Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ris-Orangis : après l’incendie, la fondation Bardot recueille les animaux errants

Publié le par Ricard Bruno

Ris-Orangis, ce vendredi. Deux jours après la fin de l’incendie qui s’est déclaré sur le campement rom de l’hippodrome, les bénévoles de la fondation Brigitte Bardot se sont rendus sur le site pour sauver les chats errants. Fondation Brigitte Bardot

Ris-Orangis, ce vendredi. Deux jours après la fin de l’incendie qui s’est déclaré sur le campement rom de l’hippodrome, les bénévoles de la fondation Brigitte Bardot se sont rendus sur le site pour sauver les chats errants. Fondation Brigitte Bardot

Les bénévoles de l’association se sont rendus, ce vendredi, sur un campement rom victime d’un incendie. Vingt-six chats ont été sauvés et conduits chez le vétérinaire.

Ils erraient au milieu des détritus et des objets calcinés. La fondation Brigitte Bardot a mené, ce vendredi, une opération de sauvetage sur le campement rom de Ris-Orangis - Bondoufle, victime d’un incendie en début de semaine. Vingt-six chats ont été recueillis par la fondation.

« Nous sommes présents partout où il y a de la maltraitance, explique le responsable de la communication de la Fondation Brigitte Bardot. Une de nos bénévoles qui habite à proximité a signalé qu’une vingtaine de chatons et une dizaine de chats et de chiens erraient sur le campement. »

Avec le renfort d’un refuge de la fondation basé en Normandie et Le regroupement des chats perdus (Yerres), les bénévoles ont arpenté le site. « Nous utilisons des cages équipées d’une trappe, explique Christophe Marie, porte-parole de la fondation Brigitte Bardot. A l’intérieur, nous disposons de la nourriture odorante comme des sardines par exemple. Lorsqu’ils entrent, ils déclenchent un mécanisme qui referme la porte. » La technique est efficace : 14 chats adultes et 12 chatons ont ainsi été recueillis.

« Il y a beaucoup de chatons, ce sera plus facile pour eux »

Après un passage chez le vétérinaire, les animaux seront transférés dans un refuge de la fondation dans les Yvelines. « Nous avons libéré une chatterie entière pour cette opération, ajoute le porte-parole. Cela représente une cinquantaine de places. » Pris en charge par la fondation, les chats sont destinés à l’adoption. « Il y a beaucoup de chatons, ce sera plus facile pour eux, reprend Christophe Marie. Les chats les plus sauvages resteront dans notre refuge où nous avons de grands espaces pour qu’ils puissent vivre leur vie. »

Lundi dernier, sur les coups de 22 heures, les sapeurs-pompiers ont été appelés pour un violent incendie sur le campement. Le feu a pris en bordure du site, au beau milieu des déchets et détritus amassés au fil des longs mois d’occupations. Le sinistre, qui n’a fait aucune victime, a été déclaré éteint par les sapeurs-pompiers après plus de trente heures de lutte et de surveillance.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Gardanne : quatre chevaux sauvés par la fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot demandera la garde définitive des quatre équidés lors du procès.

La Fondation Brigitte Bardot demandera la garde définitive des quatre équidés lors du procès.

Ce matin, la Fondation Brigitte Bardot a procédé au sauvetage de quatre chevaux en état de souffrance dans une pension de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône. Âgés de 16 à 24 ans, les animaux étaient très maigres et en mauvaise santé.

La semaine dernière, la Fondation Brigitte Bardot a été sollicitée par les services vétérinaires des Bouches-du-Rhône (Direction Départementale de la Protection des Populations - DDPP) pour accueillir quatre équidés en souffrance.

A la demande de la Préfecture et sur réquisition du Parquet, la Fondation Brigitte Bardot est intervenu ce matin dans une pension pour chevaux de Gardanne afin de prendre en charge les quatre équidés. "Dans cette pension, une quarantaine d'autres chevaux appartenant à des propriétaires sont accueillis et en bonne santé. Les quatre en souffrance appartiennent à la pension elle-même", précise Aline Maatouk, chargée de mission équidés à la Fondation Brigitte Bardot. 

Les chevaux en souffrance sont pris en charge dans la structure de la fondation.

Les chevaux en souffrance sont pris en charge dans la structure de la fondation.

En réalimentation

Les quatre équidés ont été transportés vers une structure d'accueil adaptée de la fondation où ils pourront être soignés jusqu'au procès. "Là, ils sont en réalimentation progressive au foin et aux granulés. Dès demain, ils auront des soins vétérinaires, ils verront le dentiste et le maréchal ferrant", ajoute la chargé de mission.

Pour la sécurité des soigneurs et des animaux, l'adresse du lieu d'accueil situé en région PACA est gardé secret. La Fondation espère obtenir la garde définitive des animaux à l'issue procès.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Rémi Gaillard obtient le retrait du renard de la liste des nuisibles

Publié le par Ricard Bruno

Rémi Gaillard obtient le retrait du renard de la liste des nuisibles

L'humoriste a posté une photo sur twitter ce vendredi annonçant que François de Rugy avait accepté de retirer le renard de la liste des nuisibles, avant la fin de l'année. 

Sur la vidéo (Cliquez ICI), on découvre Rémi Gaillard et François de Rugy autour d'une table. L'humoriste y remercie le ministre de la Transition écologique d'avoir retiré le renard de la liste des nuisibles, "même s'il n'a pas l'air d'accord sur la vidéo, mais c'est l'émotion je crois", explique l'humoriste en commentaire. Cette décision fait écho à la "prime à la chasse" dont sont victimes les renards qualifiés de nuisibles par les chasseurs. Sur Facebook, l'association One Voice avait, elle aussi, appelé le ministre de la Transition écologique pour qu'il retire l'animal de la liste des nuisibles. 

Fervent défenseur de la cause animale, Rémi Gaillard s'est illustré à plusieurs pour ses prises de position qui ont porté leurs fruits. En août 2018, il s'était engagé pour deux ours polaires du Marineland, parc animalier situé à Antibes, demandant qu'ils soient transférés. Il avait directement interpellé l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot: "Si Nicolas Hulot pouvait [...] suggérer le transfert des ours polaires qui se font chier sous la canicule à Marineland". Quelques jours plus tôt, il avait obtenu que Kiwi et Dominique, deux ours du parc zoologique de Fort-Mardyck à Dunkerque soient transférés, en 2019, au sein du parc animalier Zoodyssée, dans les Deux-Sèvres. Sur twitter, le Montpelliérain avait dénoncé les mauvaises conditions de vie des deux mammifères. 

Partager cet article
Repost0

Marseille : un lionceau retrouvé dans un garage du 14e

Publié le par Ricard Bruno

Marseille : un lionceau retrouvé dans un garage du 14e

C'est sur la foi d'une information livrée par les enquêteurs de la police judiciaire que leurs collègues de la Douane se sont immédiatement mis en quête de ce lionceau. Après quelques heures de repérage, les fonctionnaires lançaient, mercredi soir, une perquisition dans un garage automobile du 14e arrondissement et finissaient par découvrir la petite bestiole, aux faux airs de nounours. L'un des employés, soupçonnés d'en avoir fait l'acquisition, était interpellé.

Selon nos sources, le lionceau aurait trois semaines et souffrirait de divers maux. "Il a une grosse perte de poils, un ventre très gonflé et des ulcères aux deux yeux", décrit l'un des membres de l'association Tonga Terre d'accueil installée au zoo de Saint-Martin la Plaine (42) à laquelle il a été confié.

Après son audition, son éphémère propriétaire, "qui n'a pas le profil d'un voyou" selon un enquêteur, a assuré l'avoir simplement recueilli, et a été relâché par les autorités dans l'attente de la décision du Parquet quant à d'éventuelles poursuites judiciaires.

En parallèle, la Douane va s'atteler à déterminer où ce lionceau est né, qui l'a amené à Marseille, puis échangé ou vendu. "C'est de toute façon du trafic", estime-t-on du côté de l'association. "Les lionceaux, c'est très rare, on a en général des oiseaux, des serpents, des singes, mais tous ont un point commun : ils sont protégés par la Convention de Washington et il est strictement interdit de les posséder sans être titulaire d'une capacité comme les zoos ou les cirques",précise le porte-parole de la Douane marseillaise.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

"Nous respectons les monuments..." Nagui tacle violemment Brigitte Bardot sur France 2

Publié le par Ricard Bruno

"Nous respectons les monuments..." Nagui tacle violemment Brigitte Bardot sur France 2

En pleine émission ce lundi 23 octobre, le présentateur star de France Télévision n'y est pas allé de main morte avec la star tropézienne...

L'atmosphère est toujours aussi tendue entre Brigitte Bardot et Nagui.

QUAND BARDOT CHANTE FAUX... 

Ce lundi 23 octobre, lors de son émission Tout le monde veut prendre sa place, le présentateur de France 2 s'est attaqué à l'actrice varoise.

Après qu'une candidate eut, dans un premier temps, confondu France Gall avec la célèbre protectrice des animaux sur le titre On déménage, Nagui a lancé une petite pique à propos de la chanteuse tropézienne: "Tout de suite, dès que ça commence à chanter faux on la reconnaît bien!".

Mais Nagui ne s'est pas arrêté là: "Brigitte Bardot est un monument, donc nous respectons les monuments et nous laisserons les pigeons faire ce qu'ils ont à faire sur les monuments."

Une attaque que l'intéressée appréciera... 

UN DIFFÉRENT QUI NE DATE PAS D'HIER

La rivalité entre les deux personnalités dure depuis un certains temps. 

En janvier 2017, à l'occasion d'un documentaire diffusé sur France 3 rendant hommage à la carrière de l'actrice, Brigitte Bardot avait donné une interview à TV Magazine dans laquelle elle s'en était pris à plusieurs animateurs de télévision

Dont Nagui, un grand habitué de Saint-Tropez, qu'elle avait alors qualifié de "minable".

Avec son tacle, le présentateur tient donc là une sacrée revanche. Jusqu'à quand?

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

OISEAUX AFFAMÉS: LES EXPERTS LANCENT UN APPEL À L'AIDE

Publié le par Ricard Bruno

Les volatiles souffrent d'une grave pénurie d'insectes due aux sols trop secs. Un virus touche aussi les merles. Certains experts recommandent de nourrir les oiseaux.
Les oiseaux manquent d'insectes et les experts recommandent de les nourrir actuellement comme en hiver. Image

Les oiseaux manquent d'insectes et les experts recommandent de les nourrir actuellement comme en hiver. Image

La sécheresse qui règne en Suisse a de graves conséquences sur les oiseaux. En effet, ils n'arrivent plus à trouver suffisamment de nourriture et sont affamés. Au point que les centres de soins pour les oiseaux doivent les nourrir. «Depuis le 1er août, nous avons reçu 37 oiseaux très amaigris. Alors que les autres années, nous en avons à peine quelques uns», explique Marc Stähli, éleveur et membre de la société d'aviculture de Zurich, au quotidien 20 Minuten.

La plupart des oiseaux ont été rapportés par des gens qui les ont trouvés, les ailes flasques et affaiblis, dans les jardins ou les parcs. Ce sont surtout les merles et les espèces de grive qui sont touchés. «Ils sont si maigres et faibles qu'ils ne peuvent pas voler», explique-t-il. Ce qui en fait une proie facile pour les chats.

Même constat à la société de soins pour les oiseaux et les animaux sauvages de Schaffhouse. «Nous avons nous aussi remarqué une tendance à la hausse d'oiseaux affamés dans nos unités de soins, surtout les insectivores», explique la directrice Helen Homberger. D'habitude, c'est en hiver que la société les voit arriver. Du coup, ils sont nourris au centre avec des grillons. «Dans les cas les plus graves, nous devons leur instiller une solution nutritive ou les perfuser.» Parfois, cela suffit à les remettre sur pattes, mais si les volatiles n'ont pas volé depuis plusieurs jours, ils sont infestés de parasites et ils finissent par mourir.

Moins d'insectes

«Il y a déjà de moins en moins d'insectes, d'arachnides, d'escargots et de vers en Suisse. La chaleur a empiré les choses», déplore de son côté la présidente du Network for Animal protection, Esther Geisser. Elle explique que les mangeoires de son jardin ne désemplissent pas. «Depuis plusieurs semaines, une septantaine d'oiseaux viennent se nourrir tous les jours dans les mangeoires de mon jardin. D'habitude, je n'en vois pas plus d'une vingtaine.»

Ce manque de nourriture a aussi des conséquences pour les oiseaux migrateurs qui vont bientôt entamer leur voyage vers le sud, comme les grives, les étourneaux ou les fauvettes à tête noire. De nombreuses baies sont désséchées, ce qui n'est pas idéal pour eux qui doivent faire le plein de graisse pour leur longue migration, explique Stefan Bachmann, porte-parole de Birdlife Suisse.

Côté romand, on ne partage pas ce constat. «Je n'ai pas eu vent de ce problème», confie François Turrian, directeur romand de BirdLife Suisse à La Sauge. Selon lui, la plupart des oiseaux arrivent à trouver de l'eau et de la nourriture en suffisance et à s'adapter, même en période de sécheresse.

Un virus émergent

En revanche, certains volatiles qui trouvent asile sous les toits ou dans des nichoirs ont connu une mortalité plus élevée que d'habitude. «Avec la chaleur, les petits martinets par exemple ont quitté le nid beaucoup trop vite afin d'échapper à la fournaise», explique-t-il. Il déconseille du coup aux gens de placer des abris sur les façades sud des maisons ou dans des endroits exposés au soleil.

Autre phénomène qui pourrait expliquer en outre la mortalité plus élevée de certains oiseaux comme les merles ou les grives: l'apparition d'un virus émergent venu d'Afrique, le Usutu, qui se transmet par les moustiques. «Nous attendons la confirmation de sa présence en Suisse, mais il pourrait être davantage responsable de la mort de certains oiseaux que la canicule.»

Trop profond dans les sols

C'oté alémanique, les experts expliquent tous ce qui se passe en ce moment: la chaleur a fait que les vers et les insectes se sont enfoncés plus profondément dans les sols. Il faudrait une longue période de pluie pour qu'ils soient à nouveau à la portée des oiseaux. Par ailleurs, les volatiles ont aussi de la peine à trouver des graines en raison des plantes qui se sont desséchées. Et même les sources d'eau viennent à manquer, puisque de nombreux étangs ou petites mares d'eau sont à sec.

Certains défenseurs des animaux et des oiseaux appellent donc la population à nourrir les oiseaux avec les mélanges habituels qu'on leur donne en hiver. Mais même les graines et de l'eau n'atténueront que temporairement la situation.

Il faut des habitats appropriés

A la station ornithologique de Sempach, on estime que pour aider les oiseaux, il faudrait surtout créer des habitats appropriés à leur intention. Un jardin naturel avec des buissons indigènes et de nombreuses possiblités de faire des nids serait idéal, explique ainsi le biologiste Livio Rey.

Un avis que partage François Turrian. «Je déconseille le nourrissage des oiseaux en été. Ce n'est pas une mesure pertinente car les oiseaux arrivent quand même à trouver de la nourriture. En outre, les gens qui les nourrissent leur donnent souvent des restes d'aliments qui peuvent s'avérer néfastes», critique-t-il. Pour lui aussi, des endroits aménagés pour les volatiles sont le meilleur moyen d'enrayer la diminution du nombre d'oiseaux dans notre pays.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Rouen : une association se bat pour sauver Wang, jeune chien détenu dans la cave d’un immeuble de l’île Lacroix

Publié le par Ricard Bruno

Animaux. Une association alerte sur le sort d’un jeune chien de traîneau, détenu dans une cave sur l’île Lacroix dans des conditions indignes.

Combien de temps Wang va-t-il rester dans ces conditions de détention ?

Combien de temps Wang va-t-il rester dans ces conditions de détention ?

Âgé de 20 mois, Wang est un Malamute dont le sort avait, l’été dernier, ému les riverains de l’île Lacroix et au-delà. Le chien de traîneau nordique était « enchaîné et muselé, sans eau, jour et nuit sur un balcon du quatrième étage. Il pleurait et hurlait. Les voisins sont intervenus et la SNPA est venue, mais a conclu à un conflit de voisinage. Cependant, le locataire s’est tout de même engagé à le mettre chez un cousin. Effectivement, il a disparu. Pour la SNPA, affaire conclue », ne décolère pas Valérie Chevalier, enquêtrice locale pour l’association nationale Giapa (Groupe intervention actif protection animale).

Car, effectivement, l’animal a été retrouvé : « Il a été déplacé dans la cave. Dans un petit espace, avec peu d’aération, de lumière et une odeur pestilentielle », poursuit la militante.

« Son propriétaire joue sur le texte d’une loi [...] vieille et vague ! », en vertu de laquelle tout serait permis au motif que l’on se trouve dans une propriété privée. Or, la cave « n’est pas un lieu d’habitation ! ».L’association qui vient en aide aux animaux en détresse a déposé plainte : « C’est là-dessus que nous allons jouer. » Et a alerté la police nationale. « Trois équipages sont intervenus. Ils ont été choqués par les conditions de vie de l’animal et en ont référé au Parquet avec toujours la même réponse : c’est contractuel ! Tout le monde se renvoie la décision. »

Selon le Giapa, « le tribunal ne peut pas prendre un avis de réquisition. Il renvoie sur la Direction départementale de la protection des populations[préfecture, NDLR] qui n’entreprend rien. Heureusement, en attendant, les voisins le nourrissent. »

Pour ces raisons, l’association a aussi interpellé la mairie de Rouen, « car le maire est le premier magistrat. Il est en pleine décision, car selon la loi, ce n’est pas de la maltraitance mais du mauvais traitement infligé. Il faudrait qu’il soit agonisant. C’est inhumain ! »

Et pendant ce temps, alors que le statu quo prévaut, Wang continue de subir sa vie de chien. Ses complaintes sont entendues jusqu’aux immeubles alentour. « Pour lui [le propriétaire], c’est normal. C’est sa chambre. Il le sort tous les deux ou trois jours. Il ne se laissera pas faire ! », redoute Valérie Chevalier.

Réquisition réclamée

Avec l’aide de son président Philippe Toutenelle, l’association a demandé à la mairie « une réquisition, définitive ou pas ! On le met dans une de nos structures en attente d’un procès. Nous pourrons ensuite le prendre en charge, le mettre en règle, le vacciner et lui trouver une famille. Ce cas est l’exemple type de l’augmentation des cas d’abandons et de maltraitances. Il y a même des personnes jugées qui réitèrent, car les condamnations ne sont pas assez sévères. Après, il faut rester dans la légalité même si c’est dur ! »

Contactée, la SNPA déclare ne pas pouvoir donner d’informations ; le propriétaire est aux abonnés absents et le syndic de l’immeuble, AIC, ne donne pas suite non plus aux sollicitations.

À la Ville de Rouen, le directeur général des services indique que « la police municipale s’est déplacée le 16 octobre et n’a pas constaté de maltraitance, mais des conditions de détention pas idéales. Après échanges avec nos services, cela ne relève pas du pouvoir de police du maire, car il n’y a pas de gravité immédiate. Nous transmettons le dossier à la Préfecture dans le cadre du Code rural et pêche maritime, que nous appuierons. »

Pour l’enquêtrice, qui interprète cette déclaration comme « un retour à la case départ », seul le chien compte, « car c’est une race qui doit courir et avoir de l’espace. Ses conditions de vie sont très difficiles. La loi n’est pas appliquée. Et puis, les voisins réagissent aussi. Ils envoient des courriers mais ce sont des personnes âgées et elles ont peur des répercussions. Il faut vraiment sauver ce pauvre animal. »

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Quand Patrick Sébastien tacle Laeticia Hallyday sur scène et d'autres personnalités dont Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

Avant propos

Mr Sébastien je vous défendais en tant qu'artiste car vous aviez du talent mais là, trop c'est trop vous dézinguer à tout va, vous, vous attaquez à madame Brigitte Bardot et dire qu'en plus vous avez été le parrain du Noël des animaux en 2004 et même vous aviez fait la couverture du n°47 de l'info journal de la fondation...vous êtes tombé bien bas...

 

Bruno Ricard  

Quand Patrick Sébastien tacle Laeticia Hallyday sur scène et d'autres personnalités dont Brigitte Bardot !
Quand Patrick Sébastien tacle Laeticia Hallyday sur scène et d'autres personnalités dont Brigitte Bardot !

Patrick Sébastien, l'animateur déchu de France Télévisions, n'hésite pas à s'en prendre à Laeticia Hallyday dans son one man show.

Depuis que Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, a décidé de se passer de ses services, tous les médias ont les yeux rivés sur Patrick Sébastien et guettent ses premières réactions dans la presse ou sur les plateaux télé. Mais l'animateur aime faire les choses à sa manière et a décidé de surpendre. Très proche de son public, c'est à lui qu'il a décidé de confier ses doléances après l'annonce et ses punchlines bien senties. Dans son one-man-show intitulé Avant que j'oublie, le présentateur du Plus grand Cabaret du monde dezingue donc à tout va et sans complexes. Sa dernière cible : Laeticia Hallyday.

"Johnny, c’était l’idole. Laeticia, c’est Lidl " lancerait-il notamment dans son spectacle. Un tacle dont la veuve de Johnny, critiquée de toute part depuis la mort du rockeur, aurait pu se passer aisément... Heureusement pour elle -et malheureusement pour les autres - la mère de Jade et Joy n'est pas la seule à avoir été prise pour cible par Patrick Sébastien durant son show. Comme le rapportent nos confrères du Parisien, qui ont assisté à une de ses représentations à Saint-Dizier, Jean-Luc Mélenchon, Brigitte Bardot, Emmanuel Macron, Stéphane Bern ou encore Laurent Ruquier en prendraient eux aussi pour leur grade.

 

Sans parler de France Télévisions, qui semble être devenue sa cible privilégiée : "Ils sont capables de tout à la télé. Même de me virer parce que je suis un homme blanc de plus de 50 ans. La patronne qui a dit ça 'Y a trop de juifs dans les affaires ou trop de Noirs dans le foot', ça aurait fait un tollé. Mais là, c’est passé comme une lettre à la poste".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le chasseur avait plombé le chat !

Publié le par Ricard Bruno

Tribunal correctionnel de Blois
Les yeux rougis, Jacky serre dans ses mains la photo de son petit compagnon disparu. Une boule de poils blancs rayée de la carte d’un coup de chevrotine. 
C’était un jour d’automne 2016 à Chaumont-sur-Loire. Les chasseurs s’en allaient au bois traquer le petit gibier. Jacky, un riverain, cheminait non loin avec son petit compagnon. Soudain, le matou file batifoler sous les branchages. Son maître le suit et se fait refouler par un chasseur qui lui intime l’ordre de rester à l’écart. Jacky lui demande d’avertir le groupe que son chat a pris la tangente. Puis une détonation lui glace le sang. Un chasseur sort alors d’un fourré et jette le cadavre de l’animal à ses pieds, une plaie sanguinolente au cou. Quelques heures plus tard, un vétérinaire atteste de la mort du chat par une décharge de plombs dans la gorge. Jacky porte plainte et voilà Philippe, chasseur émérite depuis 38 ans, sommé de répondre d’acte de cruauté sur un animal devant la justice.
“ Il était à l’agonie je l’ai fini ” A la présidente, Marie-Christine de Fierville qui s’inquiète de savoir pourquoi le matou a servi de cible, Philippe oppose un geste… humanitaire : « Le chat a grimpé dans un arbre puis est tombé de 2 mètres de haut dans la gueule de mes chiennes. Quand elles me l’ont apporté, il était à l’agonie, je l’ai fini, c’est tout. » La juge est sceptique : « Le vétérinaire n’a retrouvé aucune plaie de morsures. » Philippe jure que le chat ne bougeait plus d’une oreille et que les mâchoires de ses braques ne lui avaient laissé aucune chance. « Mais, vous-même, les avez-vous vues ces morsures ? », n’en démord pas la présidente. Philippe ne sait plus trop, tout est allé si vite : « Si son propriétaire avait peur il n’avait qu’à hurler, j’aurais rappelé mes chiens ! » Le manque de compassion du prévenu déclenche la colère froide de la vice-procureure Delphine Amacher : « Vous ne trouvez pas audacieux de faire le procès du propriétaire du chat ? Est-ce sa faute si l’information n’a pas été relayée ? Avez-vous pris l’animal dans vos mains pour examiner ses blessures ? » Philippe fait profil bas. Il pensait que c’était un chat errant. Mal lui en prend ! « Ah, parce qu’un chat des champs a moins de valeur qu’un chat domestique ? » Philippe déglutit, il entendrait presque sonner l’hallali.
En charge des intérêts de la Fondation Brigitte Bardot, Me Mizzi dénonce une décision trop rapide « La décision de l’abattre ne lui appartenait pas. » L’avocate réclame 2.000 € de préjudice au nom de la fondation. La vice-procureure enchaîne requérant une amende de 5.000 €, en partie avec sursis.
Me Bourdais, l’avocate du prévenu, tempère : « Mon client a fait un mauvais choix, c’est vrai, mais, dans ce bois, c’était sombre, ses chiens avaient malmené le chat. Il aime les animaux. »
Philippe a été condamné à une amende de 3.000 € dont 2.000 avec sursis. Il devra verser 250 € à la Fondation Brigitte Bardot et 500 € de préjudice à Jacky. « J’ai compris la leçon », lâche le chasseur. Chat échaudé…

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>