Deux articles intéressants sur la manif de Nîmes !

Publié le par Ricard Bruno

 
Près de 1.500 personnes, selon la préfecture, 3.000 selon les organisateurs ont participé samedi à Nîmes à une "marche pour les animaux", dans le cadre de la campagne présidentielle, à l'appel de sept associations de protection animale.
En tête du cortège avait été disposée une banderole où l'on pouvait lire : "Nos voix pour les animaux". Les manifestants avaient été appelés à se vêtir de noir et nombre d'entre eux portaient un tee-shirt de cette couleur sur lequel était inscrit en blanc "ma voix pour les animaux".
Dans le cortège qui s'est ébranlé de la gare avant de contourner le centre-ville par les boulevards, on pouvait également voir des comédiens déguisés en lapin ou en grenouille montés sur échasses ou encore ayant enfilé des masques, grandeur nature, de têtes de taureaux.
Plusieurs dizaines d'associations étaient représentées lors de cette marche organisée notamment par la Société protectrice des animaux (SPA), l'alliance anticorrida, la fondation Brigitte Bardot, l'OABA (Oeuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs), l'association de protection animale L214 et la fondation assistance des animaux.
Brigitte Bardot a adressé un message écrit aux participants de cette marche dans lequel elle a fait part du "ras-le-bol des animaux qui ne votent pas, sont exterminés sans aucune idée politique selon les us et coutumes des uns ou des autres".
"Je souhaite que cette formidable levée de boucliers contre l'inadmissible manière dont sont traités les animaux dans notre pays ait une répercussion auprès des élections présidentielles", a-t-elle ajouté en concluant sur une citation de Gandhi : "on juge aussi une nation à la manière dont elle traite ses animaux".
Source : Cliquez ici

                        ......................................

        Nîmes : les défenseurs des animaux entrent en campagne

 

Leur objectif était de mettre la pression sur les candidats à l’élection présidentielle. Et la démonstration de force n’est pas passée inaperçue, hier après-midi dans le centre-ville de Nîmes. Pancartes revendicatives en main, tee-shirts noirs arborant l’inscription "Ma voix pour les animaux" pour la plupart, ils sont venus nombreux (800 selon les premiers décomptes des forces de l’ordre, presque 3000 pour Claire Starozinski, fondatrice de l’alliance anti corrida) pour exiger du futur Président une franche amélioration de la condition animale.

"Ce qu’on attend c’est qu’il ne soit plus considéré comme un objet mais comme un être vivant en tant que tel, assène Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot. Derrière chaque défenseur de la cause animale, il y a un électeur. S’il manque 1 ou 2% à certains candidats au soir du premier tour, c’est qu’ils n’auront pas répondu à  nos attentes."

Unis pour la cause



Leurs attentes justement, les organisateurs de la manifestation les avaient communiquées aux différents candidats, sous la forme d’un manifeste commun, malgré le côté hétéroclite des associations présentes, de la confédération nationale des SPA à l’association végétarienne de France en passant par C.ré.do pigeon, qui milite pour une régulation douce de ces volatiles. "Ce qui est important, c’est qu’on est uni pour défendre cette cause, on est là pour que les candidats se rendent comptent qu’on a une base commune, souligne Christophe Marie. Et aujourd’hui, la mobilisation est très intéressante."

Les réponses -quand il y en a eu-, sur les thèmes notamment de l’application plus rigoureuse des lois existantes, sur l’expérimentation animale, sur la corrida, sur l’éducation animale à l’école ou sur la chasse, ont été diffusées à la fin de la manifestation, sur le parvis de la Maison carrée. "Nous ne sommes pas là pour dire pour qui voter, mais pour dire sur ce sujet-là Monsieur Sarkozy a dit ça, ou Monsieur Poutou a dit ça, et après ce sera aux gens de se déterminer, explique Claire Starozinski. Chacun son libre arbitre." Q

Quant à ceux qui répondent que la cause animale ne fait pas forcément partie des priorités du pays, la réplique des associations fuse : "À chaque fois, il y a toujours plus important, déplore Claire Starozinski. Mais la douleur des animaux, c’est intolérable, il faut faire entendre leur voix." "On n’est pas là pour dire que c’est prioritaire sur le reste, mais la détresse animale existe, et on doit la combattre comme on combat les autres détresses", conclut Christophe Marie.

Détails sur le manifeste et les réponses des candidats à la présidentielle sur le site www.allianceanticorrida.fr

Source : Cliquez ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Génial! Il faut faire la mème chose à Paris...<br />
Répondre