Lancel : Sac Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

P_sacbb LUDOVIC
Le Figaro
Quand Bardot inspire Lancel
Après le succès de l’Adjani, le maroquinier présente le Brigitte Bardot, un sac inspiré par l’icône qui marchait pieds nus. Un lancement minuté.

Paru le 14.06.2010 , par Nolwenn Le Blevennec

(1/2)

Demain est un grand jour pour Lancel. Les vitrines de tous ses magasins vont revêtir un ensemble vichy et c’est à travers un œilleton que les clients pourront, pour la première fois, apercevoir le Brigitte Bardot, le sac noué à devenir l’un des grands classiques de la marque, avec le Premier Flirt et l’Adjani. L’événement exigeait une communication à sa mesure. Pendant des semaines, le Bardot est allé de mensuel en hebdomadaire, en taxi (métro interdit), incognito dans une grande poche rouge et dorée. Les rédactions avaient la formelle interdiction de le « shooter »… qu’elles ont pour beaucoup outrepassée. Seules deux photos du fameux sac ont été mises à la disposition de la presse. On les a vues ces dernières semaines dans Gala, L’Express Style, Grazia… Et la plupart des journalistes ne disposaient que de quelques minutes pour palper l’objet, l’examiner, l’essayer.

Si Lancel a multiplié les mystères, c’est que l’enjeu est capital : après Isabelle Adjani, le maroquinier s’attaque à la muse absolue. C’est à Leonello Borghi (ex-Armani et Ralph Lauren), le directeur artistique nommé en janvier dernier, que la marque a confié cette tâche ardue. L’exercice, type portrait chinois, s’apparentait à un défi anthropomorphique. Le jeune styliste a donc aussi été missionné pour expliquer aux journalistes sa démarche artistique.

Dans le bar d’un hôtel parisien, fin mai, le designer italien ouvre son carnet d’inspiration, d’un air convaincu. « Il a fallu que je me plonge dans des milliers de photos pour faire des choix d’allures et de traits de caractère », explique-t-il dans un français parfait. Comme l’actrice est connue pour avoir de la personnalité, on le croit quand il raconte : « Brigitte s’est investie à toutes les étapes de la création. Elle appelait, jour et nuit, pour donner une idée, apporter telle précision. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'articles It list pour papas starsQuand Bardot inspire LancelLa Coupe du monde vue du vestiaireBio topsTous au carré !Même le jean s'embourgeoiseSo chic tropiquesBelle de matchCouper court à la chemisette ?Ralph Lauren : portrait d'un ho...Mélanie Laurent, la muse du cré...La croisière Chanel s'amuse !Mon idée de la mode : Mathieu C...2010, l'année du chinoChopard : glamour et grandes m...Le luxe sous pavillon Dior à S...Déesses des sablesMaillots, comment se jeter à l'eauMon idée de la mode : IziaL'uniforme sur tous les frontsSéries télé : la mode en guest...Interview express : Christian L...L'or éthique fait ses premiers...Vanessa ou l'instinct du styleVanessa cocoone chez KarlMon idée de la mode : Alysson P...Factory storyLe « kitten heel » ou le charme...Diamants sur denimIsabel Marant, reine de la PommeTalents d'Hyères et de demainChaumet sous l'empire de JoséphineVictoire, la révolutionnaireMode in ChinaLe sacre du PrintempsUltramoderne éléganceRêves de sableMon idée de la mode : Kasia Smu...Un seul produit, mais le meille...Féminin sensuelL'exotisme sur le bitumePetit précis d'élégance à l'usa...Eva Herzigova sur toute la ligneRalph Lauren ouvre une ambassad...Lapo Elkann : business classeMon idée de la mode : Joséphin...Le sabot s'urbaniseLe destin de Pierre CardinChemise culteLe blouson collège, bon élève d...Farida Khelfa et Marine Delterm...Carla rédac' chefLe Paris de Vanessa SewardÉté indienLes tissus donnent le "la"Le chic italien, mamma mia !Le costume prend une vesteCachez cette cheville que je ne...Faut-il sortir les femmes du pl...À la verticale de l'étéLes métamorphoses de John GallianoMon idée de la mode : Irina La...Internet, nouvelle fashion vit...Sacs de (jeunes) damesCes égéries qui nous ressemblentUn hiver sous influencesDerniers défilés à ParisAlexander McQueen, derniers che...Le beige se radicaliseLes irréductibles du styleParis et ses monstres sacrésLes divas du dressingNéo drapésLe week-end de Loïc PrigentTribal mixDessous dessusGlam kakiUltra graphiqueL'été, tendre est le cuirUrban countryLe rouge et le roseBlanc absoluParis à toute allureCes créateurs qui nous veulent...C'est quoi une pièce qui marqu...De la suite dans les idéesMasculin féminin, par Véronique...Aux racines du Made in ItalyRegards vers le futurLuxe, libido et vestiaire domin...Dures dehors, fragile dedansL'élégance essentielle, par Cha...Un concentré de mode italienneMarion Cotillard : “Je crois av...L’english touch a encore frappéMon idée de la mode : Pauline L...Défilés à l'anglaiseUne belle allure cosmopoliteUne mode sous haute protectionGlamour parade

 

Sacbb Lancel

« Il me ressemble parce qu’il fait la moue, est à la fois tendre et inattendu et ne se galvaude pas n’importe où. C’est mignon d’être un porte-secret », nous confie de son écriture ronde Brigitte Bardot.

 
Le Figaro
Quand Bardot inspire Lancel

Une poche extérieure inspirée du décolleté

Dessins et photos à l’appui, le DA nous montre les ressemblances entre sa création et l’icône des années 1960, n’hésitant pas, pour les besoins de sa démonstration, à mettre Bardot en pièces. Ses longs cheveux blonds deviennent des pompons qui pendent de chaque
côté (très Lancel). L’anse torsadée s’inspire de ce large bandeau noir qu’elle portait si souvent. Tandis que l’anatomie de Bardot, ses courbes et son sex-appeal ont été « récupérés » pour dessiner le corps du sac. Sans oublier la poche extérieure, inspirée du décolleté plongeant qu’affectionnait la blonde explosive.

Enfin, comme sa muse aime la musique, le BB se pare aussi d’une bandoulière de guitare et d’une ceinture bohémienne. « Il me ressemble parce qu’il fait la moue, est à la fois tendre et inattendu et ne se galvaude pas n’importe où. C’est mignon d’être un porte-secret », nous confie de son écriture ronde Brigitte Bardot, qui n’utilise pas Internet. « C’est une femme très sauvage et sensuelle. Son sac ne pouvait pas être une boîte carrée et dépouillée ! », s’exclame Leonello Borghi. L’Adjani étant rectangulaire, quelles conclusions en tirer ?

À l’intérieur, c’est l’univers de l’actrice que l’on retrouve. Le vichy rose vif de la doublure, la fameuse marguerite en métal, qui accompagne la signature de Bardot encore aujourd’hui. Tandis que les poches intérieures s’appellent place des Lys, Madrague… Comme en écho, Lancel vient d’ailleurs d’ouvrir sa première boutique à Saint-Tropez. À deux pas de chez l’actrice, pour que les deux Bardot ne se perdent pas de vue.

Mais surtout, surtout, si le sac est fidèle à l’ardente alliée des animaux, c’est parce qu’il n’est évidemment pas en cuir. Quelle incohérence, sinon ! Le BB existe en deux versions : l’une en tweed (coton biologique), l’autre en alcantara, une fibre synthétique souple conçue à base de polyester. Les finitions sont en cuir… de synthèse. Même les couleurs ont été élaborées avec des teintures à base de fruits et de légumes. « J’espère de tout mon cœur qu’il sera un sac “nouvelle vague”, qui donnera un exemple à la mode, afin qu’on en termine avec les crocodiles, les serpents et le cuir en général dans la maroquinerie », poursuit Bardot dans sa lettre au Figaro. Mais l’éthique a un prix (à partir de 680 euros pour le modèle tweed, 880 euros en alcantara), car la mise au point des matières de synthèse coûte cher. Peu importe, avec le BB, Lancel a l’intention de s’installer dans la cour du club fermé de la très haute maroquinerie.

 

Source : http://madame.lefigaro.fr/mode/en-kiosque/2903-quand-bardot-inspire-lancel/2

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

barth 18/09/2010 14:09



jaimerai telment avoir le sac brigitte bardot en noir il est trop beaux mais il est trop cher pour moi magnifique vraiment  comme brigitte