Communication du CRAC Europe...

Publié le par Ricard Bruno

Chers amis de combat,

 

Tout d’abord une information majeure : le ministre de la Culture va « sans doute » retirer l’inscription de la corrida au patrimoine immatériel culturel de la France. Le plus tôt sera le mieux ! Maintenons la pression en écrivant et en téléphonant, c’est très important. Si cette annulation intervient avant notre manifestation unitaire du samedi 28 mai à Paris à 15h00 place du Palais-Royal, de toute façon LA MANIFESTATION EST MAINTENUE ! Nous pourrons alors demander l’inscription immédiate de la proposition de loi de Mesdames Marland-Militello et Gaillard à l’ordre du jour de l’assemblée nationale pour en finir définitivement avec cette ignominie. A ce jour, rappelons que nous avons 90 députés abolitionnistes ! Des députés et des sénateurs seront présents lors de cette grande manifestation. Il faut venir nombreux !

 

Dans ce climat inquiétant où tout peut basculer très vite d’un côté ou de l’autre, le sénateur Roland POVINELLI nous donne un immense espoir !

Monsieur Povinelli a déposé le 5 mai 2011 la proposition de loi n° 493 portant sur les sévices envers les animaux et visant à punir, sans exception, les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés, ou tenus en captivité.

Cette proposition est actuellement en phase de cosignatures au Sénat jusqu'au 20 mai.

 

Nous voudrions vous demander d’écrire DE TOUTE URGENCE aux sénateurs pour les inciter à cosigner cette proposition de loi qui rendrait illégaux la corrida et les combats de coq.

 

En pièces jointes, vous trouverez :

-         le texte de cette loi

-         les adresses e-mail des sénateurs

-         une proposition de lettre-type

 

Un immense merci à vous toutes et tous.

L’équipe du CRAC Europe

 

MERCI DE REDIFFUSER AU MAXIMUM CE MESSAGE !

 

http://www.senat.fr/senateurs/senatl.html

 

Lettre Type :

Je souscris à cette demande du CRAC Europe pour la protection de l’enfance :

NOM :

ADRESSE :

 

 

Madame, Monsieur le Sénateur,

 

Monsieur Roland Povinelli a déposé le 5 mai 2011 la proposition de loi n° 493 portant sur les sévices envers les animaux et visant à punir, sans exception, les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés, ou tenus en captivité :

Le septième alinéa de l’article 521-1 du code pénal est supprimé.

 

J’adhère totalement à cette proposition de loi qui rendra illégaux les combats de coq et la corrida, des pratiques condamnées par les trois quarts des Français pour leur extrême cruauté et pour l’exemple désastreux de violence sur un être sensible qu’elles donnent à la jeunesse française.

 

Dans le contexte de la provocation qu’a constituée le classement par le gouvernement actuel de la corrida au patrimoine immatériel de la France, il est grand temps que nos politiques se penchent sur les vérités qui entourent cette ignoble pratique, pour la rendre, enfin, hors la loi.

 

La survivance en France de la corrida et des combats de coq suscite l’indignation et la stupeur dans le monde entier. Marque d’un cartésianisme obsolète, elle va à l’encontre de la marche du monde moderne. Ces barbaries empêchent la France d’entrer dans l’ère de l’humanisme au sens large prôné par nos écrivains et penseurs : Victor Hugo, Émile Zola, Marguerite Yourcenar, Victor Schœlcher ou encore Claude Lévi-Strauss :

 

« Depuis une quinzaine d'années, l'ethnologue prend davantage conscience que les problèmes posés par les préjugés raciaux reflètent à l'échelle humaine un problème beaucoup plus vaste et dont la solution est encore plus urgente : celui des rapports entre l'homme et les autres espèces vivantes ; et il ne servirait à rien de prétendre le résoudre sur le premier plan si on ne s'attaquait pas aussi à lui sur l'autre, tant il est vrai que le respect que nous souhaitons obtenir de l'homme envers ses pareils n'est qu'un cas particulier du respect qu'il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie ».

Claude Lévi-Strauss, Discours prononcé à l'Unesco, 1971

 

Je suis d’accord avec les motifs que monsieur Povinelli invoque sur les plans scientifique, juridique, éthique et économique. Son exposé des motifs réduit à néant les grossières impostures répandues par les amateurs de torture animale.

C’est pourquoi je voudrais vous prier solennellement de cosigner la proposition de loi n° 493.

Votre nom figurera ainsi sur la liste des humanistes qui ont rendu à la France sa dignité et son appartenance à la civilisation.

 

Dans cet espoir, je vous prie d’agréer mes respectueuses salutations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article