Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les animaux sauvages interdits dans les cirques en Italie, bientôt en France ?

Publié le par Ricard Bruno

Les animaux sauvages interdits dans les cirques en Italie, bientôt en France ?

L’Italie est le 41e pays à bannir les animaux des cirques. En France, seulement une soixantaine de communes ont prononcé un telle interdiction, dont quatre dans le Sud-Ouest

Une centaine de cirques exploite près de 2000 animaux sauvages chaque jour en Italie. Ces spectacles itinérants appartiendront bientôt au passé puisque la Chambre des députés italiens vient de voter une loi interdisant l’exploitation d’animaux à des fins de divertissement.

Les règles sur la manière dont l’Italie mettra en œuvre la "mise à la retraite" de toutes les bêtes utilisées dans les cirques seront établies dans un délai d’un an par un décret ministériel.

Les défenseurs des droits des animaux applaudissent la décision italienne. Cité par le Daily Express, Jan Creamer, président de l’association Animal Defenders International (ADI), a déclaré : "En voyageant d’un endroit à l’autre, semaine après semaine, en utilisant des cages et des enclos temporaires, les cirques ne peuvent tout simplement pas subvenir aux besoins des animaux. (…) Nous avons montré la violence et les abus qui sont utilisés pour forcer ces animaux à obéir et à faire des tours."

Les conséquences pour les animaux utilisés dans les cirques ont été maintes fois dénoncées par les associations de bien-être animal : la folie, la fuite ou l’agressivité à l’égard des humains.

L’Italie est le 41e pays à adopter une loi nationale pour interdire les animaux dans les cirques, emboîtant le pas à des nations comme les Pays-Bas, la Roumanie, l’Iran ou l’Inde.

Un numéro du cirque Alexis Grüss

Un numéro du cirque Alexis Grüss

Pessac, Bègles, Lescar, Mourenx, les exceptions

En France, depuis le 18 mars 2011, un arrêté liste les espèces autorisées dans les spectacles itinérants. On y trouve les éléphants femelles, tous les félins et les otaries. Mais d’autres animaux peuvent néanmoins être exploités sur "justification artistique", tels les ours, girafes ou éléphants mâles. Les conditions de détention sont très réglementées.

Les communes sont en droit de refuser tout spectacle itinérant utilisant des animaux sauvages. L’association cirques-de-France en a dénombré 62, dont quatre dans le Sud-Ouest : Pessac et Bègles en Gironde, Lescar et Mourenx dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces arrêtés municipaux datent de 2016 ou 2017.

À Pau, le Grand Cirque de Saint-Pétersbourg est installé depuis mercredi à côté du stade du Hameau. La fondation Brigitte Bardot a prévu une action ce vendredi soir pour dénoncer la présence d’animaux en captivité.

A Bayonne, c’est une pétition qui a circulé au printemps pour interdire les cirques utilisant des animaux vivants. Même chose à Agen à l’automne 2016. Une manifestation s’était également produite en janvier 2017 à Bordeaux. Mais les défenseurs des animaux n’obtiennent pas forcément gain de cause. Le mois dernier, une association a été déboutée par le tribunal administratif de Bordeaux alors qu’elle demandait le retrait d’une éléphante d’un cirque de Casteljaloux en raison de mauvais traitements supposés.

La guerre entre les associations de protection animale et les cirques est encore loin d’aboutir au même épilogue qu’en Italie.

Sud Ouest

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Chasse : Brigitte Bardot écrit à Emmanuel Macron

Publié le par Ricard Bruno

Chasse : Brigitte Bardot écrit à Emmanuel Macron

Brigitte Bardot, président de la fondation qui porte son nom, a écrit au président de la République pour lui rappeler ses engagements de campagne en faveur des animaux.

La Fondation Brigitte-Bardot a porté plainte contre le veneur Alain Drach dans l’affaire du cerf abattu sur une propriété privée à Lacroix-Saint-Ouen (Oise) mais aussi contre la Fédération Nationale des Chasseurs pour diffamation. Brigitte Bardot, apparemment très remontée, a aussi écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron. En voici le texte...

« Monsieur le Président,

« Le 13 avril 2017, alors que vous étiez candidat à l'élection présidentielle, vous avez répondu aux 30 propositions du manifeste « AnimalPolitique » dont fait partie ma Fondation. Sur le volet « faune sauvage », à la proposition 22 « interdire les pratiques barbares, réprimer les pratiques sources de stress infligées aux animaux sauvages pour des buts autres que la protection ou la conservation » vous avez répondu... OUI !

« Vous étiez également favorable à une réforme de la chasse pour mieux protéger la faune sauvage et favoriser le retour naturel des grands prédateurs.

« Que sont devenus ces engagements de campagne ?

« D'après le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs, M. Willy Schraen, vous avez désavoué votre ministre de la Transition Ecologique en maintenant la chasse à courre, pratique barbare qui scandalise et choque les Français.

« Vous vous soumettez au lobby de la chasse, au chantage de cette Fédération qui s’en prend avec mépris aux associations de défense des animaux et a l’indécence d'écrire qu'il est « nécessaire de mettre un terme aux agissements de ces groupuscules d'extrémistes qui prônent la haine, la violence et le meurtre au nom d'une pseudo-défense des animaux qui n'est qu'un prétexte ». Ces accusations sont diffamatoires. C’est une honte !

« Contrairement aux chasseurs, nous ne sommes pas des assassins !

« La chasse est responsable de crimes sur des victimes humaines : un adolescent de 13 ans tué le 17 septembre dernier d'un coup de fusil en pleine tête, cet autre enfant de 11 ans gravement blessé dans le Var le même jour, cette femme de 69 ans abattue dans son jardin le 14 octobre, etc.

« L'urgence est de stopper la prédominance des chasseurs sur la nature, dénoncer avec fermeté les actes de cruauté commis au nom d’un « loisir » auquel vous vous soumettez et vous nous soumettez.

« Les chasseurs représentent bien moins d'électeurs que les défenseurs des animaux, la société évolue et les politiques doivent évoluer aussi. Vous devez donner l'exemple et soutenir Nicolas Hulot, qui désire lancer une réflexion sur la condition animale, remettre en cause les pratiques cruelles et abolir la chasse à courre comme elle l'a été en Allemagne, en Belgique, en Ecosse et en Angleterre.


« Monsieur le Président, la France ne doit pas faire marche arrière... Je compte sur votre fermeté légendaire. »


Brigitte Bardot

Présidente

Partager cet article
Repost0

Laurence Gautier Mariette

Publié le par Ricard Bruno

«Brigitte Bardot. Moi je joue» ./ Photo DR

Aussi surprenant que cela puisse paraître, aucun livre n'avait jamais été publié sur la carrière de chanteuse de Brigitte Bardot, qui regorge pourtant d'imparables bijoux pop comme «La Madrague», «La machine à sous» et tant d'autres. Une lacune aujourd'hui comblée grâce à «Brigitte Bardot – Moi je joue», que le Toulousain Dominique Choulant publie, avec François Bagnaud, chez Flammarion. Un superbe livre, magnifiquement illustré – c'est la moindre des choses quand le sujet en est l'icône BB – et très richement documenté. Surtout, l'ouvrage bénéficie des commentaires de la star, écrits à la main au fil des pages. Tour à tour drôles, espiègles et tendres, ils donnent l'impression que l'on parcoure un album de photos à ses côtés : «Juliette Gréco, c'est l'anti-moi ! Notre seul point commun : nos amants», écrit-elle ici ; «Petite sœur lointaine mais proche», griffonne-t-elle là à propos de Sylvie Vartan.

«Je suis parti du constat qu'en effet, on parlait plus souvent de l'actrice que de la chanteuse, confie Dominique Choulant. Une chanteuse sans doute sous-estimée, car elle-même chantait entre deux tournages, pour le plaisir, mais qui s'est montrée ravie de participer à ce livre. Chanter n'était pas vraiment un métier pour elle : elle aimait la musique, la fête, elle adorait s'amuser, donner, embrasser qui vous voulez ! Ses chansons reflétaient cela, des vacances perpétuelles.»

Celle qui voit la chanson comme «sa récréation» met sa plastique incomparable et sa voix terriblement sensuelle au service de compositeurs et paroliers qui sauront mettre ses nombreux atouts en valeur : «Elle aime les hommes et ils le lui rendent bien. Elle veut chanter ce qu'elle est : une mangeuse d'homme qui tombe des bras de l'un à ceux d'un autre et l'on retrouve cela dans ses chansons légères. Il y a toutefois d'autres chansons méconnues, plus tendres, qui méritent d'être redécouvertes», observe l'auteur.

C'est bien sûr le génial Serge Gainsbourg qui lui offrira ses plus belles chansons, dont le mémorable «Je t'aime moi non plus» en 1967 («la plus belle, la plus sensuelle déclaration d'amour qu'un homme puisse offrir à une femme», écrit-elle) et dont le mari allemand de Bardot, Gunther Sachs, bloquera la sortie, par peur du scandale. Serge promettra à Brigitte de ne jamais l'enregistrer avec une autre qu'elle – une promesse qu'il aura bien du mal à tenir quand une jeune et ravissante anglaise croisera sa route quelques années plus tard…

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Poules: Les oeufs en batterie, est ce que c'est vraiment bientôt fini?

Publié le par Ricard Bruno

ALIMENTATION Carrefour veut étendre son engagement à ne proposer plus que des œufs issus d’élevage en plein air à tous ses magasins en Europe. L214 s’en félicite, elle qui liste patiemment les industriels tournant le dos à l’élevage en cage...

Carrefour a annoncé ce jeudi qu’elle allait étendre à ses magasins européens (9.500 aujourd’hui) sa décision de ne plus proposer aucun œuf issu de poules élevées en batterie.

Carrefour a annoncé ce jeudi qu’elle allait étendre à ses magasins européens (9.500 aujourd’hui) sa décision de ne plus proposer aucun œuf issu de poules élevées en batterie.

Chaque semaine, de nouveaux acteurs de la filière agro-alimentaire s’engagent à se passer à plus ou moins long terme des œufs issus de poules élevées en cage.

  • Les associations de défense des animaux les encouragent espérant, in fine, pousser les producteurs d’œufs à abandonner ce type d’élevage jugé particulièrement cruel pour les poules.
  • Et ça marche ? Ce jeudi soir, Matines, leader français de l’œuf de consommation, annonce vouloir accélérer sa mutation vers les œufs dits «alternatifs», c’est-à-dire issus d’élevages de plein air et bio.

Après la France, l’Europe. Carrefour a annoncé ce jeudi qu’elle allait étendre à ses magasins européens (9.500 aujourd’hui) sa décision de ne plus proposer aucun œuf issu de poules élevées en cage. En décembre dernier, le géant français de la distribution s’était déjà engagé à cesser la vente en France d’œufs de batterie d’ici 2020 pour sa marque propre et d’ici 2025 pour l’ensemble des fournisseurs de ses rayons.

Ce jeudi, Carrefour annonce étendre sa promesse à l’Espagne, l’Italie, la Roumanie, la Pologne et la Belgique où le groupe est aussi présent. Pour ces cinq pays, Carrefour entend honorer son engagement à l’horizon 2025.

Le processus déjà bien avancé en France

L214 n’a guère attendu pour se féliciter de l’annonce. L’association de protection animale a dénoncé à plusieurs reprises les conditions d’élevage des poules en cage, via des photos et des vidéos de poules dans un état déplorable. Blessée, déplumée et ne voyant jamais la lumière du jour. « Carrefour est un acteur de poids dans la grande distribution, glisse Johanne Mielcarek, porte-parole de l’association en charge de la campagne poules pondeuses. Après que le groupe a communiqué sur la fin des œufs de batterie dans ses rayons en France, en décembre, tous les autres acteurs de la filière avaient rapidement suivi. »

Les objectifs sont-ils tenables ? Dans les colonnes du Figaro, Bertrand Swiderski, directeur RSE, explique que beaucoup d’efforts restent à faire en Espagne, en Roumanie et en Pologne « où la question de l’élevage en batterie des poules n’est pas un sujet chez les consommateurs ». En France, en revanche, où la cause animale a pris de l’ampleur ces dernières années, le processus est d’ores et déjà bien avancé. « Plus de 70 % des œufs que nous vendons aujourd’hui dans l’hexagone sont des œufs issus de poules élevées en plein air, indique à 20 Minutes Carrefour. Une part qui devrait s’accroître encore, le bio ayant la cote en ce moment. »

Il n’y a pas que les œufs de consommation

Mais les engagements de la grande distribution ne portent que sur les œufs destinés directement à la consommation. Ils ne représentent pas la totalité des 47 milliards d’œufs produits chaque année en France, dont 68 % sont issus de poules élevées en cage. Une part non négligeable, 40 % de la production française environ est destiné à l’industrie agroalimentaire dont les produits (biscuits, pâtes fraîches, gâteaux, pizzas…) nécessitent d’utiliser des œufs ou des ovoproduits.

« C’est le principal débouché aujourd’hui des œufs de batteries, explique Johanne Mielcarek. Ces œufs sont souvent fournis sous forme liquide dans des bidons qui ne mentionnent pas obligatoirement s’ils sont issus d’élevage en plein air ou en cage. » La pression du consommateur y est sans doute aussi moins forte, la notion de bien-être animal ne sautant pas forcément aux yeux lorsqu'on achète une pizza ou de la brioche.

Mais même chez les industriels, les prises de conscience s’accélèrent. L214 liste sur son site Internet les sociétés s’engageant à bannir les œufs de batterie. On y retrouve la grande distribution donc, mais aussi des acteurs de l’hôtellerie, de la restauration collective, de la restauration tout court et des fabricants de produits à base d’œufs, certains même n’utilisant d’ores et déjà plus d’œufs de batterie. Comme Amora, Mars (Oncle Ben’s, Suzi Wan…), les desserts Gü, Michel & Augustin…

« Toutes les semaines de nouvelles entreprises s’engagent »

« Toutes les semaines, de nouvelles entreprises s’engagent », assure Johanne Mielcarek. Le 2 novembre, Nestlé s’engageait ainsi à n’utiliser que des œufs de poules élevées en liberté dans tous ses produits d’ici 2025.

Et les récalcitrants sont soigneusement mis sous pression par la L214. Giraudet, le fabricant bressan de quenelles, est en ce moment dans le collimateur. Un site Internet, giraudetstopcruaute.com a été lancé par l’association la semaine dernière et invite les visiteurs à signer une pétition.

En obtenant les engagements de la grande distribution et des industries agroalimentaires, les associations de défense de l’environnement espèrent toucher in fine les producteurs d’œufs et à les détourner des élevages en cage.

Matines veut accélérer sa mutation

Et ça marche ? Matines, leader français de l’œuf de consommation, annonce ce jeudi soir vouloir accélérer sa mutation vers les œufs dits "alternatifs", c’est-à-dire issus d’élevages de plein air et bio. Actuellement, le groupe produit environ 70 % d’œufs de poules élevés en cages et 30 % d’œufs issus d’élevages en plein air et bio. Il souhaite à terme inverser cette proportion, indique un porte-parole du groupe à l’AFP. Matines explique cette mutation par le souci de s’adapter à un marché qui « tire désormais sa croissance des œufs alternatifs ».

« Pour la première fois, c’est le marché lui-même qui pose des limites à ce qu’on fait subir aux animaux alors que la loi, elle, autorise toujours les élevages en batterie », s’enthousiasme Johanne Mielcarek.

L214 vise alors une fin des élevages en batterie des poules en Europe d’ici une dizaine d’années. Le premier étage de la fusée ? Johanne Mielcarek l’espère : « Aux Etats-Unis, la vague d’engagements pour le bannissement des œufs de batteries s’est déroulée il y a déjà deux ans. Désormais, ces mêmes acteurs de l’industrie agroalimentaire s’engagent pour un meilleur traitement des poulets d’élevage, abattus pour leur viande. »

Source De l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Faut-il interdire les corridas en France ?

Publié le par Ricard Bruno

 

Faut-il interdire les corridas en France ? RTL vous invite à répondre à la question du jour

Pour voter /  CLIQUEZ ICI...

Résultat de recherche d'images pour "rtl"

Partager cet article
Repost0

Dijon : ces acteurs qui sont venus faire leur théâtre en ville

Publié le par Ricard Bruno

Dijon : ces acteurs qui sont venus faire leur théâtre en ville

« À la Sainte-Valérie, souvent le soleil luit », affirme le proverbe qui célèbre le 28 avril. C’était un samedi, en 1962, et, ce jour-là, le soleil a brillé avec la venue de Brigitte Bardot, la plus belle femme du monde avec Marilyn Monroe. Elle a tourné à Dijon plusieurs scènes du film de Roger Vadim Le Repos du guerrier. 

L’acteur Robert Dalban, à la clinique de Dijon, lit Le Bien public, vendredi 19 juillet 1963, l’année de la sortie du film culte Les Tontons flingueurs. Photo archives LBP

L’acteur Robert Dalban, à la clinique de Dijon, lit Le Bien public, vendredi 19 juillet 1963, l’année de la sortie du film culte Les Tontons flingueurs.

Samedi 17 juin 1972, Jean Yanne, lauréat du Prix Moutarde, reçoit son poids en moutarde. Photo archives LBP

Samedi 17 juin 1972, Jean Yanne, lauréat du Prix Moutarde, reçoit son poids en moutarde.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Animaux et cirques, un lien toujours contesté

Publié le par Ricard Bruno

OUI au CIRQUE ! ............SANS ANIMAUX !

 

Animaux et cirques, un lien toujours contesté

Le Grand Cirque de Saint-Pétersbourg et ses animaux sont installés sur la plaine du Hameau jusqu’à ce soir.

 

Jusqu’à ce vendredi soir, le Grand Cirque de Saint-Pétersbourg ouvre ses portes dans la cité béarnaise. Implanté à côté du Stade du Hameau, le chapiteau propose une multitude d’animations. Parents et enfants viennent assister à des spectacles dont la place des acteurs principaux fait débat. Depuis plusieurs mois, la polémique sur la présence d’animaux dans ces...

Source de l'article et suite : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

La plainte de Sea Shepherd contre Marineland est déclarée irrecevable par la justice

Publié le par Ricard Bruno

Une honte...comment dans un pays dit "civilisé" peut on encore tolérer l'enfermement d'animaux marin , nous ne sommes plus au moyen âge...aucun animal ne doit être utilisé pour l'amusement de certains qui se repaissent de ces spectacles avilissant, c'est une honte, nous avons ici dans ce pays une justice à deux vitesses...

Bruno Ricard 

Une orque à Marineland. Image d'illustration...

Une orque à Marineland. Image d'illustration...

 L'ONG avait attaqué le parc de loisirs antibois Marineland , après le décès d'une orque en octobre 2015 peu après les inondations. Le tribunal correctionnel de Grasse a déclaré cette plainte irrecevable. 

C'était un procès attendu avec d'un côté, un zoo marin, le seul d'Europe, le Marineland d'Antibes. De l'autre, l'ONG fondée par le Canadien Paul Watson, Sea Shepherd. Elle a porté plainte pour atteinte involontaire à la vie d'un animal en captivité.
En cause, le décès de l'une des cinq orques du parc aquatique. Valentin, 17 ans, est mort peu après les inondations qui, dans la nuit du 3 au 4 octobre 2015, ont dévasté la Côte d'Azur.

Mais cette plainte a été déclarée irrecevable. Pour faire simple, la procédure par citation directe nécessite le versement d'une caution de 3.000 euros au tribunal. Et, à quelques heures près, cette consignation a été effectuée hors délai, le 16 juin 2017, au lieu du 15.


Le tribunal constate l'irrecevabilité pour défaut de règlement de la caution
 


a tranché à l'issue d'une brève audience le président Pierre Kuentz.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/antibes/plainte-association-sea-shepherd-contre-marineland-est-declaree-irrecevable-justice-1362277.html

Le Marineland est en zone inondable. En cas d'alerte météo, le personnel et les visiteurs sont évacués mais les animaux restent captifs, donc ce qui s'est passé en 2015 se reproduira...prédit Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, venue à Grasse.

Marineland dans le collimateur 


La reproduction des dauphins et des orques en captivité  est désormais interdite en France.

Source de l'article et vidéo : Cliquez ICI
 


Marneland a attaqué cet arrêté devant le Conseil d'Etat, qui signe la mort à terme du parc.

Partager cet article
Repost0

Azzaro : la maison italienne fête ses 50 ans avec un livre ultra bling...

Publié le par Ricard Bruno

Les Editions de La Martinière présentent «Azzaro, 50 ans d'éclat», un beau livre qui retrace 50 ans de mode au seine de la maison de couture fondée par Loris Azzaro en 1967.

Du glamour, des courbes sensuelles, des regards séducteurs, appuyés. Quelques adjectifs pour qualifier l'esthétique sexy d'Azzaro, couturier franco-italien de la maison de couture du même nom. Et nombreuses sont celles à s'être arrachées ses créations... Dans ses robes sirène, fourreau ou mini se succèdent Brigitte Bardot, Liza Minnelli, Marisa Berenson, Elizabeth Taylor, Tina Turner ou encore Jane Birkin. Un parcours cinq étoiles que la maison d'édition La Martinière a décidé de rassembler au sein d'«Azzaro, 50 ans d'éclat», paru à l'occasion des 50 ans de la marque, à la fin octobre.

Du glamour à tous les étages... jusqu'en 2017

Outre cet héritage, La Martinière n'a pas oublié de mettre en avant «la suite» du label, qui se poursuit depuis la disparition de Loris Azzaro en 2003 avec Vanessa Seward, puis le duo Arnaud Maillard et Alvaro Castejon puis Maxime Simoëns depuis le printemps 2017. Happy 50 !

«Azzaro, 50 ans d'éclat» - Textes de Serge Gleizes - Editions de La Martinière   Parution le 26 octobre, 50 euros

«Azzaro, 50 ans d'éclat» - Textes de Serge Gleizes - Editions de La Martinière   Parution le 26 octobre, 50 euros

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>