Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hérault : Il tente de noyer sa chienne après l’avoir droguée et écope de 4 mois de prison avec sursis

Publié le par Ricard Bruno

Il y a des décisions de justice que je ne comprends pas, il faudrait que l'on m'explique pourquoi cette sentence est si clémente envers ce vil individu, la justice devrait frapper fort avec des peines exemplaires, là une nouvelle fois ce n'est pas le cas...quelle honte !
Bruno Ricard 

image d'illustration...

image d'illustration...

Le tribunal correctionnel de Béziers (Hérault) a condamné un homme qui a tenté de tuer son animal de compagnie en le noyant dans le canal du Midi, après l’avoir ligoté et drogué.

 

L’audience s’est tenue ce mercredi, au tribunal correctionnel de Béziers. Un homme de 48 ans a été jugé pour avoir commis des actes de cruauté envers un animal domestique. Il a écopé de quatre mois de prison avec sursis, relate Midi Libre. La justice lui reprochait d’avoir tenté de noyer sa chienne en la jetant dans le canal du Midi, à Agde, après l’avoir droguée à l’aide de somnifères.

Les faits remontent au mois de mars 2019. L’enquête a démontré que le mis en cause avait préalablement ligoté l’animal avec du ruban adhésif, mais la chienne s’était réveillée au contact de l’eau froide. Un cycliste, qui passait par là, l’avait alors repérée grâce à ses aboiements et lui avait sauvé la vie.

La chienne, Daisy, appartenait au fils du suspect. Au lieu de la confier à une association, il avait tenté de la tuer, sous prétexte qu’elle perdait ses poils. Le prévenu était encore sur place quand la chienne avait été ramenée en sécurité. Il s’était fait passer pour un passant et avait conduit l’animal chez un vétérinaire.

Neuf parties civiles au procès

Avec l’aide de la Société protectrice des animaux (SPA), les enquêteurs du commissariat d’Agde étaient parvenus à identifier son propriétaire, auteur des faits. Outre sa condamnation à une peine de prison avec sursis, le quadragénaire n’a plus le droit de posséder d’animal durant cinq ans.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Brésil: à plus de 50 ans, une nouvelle vie pour une éléphante

Publié le par Ricard Bruno

Photo diffusée par le Sanctuaire des éléphants du Brésil de l'éléphante Mara, transportée de Buenos Aires au sanctuaire à Chapada dos Guimaraes, au Brésil, le 13 mai 2020

Photo diffusée par le Sanctuaire des éléphants du Brésil de l'éléphante Mara, transportée de Buenos Aires au sanctuaire à Chapada dos Guimaraes, au Brésil, le 13 mai 2020

Mara, éléphante cinquantenaire née en Inde, est arrivée mercredi dans un sanctuaire au Brésil où elle va terminer sa vie dans de grands espaces verts, au terme d'un long voyage de cinq jours depuis l'Argentine.

"Mara est arrivée chez elle! Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés à assurer ce transport international en pleine pandémie de coronavirus", a annoncé sur Facebook le sanctuaire pour éléphants, situé à Chapada dos Guimaraes, dans l’État de Mato Grosso (centre-ouest du Brésil), près d'un parc national.

C'est là que Mara va finir ses jours, avec plus de liberté qu'en Argentine, dans un espace de 1.200 hectares avec des prés, des sources d'eau et des arbres à profusion.

La vénérable pachyderme, qui a entre 50 et 54 ans, a passé la première partie de son existence comme animal de cirque, puis est arrivée en 1995 au jardin zoologique de Buenos Aires, transformé depuis en Ecoparc où elle avait son habitat.

Pour mener à bien le voyage de plus de 2.000 km en pleine pandémie, un protocole spécifique a été élaboré afin de protéger l'animal et les équipes techniques qui assurent son transport, qui était prévu depuis janvier.

Samedi, lors d'une opération qui a duré près de trois heures à l'Ecoparc, situé dans le quartier de Palermo à Buenos Aires, Mara avait été installée dans une énorme caisse en bois construite spécialement, laquelle a été placée sur un camion à l'aide d'une grue.

Une autre grue a été nécessaire pour décharger au Brésil la précieuse caisse contenant l'éléphante qui pèse 5,5 tonnes, est longue de 5 mètres pour une largeur de 2 mètres et une hauteur de 3 mètres.

Elle se nourrit chaque jour de plus de 100 kilos de légumes, de fourrage et de canne à sucre.

Dans le sanctuaire de Chapada do Guimaraes, Mara pourra arpenter les espaces verts en compagnie de trois autres éléphantes asiatiques: Maia, Lady et Rana.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Viandes importées du Mexique durant le confinement: B.B. "flingue" un ministre!

Publié le par Ricard Bruno

B.B. s'en prend aux importations de viandes du pays où elle tourna jadis Viva Maria! avec Jeanne Moreau. Photo DR

B.B. s'en prend aux importations de viandes du pays où elle tourna jadis Viva Maria! avec Jeanne Moreau. Photo DR

Une nouvelle fois, Brigitte Bardot interpelle le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume.

"Alors que les Français étaient confinés, affolés d’être touchés par cette pandémie qui fait tant de victimes et plonge nombreux citoyens, commerçants et petites entreprises dans la faillite, nous découvrons avec dégoût les arrangements passés en douce, entre l’Union européenne et le Mexique, pour importer 20.000 tonnes de viande bovine à droits de douane réduits".

RISQUES SANITAIRES

 

Et B.B., loin de travailler du sombrero, de poursuivre de plus belle.

"L'importation de cette viande bovine mexicaine dont l'empreinte carbone est démentielle et qui, jusqu’à présent, ne répondait pas aux normes sanitaires européennes est un véritable scandale, un poison ! (...) La France ne devrait pas se plier au bon vouloir de la Commission européenne", flingue pour finir la pensionnaire de la Madrague qui en 1965, s'illustra dans le western échevelé, "Viva Maria!" tourné au... Mexique!

"Elle a tout à fait raison, opine Jean-Daniel Tavé président de L'union des artisans bouchers charcutiers du Var. Nous en avons assez de ces marchandises importées et pas toujours fiables, négociées au nom d’échanges commerciaux avec la France, alors que nos bouchers ont tout ce qu’il faut avec 98% de races à viande française. Idem pour les fruits et légumes venus de pays qui n’ont pas les mêmes normes que nous en matière de pesticides", défend le représentant départemental.

À L’AIDE DES MARINS PÊCHEURS

Moins critiquables, les mesures annoncées par le gouvernement ce mardi après-midi afin de mieux protéger les marins pêcheurs.

"Des dispositions spécifiques sont prises pour le calcul de leur indemnité d’activité partielle, tenant compte des particularités du mode de rémunération de la profession. Ceci pour protéger les marins pêcheurs au même titre que les autres salariés" est-il indiqué.

Source de l'article : Cliquez ICI

Mes collections sur Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Très belle pièce rentrée dans mes collections sur Brigitte Bardot, le clap original qui a servi dans le film L'ours et la poupée de Michel Deville.

Mes collections sur Brigitte Bardot
Mes collections sur Brigitte BardotMes collections sur Brigitte BardotMes collections sur Brigitte Bardot
Partager cet article
Repost0

Indonésie : voyage dans l'archipel de Komodo, le royaume des dragons

Publié le par Ricard Bruno

Indonésie : voyage dans l'archipel de Komodo, le royaume des dragons

Le varan de Komodo, animal sorti tout droit de la préhistoire, est un prédateur hors pair, redoutable chasseur, il peut traquer sa proie sûre de longues distances, j'ai eu le bonheur d'en côtoyer lors de mes stages animaliers au château de Thoiry, accueilli par le vicomte Paul de La Panouse, j'ai beaucoup appris sur cet animal hors du commun.
Bruno Ricard 

Pour les besoins du nouveau numéro de GEO, en kiosque ce mercredi 13 mai, Elisabeth Inandiak s'est rendue dans l'archipel de Komodo, en Indonésie. Elle nous raconte le lien intime qui unit les habitants de Komodo et leurs célèbres dragons.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais "Komodo" désigne à la fois une espèce animale, une île et un parc national, créé en 1980 pour protéger le dragon, qu'on appelle également "Ora". Ce nom est utilisé sur l'île de Komodo, où le varan est associé à une légende. "Il y a bien longtemps, une princesse dragon aurait accouché de jumeaux : un humain et une Ora, raconte Elisabeth Inandiak, journaliste et écrivaine. Depuis, les habitants de l'île de Komodo se sentent liés aux dragons de Komodo par un lien filial et sanguin. Ils disent que si les Oras venaient à disparaître, les humains disparaîtraient aussi. Et réciproquement."

Aujourd'hui, on trouve des dragons de Komodo sur quatre îles du parc national, mais aussi sur l'île de Florès. Et ils attirent chaque année de nombreux touristes. En 2019, près de 123 000 visiteurs se sont rendus dans le parc national. "Le tourisme ne menace pas vraiment l'écosystème, précise Elisabeth Inandiak. Il n'y a que 5% de l'île de Komodo qui est accessible au public. Et dans le reste du parc, les varans de Komodo vivent de manière sauvage." Selon la direction du parc na­tional, en 2019, on en comptait un peu plus de 3000. Depuis les années 2000, il est en revanche impossible d'en trouver sur Padar, l'une des îles du parc. "Padar est devenue une île totalement aride, mais magnifique, explique Elisabeth Inandiak. Avant, on y trouvait de nombreux cerfs et sangliers, qui sont la nourriture principale des varans de Komodo. Mais ces derniers ont été chassés de façon intensive. Pour mieux les chasser, les forêts ont été brûlées. Un désastre écologique... N'ayant plus rien à manger, les dragons de Komodo ont disparu de l'île."

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Des scientifiques découvrent que le koala boit grâce aux troncs d'arbres

Publié le par Ricard Bruno

Chaque jour qui passe nous apporte des informations sur le monde animal, aujourd'hui des scientifiques ont découvert que les Koalas boivent grâce aux troncs d'arbres !, on est encore très, très loin de tout savoir sur cet animal emblématique de l'Australie.

Bruno Ricard 

 Des scientifiques découvrent que le koala boit grâce aux troncs d'arbres

Après plusieurs années d'études, des scientifiques australiens ont découvert comment les koalas s'abreuvent. La scène a même été immortalisée en vidéo.

Animal emblématique de l'Australie, le koala vient de livrer un de ses secrets. Les scientifiques ont longtemps cru que ce marsupial endémique de l'île-continent ne buvait presque pas. Il était admis que l'animal s'hydratait grâce à l'eau contenue dans sa nourriture, les feuilles d'eucalyptus, ne buvant directement de l'eau qu'en cas d'extrême nécessité. Mais il semblerait que ce ne soit pas le cas. C'est ce que révèle le Dr Valentina Mella dans une étude publiée dans le journal Ethology. De 2006 à 2019, des citoyens et des écologistes indépendants ont observé les koalas et collecté des données.

Des images inédites montrent comment un koala s'abreuve à l'état sauvage. On peut ainsi découvrir l'animal en train de boire, léchant l'eau qui coule le long d'un tronc d'arbre pendant la pluie. Les arbres ne serviraient donc pas seulement de refuge et de garde-manger aux koalas, mais ils leur permettraient également de boire. "Pendant longtemps, nous avons pensé que les koalas n'avaient pas du tout besoin de boire beaucoup, car ils ont obtenu la majorité de l'eau dont ils ont besoin pour survivre dans les feuilles dont ils se nourrissent", a déclaré le Dr Mella. A l'état sauvage, les koalas consomment environ 510 grammes de feuilles fraîches d'eucalyptus chaque jour, et l'eau contenue dans le feuillage représenterait environ 75% de leur consommation d'eau. "Mais maintenant, nous les avons vus lécher l'eau des troncs d'arbres. Cela modifie considérablement notre compréhension de la façon dont les koalas obtiennent de l'eau dans la nature. C'est très excitant."

Au total, des koalas ont été observés à 44 reprises léchant l'eau coulant le long des troncs, pendant ou immédiatement après la pluie dans le parc régional You Yangs, dans l'état de Victoria. Deux autres observations ont eu lieu dans les plaines de Liverpool, en Nouvelle-Galles du Sud. Les animaux ont été observés en train de lécher les surfaces humides des branches et des troncs d'arbres, même lorsque de l'eau était disponible à proximité grâce à des barrages.

"Cela suggère que les koalas ne buvaient pas à cause du stress thermique et que ce comportement est susceptible de représenter comment les koalas accèdent naturellement à l'eau, a affirmé le Dr Mella. Cela veut dire qu'ils peuvent subir de graves effets néfastes si le manque de pluie compromet leur capacité à accéder à de l'eau libre." Avant de conclure : "Nous savons que les koalas utilisent les arbres pour tous leurs principaux besoins, y compris l'alimentation, l'abri et le repos. Cette étude montre que les koalas dépendent également des arbres pour accéder à l'eau et souligne l'importance de conserver les arbres pour la conservation de l'espèce." Pour rappel, des millions d'hectares de forêt ont été détruits lors des violents incendies qui ont ravagé le pays il y a quelques mois. De nombreux koalas ont également perdu la vie.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

rucellose : la préfecture envisage l'abattage de 20 bouquetins dans le massif du Bargy en Haute-Savoie

Publié le par Ricard Bruno

Il y en a dans ce pays des gens qui ne pense qu'à abattre les animaux, l'être humain décidément a ça d'ancrer en lui ! ce n'est pas possible de laisser faire, mais qu'on foute leur foutent la paix, alors que des solutions existent ! j'apporte mon soutien à 100% à Brigitte Bardot et à sa fondation
Bruno Ricard 

rucellose : la préfecture envisage l'abattage de 20 bouquetins dans le massif du Bargy en Haute-Savoie

Pour ralentir la progression de la brucellose dans le massif du Bargy, la préfecture de Haute-Savoie demande un nouvel abattage de 20 bouquetins durant l'année 2020. Les éleveurs applaudissent alors que les associations de protection de la nature s'insurgent contre une telle décision. 

Depuis 2012, les bouquetins du massif du Bargy sont dans le collimateur de la préfecture de Haute-Savoie. 482 spécimens ont déjà été abattus dans le massif du Bargy, afin de lutter contre le risque de transmission de la brucellose aux troupeaux d'ovins et bovins qui pâturent en alpage. Cette année-là, un foyer d’infection avait été identifié dans un élevage bovin laitier de la commune du Grand-Bornand (74) et sur deux enfants qui avaient consommé du fromage frais au lait cru issu du même élevage. 

"Bouquetins contre reblochon" au tribunal administratif : la décision mise en délibéré  Depuis, les grands cornus "ont chaud à l'arrière-train", et l'année 2020 ne va pas leur sourire. Le préfet de Haute-Savoie va signer un projet d'arrêté autorisant, sur la zone cœur du massif du Bargy (Petit Bargy, Grand Bargy, Jallouvre-Peyre), la capture et l’euthanasie de bouquetins séropositifs en vue de la constitution d’un noyau sain.  

20 bouquetins qui n'ont jamais été testés, ni marqués (localisés par balise) seront "prélevés" cette année, afin de ralentir l'activité du foyer de la maladie, en limitant la contamination de jeunes femelles au moment de la mise bas ou des avortements. Une cinquantaine de spécimens (marqués ou pas) seront également capturés sur le massif, pour être testés sérologiquement et euthanasiés en cas de résultat positif.

rucellose : la préfecture envisage l'abattage de 20 bouquetins dans le massif du Bargy en Haute-Savoie

Ce scénario, qui pourrait se reproduire jusqu'en 2022, condamnerait à terme 60 bouquetins (sains ou contaminés) tirés au hasard, et permettrait la capture de 150 bêtes au total, qui seraient abattues ou relâchées selon le résultat des tests. En attendant la mise en œuvre de cette chasse au bouquetin annoncée, la préfecture a mis en ligne une consultation publique qui est ouverte jusqu’au 20 mai sur le site internet de la préfecture.

Les premiers à se précipiter sur cette consultation seront bien-entendu les associations de protection des animaux qui voient d'un mauvais œil cet abattage aveugle qui pourrait condamner des animaux sains. En tête de liste, l'association qui met en avant ses principaux arguments : 

Le caractère préventif d’une telle mesure qui n’a pas fait ses preuves et qui "désorganise la hiérarchie sociale dans les hardes et contribue à la contamination de davantage d’individus, comme cela a été constaté à la suite des abattages massifs de 2013 et 2015." Les éleveurs, qui ne jouent pas le jeu en ne plaçant pas leurs troupeaux dans des parcs, et le refus des autorités d'entendre l'avis négatif du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) à ces tirs discriminatifs, une attitude qui "laisserait penser que l’Etat privilégie les intérêts de l’industrie agro-alimentaire par rapport aux expertises scientifiques et à la préservation de la faune sauvage." 
 

Brigitte Bardot demande la grâce présidentielle à François Hollande concernant les bouquetins du Bargy 

Reste, à terme, la vaccination, qui serait la solution idéale pour espérer éradiquer la maladie. Des essais sont en cours, mais ils rencontrent de nombreux problèmes. Selon un communiqué émanant de l'Office Français de la Biodiversité, qui relate un test de vaccin lancé en 2017, rien n'est encore très concluant. "Pour des raisons d’éthique et de biosécurité, il n’a toutefois pas été possible ni de tester l’efficacité du vaccin contre la brucellose chez le bouquetin ni d’évaluer son innocuité chez les femelles gestantes, pour lesquelles on peut craindre qu’il déclenche des avortements (comme c’est déjà le cas vis-à-vis des espèces domestiques)." Faute de mieux et de vaccin efficace, les "prélèvements" de bouquetins ont encore de beaux jours devant eux. 

Alors à quand le vaccin ? Décidément...

Source de l'article : Cliquez ICI

Association Papaye France Officiel : POUR LES SAUVER UNE SOLUTION : VOUS + NOUS = EUX !

Publié le par Ricard Bruno

Association Papaye France Officiel : POUR LES SAUVER UNE SOLUTION : VOUS + NOUS = EUX !

UN IMMENSE MERCI POUR AIMER NOTRE ASSOCIATION QUI EST UNE FAMILLE ANIMALE ET HUMAINE !

Je suis sincèrement très touchée de l'attention que vous portez à nos protégés au travers de cette page qui compte à ce jour plus de 10 000 personnes abonnées.

Votre sensibilité, votre solidarité me donnent la foi dans le combat et me laissent à penser qu'il y a heureusement de belles âmes au sein de notre humanité...

Si vous pensez qu'un "like" est peu, pour nous il représente beaucoup dans un monde où la communication est majoritairement en réseau.

Votre "like" est un atout pour se faire entendre, respecter et ainsi mieux protéger nos chimpanzés.

TOUTE L'EQUIPE PAPAYE VOUS LIKE FORT !!!

Mary Pons

A HUGE THANK YOU FOR LOVING OUR ASSOCIATION WHICH IS AN ANIMAL AND HUMAN FAMILY !

I am sincerely touched by your attention to our protégés through this page, which currently has more than 10,000 subscribers.

Your sensitivity, your solidarity gives me faith in the fight and leads me to believe that there are fortunately beautiful souls within our humanity...

If you think that a "like" is little, for us it represents a lot in a world where communication is mostly networked.

Your "like" is an asset to be heard, respected and thus better protect our chimps.

ALL PAPAYE TEAM YOU LIKE STRONG !!!

Mary Pons

Nous contacter

Adresse postale :

Association Papaye International

46 Hameau du Val de Gilly

83310 GRIMAUD

 

Adresse email :

association.papaye.international@gmail.com

 

Nous retrouver

http://bit.ly/facebook-papaye

Partager cet article
Repost0

SAUVETAGE DANS LA DRÔME : LA FBB PREND EN CHARGE 6 ÉQUIDÉS EN ÉTAT DE SOUFFRANCE

Publié le par Ricard Bruno

SAUVETAGE DANS LA DRÔME : LA FBB PREND EN CHARGE 6 ÉQUIDÉS EN ÉTAT DE SOUFFRANCE
Le 29 avril 2020, à la demande des services vétérinaires de la Drôme, la Fondation a pris en charge 3 ânes et 3 poneys enchaînés dans la boue et nourris de manière aléatoire.
SAUVETAGE DANS LA DRÔME : LA FBB PREND EN CHARGE 6 ÉQUIDÉS EN ÉTAT DE SOUFFRANCE

LES ÉQUIDÉS ENCHAÎNÉS VIVAIENT DANS LA BOUE

Sur ce terrain insalubre, un grand nombre d’animaux étaient détenus dans des conditions incompatibles avec leurs besoins,  manquaient de nourriture et d’eau potable, n’étaient pas identifiés et ne bénéficiaient d’aucun suivi vétérinaire.

C’est en présence de la DDPP et de la Gendarmerie de la Drôme que la Fondation Brigitte Bardot a pris en charge 6 équidés – 3 ânes et 3 poneys – enchaînés en permanence dans la boue.

Ces malheureux animaux ont été soignés par un vétérinaire, puis ils ont rejoint l’Arche de BB pour y vivre enfin une vie paisible aux bons soins de nos animaliers.

SAUVETAGE DANS LA DRÔME : LA FBB PREND EN CHARGE 6 ÉQUIDÉS EN ÉTAT DE SOUFFRANCE

UN SAUVETAGE MULTI-ASSOCIATIONS

Aux côtés de la Fondation, l’OABA (Oeuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoir) a pris en charge une trentaine de chèvres et moutons, 3 cochons nains vietnamiens et des oiseaux de basse-cour vivant dans les mêmes conditions indignes.

Le refuge des Bérauds a quant à lui recueilli 9 chiens qui étaient constamment à l’attache.

Pour faire condamner ces actes de maltraitance innommables, une action en justice est en cours contre le propriétaire des animaux.


Source de l'article : Cliquez ICI

<< < 1 2 3 4 5 > >>