« Juste pour le plaisir ». Film anti-corrida accablant de Thierry Hély

Publié le par Ricard Bruno

 

 

gladiateurs

« Juste pour le plaisir ». Film anti-corrida accablant de Thierry Hély tourné le 12 août 2000 à Béziers (France) lors de l’alternative du torero français Sébastien Castella. Ce document filmé fut diffusé lors du Festival de Cannes en 2002, hors sélection. Il présente la particularité de montrer les scènes soigneusement censurées à la télévision pour ne pas choquer l’opinion publique.

On peut y voir les deux toréros les plus scandaleusement payés à l’heure actuelle : Sébastien Castella et José Tomas. Le jour du tournage, nous étions loin de nous douter qu’ils allaient devenir les plus grands matadors à l’heure actuelle adulés par des foules aveuglées.

 
Le comportement stéréotypé d’un public manipulé applaudissant à tout rompre des scènes d’une cruauté inouïe oblige à nous interroger sur le tréfonds de la nature humaine. Ces spectateurs, composés de gens normaux, placés dans un environnement de foule et d’apparat, perdent tout esprit critique, de discernement et de compassion. C’est ce qui apparait dans ce document, et qui est effrayant. Les jeux du cirque sont encore présents au XXIème siècle.

A l’occasion de sa projection à Cannes, Brigitte Bardot, Henry-Jean Servat et Jeanne Augier, PDG du Négresco, contribuèrent médiatiquement à sa promotion.

Ce film réalisé discrètement avec une caméra d’amateur présente les deux particularités suivantes:

Première particularité: le jour de son tournage, le 12 août 2000 à Béziers, nous ne nous doutions pas que nous filmions les deux plus « grands » matadors à l’heure actuelle: il s’agissait de l’alternative de Sébastien Castella donnée par José Tomasdevant 13000 personnes en liesse. Ce court métrage intitulé « Juste pour le plaisir » fut diffusé en plein Festival de Cannes, hors sélection en 2002.

Deuxième particularité: ce document filmé met l’accent, entre autre, sur le comportement d’un public se réjouissant devant des scènes d’une cruauté inouïe sans l’ombre d’une compassion… Le moment peut-être le plus hallucinant de ce film est le suivant: on peut y entendre des applaudissements accompagnant crescendo l’agonie jusqu’à sa mort d’un taureau exsangue. Malgré cela, les aficionados prétendent que pour eux, la mort n’a aucune importance. Seule, la gestuelle des toreros et du taureau les intéresse. Cette fameuse scène prouve de manière spectaculaire exactement le contraire ! Et pourtant, ces spectateurs en transe n’ont pas l’apparence de barbares; ce sont des gens parfaitement normaux qui pourraient être de vos proches. Mais dans un tel environnement de foule et d’apparat, ce même public perd tout sens critique et tout discernement. C’est cela qui est fascinant et effrayant à la fois ! A la vision de ce document, il n’y a aucun doute: les jeux du cirque n’ont pas disparu !

Et nous sommes au 21ème siècle…

Source : www.flac-anticorrida.org/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jacky jones 06/11/2012 22:33


Bravo Thierry , magnifique réalisation de cette horrrrible réalité !!!


PUISSE LE MONDE EN PRENDRE CONSCIENCE 


 


JACKY JONES 

Elisa 06/11/2012 11:08


Quelle horreur que d' aimer voir persécuter à mort cette pauvre bête pour le plaisir des yeux ? Dans quel monde vit-on ?Ils sont fou.


J'ai pas pu regarder jusqu'à la fin . C'est à pleurer pour ne pas vomir.

Ricard Bruno 06/11/2012 13:06



Elisa


Bonjour


On vit dans un monde de dingue, il y a des tarés sur cette terre...


Bruno Ricard