Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association L214 : Communiqué : RÉAGISSONS / La chasse à la glu est une atrocité

Publié le par Ricard Bruno

Association L214 : Communiqué : RÉAGISSONS / La chasse à la glu est une atrocité
RÉAGISSONS / La chasse à la glu est une atrocité. Alors que le projet de loi pour la biodiversité prévoyait de l’interdire, les sénateurs ont choisi de la maintenir sous couvert de la tradition.

► Le projet de Loi va revenir devant l’Assemblée nationale dans les prochains mois. Ecrivons à nos députés pour réintroduire cette interdiction!

1- Trouvez votre député et son contact: bit.ly/liste-deput...es
2- Inspirez-vous de la lettre de la LPO ou écrivez la vôtre: bit.ly/lettre-LPO

Merci d'agir pour les animaux!
Partager cet article
Repost0

Pour son 9ème anniversaire, un garçon récolte 5800$ et sauve 10 chiens de l’euthanasie

Publié le par Ricard Bruno

Pour son 9ème anniversaire, un garçon récolte 5800$ et sauve 10 chiens de l'euthanasie

À l’age de neuf ans, beaucoup de garçons souhaitent des jouets pour leur anniversaire mais Ethan, amoureux des chiens, a préféré récolter de l’argent pour une association de protection animale auprès de laquelle sa famille a adopté ses deux chiens. Le garçon a crée un t-shirt qui s’est déjà vendu à plus de 316 exemplaires sur le site de l’association et qui a permis de récolter 5800$ de bénéfices et sauver 10 chiens de l’euthanasie.

Ethan Katz est un jeune garçon de neuf ans, amoureux des chiens et habitant de la ville de Stevensville aux États-Unis. Le garçon et sa famille partagent leur vie avec leurs deux chiens Fly et Brooklyn, qu’ils ont tous deux adopté dans une association de protection animale à but non lucrative, la « City Dogs Rescue » basée à Washington DC.

À l’approche de son 9ème anniversaire, qu’il a fêté le 29 mai dernier, Ethan n’a pas souhaité recevoir des Legos ou encore une voiture télécommandée comme beaucoup d’enfants de son âge, mais a voulu contribuer à sauver encore plus de chiens en aidant l’association, animée par des volontaires.

Ethan passe beaucoup de temps auprès de ses deux chiens et a pris conscience de façon très mature que ses chiens, qui lui apportent beaucoup de bonheur au quotidien, sont très reconnaissants d’avoir été adoptés et que beaucoup d’autres chiens abandonnés n’ont pas cette chance. Le garçon au grand cœur s’est donc demandé comment il pouvait aider l’association City Dogs Rescue à sauver plus de chiens.

Ethan en compagnie de ses deux chiens adoptés, Brooklyn et Fly
Ethan en compagnie de ses deux chiens adoptés, Brooklyn et Fly

Ainsi, Ethan a eu l’idée de vendre des t-shirts qu’il a lui-même crée et de reverser intégralement les bénéfices des ventes à l’association City Dogs Rescue, afin de sauver d’autres chiens. Le garçon explique sur la page de vente du t-shirt :

Mon nom est Ethan Katz et j’ai huit ans. J’ai deux chiens qui sont très doux. Mon anniversaire est le 29 mai. Cette année pour mon anniversaire je veux récolter de l’argent pour mon association de sauvetage favorite – City Dogs Rescue. Nous avons sauvé mon chien Brooklyn auprès de City Dogs en novembre. J’ai conçu ce t-shirt à la vente pour City Dogs.

En seulement deux mois, les t-shirts vendus à 20$ ont été achetés plus de 316 fois. Les ventes ont généré plus de 5800$ de bénéfices pour City Dog Rescue, ce qui a permis de sauver 10 chiens voués à l’euthanasie dans des refuges. Certains d’entre eux ont même déjà été adoptés.

Imaginez-vous un instant : un garçon de neuf ans qui prend l’initiative de vendre des t-shirts et dont le plus beau cadeau d’anniversaire est de sauver des chiens abandonnés. N’est-ce pas une magnifique leçon de vie ?

Le succès est tel que le jeune Ethan a même été l’invité de la très célèbre émission américaine Good Morning America, lui permettant de faire connaitre son beau projet sur tout le territoire. L’objectif d’Ethan est de vendre 500 t-shirts et de sauver encore plus de chiens.

Souhaitons-lui d’atteindre son objectif avec ce très beau projet qui rappelons-le, a déjà permis de sauver la vie de 10 chiens abandonnés et destinés à l’euthanasie.

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot avait raison : Ségo va créer une brigade du loup

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot avait raison de fustiger le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, qui s’avère décidément peu écologiste et responsable sur la question animale.
 
Dans sa lettre adressée à Ségolène Royal le 7 juillet dernier, Brigitte Bardot avait raison de fustiger le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, qui s’avère décidément peu écologiste et responsable sur la question animale. BB a même été visionnaire et fulgurante en lui signalant que les loups étaient en danger de mort comme les agneaux que les éleveurs défendent : « Ma Fondation tente, en vain, depuis des mois de vous présenter les expérimentations menées pour protéger les troupeaux d’éventuelles attaques de loups. Le collectif Cap Loup, dont ma Fondation est membre, essuie le même refus de dialogue, le même mépris, mais vous ouvrez votre porte aux lobbies de ceux pour qui la nature doit être sacrifiée. Autoriser les tirs sur une espèce protégée, au cœur des parcs nationaux, est une honte, un scandale ! […] Madame la Ministre, annulez ces arrêtés lâches et écoutez, enfin, les arguments de ceux qui agissent pour la préservation de la biodiversité, la cohabitation des espèces sauvages et du pastoralisme. » BB ne pouvait mieux écrire. Quelle prescience de la part de notre icône nationale, doublée d’un bel animal ! Depuis sa réintroduction en 1992, le nombre de loups augmente en France. Ils seraient plus de 300 à l’heure actuelle. Une « brigade d’appui aux éleveurs » va donc être constituée pour parer aux attaques des prédateurs, a annoncé, le samedi 18 juillet, Ségolène Royal, trois jours après qu’un jeune mâle a été abattu en Savoie en toute légalité. On marche sur la tête. D’ici fin août, en région PACA et en Savoie, cette « brigade du loup » qui devrait s’appeler « brigade anti-loup » – composée de dix agents titulaires du permis de chasse – veillera sur les troupeaux les plus vulnérables des éleveurs et aura le loisir de tirer sur un loup en trop. Cette brigade interviendra aussi en appui des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Lire aussi : Rétropédalage dans le Nutella Ségolène Royal « n’exclut pas d’étendre ce dispositif à d’autres départements dans le cadre d’une coopération avec les collectivités locales volontaires ». Elle prend « acte du fait que les attaques de loup ont doublé en 5 ans » (8.500 brebis victimes pour la période juillet 2014 – juillet 2015). Rappelons, aussi, que le nombre de bêtes attaquées par les loups a augmenté de 30 % en 2014. Il y a donc bien un problème lupin qu’il ne s’agit pas de nier, mais de réévaluer sous un autre jour plus équitable, pour les loups comme pour les agneaux. Comment ? D’abord en réintroduisant le loup dans son espace naturel. Ensuite en incitant les éleveurs à construire des enclos solides et le plus haut possible. Enfin en sanctionnant par le vote toutes les femmes et hommes politiques qui nous racontent la fable du grand méchant loup. Après les innombrables chasses sanglantes et les multiples battues au loup, 36 d’entre eux sont visés par certains préfets et couverts par le ministre. La « brigade anti-loup » s’inscrit dans un processus global où le lobby des éleveurs et des chasseurs joue un rôle capital. Sauvons les loups avec les protections nécessaires pour les agneaux ! D’ailleurs, l’un ne va pas sans l’autre dans une perspective réellement écologique de préservation de la biodiversité.
Source : Boulevard Voltaire

 
Partager cet article
Repost0

l'Empire State Building s'illumine pour les animaux en danger

Publié le par Ricard Bruno

Des images animées géantes d'animaux en danger ont été projetées samedi soir sur l'Empire State Building à New York, une première spectaculaire visant à sensibiliser l'opinion publique aux risques de leur disparition.

La projection sur la façade sud du célèbre gratte-ciel faisait 114 mètres de haut pour 56 de large, couvrant 33 étages, et était visible jusqu'à 20 rues au sud.

L'image du lion Cecil, tué par un dentiste américain au Zimbabwe, y figurait au milieu de très nombreux animaux dont un léopard des neiges, un tamarin lion doré, une manta (espèce de grande raie), des oiseaux, des mammifères marins, des insectes, et même l'ombre de King Kong grimpant jusqu'en haut de la facade.

La séance de huit minutes, accompagnée de musique et de jeux de lumières, s'est répétée tous les quarts d'heure de 21H00 à minuit (01H00 à 04H00 GMT dimanche).

Quarante projecteurs de 20.000 lumen avaient été utilisés pour cette projection, réalisée depuis le toit d'un immeuble voisin sur la 31e rue.

Le projet, né il y a quatre ans, était l'idée du réalisateur et fondateur de l'Oceanic Preservation Society (OPS), Louie Psihoyos, dont le film "The Cove" ("La baie de la Honte"), sur le massacre annuel de milliers de dauphins au Japon, avait reçu en 2010 l'Oscar du meilleur documentaire.

"Il voulait le bâtiment le plus emblématique, et pour lui c'était l'Empire State Building", a expliqué le producteur de "The Cove", Fisher Stevens, ajoutant que le but était de sensibiliser les gens sur ces espèces menacées et "d'entamer une conversation" pour éviter "la sixième disparition en masse de la terre".

L'Empire State Building, qui avait déjà illuminé son sommet en rouge en 2011, en référence au massacre dénoncé par "The Cove", s'était facilement laissé convaincre par le projet.

"L'Empire State Building est un modèle international de durabilité, à travers reconstruction et rénovation, et l'installation artistique projetée sur sa facade appelle les gens à penser de la même façon pour la vie animale sur terre", a expliqué Anthony Malkin, président de l'Empire State Realty Trust, qui possède le célèbre gratte-ciel.

La conversation sur les espèces menacées devrait se poursuivre avec le nouveau film de Louie Psihoyos et Fisher Stevens "Racing Extinction" ("la course contre l'extinction"), qui doit sortir à l'automne.

 

Partager cet article
Repost0

Le maire d’Alès confisque des tracts et insulte en public le président du CRAC

Publié le par Ricard Bruno

Le maire d’Alès confisque des tracts et insulte en public le président du CRAC

COMMUNIQUE DU CRAC EUROPE

Tout avait pourtant bien commencé ce samedi 1er août 2015 à 20h00 devant les arènes d’Alès. A l’occasion du concert des Fous Chantants en hommage au chanteur Renaud, une vingtaine de militants du CRAC distribuaient quelques 3000 tracts aux spectateurs en hommage au Chanteur Radicalement Anti Corrida (le tract distribué : Tract concert renaud). Objectif : informer les spectateurs sur l’engagement sans faille et de longue date de Renaud à nos côtés. Dire oui aux concerts et non aux corridas.

Mais ce tract devait être un document très dangereux puisque la police municipale le retirait des mains des spectateurs dès l’entrée des arènes, menaçant les réfractaires d’une interdiction de passage.

Le président du CRAC interpelle alors courtoisement Max Roustan, maire d’Alès et lui demande pourquoi sa police municipale se comporte illégalement, notre manifestation et notre tractage ayant été dûment déclarés en sous-préfecture. Son chef de cabinet, M. Rivencq, lui conseille de ne pas répondre et le chef de la police municipale, M. Mirabello annonce qu’il a pris cette décision de son propre chef. Gros malaise. Devant l’insistance de Jean-Pierre Garrigues afin d’avoir une réponse claire du maire de la ville, ce dernier s’emporte, menace de lui « casser la gueule », le traite successivement de « branleur », de « con » et de « lâche », terminant par un « je t’emmerde ». Son chef de cabinet n’est pas en reste et traite à son tour le président du CRAC de « pauvre type » et de « terroriste ». Il lui dit, en cœur avec le maire, qu’il n’est que « toléré » à Alès (le président du CRAC y habite depuis plus de 30 ans !). A quand un bannissement ? Et tout cela en public. M. Rivencq accuse le CRAC de coûter très cher à la ville en organisant des manifestations anticorrida. N’est-ce pas plutôt la corrida qui coûte très cher ? Pourquoi ne pas faire comme en Espagne et cesser de subventionner ce spectacle totalement déficitaire

Suite à ces échanges, pendant quelques minutes, la confiscation des tracts à l’entrée des arènes est suspendue, pour reprendre de plus belle dès que nous avons le dos tourné. Faut-il avoir peur à ce point de la réalité pour en arriver là et tenter d’empêcher l’information de circuler ?

Très choqué, le président du CRAC a contacté ses avocats et réfléchit aux suites judiciaires à donner à ce comportement  de la mairie d’Alès digne d’une petite dictature.

L’équipe du CRAC Europe
Tél. 06 75 90 11 93
www.anticorrida.com

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

"Kahuna studio"à Cannes reverse des fonds à "Sea Shepherd"...

Publié le par Ricard Bruno

"Kahuna studio"à Cannes reverse des fonds à "Sea Shepherd"...
"Kahuna studio"à Cannes reverse des fonds à "Sea Shepherd"...

Kahuna studio, situé à Cannes reverse aujourd'hui les fonds à Sea Shepherd pour la réalisation de petits tatouages. Alors rendez-vous 6 Boulevard de la République pour une bonne action au travers d'un joli dessin.

Le site internet du salon : http://kahunastudio.com/contact-3/

Partager cet article
Repost0

Sea Shepherd LES JUSTICIERS DES MERS ce soir à 20h45 sur RMC découverte

Publié le par Ricard Bruno

Sea Shepherd LES JUSTICIERS DES MERS ce soir à 20h45 sur RMC découverte
Sea Shepherd LES JUSTICIERS DES MERS ce soir à 20h45 sur RMC découverte

Résumé

Du sang est venu souiller les eaux immaculées de l'Antarctique. Avec le capitaine Paul Watson à sa tête, l'organisation Sea Shepherd a décidé de mener une guerre acharnée contre les pêcheurs japonais qui chassent la baleine. Selon elle, le Japon viole les accords internationaux sur la protection des cétacés, mais les Japonais affirment mener des recherches scientifiques parfaitement légales. Chacun estime avoir la loi de son côté. La guerre est déclarée. Dans cet épisode, après sept années de lutte acharnée, les Sea Shepherds pensent avoir fait renoncer les pêcheurs de baleine de l'océan Antarctique. Las ! Les Japonais jurent de reprendre la chasse. D'un côté comme de l'autre, les enjeux sont considérables.

Entrez dans l'univers des campagnes de défenses des baleines menées par l'ONG " Sea Sheperd Conversation Society ", fondée par Paul Watson, ancien membre de Greenpeace. Les équipes de la Sea Sheperd sillonnent l'Océan Austral. Elles y mènent une bataille à haut risque afin d'arrêter les navires japonais pratiquant la chasse à la baleine. Avec une passion inégalée, des tactiques surprises et de nouvelles stratégies, suivez leur combat pour sauver les baleines !

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot par "Francky Art"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...
Brigitte Bardot par "Francky Art"...

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Camille Lacourt, dévoré pour la bonne cause !

Publié le par Ricard Bruno

 

Camille Lacourt dans le court métrage "My life’s a cage".

Notre champion de natation a accepté de se prêter au jeu d’acteur pour « My life’s a cage ». Mêlant animations et vidéo, ce court métrage réalisé par le groupe franco-belge The aiM dénonce l’exploitation animale. 

 
C’est un banquet de mariage niché dans la nature Wallonne, au printemps. Les dames ont des fleurs dans les cheveux, les gosses cavalent autour des arbres. Soleil, éclats de rire. Les plats arrivent. Et le rêve bucolique se transforme en cauchemar dessiné. Les larmes roulent sur les joues d’une petite fille, planquée sous une table: dans chaque morceaux de viande et de poisson dévorés durant la fête, elle entend la souffrance, découvre le calvaire des animaux, ces « êtres vivants doués de sensibilité » exploités sans fin, sans relâche.

A l’origine de ce court métrage ; le groupe franco-belge The aiM. Sur leur dernier album (Everything’s Under Control), une chanson retentit comme un hymne dédié à la cause animale. Mélodie rock’n pop, riffs qui dépotent, « My life’s a cage » donne une voix à ceux qui n’en n’ont pas. « Utilisés, massacrés, exploités par milliards, les animaux sont les grands oubliés de notre système de consommation, rappelle Guillaume Corpard, chanteur-guitariste du groupe. Au-delà d’une chanson, on avait envie d’aller plus loin pour dénoncer le calvaire. C’est comme ça que l’idée du court métrage est née. Nous avons créé un collectif, sollicité les donateurs. Nous avons également reçu le soutien de personnalités engagées comme la primatologue Jane Goodal, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, le philosophe-écrivain Frédéric Lenoir, le journaliste Aymeric Caron, le nageur Camille Lacourt qui joue un rôle dans le court métrage ».

Les bénéfices du film reversés aux associations de défense animale

Dans le film, on voit notre champion plonger dans une piscine puis se transformer en poisson. Pêché par un maître d’hôtel déjanté, il sera servi sur un plateau d’argent pour le banquet. « J’ai tout de suite accepté ce projet car suis très sensible à tout ce qui touche l’écologie, la protection de la nature et des animaux, explique Camille Lacourt. Cela fait partie des valeurs que je veux transmettre à ma fille [Jazz, 2 ans et demi, née de ses amours avec Valérie Bègue] ». Les acteurs, l’équipe de cinéma franco-belge, les studios, les loueurs de matériel... : tous ont accepté de jouer le jeu bénévolement ; les bénéfices issus du film et de la chanson seront reversés aux associations de défense animale et aux projets défendant cette cause.

Au final, « My life’s a cage », qui sera présenté le 9 septembre à Paris*, est une sacrée belle performance. Un an de travail aura été nécessaire au dessinateur bruxellois Nicolas Debruyn. Grâce à ses animations, cette œuvre atypique et engagée est accessible aux enfants. L’animal, instrument de laboratoire, barbaque d’abattoir, raconte ici son supplice, mais sans images gore. « A terme, nous aimerions que ce court-métrage serve d’outil pédagogique, dit Guillaume Corpard. Il pourrait être diffusé dans les écoles pour ouvrir le dialogue sur cette souffrance à grande échelle ». Le travail de conscience a déjà débuté chez les acteurs. Depuis le tournage, Sofia De Zan, la jolie petite fille en larmes sous la table, a entendu le message. Elle ne veut plus manger de viande et a demandé à ses parents d’en faire autant.

*Rendez-vous pour la soirée « My life’s a cage » : le 9 septembre 2015, à 19h30, au Théâtre Adyar, 4 square Rapp, Paris VIIè. Projection du court-métrage suivi d’une conférence-débat avec Frédéric Lenoir, Brigitte Gothière (présidente de L214) et Guillaume Corpard, sur le thème « Un bien être animal est-il envisageable aujourd’hui ? »  

Réservations et DVD disponibles sur : https://www.facebook.com/mylifesacage  et http://www.mylifesacage.com/

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8