Interbev Equins condamne les méthodes de la Fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Bonjour

On peut dire que "Interbev Equins" est sur les dents, quelle bande d'imbécile sans coeur (et je suis polis, je vous transmet  ci après le texte paru ce jour sur leur site,n'hésitez pas à réagir à leur propos, leur adresse email en bas de l'article! je mettrai  pour ma part et en rouge mes commentaires)

L’interprofession de la viande chevaline qui regroupe l’ensemble des opérateurs de la filière, des éleveurs jusqu’aux distributeurs, est indignée  par les propos tenus dans les médias par Madame Bardot et ses représentants (ah bon ! bien entendu cela dérange pas mal de gens quand Brigitte Bardot dit la vérité, cela met mal à l’aise pas vrai….. et c’est tant mieux ! Brigitte Bardot à bien raison de dénoncer cette horreur de l’hippophagie.)
 
A la suite d’un jugement en référé, la fondation Brigitte Bardot n’a pas été autorisée à être présente au Salon du Cheval pour y développer sa campagne contre la consommation de viande chevaline. (Et qui a fait pression pour que la fondation ne soit pas présente durant ce salon, c’est vraiment se foutre du monde !)
Mme Bardot a cru bon de saisir le Secrétariat Général de l’Elysée en la personne de M. Guéant. (Elle a eut entièrement raison je la soutiens à 100%)
 
L’interprofession fera de même afin de mettre en évidence les risques de désinformation qu’entraine l’attitude extrême de la Fondation Brigitte Bardot, comme elle l’a déjà fait auprès de son ministre de tutelle. (De quelle attitude extrême parlez vous ?, la fondation ne dit que la vérité !)
 
L’INJURE NE PEUT TENIR LIEU D’ARGUMENT
Mme Bardot a également cru bon d’insulter dans les media les amateurs de viande chevaline. Cela dénote un profond mépris vis-à-vis de la liberté individuelle des consommateurs. (Brigitte Bardot n’ a nullement insulté qui que se soit, elle n’a dit que la vérité !)
 
L’Interprofession n’a jamais, ni en parole ni dans des documents écrits, traité de cette manière les personnes qui militent contre la consommation de viande chevaline.
 
Elle n’a notamment émis aucun avis et mené aucune action contre la campagne publicitaire en faveur de la Fondation Brigitte Bardot et de son opération contre la consommation de viande de cheval. (Ah bon tiens donc !et qui a fait pression pour que la fondation ne soit pas présente au salon ?)
 
LA CONSOMMATION DE VIANDE CHEVALINE EST ESSENTIELLE POUR L’ENSEMBLE DES FILIERES DU CHEVAL
La filière viande chevaline française permet de maintenir le patrimoine que constituent les 9 races de chevaux lourds, considérées comme menacées par l’Union Européenne et qui dépendent étroitement de la consommation de viande.
 
Les Haras Nationaux ont par ailleurs démontré que l’ensemble de la filière équestre reposait sur la bonne santé de la composante viande.
 
L’interprofession est particulièrement attentive aux conditions de traitement des animaux tout au long de la filière. Elle milite pour le strict respect des lois et des règlementations tant en matière sanitaire que de bien-être des animaux. (Ah bien dites donc, vous ne faite pas dans la dentelle, dire que vous, vous souciez du bien être des chevaux, c’est vraiment se foutre des gens puisque la plus belle conquête de l’homme finit dans l’assiette, vous avez une conception plus que douteuse du bien être animal, c’est le moins que l’on puisse dire !)
 
L’interprofession demande donc au Secrétariat Général de l’Elysée et au Ministre de l’Agriculture que soit respectée une profession qui agit strictement dans le cadre des lois et règlements de la République Française.
 
Les professionnels quant à eux ne cèderont pas aux tentatives de provocation d’une minorité de personnes qui pratiquent un amalgame douteux entre bien-être animal, qualité sanitaire des viandes et militantisme végétarien. (Nous ne faons pas d’amalgame mais constatons simplement que seul les imbéciles ne changent pas d’avis, et je dis qu ‘un cheval ne se mange pas, je ne mange pas mes amis !)
 
Communiqué Interbev Equins
 
 

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article