Vers l’interdiction de l’exportation...

Publié le par Ricard Bruno

Les Etats membres de l’Union européenne favorables à la proposition de règlement européen visant à « Interdire la mise sur le marché, l’importation et le transit dans la Communauté, ainsi que l’exportation depuis celle-ci, de produits dérivés du phoque »

Les ministres de l’Environnement, réunis aujourd’hui à Luxembourg, viennent d’accueillir très favorablement la proposition du Commissaire européen Stavros Dimas. A noter que tous les intervenants ont apporté leur soutien, les ministres étant même, majoritairement, favorables à un renforcement de la proposition afin d’étendre l’interdiction du commerce aux 30 espèces de pinnipèdes (et non les 17 visées par l’actuelle proposition). De nombreux pays souhaitent également retirer les dérogations autorisant l’importation et le commerce des produits issus d’une chasse « non cruelle ».

Pour la Fondation Brigitte Bardot, qui est intervenue auprès des 27 ministres de l’Environnement :

- Aujourd’hui, l’Europe a franchi une étape décisive vers l’interdiction totale du commerce des produits issus de la chasse aux phoques jugée comme étant extrêmement cruelle.

Rappelons que de nombreux phoques sont dépecés alors qu’ils sont encore conscients comme l’a rappelé l’EFSA dans son avis scientifique du 6 décembre 2007 : « les phoques sentent les coups de couteau du dépeçage, avant de perdre connaissance ou de mourir du fait de la saignée ».

La Fondation Brigitte Bardot souhaite que soient prises en compte également les répercussions du changement climatique qui sont particulièrement préoccupantes et déjà mesurables puisque, d’après les autorités canadiennes, la faible formation des glaces peut entraîner la mort de 75 % des bébés phoques qui, trop jeunes pour nager, se noient du fait de la faible surface et la fragilité de la glace.

Le Président Nicolas Sarkozy, qui préside actuellement l’Union européenne, s’était engagé auprès de Brigitte Bardot « à tout mettre en œuvre pour que cette proposition soit débattue rapidement, pour qu’elle soit amendée s’il le faut, et qu’elle soit adoptée au plus vite par le Conseil et le Parlement européen ». La proposition a, effectivement, était mise à l’ordre du jour de la première réunion du Conseil et il semble, après ce premier débat, que nous nous dirigeons vers la proposition d’amendements qui renforceront le texte en retirant l’exception prévue pour les produits issus d’une chasse « non cruelle » -

Brigitte Bardot, contactée ce soir, a déclaré :

« Je suis heureuse d’avoir été entendue aujourd’hui mais je suis surtout prudente car la procédure n’est pas terminée et mon combat ne s’achèvera qu’avec la fin de ces massacres qui écœurent le monde ».


Source : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article5338
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article