Ne soyez pas économe de ce Mépris-là !

Publié le par Ricard Bruno

À l'occasion des 50 ans de la sortie en salles du "Mépris", Les éditions des Saints-Pères publient en tirage limité le manuscrit original de Jean-Luc Godard.

La couverture du manuscrit du "Mépris" de Jean-Luc Godard.

La couverture du manuscrit du "Mépris" de Jean-Luc Godard. © DR

C'est l'histoire d'un manuscrit qui a disparu pendant plus de cinquante ans et dont tout le monde avait oublié l'existence. En 1962, Jean-Luc Godard rédige à la main son adaptation du roman de MoraviaLe Mépris, que lui a commandé son producteur. Son écriture est bleue, enfantine et maîtrisée. Ses dialogues sont sublimes. Il a dans la tête plusieurs acteurs : Frank Sinatra et Kim Novak... Ce sera finalement Brigitte Bardot et Michel Piccoli, et le film deviendra l'un des grands chefs-d'oeuvre du XXe siècle.

 

Ce manuscrit, Jean-Luc Godard pensait l'avoir égaré ; mais non, Brigitte Bardot se souvient l'avoir reçu en cadeau de la part du réalisateur pendant le tournage. Mais à son tour, elle l'égare. Enfin, pas tout à fait, puisque l'on raconte que Ghislain Dussart, alors photographe de plateau, l'aurait reçu en cadeau de la part de l'actrice. Comment a-t-elle pu l'oublier ? Toujours est-il qu'on perd la trace de cet objet magique, et que plus personne n'en entend parler. Mais à la mort du photographe, le manuscrit réapparaît : on le retrouve dans un de ses tiroirs. La veuve de Ghislain Dussart décide alors de le mettre en vente aux enchères.

 

Au terme de cette véritable petite odyssée, c'est le Musée des lettres et manuscrits qui acquiert le manuscrit, document inédit de la mythologie cinématographique. Et c'est avec sa complicité que leséditions des Saints-Pères décident, à l'occasion des cinquante ans de la sortie du film, de le publier en tirage limité. Les passionnés de cinéma en feront leur livre de chevet : l'écriture, les scènes inédites, les commentaires de Godard sur le septième art donnent un éclairage fascinant sur le film. On frissonne d'émotion en tournant les pages. D'autant que l'éditeur, qui n'a pas oublié que l'un des personnages principaux du Mépris en était la bande originale, a décidé d'ajouter au texte la partition manuscrite de Georges Delerue. C'est la première fois que l'on peut voir ces quelques notes qui donnèrent naissance au célèbre "thème de Camille" et sur lesquelles nous ne sommes pas près d'oublier Brigitte Bardot demandant : "Et mes fesses ? Tu les aimes, mes fesses ?"


 

 

      

Le livre est disponible notamment sur :www.lessaintsperes.fr et sur Amazon
Seuls 1 000 exemplaires seront tirés et ils sont 

 

On frissonne d'émotion en tournant les pages

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article