Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La première boulangerie 100% vegan ouvre ses portes à à Paris

Publié le par Ricard Bruno

La première boulangerie 100% vegan ouvre ses portes à à Paris

Alerte croissants chauds ! Pour tous les vegans en grosse carence, non pas de protéines ou de B12, mais de bonnes viennoiseries réconfortantes, pains au chocolat ou pain suisse, en manque de bon pain au levain sans lactosérum rajouté à la va-vite au dernier moment, en manque de bonnes pâtisseries, d’éclairs au chocolat, de monts blanc… Voici une nouvelle ouverture qui va changer votre vie.

Car Paris accueille dès aujourd'hui sa toute première boulangerie 100% végétale. Ce qui signifie qu’aucun de ses produits ne contient d'oeufs, de lait ou de crème. Une véritable révolution dans le monde du veganisme.

Des produits comme en boulangerie classique

Land & Monkeys, c’est son nom, a ouvert ses portes au 86 boulevard de Beaumarchais (11e), et elle est signée Maison Landemaine, autant dire que ça promet ! Et au menu du jour, du sucré comme du salé, du pain, des viennoiseries, des patisseries, des salades ou encore des sandwichs, et même des places assises pour déguster sur place. Comme une vraie boulangerie, mais en 100% vegan ! Rodolphe Landemaine (qui se cache derrière les boulangeries Landemaine), lui-même vegan, voulait un lieu qui lui ressemble, respectueux des animaux, de l'environnement et des êtres humains. Les produits utilisés sont bio, provenant de petits producteurs français, et chaque recette a été pensée et testée pendant plusieurs années en préparation de l'ouverture de Land & Monkeys.

L’autre bonne nouvelle, c’est que la boulang' est entièrement sans plastique jetable, ce qui signifie que les contenants, gobelets à café et bols à salade, sont en carton recyclé ou recouvert d’un film en plastique végétal pour le contact alimentaire. Loin de nous l'idée de trop vouloir vous mettre l'eau à la bouche, mais on a goûté, et bon dieu, c'est incroyable. Ne passez pas à côté du cookie signature de la maison avec du praliné coulant sur le dessus, du marbré, et même de l'incroyable pain au chocolat. Une tuerie.

Land & Monkeys
86 boulevard de Beaumarchais — Paris 11ème

Métro Bastille...

Source de l'article : Cliquez ICI

La première boulangerie 100% vegan ouvre ses portes à à Paris

Partager cet article

Repost0

Son propriétaire est mort en tentant de le sauver des inondations, le cheval Pharaon retrouve une nouvelle famille

Publié le par Ricard Bruno

Une touchante séparation, mercredi matin, entre Delphine et son cheval Pharaon. Photo J.-L.P.

Une touchante séparation, mercredi matin, entre Delphine et son cheval Pharaon. Photo J.-L.P.

La Fondation Brigitte Bardot a accueilli le cheval de Delphine dont le compagnon est mort de façon dramatique à Fréjus lors des dernières inondations en essayant de sauver ses équidés.

Le 1er décembre dernier, les terribles intempéries dans le Var avaient dévasté une écurie de Fréjus dans laquelle son propriétaire, Kai Duprez, avait péri noyé en tentant de sauver ses chevaux enfermés dans les box. Dramatique...

Depuis, les équidés en pension ont été récupérés par leurs propriétaires et quatre autres, appartenant au couple, placés chez des amis.

Malheureusement, Delphine Orval ne pouvait pas maintenir seule l’activité du centre équestre et elle cherchait à se séparer de son dernier cheval que lui avait offert son défunt compagnon.

Dans l’attente, Pharaon, son magnifique "selle français" d’1m72 au garrot trottinait dans la pension pour chevaux de Laurie Busuttil, une amie de Bagnols-en-Forêt.

Sa passion pour les chevaux et plus particulièrement l’amour pour Pharaon, l’a conduit à contacter la Fondation Brigitte Bardot.

La structure bien connue, qui lutte contre la maltraitance animale, a été émue par les malheurs de Delphine et a su faire une exception pour accueillir le cheval. En effet, la fondation ne sauve que les équidés en état de souffrance alors que ce n’était pas le cas en l’occurrence, bien au contraire.

Néanmoins, l’atmosphère, jeudi matin, était chargée d’émotion quand le docile Pharaon est monté dans le van de la fondation. Les personnes présentes avaient les larmes aux yeux (de bonheur) en pensant à la destination finale de Pharaon qui va rejoindre les 900 chevaux répartis dans les trois refuges appartenant à la fondation et dans des centres équestres partenaires.

Aline Maatouk, représentante de la fondation, précisait: "En général, la destination des animaux n’est pas communiquée pour des raisons de confidentialité, voire de sécurité. Mais pour ce cas particulier, seule Delphine Orval la connaîtra".

Elle a d’ailleurs tenu à la rassurer: "Vous n’abandonnez pas votre cheval et vous pourrez toujours venir le voir régulièrement".

Delphine Orval: "Je ferme un livre où je m’étais épanouie. Mais je sais que Pharaon, grâce à votre fondation, va vivre une retraite paisible".

Source de l'article : Cliquez ICI

Son propriétaire est mort en tentant de le sauver des inondations, le cheval Pharaon retrouve une nouvelle famille
Son propriétaire est mort en tentant de le sauver des inondations, le cheval Pharaon retrouve une nouvelle famille

Partager cet article

Repost0

La Préfète des Hautes-Alpes décrète l’éradication des Renards roux dans les Hautes-Alpes en pleine période de vacances scolaires

Publié le par Ricard Bruno

La Préfète des Hautes-Alpes décrète l’éradication des Renards roux dans les Hautes-Alpes en pleine période de vacances scolaires

Amis touristes, randonneurs, promeneurs, raquetteurs et skieurs, apprêtez-vous à passer vos vacances entre plombs et balles de chasse dans les Hautes-Alpes.

En effet, Madame la Préfète des Hautes-Alpes a décidé d’autoriser, par six arrêtés des 30 janvier, 14 et 18 février 2020, 71 battues administratives aux renards dans différentes communes du Département jusqu’au 31 mars 2020, en pleine période de vacances scolaires. Ces derniers ont été pris après avis de la Fédération départementale des chasseurs (FDC05), de la Direction départementale des territoires (DDT05) mais aussi du service départemental de l’Office français de la biodiversité (OFB) nouvellement crée au 1er janvier 2020.

Ces décisions font suite à la demande des lieutenants de louveterie, qui considèrent que « les renards causent des dommages aux poulaillers ainsi qu’à la petite faune sauvage » ainsi que de « certains maires et/ou détenteurs des droits de chasse qui ont effectués des demandes de destruction à tir de renards auprès des lieutenant de louveterie »

Comme chacun le sait, les renards roux se nourrissent essentiellement de petits rongeurs, environ 4 000 par an, et peuvent être considérés comme des alliés de l’agriculture pour la prédation notamment des campagnols terrestres qui causent de nombreux dégâts aux cultures. Ainsi, dans les communes de Villar d’Arêne et de la Grave, les renards n’ont pas été classés comme ‘’espèces susceptibles de causer des dégâts (ex. nuisibles) en raison de leur action bénéfique pour limiter les populations de campagnols. Les détruire porte atteinte aux intérêts agricoles, voire à l’environnement et à la santé de nos concitoyens par l’usage de produits raticides très toxiques.

Les renards roux sont chassés et piégés dans le Département et ce sont près de 1000 qui sont tués chaque année sans compter les collisions routières.

Les membres de la LPO Paca et de la SAPN qui siègent en Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) ont demandé la suspension de ces arrêtés au motif que :

  • la date d’application de la durée des battues était erronée ;
  • aucun constat de dégâts à l’appui de ces arrêtés n’a été fourni justifiant la prévention des importants dommages invoqués ;
  • aucun élément témoignant de ce que les campagnes de destruction des renards les années précédentes ont permis de limiter les dégâts ;
  • les avis de la FDC 05, de la DDT 05, de l’OFB et les demandes des Maires des communes concernées ne nous ont pas été communiqués.

Nos deux associations dénoncent ces arrêtés qui visent à éradiquer le renard roux en dehors de toute justification.

En réponse, Madame la Préfète vient de confirmer l’intégralité de ces dispositions dans un arrêté modificatif du 18 Février 2020

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Interrogé sur L214, le ministre de l'Agriculture arrache le micro d'un journaliste

Publié le par Ricard Bruno

Didier Guillaume s'est visiblement énervé alors que Tancrède Bonora, journaliste de "C à vous", abordait une enquête sur l'abattoir de veaux de Sobeval.

 

 

Interrogé sur L214, le ministre de l'Agriculture arrache le micro d'un journaliste "C à vous"

Interrogé sur L214, le ministre de l'Agriculture arrache le micro d'un journaliste "C à vous"

BIEN-ÊTRE ANIMAL - Le sujet est de toute évidence sensible. Le ministre de l’Agriculture n’a visiblement pas du tout apprécié d’être interrogé sur la dernière enquête de L124 dans un abattoir de veaux situé en Dordogne ce mercredi 26 février.

Didier Guillaume s’est énervé quand le journaliste de “C à vous” Tancrède Bonora est revenu sur son “double langage”: après avoir assuré qu’il ne voyait aucune non-conformité dans la vidéo-choc de L214, des emails internes au ministère envoyés par erreur à l’association de défense des animaux évoquaient des non-conformités “indéniables, voire majeures”.

“Je n’ai pas de double langage”, entend-on le ministre répondre en arrachant violemment le micro du journaliste qui lui demandait une réaction, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 Écarté par la sécurité, le journaliste abasourdi est ensuite rappelé par le ministre qui lui dit: “Venez, non mais, je n’ai pas de double langage”. Lui tendant son micro, Didier Guillaume explique sa réaction en justifiant que le journaliste lui avait “mis devant la bouche”. 

Pressé de répondre sur l’incohérence entre la réponse officielle et les emails internes, le ministre a ensuite rebroussé chemin après avoir assuré qu’il communiquerait si de nouvelles informations sur cet abattoir lui parvenaient. 

L214 avait demandé jeudi dernier la fermeture de l’abattoir, après diffusion d’une nouvelle vidéo montrant selon elle des infractions “multiples”, notamment “des signes de conscience ou sensibilité” des animaux. L’association était revenue à la charge mardi, à la découverte des courriels internes, et avait alors demandé la démission du ministre.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Aude : deux mois avec sursis et fusil confisqué pour avoir tué le chat Babi

Publié le par Ricard Bruno

Le chat Babi, atteint à la tête par le coup de feu, avait succombé.

Le chat Babi, atteint à la tête par le coup de feu, avait succombé.

Le 30 septembre 2019, un chat d'un an était abattu d'un coup de fusil par le voisin de sa propriétaire. Convoqué dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, l'homme a été condamné à deux mois avec sursis et à payer la somme totale de 3 000 € à la propriétaire et à cinq associations qui s'étaient jointes à la procédure.

Un sentiment partagé. Voilà ce qu'éprouve Sandrine, une Saint-Papouloise, au surlendemain du jugement prononcé à l'encontre de l'homme qui, le 30 septembre 2019, avait abattu d'un coup de fusil son chat Babi, âgé d'un an. Un geste reconnu et assumé par l'auteur du coup de feu, désigné par un témoin et qui avait, selon la propriétaire, reconnu les faits et justifié de façon laconique ses actes : "Les chats, ça mange les lapins." 

Le lundi 24 février, dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, une peine de deux mois de prison avec sursis a ainsi été prononcée au tribunal de Carcassonne pour condamner les faits de "sévice grave ou acte de cruauté envers un animal domestique" ; peine assortie de la confiscation du fusil et des munitions utilisées en septembre 2019, du remboursement des frais vétérinaires de 210 € déboursés par Sandrine, également bénéficiaire de 750 € de dommages et intérêts ; cinq associations (30 millions d'amis, la Fondation Brigitte Bardot, Moustaches et coussinets, la SPA et l'association Stéphane Lamart), qui s'étaient jointes à la procédure en se constituant également parties civiles, bénéficieront, elles, chacune du versement de 450 €.

Assistée par Me Symniakos, avocate du cabinet Animalex de Bourg-en-Bresse, spécialisé dans le droit des animaux, Sandrine voulait tout d'abord retenir un motif de satisfaction : "Je suis contente que la justice ait donné une suite à cette affaire." Avant de pondérer : "Je suis en revanche déçue qu'il conserve son permis de chasse . J'ai peur que ça se reproduise, parce que je n'ai pas le sentiment qu'il se rende compte : son avocat a assuré qu'il avait dit regretter lors de son audition par les gendarmes. Mais j'ai le sentiment que, pour lui, c'est anodin."

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot sa lettre du 26 02 2020 au Président Macron...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot sa lettre du 26 02 2020 au Président Macron...
Brigitte Bardot sa lettre du 26 02 2020 au Président Macron...

Le gouvernement envisage l'ouverture de la saison de chasse… deux mois plus tôt !

Publié le par Ricard Bruno

Ben voyons, ce n'est pas possible, ce gouvernement ne fait que des conneries, et fait allégeance aux chasseurs, ce gouvernement baisse son froc devant ces tueurs...c'est inacceptable...décidément il n'y a rien du tout à "tirer" de  ce gouvernement pro chasse et anti-animaux !

Bruno Ricard 

Un projet de décret propose de retirer l'autorisation de chasse anticipée... Une mauvaise nouvelle pour la faune. /©Pixabay

Un projet de décret propose de retirer l'autorisation de chasse anticipée... Une mauvaise nouvelle pour la faune. /©Pixabay

Un décret relatif « à la maîtrise des populations de grand gibier et de leurs dégâts » permettrait de démarrer la chasse au 1er juin au lieu du 15 août. Les associations de protection animale, dont la Fondation 30 Millions d’Amis, s’insurgent contre cet énième cadeau fait aux chasseurs.

De moins en moins de répit pour la faune sauvage… et les usagers de la nature ! Dans une logique de distribution constante de cadeaux aux chasseurs depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir en 2017, le gouvernement propose un décret qui pourrait permettre aux chasseurs de commencer à tirer… deux mois plus tôt.

« Feu à volonté dès le 1er juin ! »

Si la chasse au sanglier ou au chevreuil s’avérait déjà possible dès le 1er juin, elle était toutefois soumise à certaines conditions restrictives comme l’obtention d’une autorisation individuelle préfectorale de chasse anticipée. Ce décret, dont l’objectif est « la maîtrise des populations de grand gibier et de leurs dégâts », faciliterait cette chasse anticipée en supprimant l’autorisation préalable. « Dans les faits, la majorité des chasseurs attendaient la fin des vacances d’été pour ressortir le fusil, explique la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO), partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis. Grâce au nouveau décret en préparation, plus besoin d’autorisation préalable : feu à volonté dès le 1er juin. »

Une information confirmée par Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité (OFB) : « La période de chasse reste la même, mais la question des autorisations préfectorales accordées pour pouvoir chasser le grand gibier à partir du 1er juin est supprimée. Il y a un très gros problème avec les sangliers, qui s'ajoute à d'autres problèmes pour les agriculteurs ».

« Un très gros problème » qui semble-t-il n’est plus si gros quand il s’agit d’élever des sangliers pour les chasses en enclos comme l’a montré cette enquête de l’Association de protection des animaux sauvages, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis (14/09/2019). Pour rappel, entre 50 000 et 100 000 animaux sont détenus pour être chassés dans les 1300 parcs et enclos de France.

 « Des mesurettes sur la chasse à enclos »

La proposition de décret ne se limite pas qu’à l’extension de la saison de chasse. Après les multiples scandales autour de la chasse en enclos, le Ministère de la Transition écologique se voit en effet contraint d’imposer des règles… loin d’être suffisantes pour les ONG de protection animale ! « Ce sont des mesurettes qui se concentrent sur l’aspect sanitaire des enclos, critique Charles Holding, chargé de communication de l’Association de protection des animaux sauvages (ASPAS). Ce qui est aberrant avec ce décret, c’est qu’on laisse se poursuivre ces chasses à enclos et, dans le même temps, on simplifie la chasse aux sangliers. De plus, le mois de juin est une période critique pour la faune. C’est désolant. »

Le gouvernement envisage l'ouverture de la saison de chasse… deux mois plus tôt !

Une consultation publique concernant ce projet de décret est ouverte jusqu’au 3 mars 2020 et les avis défavorables pleuvent déjà. Avec plus de 8 Français sur 10 (82%) qui souhaitent – à minima – que le dimanche devienne un jour non chassé (Baromètre 2020 Fondation 30 Millions d’Amis/Ipsos), nos concitoyens expriment clairement leur refus de voir les périodes de chasse s’étendre.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot : L'histoire d'une chanson : La Madrague

Publié le par Ricard Bruno

La chanson La Madrague, écrite en 1962, n'est pas la première chanson que Jean-Max Rivière a livrée pour Brigitte Bardot. Mais elle marque les débuts de sa collaboration avec Gérard Bourgeois. Jean-Max Rivière se rappelle : « J’ai reçu, un jour, un coup de fil d’un gars qui se disait pianiste et voulait me rencontrer. Nous avons fait connaissance un soir, autour de quelques bouteilles. J’avais le début des paroles, “Sur la plage abandonnée…”. Gérard s’est mis au piano et la chanson est venue comme ça. » Dans une autre interview, Jean-Max Rivière précise qu’ils avaient composé La Madrague au lendemain de leur première rencontre, un matin, dans le Studio Wacker, rue de Douai dans le 9e arrondissement à Paris, un studio surtout consacré à la danse. La chanson est déposée à la Sacem le .

La chanson est inspirée de la propriété que Brigitte Bardot avait achetée à Saint-Tropez en 1958. « Jean-Max Rivière a eu l'idée merveilleuse de mettre en musique les sentiments simples, joyeux et nostalgiques que le lieu lui inspirait à travers moi », témoigne Brigitte Bardot, pour qui cette chanson est la préférée de son répertoire.

Brigitte Bardot a interprété cette chanson pour la première fois à la télévision française, le , lors de l'émission « Le Palmarès des chansons - Spécial Dalida ». Puis, le 1er , lors de la première diffusion télévisée du « Show Bardot », sur la deuxième chaîne de l'ORTF, est diffusé un clip de la chanson, qui a été tourné à La Madrague. Dans cette vidéo réalisée par François Reichenbach, l'actrice et chanteuse, pieds nus, en chemise et en pantalon, déambule entre la plage et sa maison.

Reprises et interprétations

  • Reprise par Indigo, en 1996 : la chanson a été reprise en 1996 par Indigo, groupe français soutenu par la Fondation France Telecom et l'Adami, dans son album Carnets de vol.
  • Reprise par Zong, en 2006 : la chanson a été reprise en 2006 par Zong, groupe réunionnais de musique électronique, sur son album Paradis thématik.
  • Reprise par Laurent Voulzy en 2006 : la chanson a été reprise en 2006 par Laurent Voulzy dans l'album RCA La Septième Vague
  • Reprise par Camélia Jordana, en 2009 : le , la chanteuse Camélia Jordana, dans le cadre de la saison 2009 de l'émission Nouvelle Star, interprète à son tour La Madrague, prestation pour laquelle les membres du jury lui décernennt une notation de 3 « bleus » (jugement favorable).
  • Reprise par Marie France, en 2009 : sorti le , jour des 75 ans de B.B., La Madrague est le premier single de l'album de Marie-France, Marie-France visite Bardot (JPB Production). La pochette est illustrée par Pierre et Gilles.
  • Reprise par Loana, en 2010 : la chanteuse Loana reprend en 2010 la chanson originelle, dans une nouvelle version. Lors du tournage du clip vidéo de la chanson, Loana aurait annoncé que Brigitte Bardot s'apprêtait à ouvrir les portes de « La Madrague », sa propriété de Saint-Tropez, pour lui permettre d'y tourner quelques séquences filmées. Assertion démentie par Bernard d'Ormale, le mari de Brigitte Bardot : « Il faut qu’elle arrête de raconter n’importe quoi pour faire parler d’elle. Jamais Brigitte n’ouvrira La Madrague à Loana. Comme Paris Hilton, elle fait partie de ces people qui sont des inutilités. Je ne comprends pas que certains médias s’engouffrent là-dedans… ».
  • Reprise par Angèle, version piano en 2018.

Le plus...

La chanson est présente dans le film américain L'Ombre d'Emily (2018) de Paul Feig.

Paroles

Paroles
Sur la plage abandonnée
Coquillages et crustacés
Qui l'eût cru! Déplorent la perte de l'été
Qui depuis s'en est allé
On a rangé les vacances
Dans des valises en carton
Et c'est triste quand on pense à la saison
Du soleil et des chansons
Pourtant je sais bien l'année prochaine
Tout refleurira, nous reviendrons
Mais en attendant je suis en peine
De quitter la mer et ma maison
Le mistral va s'habituer
À courir sans les voiliers
Et c'est dans ma chevelure ébouriffée
Qu'il va le plus me manquer
Le soleil mon grand copain
Ne me brûlera que de loin
Croyant que nous sommes ensemble un peu fâchés
D'être tous deux séparés
Le train m'emmènera vers l'automne
Retrouver la ville sous la pluie
Mon chagrin ne sera pour personne
Je le garderai comme un ami
Mais aux premiers jours d'été
Tous les ennuis oubliés
Nous reviendrons faire la fête aux crustacés
De la plage ensoleillée
De la plage ensoleillée
De la plage ensoleillée
Brigitte Bardot : L'histoire d'une chanson : La Madrague
Brigitte Bardot : L'histoire d'une chanson : La Madrague
Brigitte Bardot : L'histoire d'une chanson : La Madrague
Brigitte Bardot : L'histoire d'une chanson : La Madrague
Brigitte Bardot : L'histoire d'une chanson : La Madrague

Partager cet article

Repost0

Abattoir Sobeval : quand L214 reçoit par erreur des mails embarrassants du ministère de l’Agriculture

Publié le par Ricard Bruno

L’association de défense des animaux L214 a demandé jeudi la fermeture d’un abattoir de veaux en Dordogne.

L’association de défense des animaux L214 a demandé jeudi la fermeture d’un abattoir de veaux en Dordogne.

L’association réclame la démission de Didier Guillaume après avoir reçu par erreur des mails internes au ministère, reconnaissant des « non-conformités » au sein de l’abattoir de Dordogne.

Moins d'une semaine après la diffusion d'une vidéo tournée dans l'abattoir Sobeval de veaux en Dordogne, l'association de défense des animaux L214 contre-attaque, et publie cette fois… des échanges de mails un brin embarrassants pour le ministère de l'Agriculture.

Ces courriels envoyés par erreur à l'association et depuis mis en ligne sur son site laissent entendre que ces images montrent bien des non-conformités à la réglementation. Et ce, contrairement à la communication officielle délivrée ces derniers jours dans les médias.

Selon L214, ces échanges datant du 19 et 20 février « trahissent l'inquiétude générée par ces nouvelles images ». Dans l'un des mails, un haut responsable affirme avoir « fait la liste des NC [NDLR ; non-conformités] indéniables, voire majeures relevées ». Un autre courriel venant du cabinet du ministre insiste « Il nous faut des edl [NDLR ; éléments de langage] béton pour ce soir ».

Des « éléments de langage béton »

Des éléments de réponse sont alors proposés : l'abattoir fait l'objet de contrôles réguliers, le respect des règles sanitaires et de protection animale y est « satisfaisant », « la seule non-conformité identifiée [en décembre] […] a été corrigée depuis » « la vidéo peut remonter à plusieurs mois », « si certaines non-conformités peuvent être identifiées sur cette vidéo, elles restent mineures ou ont été corrigées depuis ».

 

D'après des hauts fonctionnaires du @Min_Agriculture, les infractions sont "indéniables, voire majeures" ⚠️
Cet abattoir doit immédiatement fermer et le ministre de l'agriculture démissionner!

 

 

Abattoir Sobeval : quand L214 reçoit par erreur des mails embarrassants du ministère de l’Agriculture

Ces éléments de langage auraient été diffusés en interne et transmis à la préfecture de Dordogne comme à l'association interprofessionnelle de la filière bétail et viande (Interbev) et à la Fédération des métiers de la viande (Fedev), selon les mails.

L'affaire se montre particulièrement embarrassante pour le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume qui avait soutenu dimanche sur Europe 1 que « les images » dévoilées par L214 montrant des veaux agoniser pendant de longues minutes n'étaient « pas avérées ». « Les images sont prises sur plusieurs mois ou plusieurs années, sont collées les unes par rapport aux autres », avait critiqué le ministre, excluant de fermer l'abattoir.

Des « carences claires des services de l'Etat »

De même, dans un communiqué publié le jour de la mise en ligne de la vidéo, la préfecture de Dordogne se défendait de toute négligence, estimant qu'il n'y avait « pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation ».

Face à ce double discours, le ministre de l'Agriculture « Didier Guillaume doit démissionner » estime l'association qui dénonce des « carences claires des services de l'Etat ». « La préfecture, les services vétérinaires, les services du ministère et le ministre lui-même ont sciemment choisi de mentir et se servent d'éléments de langage pour masquer une réalité reconnue par leurs services », s'indigne l'association.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Virus : la Chine interdit "complètement" le commerce et la consommation d'animaux sauvages

Publié le par Ricard Bruno

Les autorités chinoises ont totalement interdits ce lundi le commerce d'animaux sauvages (Illustration)

Les autorités chinoises ont totalement interdits ce lundi le commerce d'animaux sauvages (Illustration)

Le comité du Parlement chinois a voté l'interdiction totalement du commerce d'animaux sauvages, afin de protéger efficacement la santé et la vie de la population.

La Chine a décidé lundi d'interdire "complètement" et immédiatement le commerce et la consommation d'animaux sauvages, une pratique suspectée dans la propagation du nouveau coronavirus. 

Le comité permanent du Parlement chinois s'est réuni ce lundi et a approuvé une proposition "pour interdire complètement" le commerce d'animaux sauvages, "abolir la mauvaise habitude de surconsommer des animaux sauvages et protéger efficacement la santé et la vie de la population", a rapporté la télévision d'État. 

Les marchés aux animaux vivants, comme à Wuhan, le berceau de l'épidémie, sont suspectés d'être la cause du départ de l'épidémie. Dès 2003 et le Sras, ils auraient dû faire l'objet de restrictions pour éviter la transmission de maladies. 

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>