FLAC : communiqué...et réponse de

Publié le par Ricard Bruno

COMMUNIQUE DE LA FLAC
F
édération des Luttes pour l'Abolition des Corridas

Association basée à Agde dans l'Hérault

Le professeur Hubert MONTAGNER, membre du Comité d'honneur de la FLAC, nous charge de porter à votre connaissance sa lettre ouverte à André VIARD.


Ce courriel sera adressé aux destinataires suivants:

André VIARD
Une liste des principales personnalités taurines
Des journalistes
Les personnalités politiques qui ont désavoué André VIARD
(voir lien ci-dessous)


http://www.flac-anticorrida.org/jean-claude-gayssot-condamne-une-nouvelle-banalisation-de-la-shoah/

L'hôtel Impérator de Nîmes dans lequel André VIARD donnera une conférence le 8 février prochain

Merci
Cordialement

Thierry Hély
Président de la FLAC
www.flac-anticorrida.org

NOUVELLE LETTRE OUVERTE A MONSIEUR André VIARD, LE PARTISAN EXTREMISTE DU SPECTACLE SANGLANT DE LA CORRIDA

 

Hubert MONTAGNER, Professeur des Universités en retraite, ancien Directeur de Recherche à l'INSERM, ancien Directeur de l'Unité "Enfance inadaptée" de l'INSERM

 

En nous assimilant, l’excellent psychiatre le Docteur Jean-Paul RICHIER et moi-même aux  « Pieds Nickelés » dans votre dernier éditorial, vous poursuivez votre plongée paranoïaque dans les caniveaux glauques de la vulgarité, de la débilité, de l’injure et des amalgames diffamatoires. Vous êtes pitoyable. Monsieur Jean-Paul RICHIER et moi-même avons le privilège d’être, selon votre expression, « insérés dans la vraie vie » (selon le LAROUSSE, conforme à la vérité, à la réalité) avec ses cortèges de joies et de souffrances, alors que vous êtes enfermé dans un univers artificiel, essentiellement fondé sur la mise en scène de la mise à mort d’un être vivant que l’on tue pour le plaisir de tuer.

Quant aux « petites embrouilles » qui, toujours  selon vous, « constituaient l’ordinaire » des Pieds NICKELES, et qui seraient donc  le pain quotidien des assimilés,  Monsieur Jean-Paul RICHIER et moi-même, elles font partie sans aucun doute de vos façons d’être, de faire et de penser comme le montrent vos rodomontades et vos amalgames infondés, mensongers, incohérents, injurieux et diffamatoires. En effet, selon le LAROUSSE, une « embrouille » est une « action d’embrouiller pour tromper ». Vous êtes un éminent spécialiste de la tromperie. Par exemple, que peut-on penser de vos accusations à l’égard des personnes anti-corridas qui seraient les incendiaires de votre maison et des arènes de RION LES LANDES ? Etant donné que vous faites une référence malsaine et ignoble au nazisme et à l'extermination des juifs (la SHOAH) pour assimiler les personnes anti-corridas aux nazis, on peut renvoyer l’embrouilleur que vous êtes à l’incendie du Palais du Reichstag à BERLIN en 1933. On sait en effet que ce sont les nazis eux-mêmes qui ont mis le feu au Palais du Parlement allemand en accusant les communistes… avec pour objectif d’interdire le Parti communiste allemand. Mais, « bien évidemment », on ne saurait imaginer une fraction de seconde une analogie entre ce forfait historique et les incendies des Landes, tellement les aficionados ne sauraient être mis en cause pour une telle « embrouille ». A moins que les Compagnies d’Assurances et la gendarmerie… aient des éléments de preuve qui nourrissent cette hypothèse (vérifiée à de nombreuses reprises pour d’autres « affaires ») ?

En outre, vous vous permettez de proférer des menaces à peine voilées. Vous avez déclaré en effet au sujet des anti corridas « Ils savent 0ù nous trouver, mais nous savons aussi ». Pour quoi faire ? Pour mettre le feu  à nos maisons ? Un pogrom serait-il en préparation ? Par précaution, je fais part de vos propos à qui de droit.

Avec la référence aux personnages caricaturaux d’une bande dessinée désuète, vous confirmez votre personnalité archaïque, profondément manichéenne et simpliste. Vous vous posez en effet en ange blanc victime des méchants « Pieds Nickelés » Montagner et Richier, ennemis implicites des « braves gens » sans « embrouille » que seraient… les aficionados . Seriez-vous engagé dans un processus neurobiologique qu’on pourrait qualifier de « sénescence infantile » avec une focalisation  obsessionnelle sur les malfrats des bandes dessinées de votre enfance ? On a là un excellent sujet de thèse de doctorat universitaire. Il est vrai que, prisonnier de votre fanatisme, vous avez des circonstances atténuantes. En effet, quelle lucidité, quelle conscience, quel respect pour autrui, quelle humanité... peut avoir un homme de corrida fasciné par le sang qui dégouline des blessures causées par les banderilles plantées dans le corps du taureau (en d'autres termes, la torture) et qui se répand "à gros bouillon" avec la mise à mort de l'animal, avant que sa dépouille soit évacuée comme une charogne.

Revenant à votre éditorial, il est heureux et d’ailleurs ordinaire que, pour faire vivre la démocratie, des parlementaires comme Madame Laurence ABEILLE, soucieuse des intérêts de ses concitoyens, en particulier des enfants, interpelle les ministres. Alors que vous n’apportez rien à la communauté nationale, vous vous permettez d’ironiser sur son nom… en évoquant les abeilles. Nécessaires, ces insectes précieux propagent et pérennisent la vie en pollinisant les fleurs, alors que comparaison, les organisateurs de corridas, les aficionados et vous même, vous organisez la mort. Vous en êtes le héraut et le thuriféraire.

Mais, vous pouvez vous inquiéter, Monsieur André VIARD. En effet, Ceux qui ne peuvent accepter la souffrance animale (ni évidemment la souffrance humaine) parviendront à coup sûr à retirer l'incription de la corrida à l'inventaire du patrimojne immatériel culturel françaisde et à l’interdire, parce qu’ils sont des amoureux de la vie (la « vraie vie), qu’elle soit végétale, animale ou humaine. Il faudra bien que les responsables politiques se dévoilent et fassent preuve de sens moral en interdisant la corrida, sans être obnubilés en permanence par la crainte de perdre des électeurs. Cependant, les citoyens ne sont pas dupes. Ils savent reconnaître les démagogues et estiment les politiques courageux (à terme, le courage est toujours gagnant). Les prises de position récentes de plusieurs responsables politiques, de droite ou de gauche, pour condamner l'assimilation par Monsieur André VIARD des anti-corridas aux nazis, sans condamner la corrida elle-même, relèvent de la tartufferie et/ou d’un déficit d’humanité. Il est en effet facile d’afficher son indignation quand elle est partagée par la très grande majorité des citoyens… fort heureusement (cela ne « mange pas de pain » et n’a qu’un faible impact électoral). Ces politiques opportunistes ou ayatollahs de la corrida, génèrent un sentiment de dégoût. Volontiers donneurs de leçons, certains s’empressent de dénoncer les violences faites aux enfants ou aux adolescents dans leur famille, à l’école ou ailleurs (c’est évidemment un devoir), alors qu’ils sont incapables de former l’idée que le spectacle d’une violence réelle, et non virtuelle, peut bouleverser et déstabiliser les enfants les plus vulnérables, insécures, inquiets, anxieux ou angoissés. Que les êtres « violentés » soient des humains ou des animaux. Ils  sont incapables de former l’idée que la corrida est un spectacle de boucherie très violent, surtout pour les enfants et les jeunes en souffrance, car il est scénarisé dans une ambiance de couleurs éclatantes, de musiques "triomphantes" et de clameurs qui évoquent la liesse et la fête, alors que l'animal mis en scène est torturé et mis à mort. Il serait temps que les militants et les responsables politiques de FRANCE mettent le principe de précaution, le respect de la vie et l'humanisme au centre de leurs préoccupations, et ne s'abritent plus derrière la notion où le concept de culture pour défendre l'indéfendable. Ils ternissent l’image de la France (leurs homologues étrangers n’hésitent pas à évoquer la barbarie !). En effet, on pourrait citer de multiples exemples qui montrent que humanisme et culture peuvent être antinomiques. Une supposée culture ne l’est pas ou ne l’est plus dès lors qu’elle n’est plus ancrée dans l’humanisme et l’humanité (on ne citera ici qu’un exemple : l’excision d’une partie  des organes génitaux des fillettes dans certains populations). S’agissant de la corrida, une nouvelle fois, la question n’est pas pour la plupart des politiques de respecter et de défendre une soi disant culture, mais de sauvegarder des bulletins électoraux.

Enfin, il est étonnant que les responsables politiques du Sud Ouest et du Sud Est restent muets devant la grossièreté, la vulgarité, les injures, les propos diffamatoires de Monsieur André VIARD (il faudra bien aller au pénal... ce qui ne saurait tarder). Ils n’ignorent pas en effet ses éditoriaux-torchons, ses injures réitérés et son incitation permanente à la haine. Il faudra bien qu’ils s’expliquent et définissent ce qu’ils entendent par culture. En effet, aucune culture ne saurait accepter les risques réels et potentiels encourus par les enfants et les adolescents qui assistent aux spectacles sanglants de la corrida. Il est trop facile d’évoquer la responsabilité des familles alors que beaucoup sont dans la détresse et ne peuvent plus ou ne savent plus apaiser, rassurer et sécuriser leurs enfants, alors que les responsables politiques sont le plus souvent nantis et à l’abri de l’insécurité.

Hubert MONTAGNER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article