Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

COUP DE GUEULE DE RÉMI GAILLARD : "VOTRE CHIEN, LUI, NE VOUS ABANDONNERA PAS"

Publié le par Ricard Bruno

"Alors, ça fait quoi d'être abandonné sur le bord de la route c****** ?"

"Alors, ça fait quoi d'être abandonné sur le bord de la route c****** ?"

Les vacances commencent et certains vont, cette année encore, abandonner leur animal au moment de partir. Les refuges de la région sont d’ailleurs témoins, en ce moment, de ce phénomène. Et ça, pour Rémi Gaillard, c’est inacceptable.

Début juillet, à l'heure des départs en vacances, Rémi Gaillard, l'ami des animaux, passe un coup de gueule au micro d'RTS. Le montpelliérain n'accepte toujours pas et n'acceptera, sans doute, jamais que l'on abandonne son animal sur le bord de la route lors des départs en vacances...

La cause animale, c'est son combat depuis toujours, et encore plus depuis la mort de son chien, Tilay. En 2016, alors qu'il était enfermé dans une cage de la SPA, Rémi Gaillard expliquait : "mon chien m'a appris beaucoup plus que les êtres humains". Une preuve d'amour, encore une fois, entre le montpelliérain et les chiens. Plus récemment, en mai dernier, accompagné de Brigitte Bardot, Rémi Gaillard avait publié une vidéo pour dénoncer les maltraitances animales dans les abattoirs.

La campagne, touchante, de 30 Millions d'Amis

Comme Rémi Gaillard, on vous conseille de regarder la nouvelle campagne de la fondation 30 Millions d'Amis. Une vidéo touchante ou l'on suit la vie d'une jeune fille et de son labrador. De son enfance, jusqu'à la vie d'adulte. Les deux inséparables sont finalement séparés par la mort du chien. Une vidéo, lancée mi-juin, contre les abandons d'animaux, en période estivale. 30 Millions d'Amis lance un message fort aux maîtres : "Quand un chien abandonne son maître, ce n'est pas pour partir en vacances".

Découvrez la vidéo : 

 

Partager cet article
Repost0

A Moulins, la Fondation Brigitte Bardot au secours de 120 moutons

Publié le par Ricard Bruno

Située dans des pâtures, autour du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, dans l’Allier, une centaine de moutons d’Ouessant a été récupérée mercredi 4 juillet, par la Fondation Brigitte Bardot.

Située dans des pâtures, autour du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, dans l’Allier, une centaine de moutons d’Ouessant a été récupérée mercredi 4 juillet, par la Fondation Brigitte Bardot.

Située dans des pâtures, autour du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, dans l’Allier, une centaine de moutons d’Ouessant a été récupérée mercredi 4 juillet, par la Fondation Brigitte Bardot. https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier/moulins/moulins-fondation-brigitte-bardot-au-secours-120-moutons-1506263.html

Dès 7H30, mercredi 4 juillet, des membres de la Fondation Brigitte Bardot se sont retrouvés devant la centrale de Moulins-Yzeure, dans l’Allier, pour venir en aide à 120 moutons d’Ouessant. Selon l’association, ces animaux « avaient été placés par une société d’éco-pâturage qui avait pour but de débroussailler. Le propriétaire n’aurait pas satisfait aux conditions de détention légales et sanitaires ».
C’est la découverte d’animaux morts, en mai dernier, qui avait donné l’alerte. « La Direction départementale des territoires, nous a alors contactés, pour prendre en charge ces animaux », explique Charlène Leroux, de la Fondation Brigitte Bardot. « Les animaux n’ont pas l’air maigre, il faut dire qu’ils ont de l’espace. En revanche, il faut les tondre rapidement car cela n’a pas été fait. Des soins aux pieds seront également nécessaires », précise-telle.

Abandonnée dans des pâtures, autour du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, dans l’Allier, une partie de la centaine de moutons d’Ouessant qui a été récupérée mercredi 4 juillet, par la Fondation Brigitte Bardot. / © Fondation Brigitte Bardot

Abandonnée dans des pâtures, autour du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure, dans l’Allier, une partie de la centaine de moutons d’Ouessant qui a été récupérée mercredi 4 juillet, par la Fondation Brigitte Bardot. / © Fondation Brigitte Bardot

La tonte était prévue la semaine prochaine, assure le propriétaire de la société d'éco-pâturage basée à Paris. Il conteste formellement la maltraitance des animaux. Selon lui, les animaux étaient suivis par un berger basé à Moulins. Autre argument avancé : il s’agit d’une race rustique qui peut vivre en autonomie en extérieur ; des moutons qui peuvent mourir… mais de vieillesse.

L’ensemble du cheptel, réparti sur 3 parcelles de 80 000 m2, a ainsi été saisi avant d’être transféré en Normandie. « Comme ils ne sont pas à jour du point de vue sanitaire, nous allons les mettre en quarantaine dans un premier temps », explique la représentante de la Fondation. Ces animaux seront ensuite confiés à un site partenaire de l’association géré par des agriculteurs. Là, ils bénéficieront d’un cadre adapté à une vie paisible, avec soins, nourriture et eau à volonté.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Polémique autour de la captivité d’un ours polaire au Marineland d’Antibes

Publié le par Ricard Bruno

Les ours polaires peuvent changer de comportement lorsqu'ils sont en captivité, parfois dans des proportions inquiétantes

Les ours polaires peuvent changer de comportement lorsqu'ils sont en captivité, parfois dans des proportions inquiétantes

Les images de Raspoutine en train de baver et de faire les cent pas dans son enclos au Marineland (06) provoque l’indignation. Une colère partagée par Rémy Marion et Nicolas Dubreuil, spécialistes des ours polaires. Le décryptage de 30millionsdamis.fr.

« Un ours polaire n’a rien à faire en captivité ! » Alors qu’une vidéo de l’association C’est Assez ! montrant l’ours Raspoutine en train de baver au sein du Marineland d’Antibes (Alpes-Maritimes) provoque la colère sur les réseaux sociaux, le débat autour de la présence de l’animal loin de sa banquise naturelle fait rage. Face à l’ampleur de la polémique, le parc azuréen du Marineland d’Antibes - qui n’en est pas à sa première controverse - affirme que le comportement du plantigrade représente « des signes de rut des mâles lorsqu’ils sont en saison de reproduction et en présence d’une femelle en chaleur » ; avant d’ajouter que sa mission « est de conserver et de protéger les espèces menacées... et non l’inverse. »

 

Les images de Raspoutine ont choqué les visiteurs du Marineland d'Antibes et les internautes.

« Un ours n’a rien à faire à Antibes »

Des arguments que Rémy Marion, éminent spécialiste de l’animal et auteur de plusieurs ouvrages, dont Géopolitique de l’ours polaire (Edition Hesse, 2015), réfute. « Pour moi, ce n’est plus un ours polaire,tranche le chercheur. Quand ils sont en captivité, ils deviennent névrotiques. De dire que c’est pour protéger l’espèce face au réchauffement climatique est un argument fallacieux. S’il naît en captivité, il n’aura plus aucun contact avec son milieu naturel. Un ours n’a rien à faire à Antibes ! » Un milieu artificiel non adapté à son espèce : « Quand il fait chaud, dans la nature il peut se glisser dans l’eau glacée ou dans une tanière creusée dans le permafrost » rapporte-t-il. Rien de tout cela n’est évidemment possible sur la Côte d’Azur... 

Un point de vue partagé par le spécialiste Nicolas Dubreuil qui a observé plus de 300 ours polaires en liberté : « C’est vraiment une hérésie d’avoir des ours polaires en captivité, qui plus est dans nos régions, lâche-t-il. Il est important de comprendre qu’en captivité, les animaux peuvent changer de comportement. »

« Un état de frustration extrême »

La bave qui écume de la gueule de l’ours polaire peut être une conséquence de la chaleur, de la nourriture ou effectivement un signe qu’il est en rut ; même si la période des amours tombe davantage au début du printemps qu’à l’amorce de l’été. Si tel devait toutefois être le cas pour Raspoutine à Antibes, son comportement n’en est pas moins inquiétant. « Le fait que la femelle Flocke ne puisse pas s’enfuir ou éviter le mâle en rut peut amener un stress immense aux deux animaux, explique Rémy Marion. Dans leur milieu naturel, la femelle peut décourager un mâle si elle est indisposée et se déplacer sur la banquise. Le mâle et la femelle ont besoin de se jauger. Il doit y avoir comme un jeu de séduction. En captivité, ils se trouvent dans un état de frustration extrême, et peu importe l’espace que le parc met à leur disposition. »

L’ours polaire, une manne pour les zoos

Si l’animal est tant prisé par les parcs zoologiques, c’est qu’il représente un véritable intérêt économique. Celui à en avoir fait les frais, c’est l’ours Knut, utilisé par le zoo de Berlin comme attraction commerciale... jusqu’à sa mort à 4 ans sous les yeux des visiteurs, en 2011. La manne des produits dérivés à son effigie ont rapidement donné envie à d’autres zoos de suivre cette voie. Dans son texte Pour que l’ours polaire ne soit plus la vache à lait des zoos, paru sur Le Huffington Post en 2015, Rémy Marion rappelle que « les femelles ne retrouvent leurs jeunes qu’à l’âge de 3 mois. Lorsque les oursons sont exposés au grand jour, c’est un déferlement médiatique, au point que de grands médias nationaux se font l’écho d’un événement purement commercial, comme pour l’arrivée d’un nouveau produit sur le marché. Quand l’ours a grandi, il est échangé ou vendu à une autre structure qui cherche à développer son activité ou renforcer son attractivité. »

Selon les derniers chiffres de 2017, la population mondiale de l’ours se situe entre « 25 000 et 27 000 individus », d'après Rémy Marion. Ils sont « 306 » à être exposés dans les parcs animaliers dans le monde comme Raspoutine et Flocke. La pétition de C'est Assez ! pour transférer en Suède les ours polaires maintenus en captivité est en ligne et a déjà obtenu plus de 66 000 signatures. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Iles Féroé : le massacre des baleines continue (presque) dans l’indifférence

Publié le par Ricard Bruno

Des milliers de baleines sont abattues tous les ans lors du Grindadráp, aux Iles Féroé...

Des milliers de baleines sont abattues tous les ans lors du Grindadráp, aux Iles Féroé...

En vertu d’une longue tradition, les Iles Féroé sont chaque année le théâtre du Grindadráp, un massacre sanguinaire de plusieurs milliers de baleines pilotes. Cet abattage légal a été - pour la 1ère fois - ouvertement décrié... par les autorités de la santé publique du pays.

Le Grindadráp, mauvais pour la santé ? Pour la première fois, les autorités de la santé publique de l’archipel ont pris fermement position sur la consommation de viande de dauphins-pilotes (aussi appelés baleines-pilotes). Pour le bien-être des cétacés ? Absolument pas ! « En manger [de la viande de dauphins, NDLR] est si problématique pour la santé des Féringiens que nous leur avons demandé de faire ce sacrifice culturel. Car c'est un sacrifice de ne plus consommer cette nourriture traditionnelle », explique Pál Weihe, Directeur du département de médecine et de santé publique sur l'archipel, à l'AFP.
 
Cette viande serait en effet impropre en raison de sa haute teneur en mercure et en polluants organiques persistants (POP) : ces substances affecteraient négativement le développement intellectuel et neurologique des Hommes et affaibliraient leur système immunitaire.
 
Les autorités de santé féringiennes avaient commencé en 1998 à alerter sur la viande de dauphins en demandant d’en limiter la consommation à un ou deux repas par mois. Dans le cas des femmes enceintes, il leur avait été demandé de s’abstenir complètement. En 2008, cette recommandation avait été étendue à l'ensemble de la population féringienne mais sans qu’elle soit suivie d’effets...

Grindadráp, tradition mortelle

Chaque année, l’eau vire au rouge sang. Suivant une tradition ancestrale, les Féringiens rabattent chaque été des familles entières de dauphins pilotes passant le long des côtes vers des criques. Une fois amenés vers la plage, ils sont brutalement tués à l’arme blanche où ils agonisent de longues minutes devant leurs congénères. Leur viande est ensuite distribuée à la population locale.
 
Cette tradition a encore de beaux jours devant elle : elle est légitimée par les autorités danoises sous couvert d'une sorte de dérogation culturelle accordée par le Danemark. De plus, elle continue d’être défendue par les politiques qui y voient une tradition écologique et respectueuse : « La question centrale du "grind", c'est que cela fait partie des ressources vivant dans nos eaux. Nous basons toute notre existence mais aussi notre État-providence moderne et ouvert sur le monde sur l'exploitation des ressources marines vivantes. Et nous considérons notre législation et tout notre système de chasse des cétacés comme le mode d'exploitation le plus durable qui soit », explique Høgni Hoydal, le ministre féringien de la Pêche.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

L'agonie en spectacle dans les bassins du Parc Astérix !

Publié le par Ricard Bruno

L'agonie en spectacle dans les bassins du Parc Astérix !

L'agonie en spectacle dans les bassins du . Femke, capturée au large de la Floride, se meurt sous les bravos... , arrêtez de tergiverser il faut agir maintenant, il y a urgence

VIDEO : CLIQUEZ ICI

Seulement, l'animal ne semble pas aller bien du tout! Il semblerait même que le dauphin, qui a été capturé en Floride selon la fondation, se laisse mourir "sous les bravos".

La fondation Brigitte Bardot écrit, en colère: "L'agonie en spectacle dans les bassins du Parc Astérix. Femke, capturée au large de la Floride, se meurt sous les bravos..."

Avant d'intepeller le ministre de la Transition écologique et solidaire: "Nicolas Hulot, arrêtez de tergiverser il faut agir maintenant, il y a urgence !"

Source e l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot en couverture du "Discovery magazine" de l'office de tourisme de Saint-Tropez

Publié le par Ricard Bruno

Discovery Saint-Tropez été 2018

Discovery Saint-Tropez été 2018

Partager cet article
Repost0

La Nouvelle-Aquitaine adopte une motion visant à lutter contre la maltraitance animale

Publié le par Ricard Bruno

La Nouvelle-Aquitaine adopte une motion visant à lutter contre la maltraitance animale

Le 26 juin, la région Nouvelle-Aquitaine a adopté une motion destinée à lutter contre la maltraitance animale. Une victoire qui fait écho au rejet de la plupart des amendements proposés dans le cadre de la loi Agriculture et Alimentation le 30 mai dernier.

La Nouvelle-Aquitaine adopte une motion visant à lutter contre la maltraitance animale

C’est lors d’une séance plénière que la motion a été adoptée. Elle vise à « cesser progressivement d’ici la fin de la mandature d’octroyer tout financement direct à des entreprises ou industries qui s’adonneraient à des pratiques de maltraitance animale ».

La Nouvelle-Aquitaine adopte une motion visant à lutter contre la maltraitance animale

Les pratiques mentionnées sont détaillées dans le texte proposé lors de la séance par les groupes Europe Ecologie les Verts, Génération.s, Radical de Gauche ainsi que le groupe Socialiste apparenté, et concernent :

 

 
  • Le broyage des poussins vivants (50 millions de poussins mâles seraient broyés chaque année en France)
  • La castration à vif et sans anesthésie des porcelets
  • L’élevage en cage de poules pondeuses dont le bec a été coupé

A travers cette mesure, la Région s’engage à « réunir les filières concernées pour définir les modalités d’action et les accompagner pour atteindre ces objectifs », selon Rue89Bordeaux.

La Nouvelle-Aquitaine adopte une motion visant à lutter contre la maltraitance animale

Nicolas Thierry, élu vert et vice-président en charge de l’environnement et de la biodiversité, a déclaré sur sa page Facebook :

 

[Il s’agit d’] un signal politique fort de la première Région agricole d’Europe au moment où la loi agriculture arrive au Sénat et reviendra bientôt en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale.

 

Pour rappel, à la suite des Etats Généraux sur l’Alimentation, les députés se sont réunis à l’Assemblée Nationale pour discuter des amendements à apporter à la loi. La plupart d’entre eux avaient été rejetés, suscitant l’indignation de nombreuses figures de la protection animale, telle que Brigitte Bardot.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Il avait recueilli deux ânes et un cheval, un homme condamné pour les avoir laissés à l'abandon

Publié le par Ricard Bruno

Le cheval Angelo, 17 ans, le jour où il a été enlevé à son maître au Mas...

Le cheval Angelo, 17 ans, le jour où il a été enlevé à son maître au Mas...

Le 10 octobre dernier sur la commune du Mas (haut pays grassois), au lieu-dit Les Sausses, l'association ASA 06 (Au Service des Animaux 06 - Colomars) avait dû intervenir pour récupérer deux ânes et un vieux cheval, laissés à l'abandon par leur propriétaire.

Sylvain, 57 ans, chef de chantier, absent ce jour-là avait donné son accord aux gendarmes de Séranon pour que Charly et Fernando ainsi qu'Angelo, les équidés maltraités, soient secourus.

Décision qu'il accueillera avec soulagement car même s'il déclare "aimer les animaux et aimer les avoir", il ne peut plus s'en occuper depuis un déménagement à Cabris.

Le vieux cheval s'était retrouvé au fond d'un fossé et souffrait d'anémie sévère comme en témoigne le rapport du vétérinaire de la direction départementale de la protection des populations.

Quant aux ânes, leurs sabots, par manque d'entretien, ressemblaient à des babouches.

PLACÉS À SAINT-LAURENT ET MANDELIEU

Ils ont été soignés et placés par l'association. Les ânes aux bons soins de la mairie de Saint-Laurent-du-Var en éco-débroussaillage et le cheval en pension à Mandelieu.

L'affaire n'en est pas restée là puisque l'ASA 06 a porté plainte et s'est constituée partie civile tout comme la Fondation Brigitte Bardot représentée par Me Amandine Conti. Le tribunal de Grasse, présidé par Alain Gouth, a jugé cette affaire vendredi dernier en l'absence du prévenu.

Cécilia Fruleux pour l'ASA 06 a présenté des photos avant et après l'intervention des bénévoles. Les ânes, âgés de 4 et 6 ans, et le cheval de 17 ans ont recouvré la santé.

Pour la fondation Brigitte Bardot, les faits de mauvais traitements infligés sans nécessité à des animaux apprivoisés ou captifs sont avérés. Son avocat demande 3.000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral.

L'association ASA 06, qui a dû engager des frais, a demandé 1.500 euros de dommages et intérêts pour préjudice matériel.

Le ministère public a dénoncé une situation "de maltraitance d'abandon" ou l'on se retrouve "à ne plus pouvoir s'occuper d'animaux qu'on a recueillis". Il requiert une amende de 450 euros.

Sylvain sera condamné par le tribunal à une amende de 500 euros, et au titre de dommages et intérêts, de 1.500 euros pour l'association Au Service des Animaux 06 et 750 euros pour la Fondation Brigitte Bardot. 

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Bardot et Sagan, deux filles dans le vent...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot et Françoise Sagan, Saint-Tropez, 1974...

Brigitte Bardot et Françoise Sagan, Saint-Tropez, 1974...

Quand l’été revient, je ne peux m’empêcher de penser à cette jeune fille d’à peine 19 ans qui est entrée en littérature en brisant la porte, c’est à dire par effraction, Françoise Sagan. Elle est née le 21 juin 1935. Une date symbole pour un écrivain dont l’écriture est solaire et sensuelle. Un style qui fleure bon l’odeur d’herbe coupée et la terre humide un soir d’orage quand il a fait très chaud et que la plaine a tremblé sous juillet torride. En 1954, la petite fille timide, élève qui s’ennuie dans les beaux quartiers bourgeois du boulevard Malesherbes, écrit un court roman, Bonjour tristesse.

Sagan, bonjour l’ivresse

L’éditeur René Julliard reçoit le manuscrit par la poste, le lit en une nuit et le lendemain signe un contrat avec les parents de celle qui se nomme Quoirez. Car la jeune fille est encore mineure. Pierre Quoirez, son père, adore celle qu’il prénomme « le pruneau » à cause de sa bouille un peu fripée. Il n’a rien passé aux aînés, Suzanne et Jacques. Mais avec celle qu’on n’attendait plus dans la famille, il est complètement gaga. Pourtant très sévère, ce grand bourgeois, industriel brillant, mondain désinvolte, sensible au charme féminin, passe tout à Françoise. Il lui offre des livres, allume ses premières cigarettes, l’emmène dans un bar du VIIIe arrondissement de la capitale. La jeune fille est fascinée par ce père charismatique. De quoi renforcer le complexe d’Electre…

Pierre va servir de modèle à Raymond, personnage central de Bonjour tristesse, dont la fille, Cécile, dix-sept ans, orpheline de mère, ne supporte pas Anne Larsen, femme superbe qui tombe amoureuse de son père. C’est une rivale. Insupportable. Cécile, de son côté, va faire l’amour avec Cyril, 26 ans, sans avoir peur des conséquences, c’est-à-dire d’avoir un enfant. La pilule n’existe pas, les avortements sont clandestins. Le sexe est hautement dangereux. Dans la France de 1954, Cécile va être jugée scandaleuse. Elle aime le soleil, le goût du sel sur la peau d’un jeune homme, elle ne craint personne, elle est libre.

Liberté chérie

Voilà le mot qui résume Sagan: liberté. Et puis également l’autre qu’on a tendance à oblitérer: lucidité. A 10 ans, Sagan va au cinéma, elle voit les actualités, découvre les cadavres empilés, en pyjamas rayés, des camps d’extermination. C’est le choc. Elle ne s’en remettra jamais totalement. Plus tard, dans Le lit défait, elle écrira: « Certaines lucidités sont pires que les pires aveuglements. » Et puis il y a l’ombre du petit Maurice, ce frère mort à l’âge de trois mois, dans son landau, peut être de soif. On n’en parle guère chez les Quoirez. Mais Sagan sait. Il est l’une des clés de l’œuvre de la romancière surdouée. Sinon la clé. Elle a dû songer souvent à Maurice, quand elle regardait l’aube se lever sur le golfe, dans le port de Saint-Tropez, après une nuit blanche et alcoolisée. Elle fumait sa cigarette mentholée en se demandant pourquoi le plaisir de vivre lui était accordé.

Dans son essai biographique, Françoise Sagan ou l’ivresse d’écrire, Valérie Mirarchi rappelle les grands moments de la vie de l’écrivain tout en revisitant ses romans. Elle nous invite à la relire. Les nombreux extraits retenus prouvent que nous sommes en présence d’une immense romancière qui écrit juste et vite. La première page de La Chamade est magnifique. On est touchés, immédiatement. C’est Balzac sans les interminables descriptions, Morand avec la sensibilité en plus, Proust, mais en ligne droite. Et puis Sagan a tellement bien parlé des femmes, elle a si bien décrit leurs tourments, leur dureté face à la souffrance de l’amour, leur courage tout court. Sagan, un jour, a dit à François-Marie Banier, son ami: « Le premier écrivain à avoir dépeint une femme intelligente fut Stendhal. Avant lui, les femmes étaient toutes vues comme des objets de désir ou des garces. »

Nous sommes deux sœurs jumelles

Sagan avait une sœur jumelle, elle s’appelle Brigitte Bardot, dont Michel Onfray a dit récemment qu’ « elle avait plus fait pour la femme que Simone de Beauvoir ». Sagan fut enterrée dans le cimetière de Seuzac, cerné par les Causses, qu’aimait François Mitterrand, le 28 septembre 2004, jour anniversaire de la Française la plus connue dans le monde. L’une tournée vers l’été, l’autre vers l’automne. Deux destins différents mais liés. Françoise a découvert Saint-Tropez quand il ne s’agissait encore que d’un modeste village de pêcheur. Elle y a fait la fête, sans s’arrêter, poursuivant sa route jusqu’à l’épuisement. Brigitte a créé Saint-Trop. Mais ses racines sont là, ses parents sont enterrés dans le cimetière surplombant la Méditerranée. Elle n’était pas là par hasard, à la différence de Françoise.

A lire aussi: Le testament sans concession de Bardot

Brigitte a sa maison au bord de l’eau, sa retirance. Elle y puise la force du combat de sa vie: la protection des animaux, animaux martyrisés par les hommes. Elle a décidé de quitter le monde du cinéma en 1973. Décision irrévocable annoncée à son agent, Olga Horstig. Brigitte lâchant, écœurée: « J’eus subitement ras-le-bol de tous ses faux-semblants. » Françoise a écrit son dernier roman inspiré en 1972, Des bleus à l’âme. Après il y avait moins d’envie, la petite musique Sagan devenait inaudible, sauf dans ses livres de souvenirs. Elle le savait, signant un roman au titre explicite, Les faux-fuyants.

Quand vient la fin de l’été…

L’été s’adresse au corps, c’est une saison brève et violente. L’automne peut s’étirer dans le temps. C’est un état d’esprit. Ce soir, dans le crépuscule de la baie des Canoubiers, je pense à vous, Sagan et Bardot, et je me dis que vous êtes, chacune à votre manière, deux filles dans le vent, débarrassées enfin de votre légende.

Françoise Sagan ou l’ivresse d’écrire, Valérie Mirarchi, EUD, 2018.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0