Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maroc : La Fondation Brigitte Bardot dénonce la mise à mort des chiens dangereux

Publié le par Ricard Bruno

 

La Fondation Brigitte Bardot ne se préoccupe pas seulement de l’avenir des bébés phoques ou des deux éléphants risquant de se faire piquer en France, mais également du sort des chiens au Maroc. Elle réclame une révision de la loi sur les chiens dangereux actuellement examinée au Parlement marocain.

La Fondation Brigitte Bardot s’inquiète du sort des chiens marocains dits dangereux, dans un communiqué, le 18 février. Elle se joint aux associations marocaines de la protection des animaux pour demander la révision de la loi 56-12, actuellement examinée et bientôt votée au Parlement marocain. Une loi qui prévoit l’abattage des chiens dangereux.

Aucune concertation avec les spécialistes canins

L’association déplore qu’aucune concertation n’ait été menée avec les professionnels du domaine, comprenant associations, vétérinaires ou encore éducateurs canins pour l’élaboration de la loi. « Cette loi concerne non seulement une catégorie de chiens taxés de dangereux par rapport à des critères physiques et non de vécus ou d’éducation, sans preuve apportée d’antécédents de morsures ou d’agressivité », dénonce la Fondation.

« Mais elle traite aussi de tous les chiens, du plus petit au plus gros, avec une vision peu réaliste des applications concrètes d’une telle loi », poursuit-elle. La Fondation craint que les propriétaires de chiens dangereux qui en prennent soin, finissent, de peur de se les voir confisquer et tuer, par les abandonner dans la rue et que ces chiens deviennent agressifs, à partir de là.

Attaques de chiens dangereux

De son côté, si le gouvernement tient à cette loi, c’est pour assurer la sécurité des Marocains contre les chiens errants. Elle vise également à éradiquer du pays certaines races de chiens, parmi lesquelles le pitbull, rappelle l’AFP. Un projet de loi pour éviter les attaques de ces chiens. En 2008, une petite fille, en train de jouer dans la rue, a été attaquée par un pitbull. En janvier dernier, l’Economiste rappelait que 50 000 morsures de chiens sont dénombrées chaque année au Maroc et que les décès dus à la rage canine se sont multipliés.

« Ce ne sont pas les chiens qui sont dangereux mais bien leurs maîtres qui leur apprennent à devenir agressifs. Ce sont eux qui font souffrir les animaux ! », lâche Hanane Abdelmouttalib, présidente et fondatrice de l’association « Hanane pour la protection des animaux et de l’environnement ». « Parfois, j’ai des gens qui me demandent pourquoi je m’occupe de chiens et de chats alors que des gens n’ont pas de quoi manger au Maroc. Mais, moi, je leur réponds que les animaux aussi sont des êtres de Dieu qu’il faut protéger », tient-elle à souligner.

Les associations n’ont pas de moyens financiers

Pour elle aussi, cette loi a du mal à passer. Hanane Abdelmouttalib passe la majorité de ses journées à sillonner les rues de Casablanca pour récupérer les chiens errants afin de leur éviter d’être euthanasiés par les services communaux de la fourrière. Elle les emmène ensuite dans le refuge de l’association où elle les vaccine, les castre, les stérilise et tente de les rééduquer.

« Pourquoi vouloir tuer les chiens ? Ce n’est pas le chien qui doit payer mais bien son maître. Il ne faut pas oublier que certaines personnes éduquent leur chien de manière agressive afin de leur faire faire des combats », ajoute-t-elle. Elle ne cache pas son désir de voir également l’apparition d’une loi qui puisse condamner les gens maltraitant leur animal domestique. « Parfois on m’appelle pour dénoncer la maltraitance d'un chien et lorsque je vais voir les policiers pour dénoncer son propriétaire, ils se moquent de moi. Ils me lancent « On travaille pour des citoyens, pas pour des animaux » », regrette-t-elle.

Malgré les efforts de Hanane pour protéger les chiens errants à Casablanca, elle souhaiterait voir plus d’associations comme la sienne au Maroc pour prendre en charge ces chiens en danger. Elle avoue toutefois qu'il faut des moyens financiers pour accueillir, vacciner ou castrer ces animaux. Son association ne reçoit aucune subvention du gouvernement pour son travail. « Le seul soutien financier que je reçois vient des associations de protection des animaux qui m’envoient de l’argent », explique-t-elle. L’une d’elle est d’ailleurs la Fondation Brigitte Bardot qui vient de lui verser une somme de 30 000 dirhams pour s’occuper des chiens errants.

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Béziers : le chien du balcon sauvé

Publié le par Ricard Bruno

Le chien vivait malgré lui sur le balcon.

L'animal demeurait sur le balcon jour et nuit. Il était visiblement mal traité. Dans le même cas de détresse, un chat avait réussi à s'enfuir.

 Visiblement malheureux et affamé, un chien, laissé jour et nuit sur un balcon du centre-ville, par son maître avait attiré l'attention des passants, mais surtout des responsables de l'association "Chats libres".

L’enquête de voisinage menée par les bénévoles a permis de parler avec le propriétaire de l’animal. Et si celui-ci a d’abord refusé tout contact, notamment avec les policiers municipaux, il aurait admis que sa situation personnelle (sa compagne est enceinte) est difficilement compatible avec la garde d’un chien. Il pourrait, au terme d’une discussion entre l’association et le frère de ce monsieur, accepter de céder le pauvre toutou, afin de lui offrir un foyer plus approprié. Il était même possible qu’il soit libéré dès hier soir. Déjà la nuit dernière, le chien n’était plus sur le balcon.

Une victoire de plus pour Nathalie Chartrain et les bénévoles de son association.

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Dimanche 3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris

Publié le par Ricard Bruno

 

Dimanche 3 mars 2013 : Manifestation contre l'élevage industriel à Paris

A l'appel du collectif local Novissen* (acronyme de NOVIllages Se Soucient de leurENvironnement.); un grand rassemblement  pour exprimer ensemble notre opposition à l’intensification de l’élevage en général et à ses conséquences sur la qualité de la vie humaine et animale.

Rassemblement : Gare Montparnasse pour un départ de la manifestation à 13 H 30 afin de se rendre Porte de Versailles au salon de l’Agriculture.

Une pétition est maintenant en ligne. N'hésitez pas à la signer ici !
 

Vendredi 17 février 2012 - Brigitte Bardot écrit au Préfet de la Somme

"Monsieur le Préfet,

Le 18 février, de nombreux Picards manifesteront près de la sous-préfecture d’Abbeville contre un projet d’élevage intensif condamnant 1000 vaches laitières et 750 veaux à "vivre" dans des conditions carcérales et de souffrance insupportables.

Cette "ferme-usine" symbolise la dérive de l’élevage intensif en France, tuant au passage les petits producteurs et condamnant les animaux à l’enfer.

Selon l’Art. L214-1 du Code rural "Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce". L’usine prévue sur les communes de Drucat et Buigny-Saint-Maclou ne répond pas à cette exigence.

Il n’est pas tolérable d’enfermer 1000 vaches dans un bâtiment, sur une surface individuelle ridicule. Tous ces ruminants privés de pâturage ne sortiront de leur "usine" que pour être transportés dans des conditions indignes puis égorgés dans un abattoir, c’est dégueulasse!

Idem pour les veaux arrachés à leur mère puis entassés dans des camions qui les conduiront à la mort. Nous n’avons pas le droit de fermer les yeux sur cette exploitation scandaleuse, quotidienne, cette épouvante pour les animaux et cette honte pour l’humanité.

C’est pourquoi je tiens à m’associer aux Picards qui se mobilisent actuellement contre ce projet. Je vous demande d’entendre leurs revendications, leur colère, on ne doit plus tolérer l’intolérable, la France ne doit pas recréer des camps de concentration animaliers!

Je compte sur votre humanité et vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de mes sentiments écœurés.

Brigitte Bardot"

Rappel des risques

 Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

L'empathie...entre l'Homme et l'Animal

Publié le par Ricard Bruno

Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Le Japon suspend la chasse à la baleine suite aux heurts avec Sea Shepherd

Publié le par Ricard Bruno

 

timthumb.jpg

Après une journée intense à lutter contre Sea Shepherd, la flotte japonaise de pêche à la baleine a suspendu ses opérations. Beaucoup de connaisseurs pensent que la période de chasse à la baleine dans l’océan Austral est terminée pour cette saison.

Ces dernières 24h ont été très dures. Comme vous pouvez le voir sur les photos, 4 navires de Sea Shepherd, le navire japonais et un pétrolier s’affrontaient, tout cela dans de dangereuses conditions et sur une mer glacée.

Jeff Hansen, directeur de Sea Shepherd Australie a affirmé : « Le Nisshin Maru [baleinier japonais] s’est rendu responsable de collision volontaire et d’un délit de fuite. Il a éperonné le Sun Laurel [navire de Sea Shepherd], mettant la vie de son équipage en danger, et les a ensuite tout simplement abandonnés »

L’institut japonais de recherche sur le cétacé a mentionné qu’ils suspendaient leur chasse suite à une difficulté pour se ravitailler : Sea Shepherd en est très certainement responsable.

sea-shepherd-nishin-maru

Les navires de Sea Shepherd, le Bob Barker et le Steve Irwin, ont été aussi éperonnés par le navire usine de la flotte baleinière japonaise, le Nisshin Maru, dit « l’étoile de la mort », un monstre d’acier de plus de 8 000 tonnes. Suite à son éperonnage, le Bob Barker a émis un signal de détresse May Day. A l’émission de ce signal de détresse, le Nisshin Maru s’est retourné et s’est enfui vers le nord.

Il n’y a fort heureusement aucun blessé chez Sea Shepherd.

Paul Watson a déclaré à ABC News « La saison se termine dans 18 jours. Ils ne peuvent pas remonter au nord pour faire le plein. C’en est terminé pour cette année je pense. »

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Stéphanie de Monaco et Brigitte Bardot : même combat !

Publié le par Ricard Bruno

Stéphanie de Monaco et Brigitte Bardot même combat ! Elles veulent sauver deux éléphantes.

Les pachydermes sont suspectés d’être porteurs du virus de la tuberculose, devraient  être euthanasiés sur décision préfectorale.

Stéphanie veut les défendre comme elle l’a confié à la radio ce matin : « On ne leur a pas laissé une chance. Tout ce que je demande c‘est qu’on ait une chance de les tester et éventuellement les traiter, car c’est possible. J’ai réuni un panel d’experts des Etats-Unis où cela se fait fréquemment. »

Elel veut même accueillir Baby et Nepal ! « Il y a toujours des solutions plutôt que d’enlever la vie à deux animaux qui n’ont rien demandé à personne et qui ne sont même pas malades ! Leur dernier test était négatif. Je me suis engagée auprès du ministre de l’Agriculture pour les accueillir dans notre propriété pour leur faire d’autres tests. Et les mettre en isolement. C’est prévu. Nous avons une propriété au dessus de Monaco avec ma famille. Mon père y a déjà accueilli des animaux dans ce genre de situation. »

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Poster Brigitte Bardot sur l'INA...8,90 euros !

Publié le par Ricard Bruno

 

Brigitte Bardot pendant le tournage de son spectacle télévisé "Spécial Bardot" Date :

04/11/1967  Crédits : Adda, Jean / INA  : 8,90 euros au lieu de 24 euros!

Poster 50cm x 70cm !

 

b_bardot.jpg

...

Brigitte Bardot lors de l'enregistrement de l'émission télévisée "A vos

souhaits...Brigitte Bardot : nouvel an" Date : 10/12/1962  : 8,90euros au lieu

de

24 euros!

Poster 50cm x 70cm!

b_bardot-copie-1.jpg



Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Chasse aux phoques - Plainte auprès de l'OMC

Publié le par Ricard Bruno

Le Canada et la Norvège attaquent le règlement européen

Il y a 3 ans, après les Etats-Unis, le Mexique et de nombreux autres pays, l’Union européenne adoptait un embargo sur les produits issus de la chasse aux phoques conformément aux attentes des citoyens et élus européens.

OMC, 18 et 19 février 2013

Du 18 au 20 février 2013, Genève est au coeur d'enjeux internationaux qui pourraient conduire à la réouverture du marché européen aux produits issus du phoque, relançant ainsi les massacres perpétrés sur la banquise canadienne. Pour mémoire, le règlement européen, entré en vigueur en août 2010, a permis de sauver plus de 500 000 phoques en deux saisons de chasse. Cette année, plus de 300 000 phoques devraient être épargnés car, d'après nos informations, les bateaux canadiens n'auraient pas pris la mer...

D'après Christophe Marie,  notre Porte-parole, présent à Genève : "La réouverture, même partielle, du marché européen aurait des conséquences dramatiques pour les phoques dont les populations sont fragilisées par le réchauffement climatique qui entraîne une très forte mortalité des juvéniles, nombreux à se noyer du fait de l'instabilité des glaces"

Lire les 2 communiqués de presse sur la droite

Plainte auprès de l'OMC

Après l'adoption de l'embargo européen, le Canada puis la Norvège ont entamé une procédure, auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce, contre le règlement européen afin que l’UE rouvre ses frontières aux fourrures de phoques. Après avoir été repoussée, la procédure vient d'être relancée par la demande de constitution d’un jury à l’OMC, dans le cadre du règlement des différends.

Intervention auprès de la ministre de l'Ecologie

Le 2 octobre 2012, la Fondation Brigitte Bardot (qui a activement contribué à l'élaboration et à l'adoption du règlement européen) est intervenue auprès de Mme Delphine Batho, pour demander à la France de faire preuve de fermeté dans ce bras de fer avec les chasseurs canadiens et norvégiens.

Le règlement européen, basé notamment sur le rapport scientifique de l’EFSA¹, répondait à la nécessité d’harmoniser les réglementations (plusieurs Etats membres ayant déjà adopté des interdictions nationales), mais aussi à une volonté commune de mener une politique européenne cohérente contre les actes de cruauté sur les animaux.

L’Union européenne est dans son droit lorsqu’elle défend les attentes de ses citoyens (c’est même un devoir) qui rejettent, très massivement, la cruauté des massacres, qu’ils soient perpétrés sur la banquise canadienne ou les plages namibiennes.

Populations fragiles

La Commission européenne et de nombreux Etats membres restent fermes, nous comptons sur la France pour ne pas fléchir car une reprise de la chasse intensive, telle qu’elle était pratiquée avant l’embargo européen, aurait des conséquences dramatiques sur les populations de phoques.

Ces populations déjà fragilisées par le réchauffement climatique (nombreux blanchons se noient du fait de l’instabilité des glaces) sont maintenant victimes d’une nouvelle souche du virus de la grippe « aviaire » qui a décimé, cette année, de nombreux phoques sur la côte Nord-est des Etats-Unis.

Après avoir provoqué la disparition de la « morue du Nord », par une surpêche industrielle dévastatrice, les flottes de pêche veulent la peau du phoque qui contribue pourtant à la biodiversité marine. Cet aveuglement des chasseurs canadiens est intolérable, il coûte très cher aux contribuables qui subventionnent, sans le savoir, une chasse moribonde dénoncée par des parlementaires canadiens, comme le Sénateur Mac Harb auteur d’un projet de loi visant à interdire la chasse commerciale aux phoques.

Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, à Delphine Batho : "il n'est pas envisageable de remettre en cause ce texte qui doit être défendu fermement par l'Union européenne et ses Etats membres"

La FBB face à ses détracteurs sur Radio Canada

Partager cet article
Repost0

LA BRIGITTE BARDOT HONGROISE...

Publié le par Ricard Bruno

Son message d'appel à l'aide...


SEULE, AVEC TRES PEU D'AIDE, IL EST TRES DIFFICILE! LA NOURRITURE DE

CES ANIMAUX COUTE 15 OU 20 EUROS PAR JOUR. J'ACCEPTE DES

NOURRITURES AUSSI. J'AI BESOIN D'AIDE! Je m'appelle Éva Svecz, je suis

Hongroise, je vis en Hongrie, à Debrecen. La protection des animaux me tient

à coeur. Je soigne 48 chiens que j'ai sauvés. En plus, je porte tous les jours des

nourritures pour 25 ou 30 chiens et chats indigents aussi. Il est très difficile de

résoudre tout: des nourritures, des vaccinations, des opérations, des

médicaments. J'AI BESOIN D'AIDE! Merci beaucoup! Adresse: Éva Svecz 12,rue

Puszedli, H-4002 Debrecen, Hongrie. OTP:11773384-00460363 IBAN:HU62

11773384 00460363 00000000 BIC:OTPVHUHB. PayPal:sveczeva@t-email.hu 

4-copie-1.jpg

UN GRAND MERCI POUR ELLE !

Bruno Ricard 


Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>