Courrier de BB à Delphine Batho...

Publié le par Ricard Bruno

Courrier-du-06-02-2013-copie-1.jpg

Courrier-du-06-02-2013--1-.jpg

Sauvons Baby et Népal !

Brigitte Bardot propose de prendre en charge les deux éléphantes

  • 06 février 2013, Brigitte Bardot demande à la ministre de l'Ecologie de prendre position et d'autoriser la mise en place immédiate des tests sérologiques (financés par la FBB).
  • 24 janvier 2013, Brigitte Bardot somme Stéphane Le Foll d'autoriser les tests sérologiques et dénonce la politique "absurde" des autorités.
  • 17 janvier 2013, La Fondation Brigitte Bardot reçue au ministère de l' Agriculture (voir vidéo colonne de droite).
  • 16 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco accorde un délai de 40 jours à Baby et Népal, portant au 19 février la date limite de leur exécution. Dans son nouvel arrêté, il explique vouloir donner au Conseil d'Etat le temps de statuer.
  • 14 janvier 2013, Brigitte Bardot reçoit la réponse de François Hollande : "la décision d'euthanasie des 2 éléphantes a été suspendue. J'ai demandé au ministre de l'Agriculture d'approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation".
  • 08 janvier 2013, la Fondation reçoit la réponse du Préfet qui maintient la décision d'euthanasie et s'oppose au transfert des éléphantes même pour une mise en quarantaine... La FBB poursuit son action auprès du gouvernement.
  • 07 janvier 2013, Brigitte Bardot fait publier une tribune dans le Nouvel Observateur +. Lire ici
  • 04 janvier 2013, Brigitte Bardot diffuse un communiqué.
  • 03 janvier 2013, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco a décidé de suspendre l'abattage de Baby et de Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon, le temps que le Conseil d'État statue.
  • 02 janvier 2013, Brigitte Bardot demande au Président François Hollande de "gracier ces animaux innocents qui ne doivent pas être condamnés à mort..."
  • 28 décembre 2012 : Brigitte Bardot accorde deux entretiens aux quotidiens Le Parisien et Le Progrès dans lesquels elle réaffirme sa volonté de s’occuper des deux éléphantes Baby et Népal, pour lire les articles, cliquer sur les images de gauche.
  • 27 décembre 2012, la Fondation sollicite l'arbitrage du Ministre de l'agriculture, Stéphane le Foll face à la menace d'euthanasie des deux éléphantes du parc de la Tête d'Or.
  • 24 décembre 2012 , Brigitte Bardot demande que les deux éléphantes Baby et Népal soient confiées à  la Fondation , dans une lettre ouverte au préfet du Rhône.

Pour télécharger l'intégralité des lettres, voir ci-contre (colonne de droite)

Baby et Népal n’ont pas à payer de leur vie les négligences de Monsieur Edelstein !

"Ma Fondation a déjà pris en charge de nombreux animaux sauvages saisis de cirques mouroirs, nous avons même financé une structure d’accueil pour les félins, très nombreux à vivre l’enfer dans leur cage de transport. Nous avons pris en charge également un hippopotame maltraité chez Zavatta pour le transférer en Afrique du Sud dans une réserve naturelle et participons, depuis des années, au financement d’un hôpital pour éléphants en Thaïlande…"

Les animaux de cirques sont condamnés à l’esclavage, c’est une horreur absolue !

"Le cirque Pinder n’a d’autre objectif qu’exploiter les animaux jusqu’à la mort, c’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Préfet, de prendre un nouvel arrêté non plus d’abattage des éléphantes Baby et Népal mais de saisie afin que ces animaux soient confiés à ma Fondation qui pourra leur assurer une fin de vie digne, dans un parc de quarantaine où elles pourront être soignées sans risque de contamination avec d’autres animaux ou du public."

(Extrait de la lettre de Brigitte Bardot au Préfet du Rhône)

Le 21 décembre, la Fondation Brigitte Bardot dénonce la condamnation à mort des deux éléphants tuberculeux de Lyon dans un communiqué de presse

Le Tribunal Administratif de Lyon vient de condamner à mort les deux éléphantes Baby et Népal.

Face à cette décision révoltante et inhumaine, Madame Brigitte Bardot et sa Fondation s’indignent et accusent :

  • Les cirques qui exploitent de façon ignoble et dans des conditions inadaptées les animaux sauvages comme les éléphants, enchaînés toute leur vie comme des esclaves pour le seul plaisir de l’homme.
  • Tous les zoos qui présentent des espèces sauvages dans des enclos misérables et qui n’interviennent pas pour les sauver de l’extinction.
  • Les autorités sanitaires qui sont parfaitement conscientes des risques humains mais qui ne jouent pas leur rôle d’alerte : la tuberculose est présente chez les éléphants mais le dépistage n’est pas obligatoire ! Si tous les éléphants présents sur notre territoire devaient être testés, il faudrait ensuite prononcer l’euthanasie de 25% d’entre eux !
  • L’Etat français qui « baisse son pantalon » devant les circassiens en les autorisant à continuer leur honteux business contre l’avis des associations de protection animale.

Ce même état devrait plutôt agir contre le trafic d’ivoire et intervenir fermement à la CITES pour protéger toutes les populations d’éléphants en danger d’extinction en Afrique et en Asie.

Les animaux sauvages ne sont pas des jouets !

Il faut arrêter de se cacher derrière la magie du cirque et dénoncer cet odieux mensonge des circassiens qui prétendent aimer leurs animaux !

Dites non aux animaux sauvages dans les cirques !
Dites non à la maltraitance !

Rappel des faits

Cette histoire ne date pas d'hier. Le cirque Pinder confie ces éléphants au zoo de Lyon en 1999 ; on ignore encore si les animaux sont malades à cette époque. Il faut savoir que le test de dépistage de la tuberculose n'est pas obligatoire en France alors que 13 à 25 % des éléphants sont susceptibles d'être porteurs.

Début 2011, les pachydermes sont déclarés positifs à la tuberculose et, depuis, le guerre fait rage entre Monsieur Edelstein et la mairie de Lyon ; chacun refusant de prendre ses responsabilités financières . La Fondation intervient alors auprès du ministre de l'Ecologie et rappelle les problèmes sanitaires liés à la présence d'animaux sauvages dans les cirques et l'absence de conditions de détention adaptées. La tuberculose chez l'éléphant n'est pas présente chez les individus sauvages mais chez les captifs, l'infection est principalement causée par mycobacterium tuberculosis, agent de la maladie chez l'homme.

En août 2012, l'éléphante Java, agée de 67 ans décède au zoo de Lyon. Les analyses montrent début décembre qu'elle était atteinte de tuberculose. Ce résultat pousse les autorités sanitaires à demander l'euthanasie de ses deux congénères Baby et Népal avec lesquelles elle était en contact.

Le 11 décembre 2012, la préfecture du Rhône demande à la mairie de Lyon de les eutanasier, considérant "les risques graves que l'infection dépistée (...) fait peser sur la santé des personnes évoluant dans l'environnement proche des animaux".

Les deux éléphantes confiées par le cirque Pinder au zoo de Lyon obtiennent ce lundi un sursis à leur euthanasie. Le prefet du Rhône, Jean-François Carenco décide de la suspension de l'arrêté demandant leur abattage, alors que leur sort fait débat. Cette démarche est faite sur demande du ministère de l'Agriculture, pour permettre au directeur du cirque Pinder, s'il le souhaite, de déposer un recours au tribunal administratif.

Depuis 1999, Monsieur Gilbert Edelstein n'est jamais venu voir ses animaux et a toujours refusé les autres propositions de placements du zoo de Lyon et de venir les chercher.

Aujourd'hui, il souhaite, en fait,  les récupérer en bonne santé pour les exhiber dans son futur parc d'attraction Pinderland, afin d'organiser des promenades à dos d'éléphants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ELIN 07/02/2013 08:55


Bjr - Je ne suis peut-être pas assez informée à ce sujet mais n'y a-t-il pas une pétition ?

Ricard Bruno 07/02/2013 10:20



Bonjour


Oui il y a une pétition à diffuser très largement
: http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/ville-de-lyon-stoppez-la-d%C3%A9cision-d-euthanasier-les-deux-%C3%A9l%C3%A9phants-baby-et-nepal


 


Bonne journée 


Bruno Ricard