Communiqué de la FLAC...

Publié le par Ricard Bruno

Chers amis,

Aux vues de cet interview d'Eva Joly et du commentaire "réjoui" du chroniqueur taurin ci-dessous, il serait souhaitable que nous nous adressions à Eva Joly afin qu'elle nous explique le fond de sa pensée au sujet de la corrida...

En effet, à écouter Eva Joly, la corrida pourrait se pratiquer dans les zones géographiques où elle est autorisée. Hors, dans la charte d'Europe Ecologie/Les Verts, il est bien mentionné l'abolition pure et simple de la corrida. Quelque soit la région. Contradiction majeure !  Ce qui n'était pas le cas pour Nicolas Hulot qui s'était prononcé clairement pour l'abolition de la corrida.

N'hésitez-pas non plus a bien préciser que Simone Veil vient de condamner officiellement la corrida.

En cas de réponse de sa part, pourriez-vous avoir la gentillesse de m'en informer.

contact@evajoly.fr

Merci à l'avance !

Amitiés dans la lutte !

Thierry Hély
Chargé de communication de la FLAC
www.flac-anticorrida.org

06 23 94 84 83

http://www.rue89.com/2011/06/08/quelle-est-votre-position-sur-les-barbaries-dun-autre-age-que-sont-la-chasse-et-la-corri-0?page=1

e 14 juil. 2011 à 09:59, hely.thierry a écrit :

 
JOLY SURPRISE 

<joly-duflot.jpg>


En infligeant une voltereta importante à Nicolas Hulot à l'occasion des primaires d'Europe Écologie les Verts, Eva Joly a fait un beau cadeau aux aficionados. 

Contre toute attente, et contre la quasi totalité des caciques du parti écologiste, Cécile Duflot en tête, qui, tous ou presque, sont favorables à l'abolition des corridas - Nicolas Hulot bien sûr aussi - elle a donc mis un sacré coup de pied dans la fourmilière, ce qui ne sera pas sans incidence sur les prises de position futures de l'appareil qu'elle représentera aux présidentielles.

Un appareil qui, au regard des militants qui ont participé à la consultation - 22 861 votants sur 32 896 inscrits - ne possède pas une base supérieure à ce que représente un plein à Las Ventas... ce qui en dit long sur la force de persuasion dont pourraient disposer les aficionados s'ils acceptaient de se fédérer plutôt que de céder aux charmes de leurs éternelles divisions.

Des divisions qui font aussi le miel du parti écologiste qui va peut-être comprendre, grâce à sa candidate, qu'aucun français ne votera pour lui parce que l'abolition de la corrida serait à son programme, mais qu'au contraire des centaines de milliers ne le feront pas s'il franchit ce pas.

Pour l'instant, les déclarations sur le sujet d'Eva Joly sont mesurées et responsables, puisqu'à la question qui lui était posée lors d'un chat sur Rue89, de savoir quelle était sa position sur les "barbaries d'un autre âge que sont la chasse et la corrida", elle a répondu : 
« La corrida est très populaire dans le Sud de l'Europe et il convient d'empêcher que cela se développe ailleurs que là où c'est ancré dans les traditions. Je suis hésitante sur une interdiction, car en Espagne, cela fait partie vraiment de la culture. Une interdiction ne peut se faire que progressivement, en concertation avec les populations locales. La chasse à courre est aussi une chasse ancestrale et très implantée dans certaines régions, et donc ma réponse est la même. Il y va du respect des cultures locales, des régions, des identités culturelles. »

La culture taurine étant désormais inscrite au Patrimoine français, il n'y a aucune raison de douter que madame Joly, qui est avant tout un juge respectueux du droit, ne s'engagera pas sur la voie conflictuelle dans laquelle Nicolas Hulot n'aurait pas manqué d'entraîner le parti écologiste : celle du mépris d'une minorité visible, respectable et légitime. 

André Viard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article