Garde du corps de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Les beaux biceps du papy d’Aubervilliers

(Pour la Vidéo cliquez sur le lien, source de l'article)

 AUBERVILLIERS, LUNDI. Pierre Contoli, 77 ans, s’entraîne toujours dans la salle de musculation qu’il a aménagée dans le sous-sol de sa maison. Des muscles qui n’ont rien à envier à ceux d’Arnold Schwarzenegger (sur l’affiche en arrière-plan).

Quarante-cinq ans après avoir été champion du monde de force athlétique, Pierre Contoli, qui fut garde du corps de Brigitte Bardot, vient de reconquérir son titre dans la catégorie vétéran.

 

 

C’est une force tranquille. A 77 ans, à l’âge où beaucoup commencent à voir leurs forces décliner, Pierre Contoli arbore des biceps dignes d’Arnold Schwarzenegger, le héros de « Conan le barbare » dont l’affiche est placardée dans la petite salle de musculation qu’il s’est aménagée au sous-sol de sa maison d’Aubervilliers.

Le mois dernier, ce papy bodybuildé, qui a « deux enfants, cinq petits-enfants et un arrière-petit-fils », a remporté son troisième titre de champion du monde de développé-couché (ou force athlétique, qui consiste à soulever des haltères, allongé), à Limerick, en Irlande, dans la catégorie vétéran 8 (75 à 79 ans). « Le développé-couché en compétition, il faut pousser et tenir deux secondes… Le 12 novembre, j’ai poussé 90 kg. Mon principal concurrent, un Israélien de 77 ans, a poussé 80 kg. »

Guère étonnant alors qu’en 1960, , qui était enceinte de son fils Nicolas, l’a choisi comme garde du corps. « A l’époque, je m’entraînais à l’académie culturiste, boulevard de Strasbourg, à , se souvient Pierre Contoli. C’était une salle renommée où venaient de nombreuses stars, et le docteur Boinet, le médecin de BB. Il avait demandé au patron de la salle de lui trouver deux gars costauds. Comme j’avais des aptitudes, il m’a proposé. » Pendant quatre mois, Pierre Contoli va garder la porte de l’immense appartement du 71, avenue Paul-Doumer, dans le XVIe arrondissement parisien. « Je filtrais les entrées. On allait aussi souvent se promener au bois de Boulogne. J’avais donné ma parole d’honneur de ne jamais rien dévoiler sur BB. Alors, même quand m’a interviewé, je n’ai rien dit. » La presse à scandales le surnomme même « l’homme le plus envié de France ». « La naissance du fils de BB était un événement mondial! Elle a reçu des tonnes de fleurs. Pendant les jours et les semaines qui ont suivi, ça a été le défilé. »

De ces quatre mois dans l’intimité du sex-symbol des années 1960, Pierre Contoli garde « de très bons souvenirs » et une photo dédicacée. « Elle était très simple, nature. Quand je m’entraînais à la musculation dans leur appartement, avec son mari Jacques Charrier, elle venait souvent nous voir. Mais je lui ai peu parlé. » Sa mission terminée, Pierre Contoli revient à ses premiers amours : la force athlétique. Et décide de se confronter aux plus grands. En 1964 et 1965, il accède au titre de champion d’Ile-de-France de développé-couché, puis en 1966, à celui très envié de champion du monde de développé-couché. Parallèlement, il multiplie les numéros de force dans les championnats culturistes et les galas de bienfaisance. « On me surnommait le Bourreau des bottins, sourit Pierre Contoli. Je les déchirais d’un seul coup. Je tordais aussi les clous de charpente! »

En 2006, après quarante ans d’interruption, le temps de mener une carrière de maçon, puis d’employé dans une société de transports, ce bodybuildé avant l’heure a repris la compétition. Avec succès.

Source : Cliquez ici

 

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernie 06/03/2020 18:30

Quel plaisir de découvrir, même un peu tard, votre article sur mon oncle Pierre. Merci de lui avoir rendu cet hommage.

Ricard Bruno 20/03/2020 22:56

Bonsoir...heureux que cet article est pu vous plaire....Cordialement Bruno Ricard