Les animaux aussi ont des droits !

Publié le par Ricard Bruno

Les intellectuels demandent un changement de statut des animaux, considérés comme des "biens meubles" à l'article 528 du Code Civil.

Des intellectuels français réclament le changement de statut des animaux dans le code civil, considérés comme des "biens meubles".

Qu'on en commun Michel Onfray et Brigitte Bardot ? A première vue rien, si ce n'est le manifesteparu aujourd'hui qui réclame un changement de statut de nos amis les bêtes.

Ils sont vingt-quatre en tout, vingt-quatre intellectuels, écrivains, philosophes, historiens et scientifiques, élite de la société française à prendre part à ce manifeste. Tous, ont signé un manifeste rendu public ce jeudi 24 octobre sur le site de la fondation 30 millions d'amis qui demandent un changement de statut des animaux, considérés comme des "biens meubles" à l'article 528 du code civil.

L'animal un être sensible

Parmi ces 24 signataires, on retrouve les philosophes Michel Onfray et Luc Ferry, l'écrivain Erik Orsenna, de l'Académie française, l'astrophysicien Hubert Reeves, président de Humanité et Biodiversité et Matthieu Ricard, moine bouddhiste, et docteur en génétique cellulaire. Le texte du manifeste revendique "une évolution du régime juridique de l'animal dans le code civil".

Pour les intellectuels, il ne s'agit pas de mettre les animaux au même rang que celui des humains, mais mettre en avant leur dignité et leur capacité à ressentir de la douleur et du plaisir, ils demandent ainsi "que les animaux bénéficient d'un régime juridique conforme à leur nature d'êtres vivants et sensibles (...) et qu'une catégorie propre leur soit aménagée dans le code civil entre les personnes et les biens".

Le droit des animaux : un débat qui fâche en France

Pour la déléguée générale de la fondation 30 millions d'amis, si le texte a été publié sous son égide, c'est parce qu'il s'agit d'un sujet fort sur lequel "on a déjà pris position à plusieurs reprises". 

En France, le droit des animaux est un sujet à polémique, avec beaucoup de débats houleux, et les mentalités peinent à évoluer sur la question. Selon les défenseurs des bêtes, cette proposition a reçu le soutien de plus de 250 000 Français, signataires d'une pétition lancée il y a un an et toujours active. Espérons que cela aille dans le sens du progrès.

Notons tout de même, que l'engagement de Luc Ferry est des plus surprenant. L'homme écrivait il y a peu dans son livre Le Nouvel Ordre écologique la corrélation existante entre les écologistes profonds - qui sont pour un droit des animaux et de la nature - et le nazisme (les premières lois pour la protection des animaux et de la nature auraient en effet été créées au sein du mouvement national-socialiste).

Source : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> Il faudrait arrêter de faire le commerce des animaux comme on le voit avec les élevages, animaleries, etc... etc...<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
C
<br /> Bravo aux intellectuels qui se penchent sur la condition animale!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Dans un tout autre esprit voici pour info les résultats de l'égorgement halal...<br /> <br /> <br /> DISTRIBUTION-SANTÉ-BACTÉRIE-VIANDE-CONSOMMATION<br /> <br /> <br /> Les magasins Dia retirent des steaks hachés, contaminés à l'E. coli<br /> <br /> <br /> 24/10/2013 12:11:27 GMT+02:00<br /> <br /> <br /> #496971 DVBP 1299 RLL55 (4) AFP (258)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />    PARIS, 24 oct 2013 (AFP) - Le distributeur alimentaire à bas coûts Dia a indiqué jeudi procéder au rappel et au<br /> retrait de steaks hachés vendus sous sa propre marque dans tout le Nord-Ouest de la France, après avoir détecté des traces de la bactérie E. coli dans la viande.<br /> <br /> <br /> "Un contrôle qualité, effectué par les équipes DIA, a mis en évidence, dans ces produits, la présence de Escherichia coli<br /> O157:H7", révèle le distributeur dans un communiqué.<br /> <br /> <br /> L'Escherichia coli (ou E. coli) est une bactérie intestinale susceptible de provoquer des troubles graves (diarrhées sanglantes,<br /> douleurs abdominales, vomissements, fièvre, complications rénales) chez les clients qui consomment la viande contaminée crue ou insuffisamment cuite.<br /> <br /> <br /> Les steaks hachés concernés sont ceux de la gamme "Maxi Saveur surgelés", de la marque Dia, vendus entre le 4 et le 23 octobre,<br /> précise le distributeur dans son communiqué.<br /> <br /> <br /> Ils sont vendus en carton d'un kilo, composé de 10 steaks hachés, et portent tous le code "EAN 8480017677006".<br /> <br /> <br /> Le lot contaminé a été distribué dans 18 départements au total, où la vigilance est de mise : le Calvados, les Côtes-d'Armor,<br /> l'Eure, l'Eure-et-Loir, le Finistère, l'Île-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Manche, la Mayenne, le Morbihan, l'Oise, la Sarthe, la Seine-Maritime, les Yvelines, les<br /> Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.<br /> <br /> <br /> Certains des steaks hachés contaminés ont déjà été commercialisés. Dia demande donc "aux personnes qui détiendraient ces<br /> produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés".<br /> <br /> <br /> Le reste du lot contaminé a été retiré des rayons dans l'ensemble des magasins concernés.<br /> <br /> <br /> rfo/fpo/jag<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre