Brigitte Bardot: l'action de la Fourrure rejetée...

Publié le par Ricard Bruno

Culture

Bardot: l'action de la Fourrure française contre sa campagne choc rejetée par l'ARPP

Mauvais temps pour la Fourrure française: la plainte déposée à la mi-novembre par l'association à l'encontre de la campagne publicitaire anti-fourrure de la Fondation Brigitte Bardot (FBB) actuellement visible en France a été rejetée par les huit membres du jury de déontologie publicitaire de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), anciennement BVP, a-t-on appris vendredi auprès de la FBB et de l'ARPP.

Dans sa décision publiée le 9 décembre, et après avoir entendu les parties, le jury a estimé que "la publicité en cause s'inscrit dans le cadre d'une campagne d'opinion non marchande, mise en oeuvre par une association reconnue d'utilité publique (la FBB, NDLR)".

La même publicité, constituée de trois visuels "ne fait que mettre en scène une opinion défavorable à l'utilisation de la fourrure dans l'habillement, au motif que cette utilisation nécessite l'abattage d'animaux; elle ne comporte aucune référence aux professions de la filière de la fourrure et ne les dénigre pas, même indirectement", peut-on lire dans la décision.

Par ailleurs, la publicité "ne présente pas de caractère trompeur en ce qu'elle représente seulement de manière symbolique la mort d'un animal pour la fabrication d'un vêtement en fourrure, ce qui ne constitue pas une inexactitude et ce que l'association (FBB) s'est donné pour mission de dénoncer". 

Quant à la violence de la campagne que dénonçaient les plaignants, l'ARPP a estimé que "si cette campagne ne conduit pas à une banalisation de la violence mais bien à la condamnation de celle-ci, le jury s'est néanmoins interrogé sur le caractère lapidaire et brutal du slogan utilisé qui fait référence à un thème, la mort, particulièrement lourd de sens et d'effets sur la sensibilité des individus. A cet égard, il (le jury) considère que l'image et le slogan associés de cette publicité sont à la limite de ce qui peut être admis par le public dans le cadre d'une campagne d'opinion".

"Bien sûr, je suis contente que les fourreurs n'aient pas réussi à censurer notre campagne", a confié vendredi Brigitte Bardot à l'Associated Press, "mais j'aimerais pouvoir montrer au public toute l'horreur, la cruauté des élevages intensifs, du piégeage, du gazage ou de l'électrocution des millions de bêtes qui sont ensuite dépiautées, parfois vivantes, (...). Mais cette vérité là, il nous est interdit de l'afficher!".

Pour l'ancienne actrice qui depuis des années milite également pour l'étourdissement préalable des animaux destinés aux abattages rituels, le fait que la décision de l'ARPP soit "arrivée le jour du sacrifice de l'Aïd-el-Kebir (lundi dernier, NDLR, un jour avant la publication de la décision), alors que nous étions sur le terrain à sauver des dizaines de moutons qui devaient être égorgés en toute clandestinité", constitue en soit "un petit réconfort".

La campagne se poursuivra donc en affichage jusqu'au 18 décembre via 1.700 flancs de bus à Paris et en banlieue et la diffusion d'un spot du 16 au 23 décembre dans les 150 plus grosses salles de cinéma en France.

L'ARPP précisait vendredi que le jury ayant statué, "le processus d'examen était allé à son terme". Seul l'apport de nouveaux éléments portés à sa connaissance pourrait entraîner une éventuelle "procédure en révision".

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/culture/20081212.FAP3235/bardot_laction_de_la_fourrure_francaise_contre_sa_campa.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article