Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pamela Anderson à Nîmes : "Partout, la corrida doit être interdite" !

Publié le par Ricard Bruno

Pamela Anderson : "J'adore la France, je vis ici maintenant"...

Pamela Anderson : "J'adore la France, je vis ici maintenant"...

S urprise : la star est venue poser au pied de la statue de Nimeño II pour dénoncer cette tradition ce vendredi 21 juillet. Entretien.

La scène, incroyable, n'a duré que quelques secondes. Ce vendredi après-midi, peu avant 18 heures, Pamela Anderson a surgi sur le parvis des arènes de Nîmes. La star hollywoodienne, robe rouge et talons hauts, est venue s'allonger au pied de la statue de Nimeño II, prenant la pose pour les photographes avec des panneaux affichant des messages anticorrida. Quelques clichés plus tard, elle s'en retournait déjà à sa voiture, garée dans une petite rue à quelques centaines de mètres. Interview réalisée au pas de course, en chemin.

Comment expliquer votre présence à Nîmes ?

Je suis ici pour rendre visite à des amis et voir le concert de Christophe Maé, qui est aussi un ami. En chemin, j'ai réalisé que Nîmes était une ville de corrida. En étant ici, devant les arènes, j'ai pensé que c'était le bon moment pour mener une action contre la corrida. C'était vraiment important de le faire.

C'est une tradition importante, ici...

Je sais le poids des traditions, je comprends qu'elles soient difficiles à changer. Il y a toujours eu des traditions malheureuses dans l'Histoire, mais ce sont des choses sur lesquelles il faut savoir évoluer et c'est le cas de la corrida, qu'il faut interdire partout dans le monde. En venant à Nîmes, j'ai pu rencontrer des groupes qui luttent contre la corrida et leur apporter mon soutien. Vous savez, je mène beaucoup d'actions pour le bien-être des animaux de manière général et ici, c'était la parfaite opportunité pour agir contre la corrida.

Pourquoi êtes-vous en colère contre cette pratique ?

Ce n'est pas de la colère, c'est simplement qu'on est en 2017 : il n'y a aucune raison de faire souffrir des animaux pour se distraire. C'est si cruel et dérangeant... Mais j'ai le sentiment que les gens évoluent dans la bonne direction sur cette question. Aujourd'hui, on comprend le besoin de penser davantage à la sensibilité de l'animal, à l'existence du taureau. Ce qui lui est infligé dans l'arène est très triste. Il faut que cela change.

En janvier 2016, vous étiez intervenue à l'Assemblée nationale en opposition au foie gras... Avez-vous la France dans le viseur ?

 

J'adore les Français, j'aime la France ! D'ailleurs, je vis ici maintenant. Dans tous les pays où je vais, je prends la parole sur les questions du bien-être animal. Dans mon pays natal, le Canada, je suis très impliquée contre la chasse des phoques... Les enjeux sont semblables, il s'agit de se mobiliser contre un petit groupe de gens qui croit encore que c'est acceptable de matraquer à mort des bébés phoques. Il y a aussi des problèmes aux États-Unis auxquels je me confronte quotidiennement. J'essaie toujours d'agir : où que je sois, je me renseigne et je m'implique sur les questions liées aux animaux. Ou aux enfants, ou aux réfugiés. Je fais ce que je peux pour aider à faire avancer les choses.

Avec la Flac

Comment Pamela Anderson, actrice connue mondialement, s’est-elle retrouvée au pied de la statue de Nimenõ II pour dénoncer la corrida ? L’origine de cette action remonte au 24 mai dernier : lors du festival, une projection suivie d’un débat est organisée à Cannes par la Fédération des luttes pour l’abolition des corridas (Flac).

"Elle devait venir mais sa venue a été annulée au dernier moment, révèle le président de l’association Thierry Hély. Mais nous avions gardé le contact..." Ce vendredi, il était présent avec plusieurs membres de la Flac et de l’Alliance anticorrida, notamment Henry-Jean Servat, militant et ami de la star.

"L’action de Pamela Anderson à Nîmes s’inscrit dans la continuité des messages de Renaud et de Julien Doré (avec lequel elle a tourné un clip, NDLR) lors de leurs concerts, se réjouit Thierry Hély.  Les stars sont de plus en plus nombreuses à s’engager contre cette barbarie."

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...
Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...
Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...
Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...
Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...
Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...
Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...

Brigitte Bardot en 1952 par Walter Carone...

Brigitte Bardot en 1960

Brigitte Bardot en 1960

Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)
Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)
Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)
Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)
Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)
Brigitte Bardot en photos...une pure merveille...(sélection)

Partager cet article

Repost 0

Claude Rich, le gentilhomme du théâtre et du cinéma, est mort

Publié le par Ricard Bruno

Claude Rich conservait le charme et l'allant d'un tout jeune homme. Sa haute et belle silhouette, déliée, souple et nerveuse, son visage bien architecturé, son regard pétillant, son sourire éclaboussant de générosité, tout traduisait la belle âme d'un artiste profond et sensible qui fut sa vie durant attentif aux autres, fidèle, heureux bâtisseur d'une famille unie et talentueuse. Il s'est éteint jeudi 20 juillet, vaincu par un cancer opiniâtre qui avait récidivé il y a quelque temps, après une première attaque.

Claude Rich était né le 8 février 1929, à Strasbourg où il passa les premières années de sa vie. Il a le chagrin de voir mourir son père, ingénieur, alors à peine âgé de 40 ans. La famille, sa mère et ses trois frères et sœurs, s'installe à Paris, boulevard Saint-Michel.

Il ne sait pas trop ce qu'il veut. Il rêve d'envol: Mermoz, Saint-Ex. Mais sa grande admiration est pour le Père Charles de Foucault. Il est alors un adolescent éperdu d'absolu, très sensible aux choses de l'esprit, mais à la nature, aussi.

Le jeune Claude a eu la révélation du théâtre pendant la guerre. Il passe une année en pension, à Neauphle-le-Vieux, à l'École du Gai Savoir de Michel Bouts, célèbre pédagogue, et dans cette institution ouverte, il découvre l'art dramatique. Encore faut-il oser! Jouer, c'est un peu se cacher, pense-t-il longtemps. Il y a de la timidité en lui. Il passe au débotté le concours d'entrée au Centre du spectacle, est reçu, fréquente le cours Dullin.

 

Le cinéma ne laisse pas passer ce grand jeune homme et en 1953, il tourne dans Les Grandes manœuvres au côté de Gérard Philipe, Michèle Morgan et la jeune Brigitte Bardot. Lui est...Claude, le fiancé d'Alice, interprétée par Catherine Anouilh.

Ajout des visuels : Bruno Ricard
Ajout des visuels : Bruno Ricard

Ajout des visuels : Bruno Ricard

Entre le cinéma et la télévision, une centaine de films. Sur les planches, plus de cinquante pièces dont celles qu'il écrivit, lui, dans les années 70 et dans lesquelles il joua: Le Zouave, que Jean-Louis Thamin mit en scène en 75, Un habit pour l'hiver, mise en scène de Georges Wilson en 79 et, un peu plus tard, Une chambre sur la Dordogne, mise en scène de Jorge Lavelli, en 1987.

Claude Rich était un aristrocrate du coeur. Il lisait énormément. Il avait une admiration ancienne pour la phrase célinienne. Un homme parfois très sombre, mais qui illuminait par son intelligence et sa sensibilité le quotidien de chacun. Acteur, il ne craignait pas les rites, ne se moquait pas des petites superstitions de «la roulotte». Mais il était aussi un homme de foi. Croyant, certainement, brisé lorsque ses amis disparaissaient, trouvant dans la prière réconfort et lumière, pour lui et pour les autres, surtout.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot dézingue Nicolas Hulot qui a autorisé l’abattage de 40 loups...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dézingue Nicolas Hulot qui a autorisé l’abattage de 40 loups...
Brigitte Bardot dézingue Nicolas Hulot qui a autorisé l’abattage de 40 loups...

Brigitte Bardot n’a pas tardé à réagir. À peine Nicolas Hulot annonçait ce jeudi 20 juillet l’abattage de 40 loups par le biais du plan Loup 2018- 2022 que la fervente protectrice des animaux lui adressait une lettre ouverte baptisée "Le pleutre petit chaperon Hulot a peur du loup", postée sur son compte Twitter. Un courrier dans lequel l'ancienne comédienne dézingue le ministre de la Transition écologique. Non Stop People vous en dit plus.

Brigitte Bardot utilise régulièrement son compte Twitter pour porter les causes qui lui tiennent à cœur et surtout la défense des animaux. Pendant la campagne présidentielle, elle s’est exprimée plusieurs fois appelant par exemple à ne pas voter Emmanuel Macron. Réactive, elle a vivement réagi suite à l’annonce faite par le gouvernement de l’abattage de 40 loups entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018. Une décision voulue pour limiter les dégâts sur les troupeaux et annoncée par Nicolas Hulot et Stéphane Travert, les ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture.

Brigitte Bardot estime que cet abattage est une "marche mortuaire"

Brigitte Bardot a posté sur son compte Twitter ce jeudi une lettre ouverte adressée à Nicolas Hulot. L’ancienne actrice dénonce le choix du ministre. "Vous ne pouvez pas, vous ne devez pas trahir à ce point la confiance et l’espoir que nous avons eu la naïveté de mettre en vous. Votre décision d’autoriser le massacre de 40 loups est écœurante", écrit la fervente militante des droits des animaux. "C’est un sacrilège d’abattre de sang-froid une espèce protégée, un animal mythique indispensable à l’équilibre de la chaîne écologique qui de tout temps a eu sa place", ajoute Brigitte Bardot. "Vous êtes des assassins", continue l’icône française qui parle plus loin de "En marche mortuaire". "Je suis écœurée par votre lâcheté, votre trahison, votre manque de courage, votre indignité", conclut-elle. Pas sûr que cette lettre ouverte soit prise en compte par Nicolas Hulot.

Source de l'article : Cliquez ICI


 

Partager cet article

Repost 0

Saint-Tropez : et Vadim créa la plage...

Publié le par Ricard Bruno

Depuis 1955, le Club 55 accueille les célébrités du monde entier. Son credo : « Le client n’est pas le roi, parce qu’il est un ami ».

 
Bill Bates (à gauche) et Bono, au Club 55, à Saint-Tropezz, le 24 août 2016

Bill Bates (à gauche) et Bono, au Club 55, à Saint-Tropezz, le 24 août 2016

En cette année 1955, le réalisateur Roger Vadim tourne le film de sa vie avec son épouse d’alors, Brigitte Bardot. Pour Et Dieu… créa la femme, ode à la liberté et à la sensualité, il a naturellement choisi Saint-Tropez, que le couple fréquente déjà assidûment. Si le village attire nombre d’artistes envoûtés par la splendeur du site, on ne peut encore parler de tourisme. Quelques aficionados des plaisirs de la plage – Françoise ­Sagan en tête – ont pris l’habitude d’emporter leur casse-croûte dans leurs décapotables brin­quebalantes pour s’installer de longues heures sur les plages de ­Ramatuelle, la commune voisine, à quelques kilomètres de là.

Une fois le tournage terminé, les comédiens continuent à venir, ignorant que le lieu n’a jamais été un restaurant

Vadim connaît la petite bande de bambochards et leurs manies. En cette année 1955, il cherche une cantine pour faire déjeuner et dîner à bas prix son équipe de tournage. Sur la plage de Pampelonne, étendue de sable blanc de cinq kilomètres de long, il repère une cabane en bois sans eau ni électricité. La famille qui occupe les lieux a fabriqué une grande table sur laquelle repose une cruche en terre cuite. Vadim demande aux occupants si l’on peut lui servir à manger.

Les de Colmont ne sont pas restaurateurs, mais l’expérience les amuse. La mère fait griller des poissons frais et prépare chaque jour d’immenses plats de ratatouille sur l’unique Camping-Gaz en sa possession. Le mari sert la joyeuse assemblée, les enfants vont chercher de l’eau et des fruits. 80 personnes se régalent pendant deux semaines sur les rondins découpés dans des troncs d’arbres. Une fois le tournage terminé, les comédiens ­continuent à venir, ignorant que le lieu n’a jamais été un restaurant. De ce malentendu naît le Club 55, aujourd’hui un des lieux les plus prisés de la presqu’île.

Source de l'article et suite : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

VOGUE d'août 2017 : Fausse fourrure !

Publié le par Ricard Bruno

VOGUE d'août 2017 : Fausse fourrure !
Ce qui se passe avec l'édition d'Août de Vogue Paris est carrément énorme. Pour ceux qui ne connaissent pas le monde de la mode, il s'agit du magazine le plus prestigieux du monde, lu par tout le monde de la mode. Généralement "vendu" à la fourrure, ce monde très futile fait un numéro spéciale fausse fourrure ( et fausses peaux en général ) mieux encore : Vogue, la mannequin Gisèle et les photogra...phes Inez et Vinhood appellent ouvertement à une mode respectueuse des animaux. Du jamais vu de mémoire de moi même :) alors bien entendu, Vogue ne va pas devenir un magazine militant et nul doute que Big Fur va racheter des pages dans le prochain numéro ... Mais quelle réjouissance de voir cela. Les choses peuvent vraiment changer quand les industriels s'y mettent. Je suis heureux de faire parti du mouvement La Fausse Fourrure - LFF Com de Arnaud Gavard
Joëlle Valois

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...
Brigitte Bardot dans "CQ" n°234 de juillet/août 2017 (Espagne)...

Partager cet article

Repost 0

Saint-Aubin-le-Guichard : la fondation Brigitte Bardot accueille deux bovins...

Publié le par Ricard Bruno

Pipo et Pacha finiront leurs jours au refuge de la Mare-Auzou

Pipo et Pacha finiront leurs jours au refuge de la Mare-Auzou

Saint-Aubin-le-Guichard. Pipo et Pacha, deux bœufs âgés de 18 ans, vont désormais passer une retraite paisible au refuge de la Mare-Auzou, une site géré par la Fondation Brigitte Bardot.

À 18 ans, Pipo et Pacha ont largement gagné le droit de prendre leur retraite. Ces deux bovins de 600 kg, perclus d’arthrose et supportant le poids des ans, ont été accueillis samedi matin au refuge de la Mare-Auzou, à Saint-Aubin-le-Guichard. Un site géré par la Fondation Brigitte Bardot, où ils sont les seuls de leur espèce.

De Paris à la Normandie

Dans leur paddock rempli de foin, entouré par des chevaux, ils peuvent compter sur l’attention d’une équipe toujours aux petits soins. Les deux animaux n’ont en fait jamais manqué de soins ni de caresses. Arrivés peu après leur naissance au jardin d’acclimatation du XVIe arrondissement de Paris, ils ont eu droit aux regards admiratifs de tous les visiteurs de cette ferme pédagogique. Ils sont les rescapés de l’abattoir, qui attend normalement leurs congénères vers l’âge de 12 ans.

La Fondation Brigitte Bardot accueille ainsi, dans toute la France, près de 700 heureux bovins. Après un court séjour dans une pension de Saint-Aubin-le-Guichard, les vénérables ruminants ont donc gagné en camion la Mare-Auzou, où les attendait Emmanuelle Dujarrier, responsable du refuge. Descendus d’un pas pesant dudit camion, ils se sont aussitôt mis à déguster la bonne herbe du paddock, sans plus se soucier de ces humains qui les contemplaient, comme chaque jour de leur vie depuis leur naissance...

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !

Publié le par Ricard Bruno

Merci à Mr Alexandre Durand-Viel directeur du château de la Messardière pour m'avoir prévenu de cette parution...

Journal le Monde du mardi 18 07 2017

Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !
Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !
Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !
Brigitte Bardot : Le mythe et la marque !

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot, mythe et marque de Saint-Tropez..

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot, mythe et marque de Saint-Tropez..

Brigitte Bardot est une femme d’habitudes. Tous les jours, elle quitte sa villa La Madrague à midi. Elle s’engouffre dans sa 4 L avec quatre ou cinq chiens et rejoint son autre maison de Saint-Tropez, La Garrigue, achetée à la fin des années 1970 sur le site paradisiaque du Capon. Elle y a pour voisin le milliardaire russe Roman Abramovitch, qui a acquis une luxueuse villa pour 250 millions d’euros. Elle ne sait pas qui il est. Ce qu’elle recherche, sur cette colline préservée, c’est retrouver le calme qui lui manque tant à La Madrague depuis des décennies.

« Treize bateaux à touristes font la rotation par jour, raconte son mari, Bernard d’Ormale. Ils s’approchent le plus près possible de nos fenêtres avec des haut-parleurs qui hurlent : “Voici la maison de Brigitte Bardot, vous pouvez prendre des photos !”C’est insupportable, on les entend de toutes les pièces et on ne peut plus ni sortir sur le ponton ni se baigner. »

C’est donc à La Garrigue que Bardot, 82 ans, se réfugie. Elle y travaille, lit les dizaines de mails et de lettres qui lui sont envoyés chaque jour, répond de son écriture ronde et enfantine. La plupart des courriers concernent la défense des animaux, d’autres sont des demandes de gens dans la détresse, qu’elle s’efforce d’aider. « Ce boulot la tue », confie son époux, qui est son fil avec le monde extérieur.

Bien avant la gloire...

A La Garrigue, « Brigitte », comme on l’appelle ici, retrouve ses chèvres, cochons, moutons, canards, oies, ânes, qui vivent en liberté sur un terrain de quatre hectares. Le soir, elle retourne à La Madrague, où des badauds l’attendent, juste pour croiser son regard derrière les vitres sales de sa vieille bagnole. Elle a beau avoir fait enlever la pancarte indiquant le nom de sa demeure pour la remplacer par un « toutou’s bar », les curieux ne sont pas dissuadés. L’un d’eux a même volé la gamelle d’eau destinée aux chiens errants. La star a dû la remplacer par une gamelle en béton !

Source de l'article : Cliquez ICI


 

Partager cet article

Repost 0