Expo Bardot dans le Var: des objets n’ont pas été restitués à leurs propriétaires

Publié le par Ricard Bruno

 

 

 Les trésors perdus de l'expo Bardot - 16527927.jpg

Bruno Ricard, heureux d'être le principal contributeur de l'expo Bardot. Aujourd'hui, il déchante…D.R

 

À la suite de l’appel des organisateurs, des particuliers avaient prêté des objets sur la star pour les expositions parisienne et tropézienne. Deux ans après certains n’ont toujours rien revu…

Où sont les bibelots de BB ? À l'heure où les reliques de stars s'arrachent en salles de vente ou sur le Net, des prêteurs se demandent ce que sont devenus les objets non restitués des deux expositions qui lui étaient dédiées à Boulogne-Billancourt et Saint-Tropez.

Principal lésé, le collectionneur d'Ile-de-France et principal contributeur - à l'origine du projet, Bruno Ricard. « L'organisateur-producteur ne m'a pas rendu vingt-deux des objets prêtés, d'autres ont été cassés, soit un montant d'assurance évalué à près de 10 000 e », s'indigne M. Ricard.

Buste de Marianne volatilisé

Au fil de son énumération, défilent un vase BB en céramique (valeur assurance 600 euros), deux poupées (750 euros), une lampe Bardot (750 euros), deux disques 25 cm dédicacés (2 400 euros) ou le fameux buste de Marianne signé Aslan qui trône encore dans certaines mairies (1 100 euros)…

Une perte sévère pour cet admirateur qui depuis des années, recense à travers le monde tout ce qui a été publié, édité, ou fabriqué sur Brigitte Bardot. Chez lui c'est la caverne d'Ali Baba aux milliers de trésors. Revues, disques, assiettes, tableaux jonchent le sol. Les étagères sont remplies d'objets hétéroclites et rares. Sa passion est si grande qu'il s'est même fait tatouer le portrait et le nom de BB un peu partout. Jusque dans son cou où l'on peut lire « La Madrague ».

« J'ai bien tenté de lancer une procédure contre Akouna Production mais lorsque l'avocat m'a annoncé ses tarifs j'ai renoncé faute de moyens. De plus, selon la convention qui nous liait, les livres d'or de l'exposition devaient m'être remis. J'attends encore !», enrage Bruno Ricard. À l'époque loué dans le programme des expositions de 2009 et 2010, il est aujourd'hui ignoré.

Musée à Saint-Tropez

Le pire c'est qu'il n'est pas le seul. Dans la cité corsaire aussi, certains voudraient passer à l'abordage. « Il n'y a pas un objet qui n'ait pas été restitué. D'ailleurs à Saint-Tropez je me demande bien qui peut se plaindre. Personne n'a contribué !», répliquait dernièrement Tristan Duval, créateur d'Akouna Production, depuis " en déplacement à Tokyo ". Un témoignage local, preuve à l'appui (lire par ailleurs), le contredit vertement.

De son côté Bruno Ricard continue à arpenter les brocantes, écumer les salles de vente aux enchères, et naviguer sur Internet à la recherche de nouvelles pièces. À l'horizon de ses projets, il imagine, à quelques brasses de Saint-Tropez, un musée consacré à celle qu'un jour Dieu créa

pour qu'il l'ait dans la peau.

 

Source : Cliquez ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pat Monkey 06/04/2012 12:59


Moins généreux que vous, je n'ai proposé à Akouna qu'une partie seulement de mon matériel. Ma collection est évidemment beaucoup plus modeste que la votre, Bruno, mais il y a des pièces dont je
ne veux pas me séparer parce qu'en plus de sa rapporter à BB elles sont liées à des souvenirs familiaux et professionnels à la fois et bien m'en a pris à en juger par votre "aventure" et ce qui
arrive à d'autres prêteurs aujourd'hui. Comme je l'ai dit, tout était en vrac au retour, mais rien ne manquait à l'appel heureusement A part le carton d'invitation pour l'ouverture de l'expo, il
a fallu que je réclame des entrées gratuites pour des amis et collègues de mon cinéma. Nous avions en effet profité de l'expo de Boulogne pour organiser une soirée spéciale (projection, débat,
buffet) autour du "Mépris" de Godard et incité les spectateurs à se rendre en masse à l'expo. Pour nous remercier de cette publicité gratuite dont j'ai informé Akouna, la société de production
m'a généreusement octroyé 5 entrées gratuites ! Dans ces conditions, j'ai bien renouvelé les contrats de prêt pour les prolongations de l'expo de Boulogne mais je n'ai pas donné suite à l'expo de
Saint-Tropez. C'est Pascal Fournier qui m'a adressé à Tristan Duval avec qui j'ai eu deux ou trois contacts téléphoniques. Pour l'essentiel, j'ai échangé des courriers et des mails avec Florence
Guionneau-Joie et Henry-Jean Servat. Que des personnes qui ne vous sont pas étrangères à vous qui êtes à l'origine de ce projet et qui me paraissaient pourtant sérieuses, en tout cas tout à fait
correctes lors de nos échanges. Force est aujourd'hui de revoir notre jugement...


 


Ne vous laissez pas faire, Bruno. Moi je n'ai rien perdu dans cette affaire, m'étant montré prudent, mais je suis de tout coeur avec les prêteurs qui aujourd'hui se retrouvent lésés pour avoir
généreusement partagé leur passion avec la foule des admirateurs de BB. Aujourd'hui, c'est au tour de Romy Schneider, j'espère qu'à cette occasion les prêteurs ne connaîtront pas les mêmes
déboires que vous. L'expo BB est un succès mondial et tout le monde s'en félicite, mais voilà une bien étrange façon de vous remercier...


 


Cordialement,


 


Pat Monkey


 


 

Pat Monkey 05/04/2012 10:56


Je me mets à votre place, Bruno, et je comprends votre colère. Personnellement, j'avais expédié à Akouna le matériel "papier" sous protection renforcée, les affichettes protégées par cellophane.
Tout m'a été retourné en vrac, sans même un mot de remerciement !

Ricard Bruno 05/04/2012 22:08



Bonsoir


 


Vous comprenez alors pourquoi je me bats pour récupérer mes objets, je ne demande ni plus ni moins ce qui m'appartient !
Et de plus selon ma convention La société Akouna aurait du me donner les livres d'or de l'exposition de Saint-Tropez, or à ce jour je n'ai absolument rien!


 


Ne vous a t'il pas manqué des choses lors de la restitution de ce que vous aviez prêté? Pour ce qui est des
remerciements cela ne m'étonne guère de leur part! Il fallait voir dans l'état et dans la façon dont ils triaient les affaires j'en était malade!


 


A bientôt


 


Bruno Ricard