Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1957, Odette Joyeux-Brigitte Bardot : une rencontre prédestinée

Publié le par Ricard Bruno

Quand un écrivain imagine le personnage d'un roman, il s'inspire parfois d'un visage inconnu repéré sur un magazine. Il y a peu de chances pour que cet inconnu soit choisi plus tard pour incarner le rôle au cinéma. Et pourtant, c'est le miracle vécu par Odette Joyeux et Brigitte Bardot, raconté ici à l'occasion de la sortie du film "La mariée est trop belle"…

Vous souvenez-vous d'Odette Joyeux ? Née le 5 décembre 1914, elle fut une comédienne célèbre des années 30-40. Elle abandonne le cinéma dans les années 50 pour se consacrer à la littérature. En 1954, devenue auteure à succès, elle publie un roman intitulé La mariée est trop belle. L'ouvrage obtient le prix Courteline la même année. En 1956, sortira la suite La mariée ingénue. Sous l'impulsion de Brigitte Bardot, alors jeune égérie du cinéma français, l'œuvre est adaptée pour le cinéma sous le titre : La mariée est trop belle.

Deux femmes prédestinées à se rencontrer...

Deux femmes prédestinées à se rencontrer...

Derrière ce film se cache une histoire étonnante que racontent ici l'écrivaine et l'actrice, réunies pour une dédicace dans une librairie du faubourg Saint Honoré. Nous sommes le 21 février 1957, à l'occasion de la sortie du film, la journaliste Micheline Sandrel demande des précisions aux deux artistes sur leur travail commun sur l’adaptation de La mariée est trop belle. Une collaboration qui a tout de la synchonicité si chère à Carl Gustav Jung. L'écrivaine raconte en effet que bien avant de rencontrer Brigitte, c'est son visage qui avait inspiré son personnage de Chouchou : "Brigitte qui n'était alors que covergirl avait posé pour la couverture de Elle. Et j'avais trouvé cette photographie extrêmement jolie. Et quand j'écrivais La mariée est trop belle, malgré moi, inconsciemment, je lui donnais le visage de Brigitte."

Mais la synchronicité ne s'arrête pas là. La jeune comédienne confie en effet qu'elle rêvait de porter le livre à l'écran dès sa lecture du livre, alors qu'elle était inconnue :

"Depuis que le livre est sorti, c'était il y a deux ans, je l'avais lu et j'avais très envie de tourner le rôle de Chouchou. Mais à l'époque, je n'étais pas assez connue pour dire : je veux faire ce film."

La journaliste s'exclame : "J'ai l'impression que vous avez eu une excellente idée ! "

Ce que confirme Brigitte Bardot, enthousiaste : "Oh oui alors ! Ce que je l'aime Chouchou […] j'avais l'impression que ça avait été fait pour moi. Même en le lisant, il y a deux ans, j'avais trouvé ça très joli. Très, mignon."

Micheline Sandrel souligne que le temps a passé très vite, entre le moment où elle était inconnue et dans l'impossibilité de mener à bien ce projet, et la sortie du film. L'actrice confirme : "Oui, c'est une sorte de miracle. C'est merveilleux. Je suis très contente d'avoir pu le faire. Parce que quelquefois, je lis des livres et je n'ai pas encore pu les réaliser en film. Et celui-là, je suis ravie que ce soit devenu un film."

Devant la caméra, auteure et actrice semblent partager une réelle complicité. Odette Joyeux confie : "On s'entend très bien. On est très contente l'une de l'autre !". Elle raconte ensuite avoir participé à l'écriture des dialogues et à l'adaptation du film, mais sans avoir le droit de venir sur le plateau : "Ah ça, jamais ! Je n'avais pas le droit. Mais c'est resté très amical. J'ai préféré voir le film entièrement terminé."

Odette Joyeux et Brigitte Bardot refusent de conclure l'interview par la lecture d'un extrait du livre, l'auteure déclare : "je ne peux pas. Je ne sais pas quoi lire. Vous devriez aller voir le film !"

Finalement Odette Joyeux finit par accepter et lit quelques lignes de circonstances : "Nous sommes restés un bon moment bien installés dans le silence et comme la conversation, le gâteau s'est éteint."

Le reportage s'achève en musique sur des images des nombreux fans venus réclamer une dédicace et un autographe des deux complices.

Tournage de l'émission "Le comédien et l'homme", 1951

Tournage de l'émission "Le comédien et l'homme", 1951

Mini bio...

Odette Joyeux, est une actrice française, née le 5 décembre 1914 et morte le 26 août 2000. Elle fut également écrivain et romancière. Après avoir étudié la danse à l'école du Ballet de l'Opéra de Paris, elle commence une carrière au cinéma en 1930 et, parallèlement, au théâtre avec Louis Jouvet, dans Intermezzo en 1933. Mariée à l'acteur Pierre Brasseur en 1935, c'est la mère de Claude Brasseur. Elle épouse en secondes noces Philippe Agostini en 1958. 

Elle va s'éloigner du cinéma pour se consacrer à la littérature. Auteure de plusieurs romans, de pièces de théâtre et d'essais, en 1994, elle écrit ses mémoires. Odette Joyeux est morte d'une attaque cérébrale le 26 août 2000. Elle est enterrée au cimetière de Grimaud (Var) aux côtés de son mari Philippe Agostini.

Pour aller plus loin

Bouquet de joie : Odette Joyeux, interviewée par Henry Spade, présente ses deux romans : La mariée est trop belle et la suite La mariée ingénue. Elle évoque le projet de film avec Brigitte Bardot : "c'est le personnage idéal". (19 novembre 1956)

Les échos du cinéma Odette Joyeux revient sur ses débuts, dans le corps de ballet de l'opéra, puis dans le théatre, et le cinéma..et enfin l'écriture. (1er janvier 1961)

Au cinéma ce soir : à propos de son premier grand rôle Entrée des artistes d'Henri Jeanson. (19 novembre 1970)

Source de l'article et Vidéo : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Bony et Glasha : nos réponses à vos questions

Publié le par Ricard Bruno

L'ourse Glasha se régale, bien à l'abri dans ses loges intérieures, avant d'explorer les 10 hectares du sanctuaire. ©Fondation 30 Millions d'Amis

L'ourse Glasha se régale, bien à l'abri dans ses loges intérieures, avant d'explorer les 10 hectares du sanctuaire. ©Fondation 30 Millions d'Amis

Les ours Bony et Glasha, enfin retirés des griffes de leurs dresseurs, prennent doucement leurs marques dans leurs établissements d’accueil respectifs. Vous avez été très nombreux à vous émouvoir de leur (triste) sort et à soutenir nos actions pour les protéger. Où sont-ils ? Quand vont-ils être soignés ? 30millionsdamis.fr répond à vos principales questions.

1. Les ours Bony et Glasha ont-ils été secourus ensemble ?

Oui. Bony et Glasha ont tous deux bénéficié d’un placement ordonné par le préfet de Loir-et-Cher (41). Le vendredi 29 novembre 2019, le refuge de l’Arche a été nommé gardien des ursidés. Avec l’appui de la Fondation Brigitte Bardot et la Fondation 30 Millions d’Amis, les autorités se sont rendues au domicile du couple de dresseurs Poliakov afin de prendre en charge les ours. Le refuge de l’Arche n’étant pas en capacité d’accueillir les deux plantigrades, la femelle Glasha a été transférée vers un sanctuaire en Allemagne, avec le soutien de la Fondation 30 Millions d’Amis, qui a veillé sur elle jusqu’à son réveil, en douceur, dans son nouveau havre de paix.

2. Souffrent-ils de ne plus être ensemble ?

Non. Les deux ours étaient détenus par le couple de dresseur Poliakov dans des cages séparées, car ils ne s’entendaient pas. L’ours brun est un animal solitaire qui, en milieu naturel, défend son territoire et évite le contact avec ses congénères. Désormais, le mâle Bony profite donc de son propre espace avec accès à un parc extérieur arboré au refuge de l’Arche en Mayenne, tandis que Glasha s’apprête, elle, à découvrir les 10 hectares du Bear Park Black Forest en Allemagne. En attendant d’explorer cette vaste superficie, la femelle bénéficie déjà de trois loges interconnectées, d’un nid de paille douillet et d’une vidéosurveillance attentive.

3. Qu’en est-il de leur santé ?

Désormais tout est mis en œuvre par les soigneurs pour le bien-être des ours. Ils souffrent de nombreuses lésions – notamment dentaires – consécutives à leurs conditions de vie passées. La femelle présente également une tumeur oculaire. Les équipes du refuge de l’Arche prodigueront les soins adéquats à Bony dans les tous prochains jours, dès qu’elle se sera acclimatée à son nouvel environnement. Idem pour Glasha : les soigneurs du Bear Park Black Forest l’opéreront sur place, avec un dispositif complet pour sa sécurité.

4. Risquent-ils de retourner chez leurs dresseurs ?

En droit, le placement ordonné par le Préfet de Loir-et-Cher l’est à titre « provisoire ». Toutefois, le refuge de l’Arche ainsi que les fondations 30 Millions d’Amis et Brigitte Bardot s’inscrivent en faux contre ce caractère temporaire, étant donné l’absence avérée de soin de la part des dresseurs. Les ONG ont fait appel à Élisabeth Borne, ministre de la Transitions écologique et solidaire, pour qu’elle prenne toutes les mesures qui s’imposent pour que ce placement soit définitif. L’objectif des défenseurs des animaux est que Bony et Glasha retrouvent – autant que possible – un comportement correspondant à celui de leur espèce : ce qui implique le moins de contact possible avec l’homme. Un travail qui serait réduit à néant si les ursidés retournaient dans leur enfer !

5. Qu’en est-il des autres animaux détenus par le couple Poliakov ?

La Fondation 30 Millions d’Amis a officiellement réclamé le retrait définitif de tous les animaux détenus par les Poliakov, notamment le singe magot, une petite femelle prénommée Mina.

 
 
Partager cet article
Repost0

Jean Pieuchot, l'homme aux 114 films

Publié le par Ricard Bruno

Jean Pieuchot, l'homme aux 114 films

De son propre aveu, son nom est inscrit au générique de 114 films. À 98 ans, l’ancien régisseur Jean Pieuchot est une encyclopédie du cinéma français. Il a côtoyé Fernandel, Gabin, Dietrich, Bourvil, Morgan, Bardot, Belmondo, Delon… Retiré à Saint-Malo depuis 1995, il déroule à l'envi la bobine de sa vie consacrée au septième art.

Il voulait devenir professeur de dessin en entrant aux Beaux-Arts à Paris, en 1940. Le sort a en décidé autrement. Adieu les salles de cours, bonjour les plateaux de tournage ! Pour cela, Jean Pieuchot devra échapper au STO (Service du travail obligatoire) imposé par l’occupant allemand. Un certificat de complaisance fera l’affaire. Il se retrouve à l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques). Reçu après trois ans d’études, il décroche son diplôme, mais pas de boulot.

Amoureux "En effeuillant la marguerite"

Le jeune homme a de l’audace et parvient à s’introduire sur les plateaux de cinéma. Il sait se rendre indispensable et devient homme à tout faire en donnant un coup de main à la comptabilité ou au metteur en scène. « Mon premier film, c’était en 1949, "La veuve et l’innocent" d’André Cerf, avec pour acteurs principaux Saturnin Fabre et Jean Desailly, rapporte Jean Pieuchot. J’étais régisseur adjoint. Cela s’est bien passé ». Sa carrière est lancée et ne s’arrêtera pas de sitôt. Denys de la Patellière l’engage, puis c’est Marc Allégret. Lors du tournage du film "En effeuillant la marguerite", il tombe amoureux... de sa future femme, Josette Sinclair, une comédienne devenue secrétaire de production.

Gina Lollobrigida m’a fait du rentre-dedans

Les femmes, les plus belles, il en rencontrera beaucoup sur son chemin. Brigitte Bardot, par exemple. « Ah ! Elle était jolie, confie le nonagénaire, les yeux gourmands. Un jour qu’on tournait en Espagne, elle me dit : "Quand est-ce qu’on quitte ce pays de cons ?". Alors, je lui ai fait visiter Tolède mais elle n’avait pas trop l’air de s’intéresser à ce que je lui montrais. Ensuite, je l’ai accompagnée en Corse. Dans "Le Corniaud" de Gérard Oury, j’ai eu un faible pour Beba Loncar, celle qui joue Ursula, l’auto-stoppeuse que Bourvil prend dans sa voiture. Et puis Gina Lollobrigida qui m’a fait du rentre-dedans ». Il a aussi vu tourner Michèle Morgan, « une femme cultivée, jolie et gentille ». « Un jour, elle m’a dit que toutes les femmes qui ont tourné avec Gabin sont devenues folles de lui ».

Avec Gabin, « Chacun paye sa part »

Jean Pieuchot est tour à tour régisseur et directeur de production. Son travail : dépouiller le scénario, décor après décor, noter les scènes à tourner… « C’est en fait celui à qui on peut demander n’importe quoi et qui doit le fournir », résume l’homme de cinéma. Un jour, il doit dénicher à l’improviste des fourreurs yiddish et deux acteurs introuvables pour sauver un film de Marcel Camus. René Clair le fait promouvoir régisseur général et directeur de production pour son film "Les Grandes manœuvres" où joue Gérard Philippe. « Il était gentil », se souvient Jean Pieuchot qui garde encore en tête des repas partagés avec Fernandel (plutôt froid), avec Jean Gabin qu’il tutoyait. « Il disait : "Chacun paye sa part parce qu’après je ne saurai pas qui a invité l’autre". Il me parlait de la Grande. C’était Marlène Dietrich un jour qu’on était chez Bocuse avec Sofia Loren et André Cayatte invités par le maire de Lyon ».

Couscous et poire avec Delon

Les souvenirs émergent peu à peu. Plus lointains comme la rencontre pour "Porte des Lilas" avec Georges Brassens et Pierre Brasseur. « On était les trois larrons ». Avec Martine Carol lui avouant avoir « peur » de René Clair. Il se souvient de Bourvil qui « savait son texte et n’était pas emmerdant ». De Delon avec qui il partageait le couscous et la poire Williams. Avec Melville, le courant passait moins bien : « Il n’était pas facile, mais il a fait de beaux films ». Sa carrière s’est arrêtée au milieu des années 90. À l’époque du "Père Noël est une ordure". Dans son appartement de l’Intra-muros à Saint-Malo, le vieil homme, malgré des yeux fatigués et une oreille paresseuse, aime visionner sur son poste de télévision "Les enfants du paradis" de Marcel Carné ou encore "Un singe en hiver" d’Henri Verneuil. Lui-même a réalisé trois courts-métrages sur Paris, Guy de Maupassant et Jules Renard. Jean Pieuchot a raconté sa vie professionnelle dans un livre sobrement intitulé "Régisseur de cinéma" (Dualpha éditions).

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Le petit journal N°1 du Parti animaliste...

Publié le par Ricard Bruno

« L'homme est un animal politique. » — Aristote
 
Retrouvez notre nouveau bimensuel, “Le petit journal du Pa”, pour tout savoir… ou presque, sur l’actualité animaliste et politique. 
 
 
3 bougies pour 1 anniversaire 
Le 14 novembre dernier, le Parti animaliste partageait avec vous une belle et enthousiasmante journée ! Il y a 3 ans était officiellement lancé le 1er parti politique pour les animaux à visée nationale : retour en images.

Sans vos soutiens, encouragements, adhésions, votes, rien ne serait possible. 
Notre plus beau cadeau ? Vos cartes, dessins, photos, vidéos et messages d'anniversaire. 
Cet album est le vôtre. Mille mercis !
 
Coup de cœur

Après de longues années de lutte des associations de la protection animale, la mairie de Paris vient enfin d’interdire l’installation des cirques avec animaux sauvages dans Paris intra-muros (à l’exception du cirque Bouglione, propriétaire du cirque d’hiver et du cirque Bormann, titulaire d’un droit d’occupation).
Cette interdiction prendra effet fin 2022. Le Parti animaliste attend maintenant une loi qui interdira définitivement les cirques avec animaux sauvages mais aussi son extension aux animaux domestiques dans tout l’Hexagone.
 
 
Ça s'est passé près de chez vous
 

Réunion des bénévoles à Saint-Aunès
Le samedi 16 novembre à 17 h
Une trentaine de bénévoles étaient présents pour cette réunion. Plusieurs sujets à l’ordre du jour, dont celui des élections municipales et la présence du Parti animaliste dans plusieurs communes de l’Hérault et du Gard et notamment à Montpellier, Nîmes, Sète, Béziers, Marseillan. Au-delà de ces grandes villes, les enjeux relatifs à la représentativité du Parti animaliste dans des communes plus rurales, et à la spécificité de ces communes, ont été débattus. La mobilisation des associations et du Parti animaliste 34 contre le cirque Medrano était aussi à l’ordre du jour, ainsi que la planification et des futures actions locales.
La réunion s’est terminée dans la convivialité en trinquant aux 3 ans du Parti animaliste, et à la réussite de nos engagements et actions.
 
Rejoindre une équipe près de chez moi
 

Coup de gueule
 
Le 29 octobre dernier, Didier Guillaume a convoqué certaines associations de protection animale pour annoncer des mesures en faveur des animaux. Devant les caméras de télévision, il a fait de nouvelles promesses : l’arrêt de la castration à vif des porcelets, la fin du broyage des poussins, et la création d’une mission pour plancher sur les abandons d’animaux dits « de compagnie ». Mais ne sautons pas au plafond ! Concernant la castration des porcelets, il serait question d’autoriser les éleveurs à pratiquer une anesthésie locale. Douloureuse, cette anesthésie des testicules nécessite un temps d’attente avant que le produit n’agisse. Un vœu pieux dans la cadence infernale des élevages intensifs. Pour ce qui est de la fin du broyage des poussins mâles, nous ne pouvons que regretter qu’il soit repoussé en 2021, sachant que la société allemande Seleggt a déjà mis au point un brevet commercialisable, permettant le sexage dans l’œuf. Rappelons que 50 millions de poussins sont broyés vivants en France chaque année. Que dire enfin de la création d’une mission sur les abandons, puisque les associations ont déjà fait ce constat de terrain, en bref… cela s’appelle gagner du temps !
Découvrir les mesures du Parti animaliste sur ce sujet
 

Le saviez-vous ?

En période d’après-guerre, le président du Conseil des ministres de l’époque, Pierre Mendès France, impose le grand verre de lait quotidien à tous les petits écoliers. En 1954, cette mesure est destinée à lutter contre la dénutrition et l’alcoolisme puisque les enfants sont autorisés à la consommation de bière et de vin.
Aujourd’hui les temps ont bien changé et l’industrie des produits laitiers est de plus en plus inhumaine ! 
La vache ne produit du lait que quand son veau vient au monde. À partir de 2 ans, tous les 12 mois environ, elle est inséminée artificiellement, donne naissance à un veau, et c’est reparti ! Elle est surexploitée, peut mourir d’une infection des mamelles due à la traite mécanique intensive (jusqu’à 60 litres de lait par jour pour une vache Prim’Holstein alors qu’un veau n’a besoin que de 4 à 5 litres de lait par jour) et finit à l’abattoir lorsqu’elle ne donne plus suffisamment de lait.
Mais que devient son petit ? Si c’est une femelle, elle sera gardée pour renouveler le cheptel de vaches laitières, si c’est un mâle, il sera engraissé dans un bâtiment sans accès vers l'extérieur avec une alimentation volontairement carencée en fer pour que sa chair reste pâle. Le veau laitier vit aussi une vie misérable, privé de sa mère, enfermé dans une case, il sera conduit à l’abattoir à l'âge d’environ 5 mois.

Le Parti animaliste propose d'accompagner l'évolution des pratiques alimentaires en fixant, par exemple, un objectif national de réduction de la consommation de produits animaux (viande, poisson, œufs, lait) de 25% en 2025 par rapport à 2015.
 
En savoir plus : L'enfance volée d'un veau
 
Découvrir plus de mesures du Parti animaliste sur ce sujet
 
 
L'AGENDA NATIONAL DU PARTI ANIMALISTE


Retrouvez les équipes locales pour vous informer et échanger sur le programme, les valeurs et les actions du Parti animaliste.
 
Distribution de tracts à Nantes (44)
Mercredi 4 décembre de 10h à 13h
Rendez-vous devant la FNAC pour aller ensuite au marché Bio de Nantes, square Villebois-Mareuil.
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Distribution de tracts à Montpellier (34)
Samedi 7 décembre de 10h15 à 12h
Rendez-vous Marché des Arceaux
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Stand d'information au Bouscat (33)
Dimanche 8 décembre de 10h30 à 18h
Tenue d'un stand au Green Market de Noël
Rendez-vous au 246 Avenue de la Libération-Charles de Gaulle.
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Distribution de tracts au Havre (76)
Dimanche 8 décembre de 10h à 12h
Rendez-vous aux Halles.
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Distribution de tracts à Montpellier (34)
Samedi 14 décembre de 14h à 16h 
Rendez-vous aux Hivernales
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Fête de fin d'année à Villeneuve-Saint-Georges (94)
Samedi 14 décembre de 13h à 17h
Le groupe des correspondants Paris/Île de France est heureux de vous proposer une après-midi conviviale en cette fin d'année. Il s'agira d'un moment chaleureux et informel, propice à l'échange autour d'un petit buffet.
Rendez-vous l'Espace Jean Cocteau, 8 Avenue Carnot
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Participation au salon de la défense animale à Belfort (90)
Samedi 14 décembre de 11h à 19h
Participation au premier salon de La Défense animale à Belfort où vous trouverez des stands d'alimentation végétale, diverses associations et une conférence de Guillaume Corpard à 15h.
Rendez-vous au centre social et culturel de la Pépinière 3 rue Michel Danton, Belfort
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.


Distribution de tracts à Nantes (44)
Dimanche 15 décembre de 9h30 à 11h30
A l'occasion de l'exposition "Les animaux font leur show", l'équipe locale du Parti animaliste distribuera des tracts et rappellera le positionnement du Parti animaliste sur les pratiques utilisant des animaux à des fins de divertissement.
Rendez-vous au parc des Expositions de la Beaujoire, Nantes
En savoir plus sur l'événement Facebook ici.
Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...

Nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...

Bruno Ricard 

Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Brigitte Bardot film "Une ravissante idiote"...nouvelles rentrées dans mes collections sur BB...
Partager cet article
Repost0

Vincent Niclo raconte sa rencontre "géniale" avec Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

<< < 1 2 3 4