Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonne année 2018 aux lecteurs du blog Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

Bonne année 2018 aux lecteurs du blog Brigitte Bardot !

L’An 2017 s’est cassé.

L’An 2018 prend sa place.

Faisons de nouvelles résolutions, de bonnes résolutions du jour du Nouvel An…en vérité ne durent qu’un temps..

Alors rigolons. Soyons naturels et oublions toutes les bonnes intentions, oublions les cons qui nous emmerdent la vie, ne lâchons RIEN dans nos combats pour les animaux, que mes vœux de 2018 ne se résume qu’à une seule chose…VIVEZ ! Ah oui ! Une dernière chose VIVE Brigitte Bardot, vive MOI ! Et si cela dérange…je m’en cogne royalement le coquillard !

La bonté est le principe du tact, et le respect pour autrui la condition première du savoir-vivre…

« Les animaux, eux, ont une pureté que l'homme a définitivement perdue »

Bonne année 2018 à celles et ceux que j’aime, que j’apprécie, que je ne vois pas souvent ou jamais…

Bruno

Partager cet article

Repost0

Victoire de la pétition : Sauvons le lion Assen ainsi que les autres animaux du zoo illegitime de Razgrad, Bulgarie

Publié le par Ricard Bruno

Victoire de la pétition : Sauvons le lion Assen ainsi que les autres animaux du zoo illegitime de Razgrad, Bulgarie

Certains disent que les pétitions ne servent à rien...mais il arrive de plus en plus au contraire que cela serve et c'est tant mieux !

Continuons la lutte pour un monde meilleur pour toutes ces créatures que Dieu a créé.

Bruno Ricard 

 

Victoire : Sauvons le lion Assen ainsi que les autres animaux du zoo illegitime de Razgrad, Bulgarie

Auteur : Svetlana Geyer & l'ONG

24/12/2017

46.925 Signatures

 

Asséne et les autres lions ont été sauvés

 

Le sauvetage des lions

 

 

 

Asséne et les autres lions ont été sauvés et sont actuellement soignés grâce à l'inestimable aide de Four Paws Bulgaria, mais aussi grâce à tout ceux qui ont participé pour faire pression. MERCI à vous tous aussi !

 

Transféré à Sofia, Asséne a dû passer un scan durant lequel il était mis sous calmants, car il souffrait visiblement beaucoup. Après seulement 2 semaines de soins, il a radicalement changé et ne ressemble plus à un vieillard. A seulement 3 ans – à peine entré dans l'âge adulte, il avait été utilisé pour une reproduction abusive, tout comme ses parents. D'ailleurs, quand l’équipe de Four Paws est venue pour évacuer Assen et les autres lions, elle a eu une triste surprise: la mère d'Assen, âgée de 12 ans, était de nouveau gestante.

 

L’équipe a du encore revenir avec un équipement adapté pour animal en gestation. Le voyage s'est bien passé et le lionceau (encore un fruit de la consanguinité) se porte étonnamment bien.

 

Les lionceaux piétinées, Thérese et Massoud, quand à eux ont échappé de peu au malheur de se retrouver dans un autre zoo-prison, qui n'a pas toutes les licences ni les compétences non plus !

 

De nombreux citoyens bulgares, fondations et ONGs, avec en tête Four Paws Bulgaria ont descendu les rues de la capitale pour protester. Sous la pression de l'« armée des lionceaux », le ministre de l'Environnement et des Eaux a annoncé : la confiscation des lionceaux à la mairie de Razgrad en faveur de Four Paws.

 

« L'armée des lionceaux » a gagné 

 

"L'armée des lionceaux"et le Ministr Nenov

 

 

 

Malgré la joie générale et le parfum de fête qui a envahi la Bulgarie suite à cette victoire, l'ONG «Tutoyons la Nature» a appelé à ne pas oublier les animaux restés encore sur place dans le macabre zoo de Razgrad et continuer à partager cette pétition, car la route est encore longue !

 

 

 

Cette petite ONG bulgare partie en croisade pour améliorer l’état des animaux dans tous les zoos bulgares se bat aussi pour un contrôle d'urgence des licences des autre zoos de Bulgarie et la fermeture des plus indignes à accueillir des animaux. Voici l’interview complète de Gabriela Papadopova, représentante de « Tutoyons la Nature » :

 

Interview de Gabriela Papadopova / “Tutoyons la Nature”

 

 

 

 

Quelle est votre activité ? En quelques mots, quelles sont les actions d’envergure de votre association ?

 

 

 

« Tutoyer la Nature » est une association de volontaires pour la défense et le traitement humanitaire des envers les animaux, créée en 2001. Nos principales activités sont :

 

- du lobbying législatif, participation à des groupes de travail de techniques législatives ;

 

- conduite de campagnes de formation à la défense et au traitement humanitaire des animaux

 

- recherche d’abri pour les animaux errants

 

- contrôle citoyen pour le respect du traitement humanitaire des animaux ;

 

- consultations gratuites sur la défense et le traitement humanitaire des animaux.

 

L’association a participé activement à la rédaction de la Loi sur la défense des animaux votée en 2008 et à l’introduction de textes criminalisant la cruauté envers les animaux dans le Code pénal.

 

Qui vous a informé au sujet de la situation désastreuse des animaux du parc animalier de Razgrad ?

 

La situation de ce parc animalier est connue depuis 2014. Nous avons signalé à deux reprises aux institutions responsables, les terribles conditions dans lesquelles vivent les renards ainsi que les lions. Concrètement, le cas de cette année concernant les lionceaux, nous a été signalé par nos amis de la Fondation « Les animaux sauvages » qui les ont sauvés, ainsi que par une bénévole locale. L’information sur la  situation du lion Assène, est arrivée plus tard.

Jusqu’à quel point, le fait qu’à la fois la mairie et les habitants de Razgrad tiennent à leur parc animalier, constitue-t-il un obstacle à votre cause ?

 

D’après nous, dans le cas présent, le fait que la mairie et les habitants (en paroles) tiennent à leur parc

 

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Elle se bat pour sauver les lévriers galgos, victimes d'atrocités en Espagne

Publié le par Ricard Bruno

aurence Ballereau se bat pour sauver les galgos, les lévriers espagnols.

aurence Ballereau se bat pour sauver les galgos, les lévriers espagnols.

Là-bas, les galgos, les lévriers espagnols, subissent les pires atrocités, au nom d'une tradition ancestrale des plus barbares. Ils sont utilisés par les galgeros, ces chasseurs qui ne ressemblent en rien à ceux de Sologne. Ceux-là n'ont pas de fusils, mais ces lévriers, des chiens très rapides, qui pistent le gibier, l'attrapent et le ramènent à leur maître.

Victimes d'une croyance d'un autre temps

Sauf que leur maître a, le plus souvent, aucune considération pour eux : « Ils ne sont que des outils. » Des outils déjà usés à leurs yeux au bout de trois petites années. « Alors, s'ils ont été de bons chasseurs, ils les tuent. Mais s'ils ont été mauvais, ils les torturent, pour conjurer le mauvais sort, et que le prochain soit meilleur. » Des croyances d'un autre temps qui perdurent encore au XXI e siècle et qui font chaque année « 50.000 victimes ». 50.000 lévriers maltraités, torturés, mutilés. « Ces chiens-là n'ont pas une once d'agressivité, ils ne se rebiffent même pas. »

Devant un tel massacre, Laurence Ballereau a décidé d'agir. En surfant sur Internet, elle découvre l'association Galgo's dream Belgium, basée à Tournay, en Belgique, et la rejoint. Depuis trois ans, elle est même leur déléguée Centre-France. « On travaille en partenariat avec un refuge, en Espagne ».

Il s'agit du refuge Ciudad animal, à Pedro Munoz (en Castille). Le refuge d'une certaine Loli Cantero, qui consacre sa vie à sauver les lévriers espagnols. « On aide le refuge. On organise des campagnes de collecte de dons, de sacs de croquettes, de médicaments… en France, en Belgique et en Allemagne, puisque l'association est sur les trois pays. » Et « on accompagne les familles qui veulent adopter des lévriers. »

« Le but, ce n'est pas d'interdire la chasse, mais au moins que les galgos ne soient plus brutalisés. »

À ce jour, le refuge espagnol compte trois cents chiens à l'adoption. « Mais quand certains sont vraiment trop abîmés, trop traumatisés, Loli Cantero les garde chez elle. »

Au départ, Laurence Ballereau s'était portée volontaire pour être l'une de ces familles d'accueil où les galgos se refont une santé, ou ils découvrent ce qu'est la vie d'un animal de compagnie, le confort d'une maison, l'amour d'une famille. « Mais mon mari et moi, on n'est pas fait pour être famille d'accueil : on s'attache trop », glisse-t-elle, un sourire aux coins des lèvres.

Laurence Ballereau et son mari.

Laurence Ballereau et son mari.

C'est d'ailleurs ainsi qu'Elina, 7 ans, a rejoint la famille, puis trois autres, et enfin, Destino. « Il a été trouvé par Loli Cantero au bord d'une route départementale, dans un fossé. Il avait une fracture du tibia, une fracture de la hanche… Il a subi trois opérations. » Comme d'autres, il avait été maltraité, puis abandonné.

« Brigitte Bardot a déjà écrit au roi d'Espagne à ce sujet (en 2016, NDLR), mais ça n'a rien changé, regrette-elle. Le roi d'Espagne est chasseur, alors… »

Et ils sont ainsi des milliers. « Le pire, c'est au mois de février, à la fin de la période de chasse : le refuge récupère des centaines de chiens abandonnés, blessés. Et ce ne sont pas des petites blessures. » Des soins coûteux qui mobilisent les bénévoles de cette association qui milite depuis de longues années surtout pour que cesse ce massacre. Mais ce sera sans doute un long combat.

Elle se bat pour sauver les lévriers galgos, victimes d'atrocités en Espagne

« Brigitte Bardot a déjà écrit au roi d'Espagne à ce sujet (en 2016, NDLR), mais ça n'a rien changé, regrette-elle. Le roi d'Espagne est chasseur, alors… »

« Le but, ce n'est pas d'interdire la chasse, mais au moins que les galgos ne soient plus brutalisés. »

Comme les bénévoles de son association, Laurence Ballereau garde pourtant espoir. « Les choses commencent un peu à bouger en Espagne. Il y a de plus en plus de manifestations d'Espagnols contre ça. » Et certains galgeros viennent aujourd'hui « abandonner leur galgos. » Si on ne peut se réjouir d'abandons massifs, « au moins, ils ne les torturent pas, et ils ne les tuent pas. » Reste qu'il y a encore fort à faire « pour que les choses changent vraiment là-bas. »

Pratique. Contact : Laurence Ballereau au 06.59.19.91.16 ou par courriel à laurencegalgosdreambelgium@gmail.com 

Source de l'article : Cliquez ici

Partager cet article

Repost0

Danièle Heymann, janvier 1968: le show Bardot

Publié le par Ricard Bruno

La double page que L'Express du 1er janvier 1968 consacre au "show Bardot" à la "T.V.". L'Express

La double page que L'Express du 1er janvier 1968 consacre au "show Bardot" à la "T.V.". L'Express

En 1968, Brigitte Bardot est LA star à la française. La "T.V." ne pouvait éviter le phénomène: Danièle Heymann a vu l'émission, elle a aimé et le raconte avec une verve qui fait envie, peut-être plus encore cinquante ans plus tard.

[...] Le "Spécial Brigitte Bardot", diffusé cinq ans, jour pour jour, après ses débuts de chanteuse à la T.V., a une histoire. 

D'abord, la version présentée est expurgée. Le film, en effet, commençait par l'apparition victorieuse de Brigitte enroulée dans un drapeau tricolore. Tenant hardiment la hampe, laissant aisément deviner que les plis glorieux de notre emblème étaient ses seuls voiles, résistant à une cocardière tempête qui plaquait l'étendard à son corps, elle était superbe. 

La direction de la télévision a apprécié. Puis menacé l'émission du carré blanc: "Vous comprenez, les enfants, les anciens combattants..." Les réalisateurs ont plaidé: "Ne trouvez-vous pas que Brigitte ainsi est un magnifique symbole de la vitalité en France? Une espèce de "Marseillaise" de Rude 1968?..." La direction ne s'est pas laissé fléchir. Les réalisateurs ont préféré couper. 

La double page que L'Express du 1er janvier 1968 consacre au "show Bardot" à la "T.V.".L'Express

La double page que L'Express du 1er janvier 1968 consacre au "show Bardot" à la "T.V.".L'Express

Mais cette anecdote n'est qu'une péripétie. [...] Brigitte, de plus en plus enchantée, de plus en plus acharnée à bien faire et à faire du Gainsbourg, voulait tourner, encore tourner. Sans coiffeuse, sans maquilleuse, elle accepta même d'être traquée par la meute, autrefois honnie, des photographes de presse: on balaya, au soir d'une journée de studio, douze cents emballages de pellicule sur le plateau. 

"Brigitte doit aller douze heures à Londres"

L'improvisation, alors, se met à régner. Eddy Matalon et François Reichenbach découvrent le cinétisme à la Biennale des Jeunes, de Paris. Il faut aussitôt utiliser ce décor scintillant et futuriste: Gainsbourg écrit, dans la nuit, "Contact", épopée d'une Vénus cosmonaute, aux seins bardés de métal tendre et qui cherche à travers les galaxies son amour satellisé. 

Serge Gainsbourg reçoit alors commande par la Warner Bros d'une chanson intitulée "Bonnie and Clyde", et qui aidera à la promotion du film en France. Qu'importe: on inclura ce parasite providentiel dans le show. En vingt-quatre heures, Gainsbourg compose une déchirante ballade de passion et de mort. Il sera Clyde. Elle sera Bonnie. Chanson vécue. 

LIRE AUSSI >> Les Français de 1968, par Françoise Giroud 

Brigitte doit aller douze heures à Londres pour essayer les costumes de "Shalako", le western qu'elle doit tourner avec Sean Connery. Eddy Matalon la suit et tourne à la sauvette, à la barbe des "bobbies", une extraordinaire promenade de B. B. dans les rues de la nouvelle Angleterre. 

Au retour, Gainsbourg, toujours lui, improvise sur ce thème et écrit: "Le Diable n'est pas anglais". Enfin, après quinze jours de tournage effectif, étalés sur trois mois, le "Spécial Brigitte Bardot" est terminé. Ce show est sans doute le spectacle le plus plaisant que la TV pouvait nous offrir. Il est sûrement le plus beau cadeau que Brigitte Bardot pouvait se faire à elle-même. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Le cliché d'Emmanuel Macron que l'Élysée voulait éviter !

Publié le par Ricard Bruno

Le cliché d'Emmanuel Macron que l'Élysée voulait éviter !

Mi-décembre, Emmanuel Macron passait son week-end au château de Chambord, où il avait participé à l'exposition du tableau de chasse après la battue. Pas de chance : malgré les réticences de l'Elysée, une photo a été prise et publiée sur les réseaux sociaux.

Il y a quelques jours à peine, Brigitte Bardot, toujours aussi engagée dans la lutte pour la protection des animaux, s'emportait contre Emmanuel Macron dans un communiqué.  "La cause animale est la cinquième roue du carrosse présidentiel ! J'en ai marre !", lâchait-elle. "J'ai écrit deux lettres ouvertes à Macron. Je n'ai eu aucune réponse (...) Je suis connue dans le monde entier pour être la protectrice des animaux. C'est scandaleux que mon pays ne fasse rien."

Particulièrement remontée, la présidente de la Fondation Brigitte Bardot ajoutait : "Macron n'a aucune compassion pour les animaux et la nature : à Chambord [où il a récemment fêté son anniversaire avec son épouse, ndlr.], il vient de féliciter des chasseurs devant leurs gibiers encore chauds ! C'est scandaleux et très déplacé." Malgré les efforts de la communication de l'Élysée, une photo du moment dont parle Brigitte Bardot a tout de même été partagée sur les réseaux sociaux via le compte Twitter des "Chasseurs de France."

"'Pas de photo ! Pas de photo !' avait insisté l'Elysée"

Sur la photo, floue, prise de loin et de nuit, on aperçoit en effet le chef de l'Etat. "Emmanuel Macron a défendu la chasse comme une valeur forte du pays. Engager avec Willy Schraen [Président de la fédération nationale des chasseurs] la réforme de la chasse", précise la légende. Ce jour-là, le président de la République avait participé à l'exposition du tableau de chasse après la journée de battue dans le domaine royal. "Une quinzaine de sangliers tirés au fil et entourés de quelques branches de sapin gisaient sur le sol", rapporte Le Monde.

Problème : le cliché n'aurait pas dû sortir. "'Pas de photo ! Pas de photo !', avait insisté l'Elysée, conscient qu'un cliché d'animaux morts ensanglantés risquait de choquer, surtout avant les fêtes de Noël", relate le quotidien. "Mais la Fédération nationale des Chasseurs (FNC) n'a pas résisté à poster une image de la cérémonie sur son compte Twitter. Willy Schraen, son volcanique président, qui comptait parmi les invités, ne rate jamais une occasion de souligner ses accointances avec le pouvoir."

Willy Schraen est en effet un sacré personnage. Sur son compte Twitter, avant les fêtes de Noël, le roi de la chasse multipliait les messages provocateurs. "Mais au fait, est-ce que ça crie une carotte quand on la tue ? Joyeux Noël !" Visiblement, ce monsieur semble avoir raté un cours à l'école primaire. Allez Willy, répétez après nous : les carottes sont des végétaux, les animaux sont des "êtres vivants doués de sensibilités." Oui oui, et c'est même le Code Civil qui le dit. Mais c'est sans doute plus compliqué d'ouvrir un livre que de tweeter. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Le spectacle de l’ours Valentin finalement annulé !

Publié le par Ricard Bruno

Frédéric Chesneau et son fidèle compagnon ont vu leurs représentations rayées du calendrier suite à une lettre de la fondation Brigitte Bardot adressée au maire de Bourg-Saint-Maurice.

Frédéric Chesneau et son fidèle compagnon ont vu leurs représentations rayées du calendrier suite à une lettre de la fondation Brigitte Bardot adressée au maire de Bourg-Saint-Maurice.

Michel Giraudy avait assuré dans nos colonnes, mercredi, qu’il « ne cède à aucune pression ». Pourtant, il a finalement décidé d’annuler la venue de l’ours Valentin, et de son dresseur, Frédéric Chesneau, le 3 janvier prochain. Une demande formulée par la Fondation Brigitte Bardot, dans une lettre ouverte destinée au maire de Bourg-Saint-Maurice, que ce dernier avait pourtant refusée dans un premier temps.

Las de la polémique, il a changé d’avis : « Je suis quelqu’un de raisonnable. J’ai décidé d’annuler la venue de l’ours Valentin, bien que je sois en total désaccord avec les propos extrémistes de Brigitte Bardot. »

Pour Frédéric Chesneau, le dresseur de Valentin, ce revirement est une surprise totale. « Ces groupes extrémistes racontent des choses totalement fausses. Ils disent, par exemple, que nous arrachons les dents des animaux… Ce qui est interdit en Europe ! » Il détaille également : « Notre activité est très réglementée, et fait l’objet d’une surveillance permanente des services de l’État, tant pour la sécurité du public qu’en matière de bien-être animal. J’ai sauvé dix ours depuis 2000, l’État me confie régulièrement des animaux sauvages afin de les sauver de trafics ou maltraitances. Valentin a été racheté à un élevage qui le destinait à l’industrie de la fourrure, il vit en semi-liberté plus de 300 jours par an, et n’a jamais connu la nature, pas plus que ses parents ! En présentant mes animaux au public, je fais vivre mon refuge, qui accueille plus de 100 animaux sauvages récupérés, sans subvention, ni don, ni legs. »

Source de l'article ; Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Fondation Brigitte Bardot : Campagne contre la fourrure : Les retombées médiatiques...

Publié le par Ricard Bruno

Fondation Brigitte Bardot : Campagne contre la fourrure : Les retombées médiatiques...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/campagne-choc-anti-fourrure-fondation-brigitte-bardot-region-parisienne-1391077.html

 

https://www.actupolitique.info/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-daffichage-anti-fourrure/

 

https://www.actupolitique.info/la-fondation-bardot-lance-mardi-sa-nouvelle-campagne-daffichage-anti-fourrure/

 

http://information.tv5monde.com/en-continu/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure-211227

 

https://www.laminute.info/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-daffichage-anti-fourrure/

 

http://www.europe1.fr/societe/la-fondation-bardot-lance-mardi-sa-nouvelle-campagne-daffichage-anti-fourrure-3530705

 

https://fr.news.yahoo.com/fondation-bardot-lance-nouvelle-campagne-daffichage-anti-fourrure-073011717.html

 

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2017/12/26/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure,2248776.php

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/12/26/jaime-les-animaux-morts-la-campagne-choc-de-la-fondation-bardot-contre-la-fourrure_a_23316810/

 

http://www.bfmtv.com/breves-et-depeches/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure-1335467.html

 

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/26/2711426-fondation-bardot-lance-mardi-nouvelle-campagne-affichage-anti-fourrure.html

 

https://www.rtl.be/info/magazine/science-nature/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure--982047.aspx

 

http://www.liberation.fr/societe/2017/12/26/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure_1618892

 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure_1971741.html

 

http://www.boursorama.com/actualites/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure-c3ba8f1f952399d05cc7a19912b807aa

 

http://www.lepoint.fr/societe/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure-26-12-2017-2182465_23.php

 

http://www.sudinfo.be/2022463/article/2017-12-26/la-nouvelle-campagne-choc-de-la-fondation-bardot-concernant-les-vetements-en-fou

 

https://actu.orange.fr/france/la-fondation-bardot-lance-sa-nouvelle-campagne-d-affichage-anti-fourrure-CNT000000UzSCd/photos/des-militants-de-la-cause-animale-manifestent-contre-l-utilisation-de-la-fourrure-a-l-appel-de-la-fondation-bardot-peta-once-voice-et-d-autres-associations-le-24-octobre-2009-a-paris-cd703949448ef0ea47c31ce14874b1c7.html

 

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot : Intervention de Christophe Marie sur RTL

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Intervention de Christophe Marie sur RTL dénonçant la fourrure...

"J'aime les animaux… Morts!", le slogan choc de la fondation Brigitte Bardot qui lance une nouvelle campagne d'affichage contre la fourrure ce mardi 26 décembre. Sur une image, on voit notamment un homme portant un blouson avec une fourrure qui ruisselle de sang. Un millier de panneaux d'affichage sont actuellement répartis à Paris et dans d'autres villes de la région parisienne. "Aujourd'hui le marché de la fourrure est revenu en force avec des notamment des accessoires, comme des cols ou des capuches. Le but de cette campagne, c'est d'interpeller les acheteurs, qui ne font pas toujours le lien entre leur col et l'animal qui a été tué pour le confectionner", explique au micro de RTL, Christophe Marie, le porte-parole de la fondation Brigitte Bardot. "Beaucoup de gens pensent d'ailleurs qu'il s'agit de fausse fourrure, mais la plupart des cols sont en fourrure véritable", affirme-t-il. Fondation Brigitte Bardot : http://www.fondationbrigittebardot.fr/

Partager cet article

Repost0

Un chasseur capture une renarde blessée et décide de la garder pour entraîner ses chiens

Publié le par Ricard Bruno

Un chasseur capture une renarde blessée et décide de la garder pour entraîner ses chiens

Un homme de 23 ans, originaire de Bréhan, dans le Morbihan, a été présenté au tribunal de Vanne pour avoir capturé une renarde blessée et l’avoir gardée dans son jardin pour entraîner ses chiens à la chasse. C’est une lettre anonyme, envoyée à la SPA, qui a permis de découvrir la situation dramatique dans laquelle se trouvait la renarde.

Le prévenu s’est pourtant défendu de tout mauvais traitement :

 

Je n’avais montré cette renarde à personne. Je ne sais pas qui a pu écrire cette lettre. Sa présence excitait les chiens mais j’allais la relâcher. Je lui donnais à manger des croquettes et des détritus.

Une renarde utilisée pour entraîner les chiens à la chasse

Une explication qui n’a guère convaincu le tribunal de Vanne. La juge a d’ailleurs remarqué :

Ses blessures n’avaient pas été soignées, elle pesait 3,9 kg alors que le poids moyen d’un animal de ce type est de 7 kg. La loi interdit de maintenir en captivité des animaux sauvages sans autorisation préfectorale.

 

Un chasseur capture une renarde blessée et décide de la garder pour entraîner ses chiens

Plusieurs associations, la Ligue de protection des oiseaux, la Fondation Brigitte Bardot, Volée de Piafs et Protection des Animaux sauvages, se sont constituées partie civile, au côté de l’Office national de la chasse et de la faune. Elles réclamaient 8500 euros de dommages. De son côté, le Ministère public a requis deux mois de prison avec sursis et 200 euros d’amende. Le jugement sera rendu le 8 janvier 2018.

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Pourquoi Nicolas Hulot ne supprimera pas la chasse à courre

Publié le par Ricard Bruno

Des veneurs quittent le Château de Chantilly avec une meute de chiens pour aller chasser dans la forêt de Chantilly, le 06 novembre 2004.

Des veneurs quittent le Château de Chantilly avec une meute de chiens pour aller chasser dans la forêt de Chantilly, le 06 novembre 2004.

Une vingtaine d’associations demandent au ministre de la Transition écologique de mettre fin à cette pratique qu’elles jugent barbare. Celui-ci répond.

"A partir du moment où l’on doit tuer un animal, il faut limiter au maximum sa souffrance. Certaines pratiques, comme la chasse à courre, prolongent l’agonie et le stress d’un animal. Cela me heurte profondément. Ce n’est pas l’idée que je me fais de la civilisation."

Celui qui prononce ces mots dans les colonnes de "l’Obs" n’est pas le premier défenseur des animaux venu : c’est Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, et donc potentiellement une personnalité investie du pouvoir d’interdire ce qui le "heurte profondément".

Cette interview n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd : une vingtaine d’associations de protection des animaux (Fondation Brigitte-Bardot, Fondation 30 Millions d’Amis, L214, PETA…) redemandent ce qu’elles ont déjà réclamé au ministre dans un courrier en date du 8 décembre : la suppression de la chasse à courre. Aline Maatouk, chargée de la faune sauvage française à la Fondation Bardot, interroge :

"Un sondage que nous avons commandé à l’Ifop montre que 84% des Français se déclarent hostiles à la chasse à courre. Si c’est le cas du ministre Hulot, pourquoi ne pas définitivement l’abolir ?"

Longue agonie

La Fondation renchérit :

"Cette chasse provoque d’interminables souffrances chez le cerf, chevreuil, renard ou lièvre pourchassé qui, épuisé, stressé et tétanisé par la peur, finit achevé au terme d’une course qui ressemble à une longue agonie."

De même, soutient la Fondation, beaucoup de nos voisins l’ont déjà interdite, comme l’Allemagne et la Belgique dans les années 1950, l’Ecosse en 2002 et même l’Angleterre, terre où le fox hunting était pratiqué depuis la nuit des temps, en 2004. Et qu’il suffirait de supprimer les mots "soit à courre, à cor et à cri" de l’article L. 424-4 du Code de l’environnement pour que cette pratique appartienne au passé.

Alors, que compte faire Nicolas Hulot ? Interrogé par "l'Obs", celui-ci répond :

"Mon sentiment personnel ne peut pas préempter ce qui doit être un débat de société. La France, qui a été historiquement associée à la chasse à courre, n’est pas encore prête à l’abandonner."

Classes supérieures

Un propos qui révolte Aline Maatouk :

"Depuis le début des années 1980, les associations de protection animale réclament l’abolition de cette pratique, mais les propositions de loi des parlementaires dans ce sens sont rejetées sans même être débattues ! Les lobbies de chasseurs refusent absolument toute restriction de leurs activités."

Selon les derniers chiffres connus (ils sont anciens, puisqu'ils datent de 2002), les "boutons" – pratiquants payants de la chasse à courre – sont environ 10.000 en France pour 440 équipages, secondés par 20.000 à 30.000 bénévoles. Soit environ 3% des 2,1 millions de pratiquants français de la chasse.

C'est peu ? Oui, mais ils appartiennent souvent aux classes supérieures de la société – un "bouton" dans un équipage select peut coûter jusqu'à 3.000 euros par an – que les gouvernants n'ont guère l'envie de bousculer dans leurs habitudes.

Le président Macron, en tout cas, ne semble pas parti pour leur mettre des bâtons dans les roues : candidat, celui-ci s'est dit favorable à la réouverture des chasses présidentielles, ces raouts cynégétiques hautement mondains, abolis par Nicolas Sarkozy en 2010. Un signal qui sonne comme l'hallali pour les associations de protection animale.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>