La Fondation Brigitte Bardot pour un droit à l'objection de conscience

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot pour un droit à l'objection de conscience


La Fondation Brigitte Bardot remercie Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, d’avoir déposé à l’Assemblée nationale, le 29 janvier, une proposition de loi pour un « droit d’objection de conscience à l’expérimentation animale ».

Ce texte, rédigé avec le concours de la Fondation, prévoit notamment que « tout citoyen qui refuse, pour des raisons d’ordre éthique, le recours à l’animal doit pouvoir bénéficier d’un droit d’objection de conscience et pouvoir orienter sa formation ou ses recherches vers d’autres méthodes expérimentales ».

 

Rappelons que dans le droit européen et national, l’expérimentation animale n’est licite que si elle ne peut être remplacée par d’autres méthodes expérimentales. Avec le développement et la validation de méthodes substitutives au modèle animal, nous disposons désormais d’alternatives fiables qui rendent le recours à l’animal inutile et obsolète.

L’un des objectifs de cette proposition de loi est donc d’encourager les étudiants qui souhaitent travailler sur des méthodes scientifiques en phase avec l’évolution observée dans les laboratoires de recherche.

Pour Christophe Marie, Coordinateur du Bureau de Protection Animale de la Fondation Brigitte Bardot et membre du Comité national de réflexion éthique sur l’expérimentation animale : « Les étudiants sont de plus en plus nombreux à condamner ces expérimentations jugées, à la fois, moralement inacceptables et inutiles dans la poursuite de leur cursus scolaire ou dans leur vie professionnelle. Il nous paraît légitime et important de respecter cette liberté individuelle de pensée, se refus de recourir à la violence sur des êtres sensibles. C’est pourquoi il est urgent d’adopter en France un droit d’objection de conscience à l’expérimentation animale comme l’ont déjà fait les Pays-Bas et l’Italie. »

La Fondation Brigitte Bardot soutiendra le texte auprès de tous les députés. Elle est également intervenue, le 30 janvier, auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour lui présenter la proposition de loi et lui demander de l’appuyer.

Ce thème devrait être débattu lors des « assises de la Protection Animale » qui seront prochainement annoncées par le gouvernement et qui font suite à l’entretien accordé par le Président Nicolas Sarkozy à Brigitte Bardot et son équipe.

Source : Fondation Brigitte Bardot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article