Exposition Brigitte Bardot: nature jusqu’au bout

Publié le par Ricard Bruno

BB a 75 ans
     
Brigitte Bardot: nature jusqu’au bout

Sexe-symbole absolu du cinéma français, BB aura 75 ans le 28 septembre. Une exposition de 1000 m2 va célébrer le mythe, à Paris. La star, elle, ne vit plus que pour défendre les animaux. Férocement authentique, elle refuse tout lifting ou toute opération, contrairement à certaines autres grandes actrices. Poignant.

A la fin de sa vie, Marlène Dietrich ne sortait plus qu’à la tombée du jour. Après qu’elle eut quitté les plateaux de cinéma, personne n’a plus vu la divine Greta Garbo, vivant recluse et fuyant les miroirs.

Brigitte Bardot, on la voit encore, plein champ. Vernir son icône ne l’intéresse pas. Elle existe, parle haut et clair quand elle a quelque chose à dire, avec des mots souvent très verts et parfois intolérants, et se montre si cela lui chante.

A chacune de ses apparitions, à chacun de ses anniversaires, BB quinquagénaire, BB septuagénaire, les gazettes s’agitent et dévoilent l’avancée des rides sur son visage, l’orage fou de ses cheveux gris et l’outrage du temps qui craquelle sans pitié sa chair autrefois si désirable. Elle s’en moque avec la même moue qu’elle avait quand on lui disait qu’elle était belle, admirable, irrésistible.

Le mambo et la cow-girl

Mais pourquoi ne pas accepter un petit lifting, comme tant d’autres beautés flétries? «Jamais! Je suis un être vivant, j’aime gesticuler, bouger les mains. Les mains, on ne peut pas les lifter, pas les cacher. Elles trahiront toujours mon âge. Je vis très bien avec mes rides, elles m’appartiennent. J’en connais, des femmes liftées. Elles n’ont pas l’air plus jeunes, mais elles ont l’air plus ridicules.» Ou se faire opérer de cette double arthrose des hanches qui gagne du terrain et l’oblige à se déplacer avec des béquilles, à coups d’antidouleurs? «J’ai la trouille. Mon opération des hanches et mon traitement contre le cancer du sein m’ont suffi. Et nous, les femmes, devons apprendre à vivre avec notre âge.»

Affaire classée et qui ne fera qu’empirer. Alors il faut vieillir avec Brigitte Bardot et la regarder encore. Continuer à l’aimer ainsi, en BB du XXIe siècle. Sans que cette réalité d’aujourd’hui n’efface la danseuse de mambo d’Et Dieu créa la femme (1956), la sauvageonne couchée sur le ventre du Mépris (1963) ou l’énergique cowgirl des Pétroleuses (1971). Et aussi la fille au naturel hallucinant qui dansait sur les tables dans la rédaction de Paris Match, que les journalistes allaient faire rire au café du coin, puis qui s’endormait blottie dans un canapé. La petite sœur, la fiancée sans complexe d’une France un peu cul-bénit, qui s’effarouchait d’une peau laiteuse derrière un manteau clair ou d’une fesse sur une plage cannoise.

BB, au début, fut la chose de son premier mari, Roger Vadim, metteur en scène fou amoureux des femmes. Elle en sourit: «La Brigitte Bardot d’autrefois n’existait pas, elle portait un appareil dentaire et des lunettes. Vadim a transformé en cygne un vilain petit canard. Il a fait teindre mes cheveux, car je ne suis pas blonde au naturel. Il m’a forcée à porter des bikinis trop petits et il m’a fait poser.»

Fini le cinéma

Suivirent plus de 80 chansons, des images de Harley Davidson et de Sous le soleil exactement, une langueur, une fraîcheur qui collait à son époque. Et 48 films jusqu’à ce qu’elle plaque le cinéma d’un coup, en 1973. «Je m’en souviens bien. Je tournais dans le Périgord L’histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise. Entre deux scènes, je me suis vue, passant devant une glace, chapeautée d’un hennin et costumée en châtelaine moyenâgeuse. Je me suis trouvée tellement cruche. Le cinéma me gonflait depuis longtemps déjà et, en une seconde, j’ai décidé d’arrêter. J’ai fini le film, mais j’ai dit à mon agent que je ne voulais plus jamais faire de cinéma et que je ne voulais plus jamais lire un scénario.»

Elle l’a pris comme une libération, elle n’était pas Signoret ou Deneuve. A son avis, cette décision a sauvé sa peau. «J’ai réalisé, au long des jours qui suivirent la mort de Romy (ndlr: l’actrice Romy Schneider, décédée en 1982), qu’en arrêtant le cinéma, j’avais préservé ma vie. Si je suis là, aujourd’hui, c’est que j’ai su quitter le cinéma à temps et prendre du recul.»

Bardot, c’est aussi l’amour. Les hommes qui passent. Comptabilisons? «Si je calcule, j’ai eu 17 hommes, dont mes quatre mariages.» Le premier époux fut décisif: elle a 15 ans quand elle rencontre Vadim, lui 19. Ils attendent impatiemment sa majorité pour se marier, en 1952. Perturbés par l’idolâtrie soudaine vouée à BB, ils divorcent en 1957. Ils resteront amis jusqu’à la mort de Vadim, en 2000.

Des roses sur la Madrague

Puis Jacques Charrier, jeune acteur que BB impose dans Babette s’en va-t-en guerre. Ils se marient à la fin du tournage, divorcent en 1963. La garde de leur enfant échoit à Charrier, qui quitte le cinéma en 1970. La relation se détériore jusqu’à la brouille finale: il intente un procès à Bardot après la parution de sa biographie.

Et le millionnaire allemand Gunther Sachs, rencontré en 1966. Follement épris et chevaleresque à souhait, il fait déverser cent douzaines de roses par hélicoptère sur sa propriété de la Madrague. Ils se marient à Las Vegas, en huit minutes. Se quittent tout aussi vite et divorcent en 1969. Pour célébrer les dix ans de leur séparation, il lui offre un immense diamant.

Et celui d’aujourd’hui, moins glamour: Bernard d’Ormale. Rencontré en juin 1992, épousé en août. Proche de Jean-Marie Le Pen, sympathisant des idées d’extrême droite, cet industriel a travaillé dans le bureau du Front national de Nice. Il soutient ardemment son épouse dans son combat pour les animaux. «Il sera mon mari pour le reste de ma vie», jure-t-elle.

D’Ormale, aux antipodes de Serge Gainsbourg: en octobre 1967, leur liaison est aussi brève qu’intense. Dans une fièvre amoureuse et créatrice, il lui écrit huit chansons mythiques, dont Harley Davidson et Comic Strip, et fait exploser sa carrière musicale. «Bardot est la Rolls de ma vie. Cette fille m’a marqué au fer rouge», écrira-t-il.

Elle a un seul enfant, Nicolas, fils de Jacques Charrier, né en 1960 après une grossesse de cauchemar. «Les deux premiers mois, j’ai pensé avorter. Mes parents m’en ont empêchée. Puis je suis restée enfermée deux mois au septième étage, chez moi, rue Paul-Doumer, cernée par 200 journalistes qui planquaient. Les volets fermés, avec mon gros ventre, j’ai tourné en rond sous la menace de téléobjectifs sortant de toutes les chambres de bonne, louées depuis des semaines. » Il en est resté des traces profondes, elle n’a jamais été une bonne mère. «Je n’ai jamais ressenti le moindre sentiment maternel. Après la naissance, je suis devenue dépressive. J’ai même tenté de me suicider.»

Elle ne voit plus ce fils, qui a épousé une fille de diplomate et vit en Norvège. Ne connaît même pas ses deux petites-filles, âgées de 17 et 21 ans. Dit le prendre avec indifférence. «Les liens du sang ne m’intéressent pas.»

Les animaux d’abord

Il reste les animaux, fidèles, et pour lesquels elle a tout vendu en 1986 pour créer sa fondation. Déjà dans les années 80, les visiteurs de sa maison tombaient sur ses vingt chats, ses huit chiens, son âne. Les bêtes lui ont donné une raison de continuer à vivre. Elle s’est battue pour eux. Avec des grandes joies, comme celle d’avoir gagné cette année une bataille de trente-deux ans pour empêcher la chasse aux phoques. Avec quelques dérives ignobles comme quand elle est condamnée pour la cinquième fois en onze ans pour «incitation à la haine raciale» à la suite de propos sur les musulmans. Au sujet de la fête de l’Aïd el-Kebir, elle a écrit: «Il y en a marre d’être menés par le bout du nez par toute cette population qui nous détruit, détruit notre pays en imposant ses actes.»

Oui, vieillir avec BB, bon an mal an.

L'expo «Brigitte Bardot, les années insouciance» a lieu du 29 septembre 2009 au 31 janvier 2010, à Boulogne-Billancourt. Infos: www.expobrigittebardot.com

Source : http://www.illustre.ch/brigitte_bardot_nature_bout_2570_.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

riri 20/09/2009 14:55

Bruno,Lu votre commentaire sur le blog de ginie. Un peu surpris quand même d'apprendre que certains se plaignent que l'expo soit payante, vu le prix des places... Personnellement, je considère que celui ou celle qui ne peut pas débourser 11 ou 13 euros pour l'expo ne mérite même pas le nom de fan. Maintenant, et pour être tout à fait honnête, il faut aussi prendre compte la région où se tient l'exposition. S'il faut, en plus, ajouter le prix d'un billet de train... ça se discute.Cordialement,riri

ecureuil 18/09/2009 14:07

une femme , une vrai qui assume haut et fort son age, c'est magnifique et beaucoup devraient prendre exemple et avec un moral d'acier malgré ce qu'elle a enduré .......une femme d'exception !

Ricard Bruno 18/09/2009 14:25


Et quelle femme!

Bruno Ricard