Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Phoques :Brigitte Bardot s’en mêle…

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot a tenu à réagir officiellement face à la position du collectif anti-phoques. Elle réagit aussi à la fermeture des centres de soins pour mammifères marins.

Les phoques suscitent bien des passions. Entre les pro et les anti-phoques, le torchon brûle.

Les phoques suscitent bien des passions. Entre les pro et les anti-phoques, le torchon brûle.

La question des phoques et autres veaux marins continue d’attiser les passions.

Après le collectif anti-phoques qui préconise de laisser mourir les animaux malades ou blessés, c’est au tour de Brigitte Bardot d’intervenir auprès de Ségolène Royale, ministre de l’Environnement. Elle lui fait part des difficultés rencontrées par « des centres de soins contraints d’abandonner leur activité d’intérêt général faute de subvention publique ».

Dernier exemple en date, la fermeture du centre « Picardie-Nature », après dix ans d’activité, dédié à la prise en charge et soins des jeunes phoques trouvés abandonnés ou blessés sur les plages de la région.

Dans sa lettre à Ségolène Royal, Brigitte Bardot attaque le collectif qui reprend à son compte « les arguments fallacieux, mensongers, qu’avançaient les chasseurs Canadiens lors de la campagne internationale que j’ai menée et qui a conduit à la protection de ces animaux. »

Le président du collectif anti-phoque a lancé un appel pour que les animaux blessés ne soient plus soignés, cet appel semble avoir été entendu par le conseil régional des Hauts-de-France puisque Guy Harlé d’Ophove, président de la fédération des chasseurs de l’Oise, à la tête de la commission environnement s’est engagé contre les centres de soins de la faune sauvage considérant « qu’il faut laisser faire la nature ».

La question a également été posée par la Fondation Brigitte Bardot à Xavier Bertrand, Président du Conseil Régional Hauts-de-France : « Une décision aussi radicale que le désengagement de la région pour l’action de Picardie-Nature aura, forcément, des conséquences directes sur l’activité menée par cette organisation. Notre Fondation est prête à étudier une aide pour remédier à ce manque de fonds. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Bardot vue par une gamine...

Publié le par Ricard Bruno

Bardot vue par une gamine...

Icône. Marie Céhère, 20 ans et quelques, consacre son premier livre à Brigitte Bardot. La preuve que BB inspire encore les gamines d’aujourd’hui.

Qu’est-ce qu’une gamine branchée de 20 ans peut bien trouver à Brigitte Bardot? Tout. C’est le premier intérêt du livre signé Marie Céhère, Brigitte Bardot - L’art de déplaire, qui raconte BB pas à pas, avec intelligence, empathie, curiosité, humour et érudition, en cherchant à comprendre comment, et pourquoi, le mythe s’est construit.

Marie Céhère n’est pas une inconnue: née à Lyon il y a vingt-quatre ans, la brunette lolita à la frange boudeuse monte à Paris il y a deux ans rejoindre l’écrivain et philosophe suisse Roland Jaccard après quelques semaines d’une relation épistolaire torride et décalée, narrée l’an dernier dans Une liaison dangereuse.

Devenue sa compagne, elle tient un blog de critique littéraire (mariecehere.com), collabore aux magazines Causeur et La Nouvelle Quinzaine littéraire. Elle figure aussi en tant que muse dans la plupart des vidéos que l’écrivain nihiliste et dandy livre régulièrement sur les réseaux sociaux.

Paradoxe fait femme

Le fil que tisse Marie Céhère est celui de la chanson composée par Gainsbourg pour BB en 1963: Je me donne à qui me plaît. De cette affirmation de base naissent tous les paradoxes, tous les amours, toutes les haines, tous les scandales, toutes les méprises dont Bardot, née Brigitte Anne-Marie Bardot le 28 septembre 1934 à Paris, fait l’objet. «Cauchemar des taxinomistes», depuis son rôle de Juliette Hardy dans Et Dieu créa la femme en 1956 et la déflagration qui s’ensuivit, impossible de lui coller une étiquette.

Elle est tout à la fois actrice, muse intello via Godard et paillettes via Hollywood qui la courtise, vedette de télévision, scandale national et star planétaire, figure de Saint-Tropez, enfant femme, mannequin, activiste de la cause animale, symbole de la libération sexuelle, soutien du général de Gaulle autant que de Marine Le Pen.

Paradoxe fait femme, elle prouve que l’on peut passer entre les bras d’hommes aussi divers que Michel Piccoli, Roger Vadim, Jack Palance, Gilbert Bécaud, Serge Gainsbourg ou Bernard d’Ormale, incarner les révolutions de Mai 68 tout en critiquant Mai 68, se balader seins et fesses à l’air tout en se revendiquant prude. Jeune fille moins facile que «compliquée», selon ses amants, «déesse next door» qui n’aimait pas particulièrement le cinéma et s’ennuyait devant les caméras, féministe qui a toujours recherché la présence d’un homme fort à ses côtés.

Déplaire pour plaire

En 1987, elle poursuivit en justice Catherine Rihoit, auteur d’une biographie intitulée Brigitte Bardot, un mythe français, sous le prétexte qu’elle refusait de se voir ainsi qualifiée. Et obtint gain de cause.

«En 1954, il s’agissait d’être vertueuse, et Bardot ne l’était pas. En 1975, il s’agit d’être licencieuse, et Bardot ne l’est toujours pas. Elle ignore ces deux termes», écrivait Sagan, qui en connaissait un bout en termes de liberté. Marie Céhère, qui en connaît assurément un bout en ce domaine, écrit que BB incarne «la liberté de choisir, et de choisir de ne pas choisir entre la morale et l’impératif de plaisir».

Bardot ne s’excuse jamais. Ni d’être, ni d’avoir été, ni d’être devenue. Marie Céhère résume fort bien son amertume depuis les années 1990 par une question: «BB a-t-elle trahi la France? La France a-t-elle trahi BB?» Désormais autoproclamée misanthrope, d’une maladresse xénophobe et homophobe outrancière, à la fois respectée pour son combat et peu citée en exemple par les militants véganes et antispécistes, il lui manque une caution de politiquement correcte.

Pas assez de gauche, pas assez idéologue, pas assez disciplinée. Déplaire pour mieux plaire: ses prises de position politiques, que l’on assimile aux dérapages incontrôlés d’une vieille actrice aigrie, sont en fait «la seule manière de continuer à être BB, l’insoumise-née». 

Source de l'article : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot dézingue Nicolas Sarkozy et félicite Jean-Luc Mélenchon sur leurs positions face à la cause animale

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dézingue Nicolas Sarkozy et félicite Jean-Luc Mélenchon sur leurs positions face à la cause animale

Toujours très impliquée dans ce combat, l'ancienne actrice a livré son sentiment sur les positions de la classe politique sur la cause animale.

Avant-goût de l'interview accordée ce week-end par B.B à paraître dans un hors-série Animaux et nous en kiosque le 17 décembre.

"Mélenchon, je lui dis bravo!"

"Il veut faire quelque chose au sujet des abattoirs. Déjà il ne mange plus de viande et il ne supporte plus des images comme on a pu les voir... Donc Mélenchon, bravo! Moi j’applaudis", s'est-t-elle enthousiasmée à propos du candidat à l'élection présidentielle.

"Sarkozy... une catastrophe"

"Sarkozy c’est catastrophique. Je lui avais mâché le travail et il était d’accord sur le principe que l’animal soit étourdi avant la saignée dans les abattoirs halal. Il n’a rien fait" a éructé l'actrice révélée dans Et Dieu Créa la Femme, en 1956. 

"le foll dézingué"

"Je l’ai dézingué, quelle honte ce type, il est vraiment pour moi le ministre de la Souffrance. Complice de cette barbarie qui se joue dans les abattoirs.

L'actuel ministre de l'agriculture est ainsi rhabillé pour l'hiver.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

100 loups tués pour rien !

Publié le par Ricard Bruno

100 loups tués pour rien !

Avec le tir d’une louve ce lundi 7 novembre dans les Alpes-de-Haute-Provence, le nombre de 100 loups abattus « légalement » en France depuis le retour de l’espèce vient d’être franchi. Comment est-on passé en quelques années d’une protection à une véritable chasse aux loups digne du 19e siècle ?

Le loup est une espèce classée protégée en France depuis son retour naturel en 1992-1993, et strictement protégée en Europe. Toutefois en cas de prédation sur le bétail, des tirs peuvent être autorisés par les pays membres comme mesure dérogatoire exceptionnelle « lorsque tous les autres moyens ont été tentés pour l’éviter ». Mais en France, depuis le premier abattage ordonné en 2004, les tirs de loups sont peu à peu devenus la norme et sont ordonnés massivement, en infraction avec les textes européens (Convention de Berne et Directive Habitat Faune Flore). Désormais, notre pays abat officiellement chaque année 12 à 15% de sa population de loups (estimée en 2016 à 292 ± 78 individus).

L’État mène cette chasse aux loups pour tenter d’obtenir une paix sociale : d’un côté, la protection réglementaire de l’espèce permet aux éleveurs de bénéficier de subventions spécifiques et d’indemnisations ; de l’autre, des tirs massifs ont pour but de contenter les éleveurs mais aussi les chasseurs. Pourtant, ces tirs n’ont jamais rien solutionné pour l’élevage. La prédation sur le bétail continue, et pour cause : beaucoup de troupeaux ne sont pas correctement protégés, car les éleveurs ne sont pas assez incités à le faire.

Des solutions existent. Mais l’État, soumis aux lobbies des éleveurs et des chasseurs, refuse de les mettre en œuvre. Plutôt que d’encourager les tirs de loups, il faudrait 1/ n’indemniser les éleveurs que s’ils protègent leurs troupeaux (actuellement, les éleveurs sont indemnisés systématiquement quelles que soient leurs pratiques), 2/ vérifier le bon usage des subventions pour la protection du bétail (actuellement, l’État ne vérifie pas si les clôtures ou les chiens de protection subventionnés sont bien mis en place et efficaces), 3/ développer la recherche pour améliorer les méthodes de protection non létales (actuellement, aucune recherche n’est faite alors que l’État dépense de l’argent pour tuer des loups).

Aucun gouvernement, depuis des années, n’a eu le courage politique de prendre de telles mesures de bon sens. Elles sont pourtant le préalable à une cohabitation pérenne entre les loups et les activités humaines. Le retour des loups est une chance pour la biodiversité et pourrait l’être aussi pour l’économie rurale, en développant l’écotourisme. Encore faudrait-il que l’État veuille apprendre à vivre avec les loups, plutôt que les pourchasser.

Source : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Sauvetages : La fondation Brigitte Bardot en action...

Publié le par Ricard Bruno

Sauvetages : La fondation Brigitte Bardot en action...


Actuellement la FBB a sous sa protection 879 moutons, 684 vaches, 580 chevaux, 246 chèvres, 111 cochons sauvés des abattoirs !*

Je ne parle même pas des dizaines de chiens et chats et autres animaux sous sa protection...

Bruno Ricard

*Source fondation Brigitte Bardot

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot en direct lors de la vente aux enchères Rossini le 05 11 2016

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot veut "animaliser" le débat présidentiel

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot veut "animaliser" le débat présidentiel

Face au silence sur la cause animale, Brigitte Bardot lance un appel de Saint-Tropez pour demander que le sujet figure parmi les priorités à aborder à chaque interview de "présidentiable".

Un souhait qui part d’un constat très simple. Un silence jusqu’ici assourdissant sur le sujet.

"Aux primaires de la droite par exemple, je les ai écoutés tous ridicules derrière leur pupitre façon Questions pour un champion. Pas un n’a parlé des animaux et pas un journaliste n’a posé la question. C’est pourtant un débat de fond et d’éthique humaine. On ne peut plus fermer les yeux là-dessus. Il y a eu trop d’horreurs, d’abus, d’exploitation...", poursuit une Brigitte Bardot désenchantée face à des gouvernements successifs aux abonnés absents.

En attendant d’hypothétiques réponses des candidats, Brigitte s’associe cœur et âme au collectif où figurent notamment Boris Cyrulnik et le moine bouddhiste Matthieu Ricard, qui, en octobre dernier, publiait une tribune dans les colonnes du Monde en faveur de la création d’un secrétariat d’État à la condition animale. Pour une "vraie prise en compte" de ces maltraitances qui n’en finissent plus de miner BB.


Retrouvez les propos de Brigitte Bardot dans notre édition de demain mercredi ainsi qu'un long entretien exclusif chez elle à Saint-Tropez dans un hors-série "Animaux & nous", à paraître le 17 décembre 2016.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : Vente aux enchères, la presse en parle...

Publié le par Ricard Bruno

Journal le Parisien n°22446 du vendredi 04 11 2016

Journal le Parisien n°22446 du vendredi 04 11 2016

Rossini vente aux enchère dans l'émissionTélématin du 04 11 2016

Rossini sur Radio Classique Guillaume Durand (montage Bruno Ricard)

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot dézingue Stéphane Le Foll

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dézingue Stéphane Le Foll
Brigitte Bardot dézingue Stéphane Le Foll
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>