauer, photographe d’un siècle

De Bardot au Biafra, il a photographié pour Match tous les drames et toutes les icônes. Notre hommage à Jean-Claude Sauer, décédé à l’âge de 77 ans.

Souvenez-vous. Cet enfant famélique aux yeux grands ouverts et aux membres décharnés, si malingre qu'un appareil photo posé à côté le fait paraître plus minuscule encore… pauvre enfant d'Afrique avec sa petite vie à l'intérieur, fugace, fragile tellement qu'un souffle suffirait à l'éteindre... Il est des images qui soulèvent la compassion et arrêtent les guerres. Celle-ci en était une. Biafra 1968. Il y a aussi ce G.I. casqué et en armes avec un bébé dans les bras qui avance avec précaution, embarrassé par son précieux fardeau… Viet Nam 1972. Jean Claude Sauer, c'était çà: le regard et la tendresse. Il s'en défendait. La pudeur a de ces coquetteries!

Photographe de Match, voilà l'identité qu'il revendiquait. Pendant quarante ans, elle lui a servi de passeport, d'alibi, de viatique. Et elle lui a fait une vie où tout était possible, au nom du devoir de témoigner. Il allait à la guerre comme on s'en va pratiquer un sport de gentlemen. Et sur le terrain, il avait tous les courages avec son appareil photo pour seul bouclier. Algérie, Biafra, Viet Nam, Yémen, Afrique, Moyen Orient, il a couvert tous les conflits de sa génération. Lors de la guerre des six jours, il pense sa dernière heure arrivée. " J'allais mourir là, en terre sainte, racontait-il. Je portais sur ma chemise mes initiales brodées J.C. et moi aussi j'allais avoir 33 ans!" Voilà comme il conjurait sa peur. 
Il avait le style maison où on pouvait passer de la guerre aux peoples, des peoples à l'aventure, puis aux grands de ce monde, à la mode ou au sport. Match, c'était çà.

IL Y AVAIT DU ROMANTISMEDANS CE PERPÉTUEL ITINÉRANT

Picasso, Bardot, de Gaulle, Deneuve, un débutant nommé Johnny, un autre appelé El Cordobès, Hemingway, les Beatles, Romy Schneider, Arafat, Montand Signoret, Yul Brynner et Juan Carlos le roi d'Espagne… Il aimait la compagnie des stars, et les stars le lui rendaient bien. "Pas besoin de planquer, disait-il, je suis un paparazzi qui prend rendez-vous." Sa séduction passait par l'humour, l'ironie et la dérision. Et nous ses compagnons, on aimait quand il exagérait. Il était capable de claquer toute sa provision de reportage pour une chasse au grand Koudou quelque part en Afrique ou un dîner somptueux dans un palace parce que seul le meilleur lui semblait à la hauteur de son journal dont il se faisait le perpétuel ambassadeur. Il allait chercher ses costumes à Londres et ses fusils ne pouvaient être que de Purdey ou des Remington… Il avait tous les défauts puisqu'il aimait les cigares, les grands vins, la chasse, la corrida et la course automobile. Il cultivait l'élégance et l'extravagance et pourfendait la médiocrité comme Don Quichotte s'attaquait à des moulins à vent. Il y avait du romantisme dans ce perpétuel itinérant. Il était de la génération des photographes qui restaient angoissés jusqu'à ce qu'ils aient enfin leurs tirages sous les yeux. C'était aux temps anciens de l'argentique que plus personne ne peut comprendre aujourd'hui.

Faire équipe avec lui était un bonheur, une récréation, et l'assurance d'aller au bout de notre mission, de n'abandonner jamais, et surtout de rire de tout, mêlant le sérieux et le dérisoire. Jusqu'à la fin, il est resté cet ancien jeune homme impatient, ardent et flamboyant comme en attente d'un éventuel reportage à venir. Quand les yeux d'un photographe se ferment, une étincelle quitte le monde et le monde n'est plus pareil. Adieu cher Jean Claude, illustre photographe de Paris-Match. Tu viens d'atteindre les rivages de l'au-delà , là où vivent ceux que les anciens appelaient "le peuple des plus nombreux". Ta gouaille va faire fureur. Les sentiers du paradis sont peuplés de stars très fréquentables.

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Un chien veille sur son maître décédé...

Publié le par Ricard Bruno

Un chien veille sur son maître décédé

C'est l'histoire de Capitan (Capitaine en espagnol), le chien le plus fidèle du monde. Elle commence en 2005 quand Miguel décide d'offrir un chien croisé avec un Berger Allemand à son fils Damian. Celui-ci est ravi, la femme de Miguel, Veronica, un peu moins. Elle appréhende le travail supplémentaire que représente le chien. Jusqu'ici l'histoire est assez banale, mais c'est l'année d'après, en mars 2006, à la mort de Miguel, qu'elle prend une tournure plus surprenante. 

Peu après l'enterrement, le chien disparaît de la maison. Les jours passent et toujours aucune trace de lui… "Je croyais qu'il était mort ou qu'il avait été adopté par une autre famille", se rappelle Veronica dans le journal La Voz. Jusqu'au jour où Damian se rend au cimetière. Capitan se tient là, près de la tombe de Miguel. "Quand il a vu mon fils, il s'est mis à aboyer comme s'il pleurait". Damian tente alors de ramener Capitan avec lui, à la maison. En vain. "Si tu es bien ici, reste ici et veille sur mon père", lui dit Damian. Une demande que le chien a pris très au sérieux.

Depuis 6 ans, il vit au cimetière sous la bienveillance de Marta, la vendeuse de fleurs. Touchée par la fidélité du chien, elle s'occupe de lui, le nourrit, l'emmène chez le vétérinaire en cas de besoin. "J'ai essayé d'amener Capitan à la maison mais il n'a pas voulu rester, il est retourné près de son maître". D'après le propriétaire du cimetière, la journée, le chien se balade aux alentours et chaque jour à 6 heures, il vient se coucher près de la tombe de Miguel. Admiratif de son comportement, il en a fait son coéquipier et gardien du cimetière. De son côté, Veronica, qui n'aimait pas beaucoup Capitan quand il vivait chez elle, s'est attachée à lui depuis la mort de son mari : "Je l'aime beaucoup, c'est un peu comme si Miguel continuait de vivre à travers lui".

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>