Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mobilisation ce samedi contre la porcherie à Escoubès

Publié le par Ricard Bruno

La mobilisation contre le projet de porcherie industrielle est active depuis plusieurs mois.

La mobilisation contre le projet de porcherie industrielle est active depuis plusieurs mois.

Une manifestation est prévue ce samedi matin à Escoubès pour dénoncer le projet de porcherie.

Suite à la mobilisation de riverains contre un projet d’élevage porcin à Escoubès, une manifestation est prévue ce samedi matin dans le village.

Les riverains ont décidé de se réunir à 10 h 30 pour dire leur opposition à un projet qu’ils estiment disproportionné et qu’ils craignent polluant pour les nappes phréatiques, notamment à cause des épandages de lisiers, mais aussi gênant en termes de circulation de camions.

 
A cette mobilisation viendront se greffer des militants d’Europe Ecologie-Les Verts, mais aussi la Fondation Brigitte Bardot et la Confédération paysanne, qui ont prévu de rejoindre le cortège à 11 heures.« Ce sont deux coopératives (FIPSO et Euralis) qui mettent en place cette porcherie.On annonce 20 000 porcs, c’est énorme, du point de vue de la condition animale, et c’est raté pour l’agriculture paysanne », estimait hier Eurydice Bled, porte-parole d’EELV Béarn.

Le projet, dont nous avions parlé en janvier dernier, vient se greffer à une maternité existante, qui fournissait plusieurs élevages environnants.Mais les éleveurs partant à la retraite, l’agriculteur porteur du projet souhaite désormais engraisser les porcs sur place.
Partager cet article
Repost0

Lévrier maltraitée en Espagne, Lola découvre sa nouvelle vie à Reims...

Publié le par Ricard Bruno

« Les premiers jours, elle me suivait partout et ne dormait que d’un œil », raconte Dominique, ravie d’avoir fait entrer Lola dans sa vie. « Ça va beaucoup mieux. C’est un amour. » - Christian Lantenois

« Les premiers jours, elle me suivait partout et ne dormait que d’un œil », raconte Dominique, ravie d’avoir fait entrer Lola dans sa vie. « Ça va beaucoup mieux. C’est un amour. » - Christian Lantenois

Maltraitée comme des milliers de lévriers galgos dans le sud de l’Espagne, la douce Lola vient d’arriver à Reims chez Dominique. Âgée de 9 ans, la chienne réapprend à vivre.

Dominique ne connaît rien de l’ancienne vie de Lola, la lévrier galgo qu’elle vient d’adopter. Sa nouvelle compagne à quatre pattes n’avait même pas de nom jusqu’à ce qu’elle atterrisse dans un refuge espagnol il y a quelques semaines. D’après la date de naissance délivrée par l’individu qui l’a abandonnée, elle serait âgée de 9 ans. Ce que la Rémoise sait, en revanche, c’est que ces chiens « servent d’outil de chasse dans les provinces du sud de l’Espagne. Ils ne sont pas du tout reconnus comme des animaux qui souffrent ».

Source et suite de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

LAURENCE PARISOT: "BRIGITTE N'EST QU'AMOUR"

Publié le par Ricard Bruno

LAURENCE PARISOT: "BRIGITTE N'EST QU'AMOUR"

Laurence Parisot, Vice-Présidente de la Fondation Brigitte Bardot:

"Brigitte n'est qu'Amour!"


L'ancienne patronne du MEDEF Laurence Parisot rejoint la Fondation Bardot et s'engage de plus en plus activement pour une cause qu'elle a toujours défendue: La Cause Animale, qu'elle définit comme une question de civilisation. Elle sera au RDV de notre "Les conversations secrètes d'Agnès" consacrée à l'Humanité Animale, fin avril. 
Agnès Bouquet

Vidéo et source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Cette déclaration de la Ministre de la Culture scandalise les défenseurs des animaux !

Publié le par Ricard Bruno

Le 29 mars dernier, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen a présenté son futur plan d’investissement nommé « La culture près de chez vous », qui prévoit une meilleure répartition de l’accès à la culture sur le territoire français. Mais dans ce plan, une mesure fait particulièrement bondir les amis des animaux : un projet de financement des cirques traditionnels… Jeudi 29 mars au matin, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen a présenté, à La Villette, un plan d’action en faveur des territoires culturels prioritaires, en présence de nombreux acteurs du monde de la culture comme l’administrateur général de la Comédie française ou le directeur de la Philharmonie de Paris.

Si dans l’ensemble, le plan de la Ministre de la Culture n’a pas étonné ni surpris en mal les observateurs de la vie politique française, une mesure précisée dans ce vaste plan de financement n’a pas manqué de faire bondir les défenseurs de la cause animale. La raison de ce tollé dans les associations de protection des animaux ? Une simple ligne, courte, mais pourtant très lourde de sens. Dans le plan budgétaire établi par Françoise Nyssen, on trouve en effet un plan de soutien de 500 000 euros au cirque traditionnel… Soutenir la captivité ?  Une intention qui peut surprendre, quand on sait que l’opinion publique se montre de plus en plus réticente à se rendre sous les chapiteaux mettant en scène des animaux sauvages sautant à travers un cerceau enflammé ou se dressant sur leurs pattes arrière. De nombreuses associations, comme la Fondation Brigitte Bardot ou l’ONG One Voice, dénoncent régulièrement des cas de maltraitance avérés dans les cirques itinérants de France et contribuent à alerter les consciences sur le fait que la place d’un tigre n’est pas sur une scène de spectacle mais dans son milieu naturel. À contre-courant  Cette déclaration de la Ministre de la Culture peut être considérée comme un vrai coup dur pour les défenseurs de la cause animale, alors qu’un peu partout en Europe, les pays interdisent les uns après les autres les cirques avec animaux sauvages. Le pionnier en la matière fut le Danemark qui, en 1991, a interdit la présence d’acrobates à 4 pattes dans les cirques. Au cours des deux dernières décennies, d’autres pays lui ont emboîté le pas : Suède, Finlande, Estonie, Irlande, Portugal, Italie, Slovénie, Autriche, Hongrie, Pays-Bas, Belgique, Grèce, Malte, Croatie, Roumanie, Lettonie, Bulgarie et Chypre. Quant à l'Angleterre, une loi doit prochainement être votée. La tendance semble donc clairement à l’interdiction, à une évolution des mentalités et à un plus grand respect du monde animal. Freiner l'inéluctable ?  Néanmoins, il y a des chances que cette mesure présentée par Françoise Nyssen ne soit qu’une goutte dans l’océan, un effet d’annonce. En effet, la somme annoncée dans le plan de la ministre est de 500 000 euros. Un montant assez faible s’il se trouve réparti parmi tous les cirques itinérants encore en activité en France et gardant des animaux en captivité. Il n’empêche, cette mesure demeure une marque de soutien, qui n’est plus au goût de tous.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Marilyn, Coco, B.B... dans l'objectif de Douglas Kirkland

Publié le par Ricard Bruno

Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, Marilyn Monroe... Douglas Kirkland a photographié les plus grandes stars du 7e art pendant un demi-siècle. Une rétrospective lui est consacrée à la galerie GADCOLLECTION, du 24 mai au 27 juin 2018.

Tout ce qui brille, Douglas Kirkland le capture. De Audrey Hepburn à Coco Chanel en passant par Elizabeth Taylor, Brigitte Bardot et Nicole Kidman, le célèbre portraitiste photographie les stars de Hollywood à leur apogée. Ces clichés seront exposés à la galerie GADCOLLECTION, du 24 mai au 27 juin 2018, à Paris. Si le photographe a réussi à se nicher dans le showbiz, c'est grâce à sa détermination. Enfant, il s'extasie devant les photographies du prestigieux magazine Life. A 14 ans, il commence à travailler en tant que photographe de soirées. Cette fascination pour les stars, il la partage avec son mentor, Irving Penn, pour qui il devient assistant. Il prend son indépendance chez Look. Ce magazine est son sésame pour accéder aux coulisses du 7e art et de la mode. Telle une Odyssée vers la gloire, il devient le photographe officiel des studios qui le sollicitent pour documenter les tournages. Douglas Kirkland savoure et ne perd pas une miette du spectacle qui s'offre à lui. A contempler sans modération. 

  • Où ? Galerie GADCOLLECTION - 4 Rue du Pont Louis Philippe 75004 Paris
  • Quand ? Du 24 mai au 27 juin 2018 
  • Plus d'infos sur : www.gadcollection.com

Le plus du blog Brigitte Bardot

 

DOUGLAS KIRKLAND

BIOGRAPHIES

 

Douglas KIRKLAND nait en 1934 à Toronto. Enfant, la photographie l’émerveille. Sa famille et ses proches deviennent ses premiers modèles. Douglas KIRKLAND ignore alors que durant les prochaines années, les plus grandes célébrités passeront devant son appareil photo.

À ses débuts, Douglas KIRKLAND travaille dans un petit studio de photo, à Richmond en Virginie. Par l’entremise de ses rencontres, il prend connaissance des photographies d’Irving PENN. C’est une révélation. Douglas KIRKLAND est fasciné, envoie plusieurs lettres au célèbre photographe et parvient à devenir son assistant. Il apprend vite mais la paye de misère ne suffit pas et Irving PENN refuse de l’augmenter. Nous sommes en 1957, Douglas se donne un an pour se tailler une place de photographe sur la scène Newyorkaise. Le chemin va être un peu plus long. Il crée peu à peu son portfolio en collaborant avec de petites publications. Puis, Douglas KIRKLAND arrive chez LOOK magazine, apprend le français au contact de Coco CHANEL et, en juin 1961, il est chargé de photographier Elizabeth TAYLOR.

Elizabeth TAYLOR avait accepté une interview avec LOOK, pas une séance de photos. Le jeune Douglas KIRKLAND lui explique ce que représente, pour lui, la possibilité de la prendre en photo. Elle lui donne son accord et, par la même, propulse sa carrière. Au cours de l’année 1961, Douglas KIKRLAND photographie Marilyn MONROE. La séance se déroule autour d’un immense lit, d’une bouteille de champagne et d’un disque de Frank SINATRA. Les magnifiques images aux tons pastel laissent entrevoir la bonne entente qui régnait lors de la séance. « Elle était loin du cliché de la superstar. Elle riait facilement et restait accessible » explique Douglas KIRKLAND lors d’une interview pour CBS.

Douglas KIRKLAND devient le photographe des stars

Charlie CHAPLIN, Audrey HEPBURN, Jack NICHOLSON, John TRAVOLTA, Michael JACKSON, Brigitte BARDOT, Andy WARHOL ou Marilyn MONROE font partie des nombreuses personnalités dont il a tiré le portrait. S’il photographie acteurs et réalisateurs dans l’intimité du studio, Douglas KIRKLAND s’illustre également sur les plateaux de tournages : 2001 l'Odyssée de l'espace, Le Choix de Sophie, Out of Africa, Butch Cassidy et le Kid, Romancing the Stone, Titanic, Gatsby le Magnifiqueou Moulin Rouge, sont autant de films pour lesquels il photographie. Ainsi, les archives photographiques de Douglas KIRKLAND donnent à voir les multiples facettes du monde du cinéma.

Le travail de Douglas KIRKLAND s’étend à d’autres sujets. Il fait la part belle au portrait mais traite aussi du paysage, dans le cadre de ses reportages ou de ses travaux personnels. Douglas KIRKLAND a également enseigné à l'Institution Smithsonian, au Conservatoire AFI à Hawaii et Los Angeles, l'Art Center College of Design de Pasadena ainsi que les Centres Kodak de Hong Kong, Singapour et Taiwan. L’ensemble de sa carrière lui a valu une large reconnaissance. Il continue à photographier le monde du cinéma et à mener à bien ses propres projets, dont un travail sur ses archives pour la publication future d’un ouvrage de photographie noir et blanc : “When We Were Young”.

L'interview (en anglais) de Douglas KIRKLAND à propos de sa séance de photo avec Marilyn :

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Moi non plus: La relation musicale et amoureuse de Bardot et Gainsbourg...

Publié le par Ricard Bruno

Moi non plus: La relation musicale et amoureuse de Bardot et Gainsbourg...

Moi non plus est une pièce qui est présentée au Théâtre de la Madeleine depuis le 19 janvier. Elle se concentre sur la relation particulière qu’entretenait deux artistes exceptionnels, Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg. 

Bertrand Soulier est l’auteur de ce projet ambitieux. L’homme a été bercé très tôt dans le milieu musical puisque sa formation a débuté à 5 ans. Il a actuellement deux albums à son actif. Il a aussi composé pour des artistes populaires français comme Florent Pagny et Sinclair. Des bagages solides pour mener à bien « Moi non plus ». Forcément, lorsque l’on s’attaque à deux monstres sacrés du cinéma et de la musique, on se doit d’être bien informé. 

Dans le cadre de ses investigations, Bertrand Soulier a relu les biographies et s’est efforcé de creuser scrupuleusement. Il a pu ainsi parvenir à imaginer le contexte de cette pièce. Deux personnalités bien différentes qui ont su marquer de leur empreinte leurs domaines respectifs. Une rencontre des plus passionnantes.

On retrouve à la mise en scène Philippe Lellouche. Il a été séduit par ses deux êtres qui incarnent parfaitement la notion de liberté. Une époque différente par rapport au monde actuel où la tendance est de tout vouloir contrôler.

Mathilde Bisson à la lourde tâche d’incarner cette égérie du septième art. Elle a eu l’occasion de briller au théâtre et au cinéma. 

Pour jouer le rôle du compositeur atypique, l’équipe de Moi non plus a misé sur Jérémie Lippmann. Un artiste que l’on a pu voir dans de nombreux films et qui s’est exercé à plusieurs reprises à la mise en scène.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

John Galliano dit adieu à la fourrure (et devient végétarien)

Publié le par Ricard Bruno

MODE - Gucci, Versace, Armani ou encore Marc Jacobs... l'industrie de la mode bannit progressivement les fourrures de ses collections. La liste s'allonge et s'enrichit d'un nouveau converti. Dans une interview publiée dans le dernier numéro du magazine Elle, John Galliano, actuel directeur artistique de la Maison Margiela, rejoint le camp des défenseurs de la cause animale.

 

"Aujourd'hui, on ne veut pas un produit, on veut une éthique, une maison qui défend des valeurs qu'on admire", explique le génie de la mode qui avait défrayé la chronique avec des remarques antisémites filmée alors qu'il était en état d'ébriété. Selon lui, le vrai luxe se définit désormais par des produits authentiques, comme le liège par exemple. Une avancée quand on sait que c'est en partie à cause de lui que les vraies fourrures ont fait leur retour sur les podiums à la fin des années 90, comme le rappelle cet article du Financial Times.

 

Comment cette conversion a-t-elle eu lieu? D'après le créateur britannique de 57 ans, deux facteurs l'ont fait changé d'avis. Premièrement, sa rencontre avec Dan Mathews, le vice-président de l'association internationale de défense des animaux PETA. Malgré leurs positions initialement opposées, les deux hommes, qui se sont rencontrés au détour d'une baignade en mer, ont semble-t-il trouvé un terrain d'entente.

 

Prendre soin de l'autre

Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est à son petit chien, Gipsy, que Galliano doit aussi cette prise de conscience. "Il fait partie de la thérapie que j'ai entamée en Arizona, raconte le directeur artistique. L'idée est de prendre soin de l'autre, de sortir de mon égocentrisme: ma vie est plus équilibrée."

Cette bonne résolution ne s'arrête pas là. John Galliano a également changé d'alimentation. "Je suis vraiment devenu végétarien pour être plus en forme, raconte-t-il. Je fais du sport, je prends soin de moi et je n'ai jamais été aussi lucide. [...] La pression dans le milieu de la mode est la même, mais désormais je sais faire un pas de côté, méditer, et ma vie est passée du noir au blanc."

Outre les enseignes de luxe précédemment citées, plusieurs marques grand public ont, elles aussi, franchi le cap et banni l'utilisation de vraies fourrures. Comme le rappelle un montage, partagé sur le compte Instagram de PETA au mois de mars, H&M, Gap ou encore Zara s'y sont mis.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

André-Joseph Bouglione : "Certains petits cirques sont de véritables mouroirs"

Publié le par Ricard Bruno

Le cirque Bouglione au Cirque d'Hiver à Paris, le 23 octobre 2014.

Le cirque Bouglione au Cirque d'Hiver à Paris, le 23 octobre 2014.

Le descendant de la célèbre famille de dompteurs, André-Joseph Bouglione (44 ans), sort un livre où il dénonce la maltraitance des bêtes de cirque. Il annonce également un nouveau projet : un "éco-cirque 100% humain".

André-Joseph Bouglione a définitivement rangé son fouet.

"Ma femme et moi sommes persuadés que la seule solution pour sauver le cirque traditionnel, c'est de ne plus utiliser d'animaux", explique-t-il à Libération. "J'ai constaté depuis plusieurs années que ces numéros créaient un malaise, car le public est aujourd'hui plus sensible à la cause animale. Du coup, beaucoup préfèrent ne plus venir au cirque".

"Le métier de dompteur s'est perdu"

"La cage, c'est leur prison à perpétuité", estime-t-il. "Certains comportements que l'on croyait normaux sont en fait des signes de stress. Par exemple, le balancement que font les éléphants à l'arrêt : je croyais que cela signifiait qu'ils étaient détendus. En fait, les éléphants libres ne le font jamais". 

"Certains dompteurs savent encore les dresser dans le calme et la douceur, mais ils sont devenus rares car le métier s'est perdu. Certains jeunes improvisent totalement, quitte à faire n'importe quoi", explique-t-il, avant d'évoquer l'existence d'un cirque "où l'espérance de vie des animaux ne dépassait pas quelques mois, en raison de la façon scandaleuse dont l'homme les traitait, surtout pendant les transports".

"Les cirques sont rarement contrôlés"

"Certains petits cirques sont de véritables mouroirs", affirme-t-il. "Mais plus généralement, la maltraitance est due à l'ignorance, l'incompétence, la stupidité". N'y-a-t-il pas assez de contrôles ? "Les cirques sont rarement contrôlés, en moyenne une fois tous les deux ans. Les agents de la direction départementale de la protection des populations sont chargés de veiller au respect des normes, pas aux conditions de dressage".

"De plus, si les agents constatent des maltraitances, ils n'ont pas la possibilité de placer des animaux souvent encombrants. Alors ils préfèrent s'abstenir", ajoute-t-il. Quarante-et-un pays ont interdit les animaux sauvages dans les cirques, dont 19 en Europe. L'Irlande a voté une loi en ce sens le 9 novembre. En France, 65 communes ont pris des arrêtés pour interdire l'installation de cirques possédant des animaux, selon l'association Pour l'éthique dans le traitement des animaux (PETA), qui espère une "interdiction nationale".
L'ancienne actrice américaine Pamela Anderson, engagée dans cette cause, s'est associée à l'association et a envoyé en novembre une lettre aux maires français, arguant que "le spectacle de la détresse des animaux captifs n'a pas sa place dans une ville respectueuse" de leur "bien-être".

Des insultes reçus

"Je suis né dans l'une des plus illustres familles circassiennes de France", poursuit-il. "Mes oncles Firmin, Émilien, Sampion et mon père Joseph représentaient la quatrième génération, mes cousins et moi appartenons à la cinquième", rappelle-t-il à Libération. "Quant à mon épouse Sandrine, née Suskow, elle est issue d'une célèbre lignée de dompteurs allemands". 

André-Joseph Bouglione assure avoir reçu des "insultes" et des "commentaires calomnieux" à l'annonce de son projet. "Il n'y a pas plus conservateur que le monde du cirque. Et ce milieu n'aime pas que certaines vérités soient dites. Mais depuis, les choses se sont calmées".

La fuite puis la mort de la tigresse Mevy, échappée d'un cirque en novembre 2017 à Paris, avait relancé le débat sur la présence d'animaux sauvages dans ces spectacles. La fondation Brigitte Bardot s'était dite "scandalisée par l'abattage du tigre" dans un communiqué dans lequel elle a appelé à l'interdiction de "cette exploitation de l'animal sauvage réduit à l'esclavage".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

NÎMES Actes de cruauté sur des chiens : ils étaient enfermés dans des cages sans eau et nourriture

Publié le par Ricard Bruno

Photo des chiens lorsque les policiers sont intervenus

Photo des chiens lorsque les policiers sont intervenus

Entre le 26 et 29 mars, suite à un signalement, des plaintes étaient déposées par deux représentants de la fondation Brigitte Bardot contre un couple âgé de 18 et 25 ans, pour sévices et actes de cruauté envers un animal domestique. Les enquêteurs du Groupe d'Appui Judiciaire de Nîmes étaient saisis de l'enquête. Les policiers ont trouvé dans le petit appartement du couple, situé dans le centre-ville de Nîmes, 6 chiens, dont 4 de grande taille, enfermés dans des cages métalliques dont deux superposées sans eau ni nourriture.

Les deux petits chiens chiwawas étaient craintifs et blessés.Une odeur pestilentielle d'urine et des excréments jonchaient le sol de la pièce de 15 m2 où étaient cantonnés les chiens. Les 6 canidés étaient amaigris et apeurés.Les enquêteurs procédaient à la saisie des chiens et les remettaient à deux associations locales.

Photo des condition de vie d'un chien dans cet appartement de Nîmes

Photo des condition de vie d'un chien dans cet appartement de Nîmes

Le couple a été interpellé et placé en garde à vue à l'Hôtel de Police de Nîmes. A l'issue de la garde à vue, ils ont été convoqués devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour le mois d'octobre  2018. Concernant l'état de santé des chiens expertisés par un vétérinaire, il en ressortait que les animaux présentaient des carences alimentaires, des amyotrophies des muscles à cause d'une très longue durée en cage.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>