Brigitte Bardot part en guerre contre les hélicos!

Publié le par Ricard Bruno

Déjà harcelée dans sa propriété de la Madrague par « les bateaux promenant des touristes et qui hurlent ma vie en long et en large dans un micro en six langues et vingt fois par jour », et les autres « envahisseurs en bateau, à pied, ou en voiture » faisant le siège de sa maison, Brigitte Bardot adresse une lettre ouverte - et pas piquée des vers - au préfet, au maire de Saint-Tropez et « tutti quanti » pour se plaindre d'un autre ballet tout aussi nuisible.

« Depuis une semaine à la Garrigue, écrit B.B., nous avons la valse ininterrompue d'hélicoptères qui se posent à 50 mètres de ma maison, effrayant mes animaux et provoquant une nuisance inacceptable ». La star menace « si cela ne cesse pas immédiatement » d'en « référer à un très haut niveau ». Et d'ajouter : « Je n'ai pas quitté Paris définitivement pour me retrouver à Saint-Tropez dans une annexe de Roissy ou d'Orly. Si tous les milliardaires qui polluent notre tranquillité ne peuvent se déplacer qu'en hélicoptères, qu'ils aillent atterrir à La Môle, c'est étudié pour ». Fermez le ban !

Les hélicos indésirables

L'aérodrome de La Môle est situé à seulement 18 km de Saint-Tropez, mais la circulation automobile dans le golfe et dans la presqu'île, déjà compliquée toute l'année, vire au cauchemar en été, faute notamment d'une route de contournement promise depuis des lustres. Ceux qui peuvent se payer des moyens de transport onéreux ne s'en privent pas, au mépris des autres.

Pourtant, le nombre de rotations est limité cette saison, et les hélicoptères sont sous la surveillance de quatre gendarmes de la compagnie des transports aériens de Nice, détachés à cet effet. Ils doivent veiller au respect du nouvel arrêté préfectoral qui règle les mouvements d'hélico dans la presqu'île de Saint-Tropez.

L'association « Halte Hélico », qui avait menacé l'an dernier de bloquer la cité du Bailli, a saisi la justice pour les excès constatés l'an passé (9 000 rotations entre le 15 juin et le 15 septembre pour 200 mouvements autorisés). Avec une autre association de défense de riverains, elle a poursuivi les sociétés contrevenantes, réclamant 150 000 euros de dommages et intérêts. Les jugements ont été mis en délibéré au 15 septembre prochain.V. G.

Source : http://www.varmatin.com/ra/var/203116/var-brigitte-bardot-part-en-guerre-contre-les-helicos

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article