Une chasse à courre ravage un milieu naturel sensible en Plaine de Sorques.

Publié le par Ricard Bruno

Chasse
Une chasse à courre ravage un milieu naturel sensible en Plaine de Sorques.


La mise à mort d’un cerf sur la plaine de Sorques a suscité de vives réactions de désapprobation de la part de plusieurs témoins choqués par cette scène et qui ont alerté la Fondation Brigitte Bardot.

En effet, un tel incident est tout à fait inimaginable sur un site classé ENS (Espace Naturel Sensible) où la réglementation est très stricte et vise essentiellement à protéger la faune et la flore sauvages de notre patrimoine.

Nous sommes particulièrement scandalisés que les chasses à courre soient encore autorisées sur la plaine de Sorques alors que l’on connaît très bien leurs effets ravageurs sur la faune. En effet, la tranquillité de ce site remarquable a été bafouée par la présence des chiens de meute ainsi que d’une trentaine de suiveurs bruyants massés dans l’observatoire pour assister à la mise à mort du cerf. L’animal a été pourchassé dans l’eau alors qu’il s’y était réfugié et a été abattu au fusil après avoir été rabattu sur la berge par deux chasseurs montés dans une barque. Tout cela sous les yeux de témoins ahuris et scandalisés.

D’après nos informations, il s’agit de l’équipage du Rallye de Fontainebleau qui n’en est pas à son premier incident de chasse à courre…

Devant cet acte inacceptable, la Fondation Brigitte Bardot demande au Président du Conseil Général de Seine-et-Marne d’interdire l’accès de la plaine de Sorques à la chasse à courre afin que cet écosystème privilégié soit sauvegardé.

scene pitoyable de chasse à courre en milieu naturel sensible sur la plaine de Sorques
Scene pitoyable de chasse à courre en milieu naturel sensible sur la plaine de Sorques

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40289
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pat Monkey 03/12/2010 10:49



La chasse à courre, cette chose monstrueuse héritée des temps barbares, existe toujours pour une poignée de privilégiés qui massacrent notre écosystème sans retenue avec la bienveillance
irresponsable des hommes politiques (quand ils n'y participent pas eux-mêmes). C'est dingue de lire ça au XXIème siècle !