HALAL, LE MESSAGE D'UN VETERINAIRE

Publié le par Ricard Bruno

VIANDE HALLAL SUSPECTE ALAIN DE PERETTI, VETERINAIRE

 

POUR INFO... EN METTANT LA POLITIQUE DE COTE.

 

 

 

AUTANT SAVOIR CE QUE NOUS MANGEONS, PUISQUE C'EST UN PROFESSIONNEL QUI NOUS MET EN GARDE.

 

 

On en apprend tous les jours - mais je ne savais pas ces détails sanitaires ( je n'y avais même pas pensé !!! ). Je pensais uniquement au coté "souffrance" de l'animal. Ceci laisse encore plus à réfléchir sur le contenu de nos assiettes ....

 

MESSAGE D'ALAIN DE PERETTI - VETERINAIRE au delà de toute polémique !!! Nous mangeons tous de la viande Hallal à notre insu, c'est déjà vrai pour les Franciliens avec le rachat des abattoirs de Meaux par le groupe Hallal. Nous participons aussi sans en être informé au "denier du culte" musulman, car chaque bête abattue selon ce rite rapporte des euros aux responsables de cette religion...

 

Les risques sanitaires liés à l’abattage Halal

 

Par Alain de Peretti, Docteur vétérinaire

 

On évoque toujours les problèmes posés en la matière par la souffrance animale, et par la taxe de financement occulte de l’islam par les consommateurs.

 

Ces problèmes sont, bien sûr, réels. Il en est un autre qui nous concerne tous et mérite d’être évoqué, une question essentielle et occultée : l’aspect sanitaire et de sécurité alimentaire.

 

"En effet, rappelons que dans l’abattage halal, l’animal est tourné vers la Mecque, saigné sans étourdissement ; il est pratiqué une très large incision de la gorge jusqu’aux vertèbres, sectionnant tous les organes de la zone, veines jugulaires et carotides pour la saignée, mais aussi la trachée et l’œsophage".

 

Cette pratique entraîne les conséquences anatomo-physiologiques suivantes : une régurgitation du contenu de l’estomac par l’œsophage, lequel se trouve anatomiquement juste à côté de la trachée.

 

L'animal continue de respirer, même très fort du fait de l'agonie qui peut durer jusqu'à 1/4 d'h, rappelons-le !!! Et inspire ces matières souillées riches en germes de toutes sortes ....

 

Ces matières inspirées jusqu’aux alvéoles pulmonaires larguent leurs germes dans le sang d’autant plus facilement que la paroi des alvéoles pulmonaires est très mince et que la circulation sanguine,

 

rappelons le, est toujours en cours dans cette période d’agonie, et même accélérée par le stress au niveau des organes essentiels. Un risque énorme de contamination en profondeur de la viande est donc encouru. 

 

On observe de plus, du fait du stress intense, 2 phénomènes physiologiques qui se conjuguent : la chute de tous les mécanismes de défense immunitaires, et la concentration du sang dans les organes essentiels, on peut dire que l’animal « retient son sang ». C’est un processus naturel de survie qui entraîne vraisemblablement d’ailleurs une saignée moins bonne contrairement aux allégations des tenants de cette pratique.

 

Il y a, de plus, une forte production de toxines. La longueur de l’agonie entraîne enfin des soubresauts violents accompagnés de défécation et émission d’urine, le tout éclaboussant toute la zone d’abattage !

 

On voit donc bien les conséquences pour la sécurité alimentaire des consommateurs.

 

C’est si vrai que le règlement européen, CEE 853/2004, dans son annexe, chapitre IV intitulé Hygiène de l’abattage, paragraphe 7, alinéa (a) dit : " LA TRACHÉE ET L’ŒSOPHAGE DOIVENT RESTER INTACTS LORS DE LA SAIGNÉE " ( avec une dérogation pour l’abattage rituel…).

 

Le problème est que, selon des estimations récentes, 50% environ de la viande consommée est maintenant halal. Car si les musulmans sont encore minoritaires, ils ne consomment que certains morceaux, et qu’on ne peut laisser perdre le reste de la carcasse. De plus les industriels trouvent plus simple et plus profitable de n’avoir qu’une seule chaîne d’abattage : ainsi des bêtes entières qui seront consommées hors du marché halal sont néanmoins égorgées selon ce rite oriental.

 

Conclusion : On enfreint le sacro saint principe de précaution, pour respecter une pratique exotique irrationnelle, insoutenable sur tous les plans, basée sur une superstition moyenâgeuse absurde.

 

Dans ces conditions, les actuelles dérogations à la réglementation européenne permettant l’abattage rituel sont elles acceptables ?

 

La multiplication des cas de toxi-infections alimentaires est en tous cas prévisible… et elle touchera surtout des non musulmans, inconscients de ces risques incontrôlés et dont les habitudes culinaires les amènent à consommer la viande beaucoup moins cuite.

 

Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas... ou alors mangez de la viande bouillie.

  

Alain de Peretti, Docteur vétérinaire, pour Novopress France.

 

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
<br /> Bonjour. moi je le sais et je ne mange pas de viande comme ça le problème et résolu pour moi, si tout le monde faisait la même chose, ces politiciens véreux seraient forcés de faire autrement,<br /> comme De Gaulles disaient...les français sont des veaux. Et comme on dit, le pire ennemi pour la population d'un pays, c'est son propre gouvernement. Léo<br />
Répondre