Six mois ferme pour avoir pendu ses deux chiens !

Publié le par Ricard Bruno

Un Outrelois a été condamné mercredi à six mois de prison ferme pour avoir pendu ses deux chiens à son domicile. Les animaux ont mis plus de 15 minutes à mourir.

 

Le 6 août, les éboueurs d'Outreau ont fait une macabre découverte dans une poubelle : les corps sans vie de deux chiens, un berger allemand et un griffon. Les policiers et un vétérinaire se rendent sur place. Le praticien constate que les deux animaux ont été étranglés. Le maître est rapidement interpellé. Ce dernier, Bernard Cazier, était jugé mercredi au tribunal. Installé à la barre, le prévenu n'a pas l'air de comprendre les reproches qui lui sont adressés : «  Actuellement, je suis dans un état de dépression avancé. Les voisins et les enfants étaient odieux avec mes bêtes. Ils leur jetaient des cailloux, ce qui avait pour but de les faire aboyer sans cesse. Je ne pouvais plus supporter. » Un malaise s'installe. Lorsque la présidente demande de quelle manière il a tué ses animaux, on plonge dans l'horreur.

« Je m'en fiche, ce ne sont que des bêtes »

«  J'ai passé un noeud coulant autour du cou d'un chien et, plaçant mon pied sur le poitrail, j'ai tiré sur la corde. J'ai agi de même pour le second. » A la question de savoir si les animaux avaient agonisé et souffert pendant longtemps, le prévenu rétorque : «  La mort de chaque chien a duré entre quinze et vingt minutes. Je pense qu'ils n'ont pas souffert, mais je m'en fiche, ce ne sont que des bêtes. Ces chiens appartenaient à ma mère, je les ai récupérés après son décès. Comme il faut payer pour les placer, c'est la seule solution que j'ai trouvée. » Le procureur se lève, se tait et finit par s'adresser au prévenu : «  Avez-vous trouvé ce laps de temps très long ? Ce n'est qu'une minute, il en a fallu au moins quinze à vos chiens pour mourir. » Le tribunal ne pardonne pas : seize mois de prison, dont dix mois avec sursis et une interdiction définitive de détenir des animaux. Cinq associations, dont la S PA ou la fondation Brigitte-Bardot, se voient accorder 600 euros chacune au titre du préjudice moral. Elles reçoivent aussi chacune 200 euros de remboursement des frais de justice. •

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

verhaeghem 13/09/2009 23:06

ces deux chiens ne meriter pas ca .quand a l homme  rien a dire pour lui c est a vomir .

Ricard Bruno 13/09/2009 23:31


Bonsoir
Merci de votre commentaire.
Des salopards en étant polis malheureusement il y en a partout.
Pas plus tard que cet après midi coup e tel pour me dire que 5 chatons on été balancés comme des M---e et 5 chatons d'à peine 4/5 jours à la maison, j'en ai déjà récupéré 4 autres il y a 15 jours
cela fait 9 chats à la maison+ 2chiens dont 1 de 70kgs, +mon chat+1 tortue+ 1canard handicapé..vous voyez il y a de quoi faire.
Cordialment
Bruno Ricard


ecureuil 11/09/2009 16:57

voir même pas appliqué du tout vu que les animaux domestiques sont encore considérés comme des meubles !cela me révolte !encore une justice a 2 vitesses !

Ricard Bruno 11/09/2009 17:21



Tout à fait d'accord avec vous alors que le traité de Rome à reconnu le statut d'être sensible aux animaux, la France, mon pays, notre pays ne reconnait rien sauf les animaux comme des
meubles! une honte!
Bruno Ricard



ecureuil 11/09/2009 11:01

encore un être abject au détriment de ces pauvres chiens !quand l'homme comprendra t'il que se ne sont pas des peluches et qu'ils ont un coeur ?

Ricard Bruno 11/09/2009 16:09


Bonjour

Malheureusement le droit fraçais n'est jamais appliqué sévèrement!
Cordialement
Bruno Ricard