Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Val-d’Oise: six mois avec sursis pour acte de cruauté sur son chien

Publié le par Ricard Bruno

Le propriétaire de Typhon, un chien de race border collier, a été condamné par le tribunal de Pontoise pour des faits de maltraitance

Le propriétaire de Typhon, un chien de race border collier, a été condamné par le tribunal de Pontoise pour des faits de maltraitance

Un homme d’une quarantaine d’années a été condamné par le tribunal de Pontoise à une peine de six mois de prison avec sursis et à l’interdiction de posséder un animal pendant cinq ans.

Coups de poing, coups de pieds et violences en tout genre. Le tribunal de Pontoise, dans le Val-d’Oise, a dû se prononcer lundi après-midi sur le cas d’un quadragénaire soupçonné d’acte de cruauté envers un animal, rapporte Le Parisien.

Les faits reprochés au propriétaire de Typhon, un chien de race border collier, se situent entre décembre 2016 et janvier 2017 à Soisy-sous-Montmorency. D’après des témoignages de riverains, le mis en cause aurait été vu en train d’infliger de sévères corrections à Typhon. Des coups de poings, des coups de pieds, une laisse qui ne se termine pas par un collier mais par un nœud coulant. Un témoin assure même avoir surpris le quadragénaire en train d’étrangler son compagnon à quatre pattes.

Malnutrition

Le propriétaire violent a été placé en garde à vue à la suite de ces témoignages concordants. Une enquête a été ouverte. L’expertise d’un vétérinaire a été requise pour évaluer l’état de l’animal. Un rapport fait ainsi mention d’une musculature anormale et trois canines sur quatre manquantes, probablement due à une malnutrition. Une piste confirmée par une perquisition au domicile du maître de Typhon. Aucune gamelle n’a été retrouvée.

A la barre du tribunal de Pontoise, le quadragénaire, sans travail et fragile psychologiquement, estime être une victime d’un conflit de voisinage, "un complot bien organisé". Une argumentation qui ne tient pas pour la procureur. "Je compte neuf témoins qui attestent de sévices et d’acte de cruauté, dont un policier municipal et des commerçants qui n’ont pas de lien avec le prévenu", a-t-elle souligné. Pour l’avocate du prévenu, tous les témoignages émanent de "personnes promenant leurs chiens dans le quartier, qui se connaissent et sont liés dans des associations".

Le propriétaire de Typhon a finalement été condamné à une peine de six mois de prison avec sursis et à l’interdiction de posséder un animal pendant cinq ans. Il devra également indemniser la SPA – qui s’occupe désormais de Typhon – et la fondation Brigitte Bardot qui se sont constituées parties-civiles à hauteur de 800 € chacune.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le zoo fait naître trop de lionceaux, il en euthanasie !

Publié le par Ricard Bruno

Le zoo fait naître trop de lionceaux, il en euthanasie !
Parce qu’il ne pouvait ni les déplacer, ni les vendre, le directeur du zoo de Boras, en Suède, a avoué avoir euthanasié neuf lionceaux en parfaite santé. De quoi agiter la toile et les associations de défense des droits des animaux.

« Ce n’est un secret pour personne et nous n’essayons pas de le cacher. Les choses fonctionnent de cette façon. C’est donc malheureusement un chemin naturel pour des groupes de lions. »

En déclarant ces mots, Bo Kjellson, patron du Boras Djurpark, un parc zoologique, situé à Boras (60 000 habitants), dans le sud-ouest de la Suède, s’est mis à dos de nombreux internautes et associations de protection des animaux.

 

Lors d’une interview accordée sur la chaîne de télévision suédoise SVT, le directeur du centre a avoué qu’il avait mis à mort neuf lionceaux en bonne santé au cours des six dernières années, pour des raisons financières. « Nous avons essayé de les vendre ou de les reloger dans d’autres zoos. Malheureusement, il n’y avait pas de zoos pour les accueillir. Et pour éviter d’éventuelles agressions, nous étions obligés d’enlever des animaux. Donc ça devait être eux. »

Un acte nécessaire

Pour Bo Kjellson, il n’y avait donc pas d’autres alternatives. Cette excuse n’a pas suffi à convaincre les associations de défense des droits des animaux, ainsi que l’opinion publique. « L’animal est devenu un produit de consommation. On fait naître au printemps des bébés animaux parce que les gens veulent en voir. Cela rapporte et gonfle le chiffre d’affaires. Et quand arrive l’automne, on n’en veut plus », s’agace Franck Schrafstetter, président de l’association française de protection des animaux, Code Animal.

 

Seulement deux des treize petits, nés de trois portées séparées, ont survécu au cours des cinq dernières années. (Photo : Boras Zoo)

Seulement deux des treize petits, nés de trois portées séparées, ont survécu au cours des cinq dernières années. (Photo : Boras Zoo)

Colomba de la Panouse-Turnbull, directrice générale déléguée du parc animalier de Thoiry (Yvelines), reconnaît que l’euthanasie peut se justifier. « Il est très difficile de garder plusieurs mâles au sein d’un groupe avec des femelles, car ils entrent en concurrence les uns avec les autres. Et on ne peut pas introduire des lions dans un groupe déjà constitué », a-t-elle déclaré dans le journal Le Monde.

Elle rappelle qu’un zoo n’est pas la SPA (Société protectrice des animaux), et qu’il n’a pas vocation de préserver chaque individu, mais de conserver l’espèce et sa diversité génétique. « Posons-nous la question : vaut-il mieux privilégier le bien-être dun animal quand il est vivant ? Ou privilégier un maximum danimaux coûte que coûte  avec les problèmes dinconfort et de mal-être que génère pour eux la surpopulation ? Cela dit, personne ne prend plaisir à euthanasier un animal. »

5 000 animaux euthanasiés chaque année

Chaque année, entre 3 000 et 5 000 animaux sont tués en Europe, selon les registres de l’Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA). « Ce chiffre comptabilise seulement les euthanasies réalisées par les zoos reconnus par l’association, précise Franck Schrafstetter. En réalité, ce sont plus de 10 000 animaux qui sont tués chaque année. »

Face à cette manœuvre, l’association de défense des animaux Code Animal appelle à ce qu’on s’interroge sur l’utilité des zoos en France et en Europe. (Photo : Boras Zoo)

Face à cette manœuvre, l’association de défense des animaux Code Animal appelle à ce qu’on s’interroge sur l’utilité des zoos en France et en Europe. (Photo : Boras Zoo)

Helena Pedersen, chercheuse en pédagogie animale de l’Université de Göteborg en Suède, a déclaré à la télévision suédoise que, selon elle, tuer des animaux fait partie de la gestion dun établissement zoologique, avant de conclure : « Je pense que nous devons réfléchir à pourquoi il est important pour nous d’avoir des zoos, et si cela vaut le prix que les animaux paient pour cela. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Alain Delon : "La beauté, elle était là"

Publié le par Ricard Bruno

En août 1968, Alain Delon tourne « La Piscine » à Saint-Tropez et s'installe à La Madrague, chez Brigitte Bardot qui l'héberge et l'initie aux joies de la plaisance. L'acteur affirme qu'il ne s'est jamais rien passé entre eux.

En août 1968, Alain Delon tourne « La Piscine » à Saint-Tropez et s'installe à La Madrague, chez Brigitte Bardot qui l'héberge et l'initie aux joies de la plaisance. L'acteur affirme qu'il ne s'est jamais rien passé entre eux.

L'enfance perdue, la beauté et les femmes, la célébrité et la paternité, l'argent, la politique, la religion et la mort... Alain Delon se livre à Valérie Trierweiler dans l'interview de sa vie dont voici de premiers extraits.

Paris Match. Tout le monde connaît ou croit connaître Alain Delon, mais votre image correspond-elle à la réalité de ce que vous êtes ?
Alain Delon. Oui, totalement. Elle correspond à ce que je suis et elle a toujours été fidèle à ce que je suis. Je n’ai jamais essayé de changer ou d’être un autre. Je suis en accord avec moi-même, je suis moimême. Je n’ai jamais joué un personnage. J’ai toujours été la même personne. Je ne fais semblant de rien, je dis ce que j’ai à dire même si cela ne plaît pas toujours. Je n’avais jamais imaginé avoir un tel destin, devenir ce que j’allais être. Je rentrais de la guerre, le cinéma est venu à moi par les femmes mais j’étais déjà ce que je suis resté. Et puis l’image, elle a pris un coup de vieux non ?

J’ai tout eu grâce à cette beauté

Pensez-vous tout devoir à cette beauté qui vous a caractérisé tout au long de votre vie ? A quel moment avez-vous compris que vous disposiez de ce pouvoir ?
La beauté, elle était là. Tout le monde me le disait, tout le temps. Les femmes me le disaient, et pas seulement les femmes. Quand on m’a proposé de faire du cinéma, je posais la question : “Pourquoi moi ?” Et c’est ce qu’on me répondait, on me parlait de cette beauté en permanence. Déjà ma mère me le répétait quand j’étais gamin. Dans la rue, les gens l’arrêtaient pour lui dire : “Qu’est-ce qu’il est beau, votre fils !” Mais elle ne supportait pas qu’on me touche, alors, quand elle me promenait au parc de Sceaux elle avait accroché un petit écriteau sur la poussette : “Regardez- moi mais ne me touchez pas !” Ensuite il y a eu le comportement des jeunes filles qui me tournaient autour. Mais si j’avais compris qu’il s’agissait d’un pouvoir, d’une arme, je n’aurais pas commencé ma vie en étant charcutier. Au fond, rien ne s’est fait par moi mais par les femmes. J’ai été fou des femmes très tôt, et en particulier de celles qui avaient cinq ou dix ans de plus que moi. Et quand je suis rentré de l’armée, je me suis retrouvé à vivre à Pigalle, au Régina. Quelque temps après, plusieurs jeunes femmes travaillaient et me faisaient vivre. Elles étaient folles de moi parce qu’il paraît que j’étais beau. Elles m’ont donné cette chance, de faire du cinéma. Si je n’avais pas été acteur, je serais sûrement mort aujourd’hui.

Le cinéma a-t-il été une revanche sur la vie ?
Non, parce que c’est un destin. Il faut quand même que je dise merci à ma mère, car c’est elle qui m’a donné la gueule que j’avais et tout est arrivé grâce à cela. J’ai tout eu grâce à cette beauté. Alors, oui, je dis “merci maman”. Je suis son portrait, elle était magnifique. Je lui dois au moins cela.

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans un hors-série exceptionnel, «Alain Delon, l'unique», en vente dans les kiosques, au prix de 6,95 euros.
Alain Delon : "La beauté, elle était là"
Partager cet article
Repost0

Paris : le musée Grévin va se refaire une beauté

Publié le par Ricard Bruno

Le musée Grévin va se refaire une beauté en janvier 2019

Le musée Grévin va se refaire une beauté en janvier 2019

A l’occasion de sa métamorphose prévue, le célèbre musée de cire accueillera d’ici un an la statue d’Emmanuel Macron mais a renoncé à celle de l’acteur Kevin Spacey.

A l’aube de son 130e anniversaire, le musée Grévin va s’offrir un nouveau coup de jeune. En janvier 2019, la célèbre institution installée sur les grands boulevards (IXe) depuis 1882 fermera ses portes pendant un mois, le temps de se refaire une beauté.

La dernière grande métamorphose du mythique musée de cire remonte à 2001. Grévin & Cie, filiale de la Compagnie des Alpes (Parc Astérix, Futuroscope, France Miniature…), propriétaire du lieu a prévu d’investir la bagatelle de près de 5 M€ dans le relooking avec pour objectif d’atteindre 700 000 visiteurs par an au lieu de 600 000 aujourd’hui.

Paris : le musée Grévin va se refaire une beauté

« Nous souhaitons renforcer l’interactivité et amplifier l’immersion des visiteurs dans le décor », résume Yves Delhommeau, directeur général. Abat les barrières qui protègent les scènes historiques. Les visiteurs pourront s’installer derrière le bureau de Napoléon pour échauffauder un plan de bataille, entrer dans la peau d’un journaliste pour interviewer une star au Festival de Cannes, chanter en compagnie de leur chanteur préféré dans un studio d’enregistrement, faire du sport en compagnie de champions ou bien encore être acteurs des numéros de magie proposés par Eric Antoine.

« La rénovation sera aussi l’occasion de réparer des erreurs opérées lors de la dernière transformation et notamment de remettre les différentes scènes historiques dans l’ordre chronologique tout en élargissement notre panorama de la préhistoire à mai 1968 », explique le directeur. Aujourd’hui le musée déroule l’histoire de France, du Moyen-âge jusqu’aux impressionnistes.

Le parcours débutera par une évocation de la grotte de Chauvet et s’achèvera sur les barricades de mai 1968 et Brigitte Bardot, symbole de la femme moderne qui effectuera un retour dans le musée en maillot de bain.

L’actrice mythique ne sera pas la seule à être rajeunie. Le général de Gaulle subira le même sort puisqu’il sera représenté debout dans une jeep en train de descendre les Champs-Elysées pour la Libération de Paris. En revanche, c’est un Johnny Hallyday plus âgé qui prendra la place de l’actuelle statue du chanteur décédé en décembre dernier. D’autre personnages comme Louis XIV et Napoléon, eux, seront représentés jeune et dans la force de l’âge.

De nouveaux personnages feront leur apparition : l’écrivain Marcel Proust, le poète Guillaume Apollinaire et Emmanuel Macron. Les visiteurs découvriront le président de la République installé derrière son bureau à l’Elysée, en compagnie vraisemblablement de la première Dame. En revanche, Kevin Speacy, l’acteur principal de la série House of cards empêtré dans des affaires de harcèlement sexuel ne fera pas son entrée dans le musée. Il devait faire face à Macron.

Autre changement : finie la queue devant les caisses. L’entrée sera transformée en hall de palace art déco peuplé de grooms pour accueillir le public, immergé dès son arrivée dans l’esprit de Paris.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Requins: "Rapprocher les appâts des plages va encore augmenter le risque"

Publié le par Ricard Bruno

Requins: "Rapprocher les appâts des plages va encore augmenter le risque"

Le collectif des associations Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Sauvegarde des requins, One Voice, Tendua, Vagues et Requin Intégration réagit aux mesures annoncées par le préfet pour réduire le risque requins. Voici le communiqué de Jean Bernard Galves, le porte-parole :

Notre collectif a pris note des 8 mesures annoncées par le Préfet pour réduire, selon lui, le risque requins. 

Nous déplorons le maintien d'un pêche rapprochée et intensifiée près des plages.  Rapprocher les appâts des plages va encore augmenter le risque pour les baigneurs et surfeurs .  
 

Monsieur le préfet a-t-il pris la mesure de l'étude sur les contenus stomacaux ?

La présence de nombreux poulets, déchets de poissonnerie comprenant jusqu'à des étiquettes confirmerait un appâtage délibéré des requins par certains pêcheurs .

Va-t-il étendre et  continuer à cautionner cette mise en danger, en rapprochant la pêche des plages ? exigera-t-il, enfin, une enquête ? Fera-t-il cesser ces pratiques volontaires criminelles ? 

La meilleure façon de réintroduire les requins de récifs est d'éviter d'en faire les victimes accessoires des drum lines et donc de ne pas aller pêcher prés du récif.

L'extension du rôle des vigies parait louable, mais son coût est un frein certain le rôle de la brigade marine reste à déterminer

Les mesures autour de la "ciguatera" sont d'ordre sanitaire  et relèvent de l'ANSES. Le préfet n'a sur ce point aucun pouvoir de s'y opposer .

Malgré le flou de ces mesures, Nous notons cependant une évolution positive sur certains points. 

Monsieur le Préfet évoque le basculement des eaux, le rejet des eaux d'épuration et l'urbanisation comme cause possibles du problème. Il souligne l'absurdité d'aller chercher au large des requins pour les tuer .

Malgré le maintien d'une pêche démagogique dont il a hérité, il semble exister chez le nouveau préfet une volonté réelle de comprendre les causes du problème et de s'y attaquer .

Nous attendrons la mise en oeuvre des différentes mesures pour nous prononcer sur la sincérité de la préfecture.

Nous poursuivons par contre notre action contre la pêche dangereuse et démagogique des requins.  

Jean-Bernard Galves, porte parole du collectif des associations Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181,Sauvegarde des requins, One Voice, Tendua, Vagues, Requin Intégration

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le refuge Animaux Sans Foyer de Montgeron, saccagé...

Publié le par Ricard Bruno

Le refuge Animaux Sans Foyer de Montgeron, saccagé...

Mes amis Bonjour

Des salopards se sont introduit au petit refuge Animaux Sans Foyer
Refuge de Montgeron
6, route de Corbeil
91230- Montgeron

Ils on tout dévastés et aspergés les animaux avec le produit provenant des extincteurs...Une honte...

Bruno Ricard

Duplex RTL Lundi 08 Janvier depuis le Refuge

Nous donnons la parole à notre parrain Julien Courbet :

"Mes amis lundi en direct sur RTL mon complice Herve Pouchol sera en duplex du refuge de Montgeron

 On fera le point sur tout ce qu'il faut pour que le refuge puisse continuer à vivre il n’y a que des bénévoles et quasiment pas de subventions

 On va lancer un mouvement de solidarité

 On va essayer aussi de faire adopter ce petit chat qui a été à moitié asphyxié par la poudre de l extincteur et les autres toutous aussi

 On aura besoin de tous, et pas forcément d'argent

 Alors à lundi mes amis pour nos animaux"

Vous êtes nombreux à nous demander comment nous aider, vous pouvez envoyer un chèque directement au refuge de Montgeron libellé à l'ordre d'Animaux Sans Foyer :

Animaux Sans Foyer

 Refuge de Montgeron

 6, route de Corbeil

 91230- Montgeron

 Nous disposons également d'un compte PayPal, et une cagnotte leetchi vient d'être créée : https://www.leetchi.com

Un immense merci à toutes les personnes qui nous soutiennent.

Le refuge Animaux Sans Foyer de Montgeron, saccagé...

Aujourd'hui dans l'émission, on vient en aide au refuge de Montgéron vandalisé récemment.
La petite Mia cherche une famille
Mïa est une minette qui a reçu de la poudre bleue provenant de l’extincteur avec lequel les malfrats ont aspergé les locaux du refuge. Elle venait d'être stérilisée et détectée Fiv (syndrome d'immunodéficience du chat). Elle ne doit pas vivre au contact d’autres chats et ne peut sortir d’une maison ou d’un appartement. C’est une montagne de tendresse. Elle passe son temps à ronronner et à demander des câlins…
Refuge de Montgeron: 6 Route de Corbeil, 91230 Montgeron- Téléphone: 01 69 52 24 73

 
Partager cet article
Repost0

Un chat percuté par une moto sauvé par un Azuréen et la solidarité des internautes

Publié le par Ricard Bruno

Un chat percuté par une moto sauvé par un Azuréen et la solidarité des internautes

Soigné après avoir été percuté par une moto en début de semaine, le chat blessé est sorti d'affaire. L'association Le Chat Libre Azuréen salue la mobilisation de chacun...

Neuf vies? Ce matou-là, vient d'en gagner une. Après avoir été percuté en début de semaine par une moto sur la route de Grasse à Antibes, ce chat a eu de la veine dans sa malchance.

Et pour cause, le félin vraiment mal-en-point a eu la chance de croiser la route d'un jeune homme bienveillant. Ce dernier l'a conduit d'urgence auprès du vétérinaire le plus proche. Un bon réflexe salué par Gisèle Colombel, présidente de l'association de protection animale Le Chat Libre Azuréen: «Nous travaillons en partenariat avec ce vétérinaire. Il nous a tout de suite téléphoné pour nous prévenir.»

Comme dans toutes les situations où le temps compte, les forces ne font plus qu'une. «Évidemment, il était impensable de laisser cet animal souffrir», indique la présidente qui détaille l'état préoccupant du matou mâle: «Il est arrivé avec une fracture de la mâchoire inférieure et sa langue coupée. Ce qui pouvait poser problème puisque cela peut tourner à la nécrose… Avec le choc il avait perdu beaucoup de sang, était anémié.»

P'timinou, c'est son nom

Après avoir vécu l'inquiétude, les défenseurs des animaux voient le destin du minou s'éclairer: «A l'heure actuelle nous sommes soulagés. Sa langue va beaucoup mieux. Évidemment, il est toujours sous perfusion pour qu'il puisse être alimenté. Il reste en observation et a été traité pour les puces.»

Entre de bonnes mains, il pourrait même être stérilisé dans les prochains jours… «Nous verrons lundi ce qu'il en est de sa cicatrisation », indique Gisèle Colombel qui ne peut qu'être touchée de voir la mobilisation autour du petit protégé. Puisqu'une internaute, touchée par l'histoire du félin, a choisi de donner à son tour un coup de patte au rescapé à poils longs.

Cette dernière a mis en ligne une cagnotte de financement participatif (1) au profit de l'association qui couvre les frais des soins de l'animal. «Nous ne fonctionnons qu'avec les dons, alors une telle démarche est merveilleuse», s'enthousiasme la présidente devant les plus de trois cents euros récoltés.

Et le propriétaire du chat blessé dans tout ça? «Il n'est pas identifié. Comme il ne portait pas non plus de collier avec son nom, les internautes ont choisi de le baptiser P'timinou.» Un prénom tout doux, pour ce matou qui ne demande qu'à se remettre de ses émotions.

Parce que son aventure ne s'arrête pas là.

Espérant une «happy end», la présidente du Chat Libre Azuréen doit suivre la loi: «Si personne ne souhaite l'adopter, nous sommes obligés de le remettre à l'endroit où il a été trouvé.» C'est dur. Mais c'est comme ça. Ne connaissant pas encore sa sociabilité et sa capacité d'adaptation, la responsable annonce: «Si quelqu'un souhaite le recueillir, qu'il nous contacte!» 

Avis aux foyers aimants, un P'timinou a besoin de vous…

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

L'image vintage du week-end : Brigitte Bardot en 1958...

Publié le par Ricard Bruno

L'image vintage du week-end : Brigitte Bardot en 1958...

Idole des jeunes et adoubée par la critique suite au succès de "Et Dieu... Créa la femme", Brigitte Bardot s'accorde une pause enneigée lors de l'hiver 1958 en Italie. La preuve en image.

Actrice chérie de la France dans ces années-là, Brigitte Bardot profite de la neige italienne en 1958. Sur ce cliché pris sur le vif, la célèbre interprète de Juliette cette naïade dans Et Dieu... Créa la Femme de Roger Vadim deux ans auparavant a choisi la station de ski Cortina d'Ampezzo pour l'hiver. Joueuse, elle s'apprête à récompenser le photographe d'un lancer de boule de neige. Fraîchement séparée de Roger Vadim, elle se consacre à sa carrière florissante à cette époque. Son regard mutin, ses courbes mythiques et sa chevelure ensoleillée comme signatures prisées des réalisateurs. Babette s'en va-t-en guerre, Le Mépris, Viva Maria !... Cette année, ses futurs succès lui tendaient les bras.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Un clown ayant travaillé dans les plus grands cirques français témoigne de la violence du dressage...

Publié le par Ricard Bruno

Un clown ayant travaillé dans les plus grands cirques français témoigne de la violence du dressage.
"C'est la loi du silence, tous les artistes ne disent rien... " #silencecomplice

Nous invitons le monde du cirque non animalier à faire preuve de courage, comme ce clown, en brisant cette loi du silence pour les animaux et pour sauver leur profession : info@code-animal.com (l'anonymat sera respecté)

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>