Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sauvons nos refuges

Publié le par Ricard Bruno

Sauvons nos refuges
Sauvons nos refuges
Sauvons nos refuges
Sauvons nos refuges
Depuis la fin des contrats aidés, de trop nombreux refuges sont en danger de fermeture pure et simple. Les bénévoles ne sont pas assez nombreux pour subvenir aux besoins quotidiens d'un refuge. Imaginez-vous une structure de plus de 200 chats et autant de chiens. Il faut nettoyer les box, les accès, soigner et nourrir les animaux. L'émission "Un cœur comme le tien" s'engage aux travers de ces 2 journées organisées mais aussi à la mi janvier , la mise en ligne d'une cagnotte dédiée aux personnes qui ne pourront pas se déplacer et qui souhaiteront participer activement. L'objectif est de récolter des fonds pour les refuges en difficulté afin d'éviter leurs fermetures. Si personne ne bouge, dans 2 à 3 ans il n'y aura que des fourrières animales . Il y a de plus en plus d'abandons chaque année, 10 jours de rétention et je vous laisse imaginer ce que deviendront les loulous abandonnés si les refuges n'existent plus.... Engagez-vous avec nous ! Merci pour eux !

 

Vous ne pouvez pas

assister aux 2 journées d'action ?

Alors participez à la cagnotte 
"Sauvons nos refuges"

                 CLIQUEZ ICI

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Merci à tous !

 

Depuis la fin des contrats aidés, de trop nombreux refuges sont en danger de fermeture pure et simple. Les bénévoles ne sont pas assez nombreux pour subvenir aux besoins quotidiens d'un refuge. Imaginez-vous une structure de plus de 200 chats et autant de chiens. Il faut nettoyer les box, les accès, soigner et nourrir les animaux.

 

L'émission "Un coeur comme le tien" s'engage aux travers de ces 2 journées organisées mais aussi à la mi janvier , la mise en ligne d'une cagnotte dédiée aux personnes qui ne pourront pas se déplacer et qui souhaiteront participer activement. L'objectif est de récolter des fonds pour les refuges en difficulté afin d'éviter leurs fermetures. Si personne ne bouge, dans 2 à 3 ans il n'y aura que des fourrières animales . Il y a de plus en plus d'abandons chaque année, 10 jours de rétention et je vous laisse imaginer ce que deviendront les loulous abandonnés si les refuges n'existent plus....

 

Engagez-vous avec nous !

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019
Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019
Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019
Partager cet article
Repost0

Corcondray : la lente mort d’un cheval crée l’émoi...

Publié le par Ricard Bruno

Plusieurs personnes ont été émues par la mort d’un cheval dans un pré de Corcondray. Elles ont alerté une enquêtrice de la Fondation Brigitte Bardot pour évoquer les faits. L’éleveur réfute toute négligence ou maltraitance.

Ce cheval, très affaibli, a, selon un témoin de la scène, « agonisé » pendant trois jours avant de mourir samedi dernier. L’éleveur réfute les accusations de maltraitance et de négligence.

Ce cheval, très affaibli, a, selon un témoin de la scène, « agonisé » pendant trois jours avant de mourir samedi dernier. L’éleveur réfute les accusations de maltraitance et de négligence.

La personne qui a alerté l’enquêtrice de la Fondation Brigitte Bardot (FBB) souhaite conserver l’anonymat. Elle-même a été informée qu’un cheval, seul, était en train de mourir dans un pré à Corcondray. Elle s’y est rendue, la semaine dernière, mercredi, pour constater que l’animal était couché et ne parvenait plus à se relever.

« La pauvre bête hennissait dès qu’on l’approchait », raconte ce témoin. « Elle avait bien de quoi se nourrir, une botte de foin se trouvait non loin d’elle. Ce cheval a été abandonné là, sans soins, pendant trois jours. Des équidés meurent tous les ans chez cet éleveur, mais personne ne dit rien. Un poulain d’environ un an est mort le week-end qui précédait Noël. En plus, il laisse des étalons au milieu des juments. Il ne surveille pas la reproduction de ses animaux à mon sens. J’ai le sentiment qu’il ne les soigne pas comme il faut et qu’il les nourrit parce qu’il le faut bien. »

 
L’éleveur cesse son activité cette année

L’éleveur mis en cause par ce témoin choqué ne semble pas surpris des graves accusations portées à son encontre. « Je sais qu’il y a des personnes au village qui ne m’aiment pas et qui essaient de trouver n’importe quoi pour me causer du tort. Le cheval dont elle parle avait 22 ans. Il s’était déchiré les tendons d’une patte quelques années en arrière. Il était suivi par un vétérinaire, comme c’est évidemment le cas pour le cheptel qui me reste, soit une dizaine d’équins, que je ne fais plus reproduire. Il est mort de vieillesse, c’est tout. »

L’éleveur affirme n’avoir jamais maltraité ni négligé ses animaux. Tous paraissent bien nourris. En tout cas, ils ne manquent ni de foin, ni de compléments alimentaires. Il reconnaît qu’ils n’ont pas de bâtiments pour se protéger, hormis les arbres qui bordent leurs prés. Il estime qu’ils sont suffisants pour eux. « Je n’ai pas les moyens financiers de construire des abris aux normes. J’ai 63 ans, j’ai perdu des terrains suite à une succession familiale qui s’est mal déroulée et mon fils ne reprendra pas l’exploitation. Je fais de l’élevage équin depuis plus de 30 ans et j’estime qu’il est temps de m’arrêter. Je cesserai cette activité cette année. Je vais vendre les chevaux pour la filière bouchère, je pense. »

L’enquêtrice de la FBB tente, de son côté, d’en savoir un peu plus auprès des autorités avant d’envisager, ou non, de porter plainte à l’encontre de l’éleveur pour le cas de ce cheval.

Source de l'article ; Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Parc naturel du Morvan : jugé "indésirable", un troupeau de daims doit être abattu

Publié le par Ricard Bruno

Les daims dans le parc du siège du Parc Naturel du Morvan à Saint-Brisson.

Les daims dans le parc du siège du Parc Naturel du Morvan à Saint-Brisson.

Non-conformes ! La vingtaine de daims installés depuis 30 ans dans l'enceinte du Parc naturel du Morvan (PNR Morvan), à Saint-Brisson, dans la Nièvre, à la frontière de la Côte-d'Or, est considérée comme indésirable par les services de l'État. Dans un communiqué, le Parc naturel du Morvan explique que "seuls les animaux de race pure de l'espèce Dama dama peuvent être détenus dans ce type de parc de vision. Les animaux ne correspondant pas à ces caractéristiques phénotypiques doivent être abattus."

Les services de l'État vont conduire les opérations d'élimination de ce troupeau, rapporte Le Journal de Saône-et-Loire.

À noter qu'une pétition a été lancée par les associations Respectons et la Fondation Bardot, qui a recueilli en quelques heures plus de 1500 soutiens.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy

Publié le par Ricard Bruno

Je serais présent durant ces deux jours de Salon à Mennecy, pour celles et ceux qui voudraient venir me rencontrer, je présenterais mon livre "Brigitte Bardot icône absolue BBiographie"...

Bruno Ricard 

 Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy
 Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy
 Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy
Partager cet article
Repost0

Foies gras définitivement interdit en Californie ! à quand la France !

Publié le par Ricard Bruno

La cour suprême des états-unis a validé hier l'interdiction du foies gras en Californie.

Journal le Parisien du 08 01 2019

Journal le Parisien du 08 01 2019

Partager cet article
Repost0

Nice: Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, est décédée

Publié le par Ricard Bruno

Jeanne Augier dans son hôtel à Nice le 22 avril 2009

Jeanne Augier dans son hôtel à Nice le 22 avril 2009

Madame Jeanne Augier était une grande amie des animaux, elle appréciais beaucoup Brigitte Bardot, le monde animal est en deuil.

Bruno Ricard 

Nice: Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, est décédée
Nice: Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, est décédée
Nice: Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, est décédée
Nice: Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, est décédée
Roger Vadim, Brigitte Bardot - avec Guapa (Hôtel Le Negresco, 1958)

Roger Vadim, Brigitte Bardot - avec Guapa (Hôtel Le Negresco, 1958)

Nice: Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, est décédée

La succession s'annonce compliquée en raison des multiples convoitises et conflits autour de l'hôtel...

  • Avec sa façade Belle Epoque et sa coupole rose, Le Negresco dont elle avait héritée de son père en 1957 est l'un des symboles de la promenade des Anglais. 
  • Véritable hôtel-musée, il abrite 124 chambres et suites au mobilier éclectique.
  • Jeanne Augier avait accumulé 6.000 œuvres d'art, faisait porter des "costumes à la française" à ses voituriers et s'était offert un célèbre portrait de Louis XIV.

Elle s’est éteinte dans la nuit de lundi à mardi. La propriétaire du Négresco, célèbre palace de la promenade des Anglais à Nice dont la succession s’annonce compliquée, Jeanne Augier est morte. Elle avait 95 ans.

Jeanne Augier, placée sous tutelle en 2013 pour la protéger des sollicitations, vivait dans un vaste appartement aménagé dans un étage de l’établissement cinq étoiles dont elle avait contribué à faire la renommée. Elle allait avoir 96 ans le 27 mars.

Plusieurs décennies d’une direction à l’ancienne

Contrainte de se déplacer en chaise roulante, elle souffrait de pertes de mémoire qui l’empêchaient de gérer efficacement l’hôtel, placé sous administration judiciaire depuis 2013 après plusieurs décennies d’une direction à l’ancienne, mêlant autoritarisme et paternalisme.

Avec sa façade Belle Epoque et sa coupole rose, Le Negresco dont elle avait hérité de son père en 1957 est l’un des symboles de la promenade des Anglais, parfois surnommée la Tour Eiffel de Nice. Véritable hôtel-musée, il abrite 124 chambres et suites au mobilier éclectique.

Des voituriers en « costumes à la française »

Des meubles Empire côtoient des fauteuils années 70 à la coque plastique, des tableaux de coqs gaulois ou une « Grosse nana jaune » de Niki de Saint Phalle. Grande admiratrice de Versailles, collectionneuse compulsive, Jeanne Augier avait accumulé 6.000 œuvres d’art, faisait porter des « costumes à la française » à ses voituriers et s’était offert un célèbre portrait de Louis XIV.

Revenu aux bénéfices alors qu’il tournait à perte en 2011, selon la direction, le Negresco est le dernier palace familial de l’Hexagone resté français, doté du label « entreprise du patrimoine vivant » valorisant le savoir-faire français.

Sans descendants

En raison de sa renommée, il pourrait valoir entre 300 millions et 400 millions d’euros, selon une estimation de 2016, sans compter le mobilier et les œuvres d’art. Sans descendants, Jeanne Augier avait créé en 2009 un fonds de dotation (« Mesnage-Augier-Negresco ») qui gérera en principe son patrimoine à sa disparition. Les bénéfices doivent aller au développement de l’hôtel, à la défense des animaux, aux handicapés et au « rayonnement de l’art français ».

Mais sa succession s’annonce compliquée en raison des multiples convoitises et conflits autour de l’hôtel. En 2017, le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a saisi le tribunal de commerce pour décider de la suite. Une intervention vécue comme une pré-vente déguisée par la direction et les salariés qui ont ensuite obtenu que le dossier soit dépaysé à Marseille. Une enquête du parquet national financier est également en cours qui a valu à Jean-Michel Prêtre une perquisition le mois dernier à son domicile et à son bureau au palais de justice.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

États-Unis. Californie : pour les animaleries, interdiction d'acheter des animaux ailleurs qu'au refuge

Publié le par Ricard Bruno

États-Unis. Californie : pour les animaleries, interdiction d'acheter des animaux ailleurs qu'au refuge

Depuis le 1er janvier dans cet État américain, tout animal domestique vendu en animalerie doit venir d’un refuge, sous peine d’amende.

La Californie est devenue, cette semaine, le premier État américain à interdire aux animaleries de vendre des chiens, des chats et des lapins qui ne seraient pas issus de refuges ou d’association de secours, rapporte The New York Times.Adoptée en octobre 2017, cette loi est entrée en vigueur le 1er janvier.

Les animaleries qui ne respectent pas cette interdiction se verront infliger des amendes allant jusqu’à 500 dollars par animal. Les particuliers peuvent toujours acheter des animaux domestiques directement chez un éleveur.

 

D’après le quotidien de New York, plusieurs États américains envisagent de suivre la législation californienne en la matière. Le journal cite ainsi Kevin O’Neill, vice président de l’association américaine contre la cruauté animale :

Ce changement pourrait faire en sorte que ce sujet passe d’un effort municipal à un effort au niveau de l’État. Je pense que de plus en plus d’États vont s’y mettre.”

Plus de 250 localités américaines ont déjà adopté ce genre de mesures.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Jacques Heripret de Billancourt à Bardot

Publié le par Ricard Bruno

extrait du BBI n°472 de janvier 2019
extrait du BBI n°472 de janvier 2019

extrait du BBI n°472 de janvier 2019

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>