Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Article publié depuis Overblog et Twitter et Facebook

Publié le par Ricard Bruno

12 millions d'animaux dans les laboratoires

La torture animale va continuer en Europe

12 millions d’animaux torturés chaque année dans les laboratoires en Europe.
 
Le 11 mai, le Parlement européen recevait les représentants d’associations de protection animale et les scientifiques opposés à la vivisection. La commission vient de publier sa réponse : les lois ne changeront pas. « Circulez, y a rien à voir ! » C’est en résumé ce que vient de répondre la Commission européenne aux 1,17 million de citoyens mobilisés pour abolir l’expérimentation animale. Pour Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, « les arguments avancés par la Commission ne sont pas à la hauteur de la mobilisation citoyenne, c’est une insulte à la démocratie ! D’un point de vue éthique, l’expérimentation animale est indéfendable, d’un point de vue scientifique, elle est très contestable. Nous devons aujourd’hui abolir cette science sans conscience, qu’il y ait ou non des méthodes substitutives ».
 
Dans le document publié aujourd’hui, la commission débute par un préambule encourageant : « L’union européenne attache une grande importance aux bien-être des animaux (…) Les essais sur les animaux devraient être progressivement supprimés. Il s’agit bien de la finalité ultime de la législation de l’UE dans ce domaine… ». Mais conclut : « la Commission n’a pas l’intention de présenter une proposition qui viserait à abroger la directive 2010/63/UE (qui régit l’expérimentation animale, ndlr); elle n’a pas non plus l’intention de suggérer l’adoption d’un nouveau cadre législatif. » A lire : Les élevages de la honte
Une conférence en 2016
Elle s’engage à faciliter l’approbation réglementaire des méthodes substitutives, promet une conférence en 2016 sur « la façon de progresser vers l’objectif de la suppression progressive de l’expérimentation animale ». Il y aura de nouveaux rapports, des concertations…
 
Pendant ce temps-là, dans les sous-sols des institutions médicales, des millions d’animaux -« êtres vivants doués de sensibilité »-, devront continuer de souffrir et de mourir en silence. Parce que chez les hommes, on appelle ça la démocratie. A lire : Expérimentation animale, une barbarie injustifiée
Partager cet article
Repost0

Trois mois de prison ferme pour avoir pendu son chien

Publié le par Ricard Bruno

Trois mois de prison ferme pour avoir pendu son chien
...

Un Périgourdin a été condamné ce mardi à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bergerac. En 2014, à Eglise Neuve d'Issac ils avaient tué leur femelle rottweiler en la pendant à un arbre dans une forêt. La chienne était devenue trop encombrante.

{C}Tribunal de grande instance de Bergerac.  © Radio France{C}

Ce couple, habitant à Eglise Neuve d'Issac, entre Mussidan et Bergerac était poursuivi pour "sévice grave ou acte de cruauté envers un animal". Il possédait une chienne, de race rottweiler, achetée pour quelques dizaine d'euros seulement. L'an dernier, l'animal était devenu trop encombrant, il aurait mordu un voisin. 

Le couple veut se débarrasser de sa chienne Bubba et décide de la tuer. Ils l'ont donc emmenée en forêt et son maître a passé la tête de l'animal dans un noeud coulant, a lancé la corde au dessus d'une branche puis a tiré jusqu'à ce que la chienne de quarante kilos meurt. L'agonie a duré plusieurs minutes. 

Enterrée

Le maître de la chienne était accompagné par sa compagne, elle l'a aidé à enterrer Bubba. Après des recherches, un autre cadavre de chien a été retrouvé dans un étang proche, dans une couverture et lesté d'une pierre. Un chien qui appartenait à ce même couple. 

Le couple ne s'est pas déplacé à l'audience. Ils n'avaient pas non plus le droit de posséder un tel animal considéré comme "dangereux". Pour l'avoir pendu, son maître écope donc de trois mois de prison ferme. La Société Protectrice des Animaux (SPA) s'était constitué partie civile dans ce procès.

Source ; Cliquez ICI : http://www.francebleu.fr/faits-divers/bergerac/trois-mois-de-prison-ferme-pour-avoir-pendu-son-chien-2402305

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Manifestations dans 15 villes de CHINE contre le commerce et la consommation de la viande de chiens

Publié le par Ricard Bruno

Manifestations dans 15 villes de CHINE contre le commerce et la consommation de la viande de chiens
Manifestations dans 15 villes de CHINE contre le commerce et la consommation de la viande de chiens
Manifestations dans 15 villes de CHINE contre le commerce et la consommation de la viande de chiens

Momentum is building in China to shut down the despicable dog meat trade. Over the weekend, massive protests were held in 15 cities, with advocates displaying banners and handing out leaflets calling for an end to the slaughter. Read more on this and the growing Chinese movement for all animals

Source : Humane society International : http://www.hsi.org

Partager cet article
Repost0

Dax : 29 militants antitaurins relaxés!

Publié le par Ricard Bruno

Le juge de proximité de Dax a estimé que l'arrêté municipal qui interdisait la manifestation à proximité des arènes n'était pas valable

Dax : 29 militants antitaurins relaxés
Le 14 septembre dernier, les militants anticorrida s'étaient déployés autour du rond-point des arènes avant d'entrer dans le parc malgré l'arrêté municipal... finalement non valable.
 

Quelques heures avant la dernière corrida de la temporada, une centaine de militants antitaurins avaient déployé leurs slogans hostiles autour du rond-point  des arènes, avant d'entrer dans le parc Théodore-Denis et de se poster à l'entrée principale où affluaient les aficionados. Ils en avaient été dégagés manu militari par les CRS, un arrêté municipal interdisant toute manifestation dans les 500 mètres autour de l'enceinte. Le 4 mai, le ministère public avait requis 38 euros d'amende pour les 29 hommes et femmes. 

S'il n'a pas retenu tous les motifs de rejet plaidés par l'avocate de 28 des 29 prévenus, le juge de proximité a néanmoins prononcé lundi leur relaxe au vu de l'arrêté municipal "qui n'était pas valable". Celui-ci avait été signé le 22 août par Elisabeth Bonjean, première adjointe au maire, "qui n'a pas le pouvoir de police et n'avait aucune délégation", selon le juge de proximité Maurice Etcheverry.

Sur le même sujet : e saurait se prononcer sur la validité de l'arrêté municipal sans outrepasser ses attributions (...) Monsieur le maire était empêché, Madame la première adjointe au Maire a effectivement signé l'arrêté municipal dans les conditions prévues par l'article L.2122-17 du code général des Collectivités territoriales qui prévoit qu'en cas d'absence (...) ou de tout autre empêchement, le maire est provisoirement remplacé, dans la plénitude de ses fonctions, par un adjoint."
En l'espèce (...) l'empêchement de Monsieur le Maire a été constaté de sorte que la première adjointe avait toute compétence pour exercer le pouvoir de police et signer l'arrêté".

La mairie souligne également que la sous-préfecture avait validé ledit arrêté et regrette "que ce jugement vienne fragiliser le dispositif de sécurité construit conjointement par l'Etat et l'ensemble des acteurs de la fête, au premier rang desquels la ville de Dax".

Selon Me Hélène Thoui, qui a plaidé et obtenu la relaxe des 29 prévenus, le juge de proximité était au contraire tout à fait compétent: "Le juge judiciaire ne peut pas annuler un arrêté comme un tribunal administratif, mais il peut se prononcer sur sa légalité." D'après l'avocate bordelaise, le Ministère public à l'origine des poursuites n'a pas rapporté pas la preuve de la délégation de pouvoir attachée à l'arrêté municipal: "La réglementation de la sécurité publique est du ressort exclusif du maire, et la délégation à un adjoint doit être régulièrement actualisée et publiée avec une définition exacte du contenu".
Eléments que le juge de proximité ne semble pas avoir trouvés dans son dossier vu son délibéré. 

Source : Cliquez ICI : http://www.sudouest.fr/2015/06/02/dax-l-arrete-municipal-n-etait-pas-valable-29-militants-anti-corrida-relaxes-1939038-3452.php

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Hugues Aufray : Renaud, Coluche, Brigitte Bardot, les confidences bouleversantes du chanteur

Publié le par Ricard Bruno

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

La Gendarmerie veut brouiller les réseaux sociaux dans les manifs

Publié le par Ricard Bruno

Le Général Devis Favier, Directeur général de la Gendarmerie nationale, souhaite que les forces de l’ordre puissent obtenir le brouillage des réseaux sociaux et le droit d’intercepter les SMS, lors de manifestations qui dégénèrent. « L’idée peut choquer », convient-il.

L’Assemblée nationale a publié le rapport (.pdf) réalisé par la commission d’enquête chargée de tirer les conséquences de la mort de Rémi Fraisse, tué par un tir de grenade de la gendarmerie sur la « Zone à Défendre » (ZAD) créée par des opposants au barrage de Sivens. Les députés y ont examiné plus largement les modalités que devaient prendre le maintien de l’ordre face aux manifestations improvisées et au phénomène des ZAD, « dans un contexte de respect des libertés publiques et du droit de manifestation, ainsi que de protection des personnes et des biens ».

Présidée par le député écologiste Noël Mamère, la commission d’enquête a donc évoqué à travers ses nombreuses auditions la question de l’utilisation d’internet et en particulier des réseaux sociaux, pour appeler à manifester et s’organiser sur place face aux forces de l’ordre. C’est à cette occasion que le Général Devis Favier, Directeur général de la Gendarmerie nationale, a pu exprimer ses souhaits.

Tout d’abord, a-t-il fait remarquer, « nous ne sommes pas assez performants pour tout ce qui concerne les réseaux sociaux ». Sans entrer dans les détails, il estime qu’un « travail colossal reste à mener dans l’exploitation des métadonnées pour développer une analyse prédictive des situations d’ordre public », c’est-à-dire pour être capable de savoir qui, où et avec quels soutiens s’organise une manifestation. « Il s’agirait d’examiner les situations avec la plus grande exactitude possible pour mieux dimensionner le nombre de forces engagées », prévient-t-il.

BROUILLER LES RÉSEAUX SOCIAUX, INTERCEPTER LES SMS

A cet égard le projet de loi Renseignement pourrait lui apporter satisfaction, puisqu’il confie aux services de renseignement la possibilité de collecter des données pour prévenir les « violences collectives de nature à porter atteinte à la sécurité nationale ».

Par ailleurs, « nous devons, en cours d’opérations, aller plus loin dans l’exploitation des réseaux sociaux », souhaite le Général. « À l’occasion de manifestations, on observe que, par le biais de Twitter, de textos, des consignes de déplacement de tel point à tel autre sont données et les forces de l’ordre en sont réduites à suivre plus qu’à anticiper. De ce fait, les réactions ne sont pas forcément élaborées tactiquement au point qu’il arrive que des unités se dispersent et perdent leur force opérationnelle – point de départ de situations susceptibles de dégénérer ».

« L’idée peut choquer mais il faudra examiner les conditions permettant, en situation dégradée, d’être plus contraignants sur les réseaux sociaux, d’examiner, sous le contrôle de l’autorité judiciaire et des autorités administratives, la question du brouillage et celle de l’interception de certains textos », a-t-il plaidé.

RECRUTER DES TAUPES SUR FACEBOOK

Jérôme Léonnet, chef du Service central du renseignement territorial (SCRT), a pour sa part expliqué que le SCRT utilisait « les logiciels dont se servent les entreprises [pour] identifier, par des mots-clés ou des scénarios, des mots d’ordre ou des réactions » sur les réseaux sociaux, et ainsi « glaner beaucoup d’informations sur les ZAD ».

Source : Cliquez ICI : http://www.fdesouche.com/614153-la-gendarmerie-veut-brouiller-les-reseaux-sociaux-dans-les-manifs#

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Égypte : un chat secouru après cinq ans d'emprisonnement dans un mur

Publié le par Ricard Bruno

Un chat a été coincé pendant cinq ans dans un mur d'une station de métro au Caire, en Égypte. Il a été secouru sain et sauf grâce à une mobilisation efficace sur les réseaux sociaux.

 
Égypte : un chat secouru après cinq ans d'emprisonnement dans un mur
 

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6