Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouveauté : Harcourt Paris, le mythe...avec Brigitte Bardot entre autre !

Publié le par Ricard Bruno

" C’est tout à la fois le dernier et le plus grand. Souvent imité, jamais égalé. Le studio Harcourt demeure l’ultime studio français de portraits artistiques de renommée mondiale. Un établissement fondé à Paris au cœur des années 1930 par les deux frères Lacroix, Jacques et Jean, deux patrons de presse professionnelle qui avaient besoin d’alimenter leurs magazines en photographies de personnalités, puis dirigé trente ans durant par Cosette Harcourt, une femme moderne avant l’heure, aux cheveux souples et ondulés – une Coco Chanel de la photographie. […]

Harcourt a surmonté les outrages du temps, survécu aux modes changeantes et résisté aux aléas de toutes sortes, que ce soit pendant l’Occupation (où l’on devait photographier à la chaîne des cérémonies en grand uniforme nazi), sous le règne de la Nouvelle Vague et de la déferlante des appareils reflex japonais, ou encore durant les années 1970 et 1980, quand le style d’Harcourt était jugé trop classique, trop solennel. Parce que la marque, dès la Libération, a su s’élever au rang de mythe contemporain sans écorner son image, en attirant les stars tout en vivant grâce à la manne des anonymes. […]

Chez Harcourt, Jean-Paul Belmondo aura toujours l’insolence de ses vingt ans et Brigitte Bardot la sensualité mutine de ses débuts, avant qu’elle ne devienne BB. Marlene Dietrich arborera à jamais cet air impénétrable de femme fatale, tandis que Gérard Philippe et Jean Marais resteront ces inoubliables jeunes romantiques. […]

Chez Harcourt, le visage est masque. Il est sublimé et non saisi dans sa vérité nue. Il est reconstitué, pour ainsi dire modelé, afin de lui conférer cet aspect velouté si recherché. « Il faut travailler comme les peintres, en plusieurs poses», aimait à répéter Raymond Voinquel (1912-1994), le plus illustre photographe des lieux, l’un des très rares sinon le seul à avoir eu le privilège de signer ses travaux de son nom durant la Seconde Guerre mondiale, et dont la maxime, désarmante de simplicité, participait de cette volonté d’esthétiser le réel : « Rester toujours belle » "

Nouveauté : Harcourt Paris, le mythe...avec Brigitte Bardot entre autre !

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Nouveauté Brigitte Bardot : 33t disque vinyl

Publié le par Ricard Bruno

Nouveauté Brigitte Bardot : 33t Brigitte Bardot sings disque vinyle

Sortie Nationale le 04 novembre 2014

Prix : 23,03 euros

Pour le commander c'est ICI

Nouveauté Brigitte Bardot : 33t disque vinyl

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Décision judiciaire : Une HONTE !des militants anti corrida condamnés

Publié le par Ricard Bruno

Cette décision judiciaire est une HONTE ! des militants anti corrida condamnés! pour vouloir simplement voulu défendre la vie, comment peut on dans ce pays rétrograde tolérer plus longtemps de telles injustices, pour ma part j'ai été matraqué en 2013 à Rodilhan par 8 Gendarmes mobiles et vous savez quoi?

à ce jour il ne se passe R I E N ! où est la justice, qui se trouve du côté des tortionnaires, je ne lâcherais JAMAIS tant que la corrida n'aura pas disparue!

Bruno Ricard

Dax (France) - Six militants anti-corrida français et belge ont été condamnés lundi à des amendes de 1.500 à 3.000 euros pour des manifestations non déclarées, certaines émaillées d'incidents, autour de spectacles tauromachiques en 2013 dans le sud-ouest de la France. Le 24 août 2013, huit personnes avaient été blessées lors d'une journée d'action des anti-taurins, qui avaient envahi les arènes de Rion (sud-ouest) et s'étaient heurtés aux forces de l'ordre, retardant une novillada (corrida avec de jeunes taureaux). Lundi, le tribunal correctionnel de Dax (sud-ouest) a condamné quatre militants, dont un membre de la fondation Brigitte Bardot, à 3.000 euros d'amende chacun, pour organisation de manifestation illégale et entrave à la liberté du travail. Deux associations, le comité radicalement anti corrida (Crac) et l'association belge Animaux en péril devront s'acquitter de la même amende, la fondation Brigitte Bardot n'ayant elle pas été poursuivie en tant qu'organisation. Elles ont aussi été condamnées à verser 4.000 euros de dommages et intérêt et frais de défense au Cercle taurin de Rion et à la commune, parties civiles. Un autre militant, poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui après avoir essayé d'ouvrir la bétaillère pour libérer les taureaux dans la foule, a par contre été relaxé. Dans un dossier joint, une manifestation le 24 novembre, sans incident celle-là, autour d'un autre spectacle à Rion, une militante a été condamnée à 3.000 euros d'amende pour organisation de manifestation illégale via les réseaux sociaux, et un autre à 1.500 euros pour entrave à la liberté d'action. Ils devront payer 2.500 euros de dommage et intérêts au cercle taurin, et autant à la commune. Me Guillaume François, avocat du Cercle taurin, a salué une décision de justice très importante car elle met fin à cette espèce de volonté de guérilla urbaine mise en place par les anti-taurins avec l'organisation de manifestations sauvages. Le président du Crac Jean-Pierre Garrigues a quant à lui regretté des amendes assez salées et une volonté de casser judiciairement le mouvement. Il a annoncé son intention de faire appel, tout comme Jean-Marc Montegnies, président d'Animaux en péril.

Source : Cliquez ici

Partager cet article
Repost0

Aïd El Kebir 2014 : Sauvetage de moutons à Villejuif, Clichy et Montreuil

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Victor Hugo, Sacha Guitry, Brigitte Bardot... découvrez les plus belles déclarations d'amour

Publié le par Ricard Bruno

EXPOSITION – Le Musée des lettres et des manuscrits, à Paris, présente jusqu'au 15 février 2015 ''Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime – Correspondances amoureuses''. L'occasion de découvrir une centaine de lettres d'amour écrites par des romanciers, des chanteurs ou des acteurs aux styles très différents.

Victor Hugo, Sacha Guitry, Brigitte Bardot... découvrez les plus belles déclarations d'amour

A l'heure des sextos, cette visite a un délicieux parfum de nostalgie. Le Musée des Lettres et des manuscrits, à Paris, présente ''Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime – Correspondances amoureuses'', une exposition qui réunit une centaine de lettres d'artiste aux styles très différents. ''C'est probablement le genre épistolaire le plus délicat, dans la mesure où toute la difficulté réside dans la recherche du bon mot pour exprimer un sentiment qui tient de l’ineffable'', explique en préambule Estelle Gaudry, commissaire de l'exposition.

Le parcours s'ouvre sur la missive enflammée de Léon Bloy à sa femme Jeanne Molbech. ''Je n'ai rien à te dire, sinon que je t'aime (…) Je voudrais pouvoir tirer mon cœur de ma poitrine pour te le donner'', lui déclare le romancier à la fin du XIXe siècle. Les mots de René Char sont tout aussi émouvants. En 1937, sur le papier à en-tête d'un restaurant, le poète écrit à son amante : ''Je t'aime, je t'emporte en moi, je te prends en moi, je t'aime (…) Chaque lettre de mon amour est un peuple indénombrable.

'' Les lèvres de Brigitte Bardot"

Quelques-unes des 20 000 lettres échangées entre Victor Hugo et Juliette Drouet sont également présentées ici. Sur l'une d'elle, l'écrivain fait à sa maîtresse cette magnifique déclaration : ''Le jour où ton regard a rencontré mon regard pour la première fois, un rayon est allé de ton cœur au mien, comme l'aurore à une ruine''. Les billets doux de Sacha Guitry se révèlent tout aussi inspirés. Sur des bouts de papier, l'écrivain note à l'intention de sa seconde épouse Yvonne : ''Je t'écris parce que j'ai envie de t'écrire, j'ai envie de t'écrire parce que je pense à toi, je pense à toi parce que je t'aime.

'' Autre auteur, autre style. Peu après sa rupture avec George Sand, Alfred de Musset mise sur la discrétion et termine le message destiné à sa nouvelle conquête par ce mystérieux code : ''j.s.a.f.d.v'', soit ''je suis fou amoureux de vous.'' Un acronyme bien éloigné du lyrisme d'Edith Piaf. Dans les années 1950, la chanteuse poste ainsi au cycliste Louis Gerardin : ''Jamais je ne me suis sentie si bien, si près du bonheur complet, tout commence et fini par toi, je veux que tu sois l'unique. Emmène moi vers la vie.

'' Une exaltation qui ne semble pas toucher Mick Jagger quand il envoie des nouvelles à Tish Ladden, sa petite amie du moment, et dans lesquelles il glisse un simple ''mon amour XXX que j'aime''. Quant à Brigitte Bardot faisant part de son désir à Jacques Cherrier, elle laisse, elle, sur le papier, l'empreinte de sa bouche. Une évocation bien plus parlante qu'un long discours.

''Je n'ai rien à dire sinon que je t'aime'' jusqu'au 15 février au Musée des lettres et des manuscrits, 222, boulevard Saint-Germain, Paris VII. Tarifs : 5 et 7 €.

Source : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Lettre ouverte aux dirigeants du pays qu'on appel France

Publié le par Ricard Bruno

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR HOLLANDE ET A MONSIEUR VALLS aux femmes et aux hommes politiques de ce pays qu’on appel la France !

Je me permets de vous écrire ceci en espérant que vous y penserez...

Ce texte que j’ai légèrement modifié est de Mr Le Juge Charollois…

Chasse, corrida, gavage et autres traditions ne sont nullement des « arts de vivre » mais des arts de tuer et des révélateurs d’arriération. Disant « arriération », je qualifie sans excès ni outrance un comportement consistant à nier la valeur du vivant, à refuser à l’animal son caractère d’être sensible.

Or, cette négation ne participe pas d’une conviction défendable, ne relève pas du grand débat des idées, n’entre pas dans le champ des controverses salutaires marques d’un pluralisme idéologique. Nier que l’animal est un être sensible n’est pas plus une opinion recevable que discriminer selon la race, soutenir que la terre est plate et qu’existe un géocentrisme commandant la marche du soleil. Un animal possède un système nerveux lui permettant d’accéder au stress, à la douleur, au déplaisir comme au plaisir. Ce sont là des évidences scientifiquement établies, parfaitement objectives et seule l’ignorance crasse, la stupidité, donc l’arriération peuvent contester ces évidences et ne pas en tirer les conséquences éthiques, à savoir, respecter tous les êtres sensibles. Nombre de nos contemporains bénéficient de suffisamment de science et de conscience pour s’extraire de l’arriération, de l’obscurantisme, de la barbarie dont les formes s’appellent : chasse, corrida, gavage et traditions.

Les militants de la cause animale se heurtent à la violence et aux dérives fascisantes des lobbies contre nature qui sévissent dans certaines régions de ce pays. Ainsi, les protestations bruyantes tout autant que pacifiques contre la torture tauromachique rencontrent une répression de la part des pouvoirs publics confinant à la violation des lois fondamentales de la république. Partout, dans ces régions, la violence unilatérale et liberticide frappe les seuls défenseurs de la vie.

Les arriérés, tenants de l’art de tuer, exercent des pressions, des intimidations sur les élus et souvent sur les populations avec la complicité d’élus chez lesquels le courage, la lucidité, l’esprit de résistance ne font guère d’heures supplémentaires. Il faut changer de comportements, de normes juridiques, de priorités politiques et économiques.

Défendre le vivant passe par l’abolition bien évidemment, de la chasse loisir et de toutes les formes de violences et de mépris contre les êtres sensibles, mais aussi par la lutte contre les firmes, la loi du commerce roi, le productivisme frénétique, la course au profit, le culte de l’entreprise privée (de scrupules).

Actuellement nous assistons à la mort de la biodiversité sur la terre du fait de la croissance cancéreuse d’homo « economicus », de sa quête suicidaire de l’enrichissement sans frein. Le libéralisme économique débouchera sur une extinction des espèces. Respecter le vivant signifie que la vie vaut et doit être aimée, contemplée, savourée : vie d’une forêt, d’une rivière, d’un arbre, d’un oiseau, d’un humain. Cette vie vaut mieux que des mythes absurdes et criminogènes, sources de divisions claniques, et mieux que la spéculation financière du système antisocial.

Nous attendons impatiemment une prise de conscience du gouvernement correspondante aux attentes de millions de français...Plus que vous ne le pensez Mr Le Président, Monsieur le 1er Ministre, mesdames et messieurs les élus de tout bord.... Ouvrez les yeux sur la souffrance qu’endure les animaux ici sur la terre de France, mon pays que je ne reconnais plus tant il est entaché de sang de millions de victimes innocentes.

En un mot comme en cent STOP ! Arrêtez de vous cacher derrière votre petit doigt et de vous prendre pour le nombril du monde alors que des animaux meurent chaque jour à cause de l’indifférence coupable de ceux qui nous servent de dirigeant, vous êtes la risée du monde.

Bruno Ricard

Lettre ouverte aux dirigeants du pays qu'on appel France

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

G.L.A.M.A...protection des Galgos et Podencos

Publié le par Ricard Bruno

Mes amis bonjour

ça y est je vient de recevoir mon carnet à souche, alors celles et ceux qui souhaite adhérer à notre association GLAMA sont les bienvenus, la cotisation est de 12 euros par an, bien entendu vous pouvez donner plus c'est comme vous voulez, l'argent étant le nerf de la guerre et dans cette guerre qui nous oppose aux Galgueros Espagnol, il y a de quoi faire...

Une vidéo disponible sur You tube vous montre dans quel enfer vive ces pauvres chiens, c'est une honte et dire que l'Espagne fait parti de l'union Européenne...

Retrouvez GLAMA sur Facebook : Cliquez ICI

Pour toute adhésion et renseignements contactez moi sur mon email : b.ricard2@wanadoo.fr

G.L.A.M.A...protection des Galgos et Podencos
G.L.A.M.A...protection des Galgos et Podencos
Partager cet article
Repost0

Le mépris, le manuscrit original de Jean-Luc Godard

Publié le par Ricard Bruno

Si, il y a un document que tout admirateur de la Star qu'est Brigitte Bardot devrait avoir dans sa collection c'est bien le manuscrit original de Jean-Luc Godard, édité aux éditions " Des Saints-Pères ", une pure merveille, édition limité à 1000 exemplaire, le n°1 a été envoyé à Jean-Luc Godard et le n°2 à Brigitte Bardot, quant à moi j'ai le bonheur d'avoir le n°3!

Le manuscrit original du scénario de Jean-Luc Godard, en édition limitée au prix de

139 euros disponible chez l'éditeur et bien sur chez Amazon

Paul javal, scénariste, est engagé par le producteur Jeremie Prokosh pour travailler sur une adaptation de « L’Odyssée » que doit réaliser Fritz Lang. Entre Paul et sa femme Camille règne un certain malaise, celle-ci reprochant de manquer de caractère. Tous deux partent à Capri suivre le tournage des extérieurs…

Cette édition de luxe du scénario, écrit de la main de Jean Luc Godard, comprend le scénario original du film : 59 pages manuscrites et 24 pages tapées sur la machine à écrire du cinéaste et corrigées de sa main. Il s’adresse aux passionnés de cinéma ainsi qu’aux amateurs d’objets littéraires rares. Edité en très grand format (25 cm x 35 cm), en édition limitée, chaque exemplaire est numéroté à la main de 1 à 1000.

Offert par Jean-Luc Godard à Brigitte Bardot à la fin du tournage, ce manuscrit inconnu du public a mystérieusement disparu de la Madrague dans les années qui suivirent. Réapparu lors d’une vente aux enchères en 2013, c’est à l’occasion du cinquantenaire du film que les éditions des Saints Pères proposent aujourd’hui ce document totalement inédit.

Retrouvez à la fin du texte les lettres d’engagement manuscrites des acteurs (Brigitte Bardot, Fritz Lang, Michel Piccoli, Jack Palance), et de manière totalement inédite la partition du célèbre thème de Camille, écrite à la main par Georges Delerue.

Le mépris, le manuscrit original de Jean-Luc Godard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Mort de son premier partenaire de cinéma, Jean-François Calvé

Publié le par Ricard Bruno

Il était le premier partenaire de Brigitte Bardot au cinéma. Jean-François Calvé, qui résidait à la maison des artistes de Couilly-Pont-aux-Dames (Seine-et-Marne) selon Le Parisien, est mort 8 octobre à l'âge de 89 ans, selon un proche de sa famille.

Ancien élève du conservatoire national supérieur d'art dramatique, Jean-François Calvé avait tourné dans près de 50 films et téléfilms, mais également dans une vingtaine de pièces de théâtre. Sur le grand écran, on le verra dans Le Guignolo avec Jean-Paul Belmondo , sous la direction de feu Georges Lautner. Il sera le premier partenaire de la jeune Brigitte Bardot, aujourd'hui âgée de 80 ans : Manina ou la fille sans voiles de Willy Rozier, sorti en 1953. Il s'agit du premier grand rôle de l'icône en devenir, après une apparition dans Le Trou normand. Sur le petit écran, il est apparu dans Le Commissaire Moulin et Les Enquêtes du commissaire Maigret. Il avait aussi joué dans plusieurs mises en scène de Jean-Louis Barrault, au théâtre des Célestins dans les années 1950. Ses obsèques se dérouleront mardi 14 octobre au crématorium de Saint-Soupplets à 14h30. Une messe en sa mémoire sera par ailleurs célébrée à la fin du mois dans l'église Sainte-Rita, dans le XVe arrondissement de Paris, indique Le Parisien.

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>