Doux. La fondation Brigitte Bardot dénonce l'utilisation de poulets vivants lors des manifestations

Publié le par Ricard Bruno

 

 

La Fondation Brigitte Bardot dénonce dans un communiqué le sort réservé non seulement aux poulets élevés par le groupe Doux mais dénonce également l'utilisation d'animaux vivants lors des manifestations de salariés du groupe dont l'avenir se joue actuellement au tribunal de commerce de Quimper

 

"Nous dénonçons, depuis longtemps déjà, le traitement des animaux dans les élevages intensifs, particulièrement chez Doux où les volailles sont entassées dans des conditions indignes, écrit Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot. Ces élevages ne devraient pas être soutenus par le gouvernement mais devraient être, purement et simplement, interdits au niveau européen. Si, face aux menaces qui touchent leurs emplois, nous comprenons l’angoisse et même la colère des personnels de ces usines à viande, nous dénonçons fermement l’utilisation de poulets vivants lors des dernières manifestations. Ces animaux sont des êtres sensibles, les traiter ainsi montre combien toute la chaîne de la malbouffe, symbolisée en France par le groupe Doux, méprise et maltraite les animaux", conclut le communiqué.

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> Entièrement d'accord avec ce qui est dit, les animaux ne sont pas des objets que l'on peut trimballer sans ménagement sous le bras, dans le reportage montré à la télévision, ces images m'avaient<br /> également choqués, mais il est vrai que nous ne nous attendons pas à ce que les personnes qui travaillent dans ses abattoirs érpouvent une quelconque compassion pour eux. J'espère que les<br /> poulets prisionniers dans leurs petites cages  serrés à exploser ont eu un peu d'attention pendant que leurs bourreaux manifestaient dans la rue, Excusez, mais la compassion je l'ai eu<br /> surtout pour les poulets qui à la fin mourront soous le couteau de l'abattage hallal.<br />
Répondre